La rentrée américaine 2016

Comme prévu, voici donc un rapide tour d’horizon des nouveautés de cette rentrée.

Je reprends mon système : feu rouge (on arrête là les dégâts), feu orange (on continue éventuellement si planning de visionnage pas trop chargé), feu vert (vivement le prochain !) ;

Autant vous le (re)dire tout de suite, cette année il n’y a pas de gros coup de cœur pour l’instant…

Cet article est régulièrement mis à jour avec les nouveautés (dernière mise à jour 18 Octobre 2016)

Du côté des chaines câblées ou de streaming :

quarry

mini feu rouge 2Quarry (Cinemax) Située dans les années 70, la série raconte sans grande surprise comment un vétéran du Vietnam devient un mercenaire. C’est bien filmé, mais qu’est ce qu’on s’ennuie ! Il manque un angle d’attaque pour rendre la chose plus intéressante.

Graves.jpg

mini feu rouge 2Graves (Epix) Le postulat de cette comédie était sympathique : un ancien président républicain, devenu vieux, se rend compte qu’il a été le plus mauvais dirigeant de l’histoire. Malheureusement sa quête de rédemption se contente d’un discours creux, où – vous allez rire – le président fugue et fume des joints. Il ne reste donc plus rien, à part la performance d’acteur de Nick Nolte et la présence sympathique de Sela Ward.

easy

mini feu rouge 2Easy (Netflix) Il s’agit d’une anthologie de Swanberg (qui semble découvrir ainsi les attraits du monde des séries par rapport au cinéma indépendant). Elle tente de décrypter les rouages de la sexualité et de l’amour. Il y a de l’idée dans la première histoire, qui tente de rappeler comment notre psyché joue avec l’attribution des rôles donnés aux femmes et aux hommes. Mais le propos reste largement superficiel, noyé sous une tonne de scènes rendant l’acte sexuel encore plus banal et déprimant. Je n’irai pas jusqu’à dire que l’enrobage est prétentieux, quoique…

falling-water

mini feu rouge 2Falling Water (USA Network) Si comme moi vous détestez les scènes de rêve dans les séries, fuyez ! Falling Water essaye de monter une mythologie autour de la mise en commun de rêves de personnages. C’est absurde, prétentieux, ennuyeux au possible, et on se contrefiche complètement des personnages. Oui, même l’héroïne, là, qui ne sait pas si elle a eu un bébé.

high-maintenance

mini feu rouge 2High Maintenance (HBO) Une comédie sur un dealer de cannabis qui rencontre ses clients ? Pourquoi pas, mais alors il faut me démontrer qu’il y a quelque chose derrière. On s’ennuie ferme devant le pilote. Lorsque notre dealer attend impatiemment qu’on le paye pour partir, on est avec lui : vivement que ce théâtre improvisé se finisse, qu’on puisse lancer, je sais pas moi, une série plus passionnante !

better-things

mini feu rouge 2Better Things (FX) La comédienne de (Lucky) Louie tente de nous toucher avec son quotidien de mère. Malheureusement, ça parle un peu dans le vide, et ça tourne vite à l’introspection sexuelle. Pas facile d’aborder ce qui s’est fait un million de fois à la télévision.

berlin station.jpg

mini feu vert 2Berlin Station (Epix) Lorsqu’un écrivain spécialisé dans l’espionnage se lance dans la création d’une série d’espionnage, ça donne forcément un récit bien construit, et bien rythmé. Le point fort c’est surtout la grande sobriété de la mise en image. Ni emphase, ni paranoïa. Pas de récit qui s’embourbe dans les clichés sur la drogue ou l’alcool. Pas de voyeurisme sur la sexualité. Juste des hommes et des femmes faisant leur boulot au sein de la CIA, et qui essayent d’avoir une vie à côté. Les acteurs sont tous excellents. Je n’ai pas résisté au deuxième épisode, qui montre bien les dérives du système de la CIA, qui broie les hommes, les utilise, les jette. Bien sûr l’intrigue centrale a son lot de rebondissements, rien de foncièrement novateur, mais il y a clairement une prime à l’efficacité.

aftermath

mini feu rouge 2Aftermath (SyFy) L’apocalypse est un des thèmes favoris chez nos amis américains. Rien de neuf sous le soleil dans cette série, on assiste à une succession de meurtres et d’ explosions. L’épisode est ainsi rythmé régulièrement par les cris d’horreur des filles. On tente maladroitement de nous lier ça à une mythologie, mais le cœur de la série c’est l’action et les effets spéciaux. Exit le mystère et l’ambiance. Bonjour les dialogues mal écrits, et les personnages incohérents, qui hurlent puis reprennent leur discussion comme si de rien n’était.

westworld.jpg

mini feu orange 2Westworld (HBO) Voilà donc le messie ? Certes, le pilote fait étalage de son beau casting, de ses superbes décors, de ses bons effets spéciaux. Mais on a vu plus incisif pour traiter de l’intelligence artificielle, et surtout beaucoup plus attachant et émouvant (Äkta Människor). Le problème c’est qu’on est tellement détaché des réalités, que l’on se fiche du sort des androïdes. Tout, absolument tout est une fable. Il n’y aucun regard sur la façon dont l’homme gère l’IA. Juste du spectacle, qui n’évite pas non plus la répétition (jamais j’ai autant détesté les mouches dans une série). On a beau ne pas encore comprendre la « bigger picture », il n’y a rien pour nous donner envie de la connaître. Il est clair que sans les moyens alloués, le show n’aurait jamais obtenu un feu orange, et encore, de justesse, pour moi. Une grosse douche froide.

crisis-in-six-scenes

mini feu rouge 2Crisis in Six Scenes (Amazon) Je n’ai pas de problème avec des séries verbeuses, aux dialogues finement écrits, trop théatralisés au point d’être irréalistes. Mais j’ai un gros problème avec les pilotes qui n’arrivent pas à raconter une histoire. Tout le long du premier épisode, j’ai regardé ma montre. Va au but, Woody Allen ! A part souligner l’hypocrisie et l’égoïsme du monde, que se passe-t-il donc d’intéressant pour tes personnages ? Pas étonnant que l’ensemble de la presse conclut au naufrage…

divorce

mini feu rouge 2Divorce (HBO) Je ne sais pas ce qui est le plus perturbant, au fond. Le fait que certaines critiques trouvent que le personnage de Sarah Jessica Parker soit « cool »  (une femme mariée qui trompe son mari mais qui veut rester avec lui lorsque son amant prend ses distances, et parce que c’est plus confortable). Ou le fait que l’écriture ne cherche jamais à donner le pendant masculin du divorce, cherchant par tous les moyens à ridiculiser les réactions du type… Bref, voilà encore un show peuplé d’égocentriques, riches au demeurant. Sur la forme, en revanche, rien à dire : il y a du rythme, ce n’est pas trop verbeux, et le jeu est à la hauteur. Mais il m’est impossible de m’impliquer émotionnellement dans un show sans finesse.

insecure

mini feu orange 2Insecure (HBO) Une comédie sur une énième célibattante ? Oui, mais celle-ci a du charme, grâce à son interprète principale, qui vit à sa manière les désillusions amoureuses d’une jeune femme black. Les réparties sont à la hauteur, l’humour n’est jamais méchant et l’héroïne devient très vite sympathique. Il m’aurait fallu peut-être davantage de twists narratifs pour m’imposer définitivement un feu vert. Mais quand une série a du cœur, on a vraiment envie de lui donner une seconde chance.

haters back off

mini feu rouge 2Haters Back Off (Netflix) Une jeune femme décérébrée veut devenir célèbre en commençant par une video sur Youtube, laquelle démontre son manque de talent. On aurait pu croire à une satire du monde moderne dans lequel chacun veut avoir sa minute de gloire. Hélas, les gags sont dignes d’une série de sketchs d’étudiants, poussant au maximum leur concept vers la crétinerie, et rendant leurs personnages horripilants. Rendez moi mes 30 minutes.

eyewitness

mini feu rouge 2Eyewitness (USANetwork) Difficile de sortir du visionnage sans avoir l’impression d’avoir perdu son temps devant une histoire policière générique, ou les témoins mineurs d’un meurtre sont pourchassés par un tueur. Côté psychologie des personnages, rien de vraiment poignant, y compris dans le portrait de ces jeunes qui découvrent leur homosexualité. Vu et revu.

goliath

mini feu rouge 2Goliath (Amazon) Là aussi difficile d’accrocher à un énième récit d’un avocat talentueux qui sombre dans l’alcool, et finit par trouver une affaire d’une grande portée. Le portrait est convaincant, et la réalisation honnête, mais il manque vraiment un ingrédient supplémentaire pour donner envie d’y retourner.

channel-zero

mini feu rouge 2Channel Zero (SyFy) La série tente d’imprimer une certaine ambiance mystérieuse – à défaut d’horrifique – autour de l’enquête d’un homme qui a perdu son frère jumeau dans une série de meurtres non élucidés. Malheureusement le récit vire vers la chasse au monstre et aux effets spéciaux, alors que tout était en place pour donner une vraie profondeur psychologique… Encore raté.

travelers

mini feu rouge 2Travelers (Netflix / Showcase) Un énième show sur des personnes du futur qui viennent sauver l’humanité. Celui-ci est particulièrement mal écrit, redondant, et sans finesse. Des gimmicks visuels aux dialogues, en passant par l’incongruité des situations, et un très mauvais jeu d’acteur. Rien à sauver de ce naufrage…

Du côté du network traditionnel :

bull

mini feu rouge 2Bull (CBS) Attanasio tente de nous remixer House avec Weatherly en génie prédisant les réactions d’un jury. Mais au final il nous livre un essai raté sur les rouages du système judiciaire américain, se focalisant sur des twists et des ficelles vues et revues. Non merci.

designated survivor.jpg

mini feu orange 2Designated survivor (ABC) A l’occasion du discours du président aux deux assemblées réunies, notre héros joué par Kiefer Sutherland est mis à l’écart comme la procédure l’exige. Il devient alors le nouveau président des USA quand une énorme bombe extermine en une fois tous les élus. La série semble avoir deux lignes intéressantes, celle d’un candide qui va assumer le pouvoir, et celle de la conspiration intérieure (avec Maggie Q à l’enquête) . C’est efficace, mais on espère que la série va tenir sur le long terme.

lethal-weapon

mini feu orange 2Lethal Weapon (FOX) De façon étonnante, le remake télévisuel des films d’action débouche sur quelque chose de bien calibré. Certes, les acteurs sont bons (même si Damon Wayans est en deça) mais le script respecte surtout bien l’univers, lui donnant la dimension humaine tant espérée. J’ai là aussi des doutes sur le long terme, mais pourquoi pas….

pitch

mini feu rouge 2Pitch (FOX) Contrairement à beaucoup de critiques, je n’ai pas du tout aimé ce pilote. La raison est simple : sous son habillage féministe se cache une histoire cousue de fil blanc dans l’univers du baseball. Aucun twist à prévoir. On y retrouve évidemment le cliché du sportif qui n’arrive pas à réussir ses lancers mais qui finit par réussir au dernier moment. Même le tout dernier twist censé apporter une motivation humaine plutôt que sportive se voyait à des kilomètres. Après, je comprends qu’on puisse s’enthousiasmer sur le contexte progressiste de la série (la première femme à jouer la major league), mais d’un point de vue narratif, je me suis ennuyé ferme. Une icône c’est bien, un personnage plongé dans une histoire c’est mieux.

notorious

mini feu rouge 2Notorious (ABC) Piper Perabo manipule à sa guise l’information, avec son ami avocat. Rythmée, la série lorgne du côté de Shonda Rhimes. Mais le malaise vient assez vite à cause du traitement réservé aux personnages : on veut nous les rendre « cools », « intelligents », alors qu’ils sont au fond tout simplement méprisables. N’y cherchez pas un regard sarcastique ou même de l’humour, tout ce petit monde se prend au sérieux. On manipule sans complaisance et tout le monde couche avec tout le monde. Ah, même la dirigeante de la chaîne d’information n’a qu’une envie, celle de s’envoyer en l’air et traite littéralement les hommes comme de la viande.

the-exorcist

mini feu orange 2The Exorcist (FOX) De tous les projets de remakes de la FOX, celui-ci est de façon inespérée le plus étonnant. Il ne joue ni la surenchère, ni le gore, ni la complexification du mystère, il se contente de poser de façon impeccable son ambiance, délivrant de ci de là un message sur la foi, sur le doute. Le problème, c’est que le show risque vite de lasser s’il n’arrive pas à amener quelques twists.

macgyver

mini feu rouge 2Mac Gyver (CBS) Affreux, affreux, affreux. Dans ce remake McGyver devient un super jeune espion qui détourne de façon irréaliste la plupart de son environnement. Des twists en passant par l’humour, tout a été rabaissé, prémâché. Même le générique a été digéré, coupant au bout de quelques secondes la mélodie originale pour la transformer en gloubi-boulga. Une honte, du début à la fin.

this-is-us

mini feu orange 2This is Us (NBC) J’en ai eu les larmes aux yeux. Un des personnages joue dans une sitcom et s’en prend à son public parce que ce dernier a soif d’exhibition sexuelle au lieu de sentiments et d’émotion. J’ai failli applaudir devant ce discours qui montre bien la dérive actuelle des séries américaines. Hélas, les problématiques abordées par les personnages sont peu intéressantes car très peu approfondies : un acteur en crise, une personne en surpoids, un homme qui retrouve son père biologique. On aurait aimé de meilleurs dialogues, de meilleures situations. Mais le pilote se rattrape largement avec son très joli twist final, qui montre comment nos personnages sont liés les uns aux autres. L’émotion est là, donnez moi juste un tout petit plus sous la dent, on a pas encore atteint Parenthood, hélas. Mais comme on nous promet encore des twists façon Lost, j’avoue que ma curiosité est suffisamment piquée…

kevin-can-wait

mini feu rouge 2Kevin can wait (CBS) Comme chaque année j’attends désespérément une sitcom traditionnelle qui me fasse rire. Kevin can wait s’empêtre dans un rire qui sans être gras manque tout de même de finesse. Peu de réparties réellement intelligentes ici : on doit se contenter des pitreries visuelles de l’acteur, et faire avec les immaturités masculines qui remplissent désormais toutes les comédies américaines (snif !). On passe sans regret.

son-of-zorn

mini feu rouge 2Son of Zorn (FOX) Voilà l’exemple type d’un show qui repose sur son seul concept, celui de donner vie à un personnage d’animation dans une comédie. Malheureusement on a vite fait le tour du sujet, tant le héros « animé » est stéréotypé, renforçant une fois de plus l’imagerie populaire du mâle alpha incapable de comprendre son fils. La société a changé, on a compris. A quoi bon enfoncer des portes ouvertes ? Et qui a cru que c’était drôle d’avoir un barbare décapiter un volatile géant devant une famille ?

speechless

mini feu orange 2Speechless (ABC) On peut saluer la volonté de donner une autre image de l’infirmité motrice cérébrale,  avec l’histoire de ce garçon qui doit se coltiner l’hypocrisie, la condescendance – quand ce n’est pas la pitié – à l’école. Changer les regards, c’est bien. Parler de handicap à la télévision est suffisamment rare. Il est pourtant partout autour de nous (parlons de représentativité, tiens !). Mais pour autant, il manque à la sitcom des gags mieux écrits. On sourit, certes mais on est loin de s’esclaffer. A travailler ! Un feu orange obtenu d’extrême justesse.

The Good Place.jpg

mini feu rouge 2The good place (NBC) Je suis là aussi en grand désaccord avec la plupart des critiques. Je veux bien qu’on accorde le bénéfice du doute au responsable de Parks and Recreation, mais quand même ! Passé son pitch (une jeune femme se retrouve au « paradis » au lieu de l’enfer) et ses couleurs chatoyantes (une pensée pour Pushing Daisies ?), le show est d’une platitude : l’humour repose sur les effets spéciaux, lesquels rappellent constamment que ce monde n’a aucune importance. A-t-on peur que ce paradis disparaisse à vause des mauvaises actions de l’héroïne ? Non. A-t-on des personnages attachants, incisifs, drôles, intelligents ? Non. Le show repose sur son décalage, et oublie de donner de l’épaisseur. J’ai tenté 4 épisodes. Bien mal m’en a pris. Pauvre Kristen Bell.

timeless.jpg

mini feu orange 2Timeless (NBC) Voilà un pilote plutôt sympathique, direct, rythmé, qui n’oublie pas de rester humain malgré la thématique de voyage dans le temps. Il a tout de même deux gros problèmes : rien n’est foncièrement original, et ses raccourcis scénaristiques ont tendance à rendre le propos encore plus léger qu’il ne l’est. Ça m’a presque donné envie de revoir Quantum Leap. Mais pourquoi pas… On a frôlé le feu vert.

conviction

mini feu rouge 2Conviction (ABC) Il faut vraiment qu’ABC arrête avec la caractérisation outrancière de ses héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux. J’en ai eu de la peine pour l’actrice, obligée de se déshabiller devant les autres, de faire croire qu’elle s’enfile une ligne de coke, tout ça pour nous vendre la plus mauvaise représentation possible de la « femme forte », qui couche avec qui elle veut. A quand un personnage féminin réellement humain, c’est à dire émouvant ? Le reste du show est à l’image du stéréotype : musique tapageuse sans lien avec ce qui se passe à l’écran,  décalage constant entre la gravité du sujet et la nullité de la recherche sur la culpabilité de l’auteur. Bref, j’ai éprouvé un vrai malaise pour de très nombreuses scènes… Yeurk !

frequency

mini feu vert 2Frequency (CW) Forcément, après avoir suivi avec passion Signal, le drama coréen inspiré par le film dont est issu la série américaine, j’avais quelques craintes. Mais je suis rassuré. Le show réussit à donner de l’émotion à un pitch suffisamment ingénieux (à condition de ne pas y regarder de trop près évidemment). La musique est un peu trop présente aussi, mais on est sur la CW donc… Mais le pilote est rondement mené, sans temps mort, émouvant, attachant, mystérieux. Hop, voilà enfin le premier show du network traditionnel à vraiment me faire de l’œil ! J’espère juste que l’aspect procedural ne sera pas trop présent…

no-tomorrow

mini feu vert 2

No Tomorrow (CW) Décidément, La CW est sur la bonne voie au rayon des comédies. Après Jane the virgin, Crazy Ex-girlfriend, No Tomorrow est une comédie romantique pleine de surprises : d’abord le duo a un charme fou, et nous est immédiatement sympathique. Ensuite, le ton de la série est délicieusement dingue (la fin du monde est proche). Tous les personnages ont d’ailleurs aussi leur propre grain de folie, ce qui donne au show son ton décalé et léger. Une bien jolie surprise !

american-housewife

mini feu rouge 2American Housewife (ABC) A vouloir en faire trop, on loupe le coche. Notre héroïne se veut « cool », optimiste, tolérante, … La liste s’allonge en même temps qu’on découvre les excentricités de chaque membre de la famille (un père en retrait, un fiston avare, une fille bourrée de Tocs, une ado qui ne pense qu’à l’apparence). Bref, chaque ingrédient de la comédie est là, mais en surdosage. Il en résulte un côté brouillon manquant de personnalité. Et les gags qui en résultent sont plutôt plats, vus, et revus, quand ils ne sont pas répétés ad nauseum pendant le pilote. On a vu bien pire, mais même en bouche-trou, j’aurai du mal à conseiller cette comédie.

En bonus  :

mini feu rouge 2Crunch Time (web-serie) : l’histoire d’un type qui se fait larguer par sa copine. Pour la forcer à changer d’avis, il l’hypnotise et utilise ses copains scientifiques pour explorer son subconscient. Gags potaches, concept initial carrément écœurant… Buzz immérité.

kims-convenience

mini feu vert 2Kim’s Convenience (CBC, Canada) : Une comédie portée par un casting d’ acteurs asiatiques, qui explore à son niveau l’adaptation coréenne – société conservatrice et patriarcale – aux mœurs d’Amérique du Nord. La série réussit un petit miracle, celui de rendre sympathique des personnages peu acclimatés, par exemple, aux questions tournant autour d’autres sexualités. C’est très bien écrit par moment, et on se met vite à prier pour que la suite soit à la hauteur. Oui, oui, oui !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s