Go On [Pilote]

Les multiples essais de Matthew Perry pour retrouver une série à succès depuis Friends peuvent faire sourire, mais le comédien a le mérite d’être persévérant. Hélas, après le trailer diffusé lors des upfronts, Go On n’avait suscité chez moi qu’une simple curiosité.

Avec le pilote diffusé plus largement sur la toile par NBC, le constat n’a pas fondamentalement bougé. D’abord parce que l’histoire d’un animateur radio qui va en thérapie suite au décès de sa femme n’a pas de point de vue, pas de personnalité. On sait dès la première minute ce qu’il va se passer, et aucune surprise ne vient à l’horizon. Non seulement dans le déroulement de l’épisode, mais également dans les personnages. La composition du groupe respecte à la lettre les clichés véhiculés.

Au milieu de tout ça, Matthew Perry se démène, parvient à faire sourire et à donner à son personnage le minimum syndical. C’est d’ailleurs ce que je reproche le plus à cet épisode, bien trop formaté pour laisser entrevoir quelque chose. Pas de grain de folie, juste une image sympathique à la toute fin avec un groupe qui s’extériorise enfin au lieu de ressasser sa douleur.

Je pensais avoir plus de mal avec le ton de l’épisode, mais cette série réussit plutôt bien à équilibrer le drame avec la comédie, ce qui en soi est une vraie bonne surprise. Il manque clairement une vision d’ensemble, une philosophie ou un regard pertinent, mais au moins l’épisode n’est pas un ensemble de scènes mises bout à bout.

C’est plutôt au détour d’une phrase que l’on sent que les auteurs peuvent donner quelque chose. Lorsque notre héros évoque les circonstances du décès de sa femme, il ne peut s’empêcher de rajouter à quel point ce qu’elle demandait était inutile. L’occasion, enfin, de montrer non pas que la vie ne tient qu’à un fil et qu’il faut faire attention (comme la scène ratée des fruits lancés sur une voiture), mais qu’il y a aussi de l’amertume, de la rancœur dans une mort aussi « idiote ». C’est de ce côté là que la série peut tirer son épingle du jeu, en évoquant davantage la complexité de nos rapports avec la mort.

Au final, la série est bien trop millimétrée pour susciter mon enthousiasme, mais tout n’est pas perdu. Malgré son pitch conventionnel la série peut encore sortir des sentiers battus, et peut-être réussir à faire rire et à émouvoir. Avec un comédien comme Matthew Perry qui excelle dans ce registre, il vaut mieux ne pas fermer complètement la porte.

Advertisements

Une réflexion sur “Go On [Pilote]

  1. Bon, au moins il y a de l’espoir dans ta critique.
    De mon côté, j’ai fini l’épisode les joues humides, et je dois à la vérité d’avouer que je me suis découpé le passage « clip » (qui montre Ryan aller dormir dans le canapé, entre autres) que je regarde de temps à autres parce que je le trouve très touchant et réussi. Après j’admets bien volontiers que je suis très bon public pour ce genre d’histoires, et qu’en plus j’adore les histoires où il y a des thérapies de groupe.
    En espérant que les prochains épisodes soient un peu plus convaincants pour toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s