Dernier Article

[Pilote – Corée] Weightlifting Fairy Kim Bok Joo

weightlifting kim bok joo

La Corée du Sud aime bien parler de ses histoires de champions, et c’est tant mieux, parce qu’ils permettent de donner un autre regard sur certaines disciplines largement méprisées par les médias occidentaux. Mais que ce soit pour le tennis de table, ou plus particulièrement ici pour l’haltérophilie féminine, la gymnastique rythmique et sportive, ou la natation, ce qui compte avant tout, c’est l’immersion dans un univers chaleureux.

weightlifting-fairy-kim-bok-joo

Et ça, la série la maitrise parfaitement. Bien sûr notre héroïne, haltérophile médaillée, est en proie aux rivalités avec ses collègues gymnastes, plus fines. Mais au cours des deux premiers épisodes on perçoit très bien l’esprit d’entraide qui anime non seulement les différents sportifs, mais également les entraineurs, soucieux de maintenir leur budget. Et si des compétiteurs font leurs apparitions, on reste tout de même dans une ambiance bonne enfant. Et pour mieux montrer cette solidarité, quoi de mieux que de voir nos personnages manger à tout bout de champ. (Nos haltérophiles ont évidemment besoin de dévorer tout ce qui leur tombe sur la main). La nourriture prend donc une place centrale, d’autant que le père de l’héroïne tient également un restaurant bon marché.

fried-chicken-weightlifting-kim-bok-joo

Au niveau de la présentation des personnages, les variations sont très légères mais cela reste plaisant : notre héros nageur est rapidement très attentionné envers notre héroïne, laquelle répond de façon plus conventionnelle à la figure têtue, volontaire, bonne mangeuse, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Ce dernier trait est d’ailleurs joliment accentué : elle n’a peur de rien, n’hésite pas à faire du grabuge, ou même poursuivre un pervers. Pour mieux caractériser son statut de célibataire, on nous parle également de beauté intérieure (par rapport aux modèles gymnastes). On retrouve hélas un carré amoureux extrêmement basique (l’ex-copine gymnaste qui revient, le chevalier blanc qui est – roulement de tambour –  médecin), pour l’instant à peine posé. Au risque de me répéter, les auteurs préfèrent vraiment installer une solide dynamique de groupe, donnant ainsi du temps d’antenne à une multitude de personnages secondaires attendrissants. De la famille de l’héroïne (le papa récupère les objets dans la rue) à ses amies (insérez ici de multiples dialogues entre filles), en passant par un entraîneur divorcé et sa toute aussi gentille collègue qui aime bien le reprendre. J’ai même eu un soupir de soulagement en voyant la famille du héros, « normale ». Pas de chaebol dans l’histoire, sauf twist à venir. Ouf.

korean-barbecue-weightlifting-kim-bok-joo

L’ensemble, léger, lorgne donc vers la tendresse plutôt que la loufoquerie (même les rencontres-chocs ne sont pas surjoués : de l’accident de vélo au saut dans la piscine). Tout est en place pour qu’on s’attache rapidement à tous ses personnages. Et le petit cameo de Lee Jong Suk (I Hear Your Voice) était très sympathique. Les deux acteurs principaux (Lee Sung Kyung et Nam Joo Hyuk), tous deux issus de Cheese in the trap, sont plutôt convaincants.

pool-scene-weightlifting-kim-bok-joo

Il me manque tout de même un petit quelque chose pour vraiment complètement accrocher : l’histoire est assez plate, les scènes de tranches de vie ne sont pas transcendantes, et si le savoir-faire est indéniable, la recette est sans doute trop limpide parmi d’autres dramas plus ambitieux. Mais si le show se maintient à ce niveau, le divertissement est tout de même assuré.

mini feu orange 2