House, c’était tout ça, et c’était bien plus…

Voilà, c’est fini. House MD aura été pour moi l’une des plus grandes séries américaines. 8 saisons. 1 saison et demi de trop, peut-être. Il n’empêche, je reste aujourd’hui encore admiratif. Le show va terriblement me manquer.

House, pour moi, c’était…

Hugh Laurie. Sans lui, ce show n’aurait tout simplement pas pu exister. Hugh Laurie n’a jamais gagné d’Emmy (une injustice alors qu’il a été nominé presque chaque année) mais il a obtenu deux Golden Globe pour son rôle. Hugh a su trouver la juste mesure entre l’impassibilité et l’indifférence, entre le génie d’un médecin et son immaturité sociale, entre le cynisme et la moquerie, entre la douleur ressentie et celle qu’on ne montre pas. Il a su exceller dans tous les registres, du drame à la comédie, passant de l’un à l’autre avec brio. Grâce à lui, House est devenu l’un des personnages phares de la télévision américaine, une icône des séries télévisées. Acteur britannique talentueux, il s’en est allé chanter (et il s’en sort vraiment bien), en attendant un éventuel retour à la télévision. On croise les doigts.

House c’était… des énigmes médicales de haut niveau. La série a pris en référence Sherlock Holmes, et multiplie les clins d’œil pour les initiés : son appartement (221 Baker Street, Apartment B), son ami (Watson/Wilson), son accointance avec la drogue (la cocaïne/Vicodine), son détachement par rapport à celui qu’il aide, et bien sûr son sens de la déduction et son intuition. Utiliser le diagnostic clinique comme une enquête était une idée en or, et pour ceux qui maitrisent un peu les bases de la médecine, il y avait là un raisonnement cohérent et intellectuellement satisfaisant, même si, fiction oblige, les évènements étaient précipités (les maladies ne se déclenchent pas aussi rapidement), et les outils de diagnostic se confondent rarement avec les traitements (House teste souvent une réaction à un médicament ou à un acte médical pour en faire le diagnostic). La solution viendra souvent lorsque le patient cessera de cacher une portion intime de sa vie. Cela vient bien au delà de la simple anamnèse. Pour découvrir la vérité, House doit être intrusif, enquêter sur les lieux de vie de son patient, bousculer ses idées, le pousser à bout, l’obliger à faire des choix, quitte à détruire une partie de sa vie. Des enquêtes brillantes, House en a eu. J’ai un faible pour les épisodes où House est obligé de faire le diagnostic à distance ou lorsqu’il est confiné dans un environnement sans aucun outil de diagnostic moderne. Et puis, même si le Lupus est un diagnostic souvent évoqué (mais rarement vérifié), la vérité va parfois chercher très loin, comme l’épisode avec Mira Sorvino, où la station allongée/debout explique la variation des résultats (idée que j’ai trouvé ébouriffante).

House c’était… des épisodes à la qualité d’écriture inégalée. Tout le monde citera bien sûr Three Stories (1.21), premier grand choc de la série, le duo euphoria (2.21-22) pour une contamination de l’équipe et un verdict improbable, One Day One Room (3.12) où le cas bien banal en apparence d’une jeune femme ayant une MST va finir en discussion éthique et théologique, Airborne (3.18) avec House dans un avion, ou des moments parodiques comme l’hommage à Survivor au début de la saison 4 pour sélectionner la prochaine équipe, ou d’autres épisodes comme Frozen (4.11) pour une conversation avec le pôle sud, le duo House’s head / Wilson’s heart (4.15-4.16) après le crash d’un bus, Last Resort (5.09) pour une prise d’otage intense, Locked in (5.19) pour le point de vue d’un patient enfermé dans son corps, Under my skin où House hallucine (5.23) et sa solution en (5.24), le début de la sixième saison où House est en asile psychiatrique (6.01-6.02), le point de vue de Cuddy et le financement des hôpitaux dans 5 to 9 (6.14), Help me (6.22) où House se bat pour sauver une personne d’une catastrophe, Two Stories (7.13) où House raconte une histoire en classe, …

House c’était… des dialogues jouissifs . Les répliques de House sont un pur bohneur pour les amateurs de citations comme moi, alors juste pour le plaisir, en voici quelques unes :

House: I saved his life. That means I get credit for every life he saves from here on out.

House: When guys have brain/crotch problems, it’s usually the result of using one too much and the other too little.

Stacy: You have been hiding things and lying to me all day.
House: I didn’t lie to you about anything…except the things I admitted to you I was lying about.

House: These procedures would be so much easier if you could do them on healthy people

Robert: I’m not buying into no racist drug, okay?
House: It’s racist because it helps black people more than white people? Well, on behalf of my peeps, let me say, thanks for dying on principle for us

House: Don’t try to talk. You’ve got a big medical thing in your mouth.

Mandi: Is there something else you can give me (for my cat)?
House: Well, you live by the river – I’ve got a bag

House: You probably shouldn’t have sex for a while.
Hailey: For how long?
House: On an evolutionary basis, I’d recommend…forever

House: In actuality, all your little girl is doing…is saying « Yoo hoo to the who-who. »
Claire: She’s what?
House: « Marching the penguin. » (Claire ne comprend pas) « Ya-yaing the Sisterhood. » « Finding Nemo. » (Grace giggles) Liked that one.
Claire: Are you saying that my daughter (elle couvre les oreilles de son enfant) is masturbating?
House: I was trying to be discreet–there’s a child in the room!

House (à une fille): I don’t think that your mother is suffering from PMS. I think she’s more likely suffering from SAC.
Asian Girl: What’s that stand for?
House: Stupid American Child. If you need birth control pills, go to one of those free clinics.

Hannah: I’ve got the plague?
House: Don’t worry, it’s treatable. Being a bitch, though…nothing we can do about that.

Dr. Foreman: House! You can’t do this!
House: If I had a nickel for every time someone said that.

Dr. Foreman: It’s the perfect marriage – there’s nothing to fight about if you never talk about anything

Dr. Cuddy: Teenage supermodel. Presented with double vision, sudden aggressive behavior, cataplexy…
House: You had me at “teenage supermodel”

House: Get me out of this and I’ll tell you who started the rumor about you being a transsexual.
Dr. Cuddy: There is no such rumor.
House: There will be…unless you get me out of this dinner
(l’actrice qui interprète Cuddy a joué une transsexuelle dans Ally Mc Beal)

Dr. Cuddy: (à House) I can’t even imagine the backward logic you used to rationalize shooting a corpse.
House: Well if I shot a live person there’s a lot more paperwork

House: Is it still illegal to perform an autopsy on a living person?
Dr. Cuddy: Are you high?
House: If it’s Tuesday, I’m wasted.
Dr. Cuddy: It’s Wednesday.

(parlant à un journaliste au téléphone)
House: In my opinion, Dr. Sebastian Charles is an idiot. Yeah, you can quote me. C-U-D-D-Y

Dr. Chase: Melinda’s dying.
House: We’re all dying. How fast?

House: Everything sucks. Might as well find something to smile about.

Dr. Wilson: He cures thousands of people every year, you cure, what? Thirty?
House: McDonald’s makes a better hamburger than your mother because they make more?
Dr. Wilson: Oh, I see! So you hate him because the lives he saves aren’t as good as the lives you save.
House: Yup, that’s the reason. Nobel invented dynamite. I won’t accept his blood money.

House: Tonight – ”L” Word marathon.
Dr. Wilson: You watch The “L” Word?
House: On mute

Dr. Wilson: Being miserable doesn’t make you better than anyone else, House. It just makes you miserable

House : I’m a jerk to everyone. Best way to protect yourself from lawsuits

House (après avoir découvert que son patient dissimulait un lecteur mp3 dans le derrière) : « Okay. It’s 3 o’clock, I’m off. Could you tell Dr. Cuddy there’s a patient in exam room 2 that needs her attention? And the RIAA wants her to check for illegal downloads.

House c’était… avant tout des thématiques encore trop oubliées par les autres séries médicales, comme la relation patient/médecin, où le patient n’est plus en position de victime mais de coupable, un renversement idéologique à contre-courant de la pensée dominante et qui fait un bien fou en rétablissant quelques vérités. Il n’y a pas que le célèbre « Everybody Lies », mais la question du rapport de force, la question de l’objectivité d’un médecin quand il connaît trop un patient, son efficience, son implication, et pour finir son éthique. C’est en quelque sorte un contour on ne peut plus sévère mais juste de la diversité de la profession médicale, de sa déontologie à son savoir-faire, de la mise en avant de son art à sa personnalité. On est loin des cas de conscience des autres séries, où l’arbitrage est faussé par les évènements. Loin aussi de l’idéalisme d’Urgences ou du discours creux des créations de Shonda Rhimes. House travaille sur le raisonnement, sur la logique, sur les faits. L’émotion vient du conflit de ces valeurs, de la valeur d’une vie, de ses croyances, de son comportement – à risque ou non. House est athé, parce que pour lui la science est une énigme, pas la foi. C’est un discours combatif sur la moralité qui ne doit jamais se personnifier. Ce qui doit compter, au final, c’est le résultat, pas l’attitude du personnage. La leçon de l’histoire : Mieux vaudrait un médecin compétent mais sans empathie qu’un gentil médecin qui verse dans le compassionnel mais ne donnera pas toutes ses chances à son patient. Mais dans la réalité, qui en voudrait ? La douleur, l’angoisse demandent aussi à être soulagées. Si vous allez chez le médecin c’est parfois même uniquement dans ce but. On cherche la solution la plus courte, la plus rapide, pour oublier notre mortalité, oublier notre corps, son équilibre précaire et l’injustice dans nos gênes. On ne veut pas de leçon sur notre façon de vivre, et ce médecin pose le doigt sur nos contradictions.

House c’était… un formula show avec ses défauts et ses qualités. Il n’était pas facile de se tenir à cette formule, rythmée par les symptômes qui s’enchaînent et les choix médicaux difficiles. Mais la série a su maintenir son exceptionnel niveau d’écriture pendant 6 saisons, avant de pêcher par manque d’originalité. Le choix qui restait à faire – celui d’emprunter la voie du soap pour prolonger la série – n’était pas le bon, rétrospectivement. Mais c’était aussi parce qu’il cassait l’équilibre jusqu’alors harmonieux entre notre héros, la manager, et son ami. Je n’ai jamais été pro-Cuddy, et j’en veux toujours aux scénaristes d’avoir lâchement abandonné Cameron au profit de sous-intrigues pour Thirteen, parce que son interprète bénéficiait d’une meilleure image à l’époque. Cameron apportait une contradiction morale au show, avec un sens de l’empathie dont l’origine se puisait dans le remords et la culpabilité, ce qui à mon sens était bien plus profond (mais certes moins vendeur) qu’une malade de Huntington bisexuelle, qui n’apportait que compassion ou voyeurisme. On regrettera donc certains départs, comme Amber (Anne Dudek) personnage brillant et charismatique, opposant une certaine résistance à House, ou Masters, interprété par Amber Tamblyn, et son interprétation figée de l’éthique. Pour la fin de la série, il ne restait donc plus qu’à recentrer l’histoire sur Wilson, ce qui fut fait de manière convaincante, à défaut d’être brillante.

Oui, House va me manquer. Et à chaque fois qu’une grande série quitte le paysage audiovisuel (comme Lost), j’ai peur de ne jamais retrouver de fiction à la hauteur. En tous cas, pour remplacer House dans mon cœur de sériephile, ça sera impossible.

Publicités

Une réflexion sur “House, c’était tout ça, et c’était bien plus…

  1. Bonjour,

    Bien vu pour l’analogie avec Holmes.. Je n’avais jamais fait le rapprochement, mais ainsi exposé, plus de doutes.. So long house!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s