[Pilote US] Outsourced

L’idée de départ de cette série comique était prometteuse : un manager est obligé de travailler en Inde suite à la délocalisation de son call-center.

On nous vend donc du dépaysement, et vous l’aurez compris, de très nombreux clichés sur l’Inde et les USA. Tout le monde en prend pour son grade, l’Inde beaucoup plus que les USA d’ailleurs. Les USA y sont dépeints comme le pays de la liberté, où l’on vend tous les gadgets au goût plus que douteux. Les indiens sont forcément en admiration devant la liberté des relations homme-femme,  et leur cuisine vous rend malade pendant 5 jours : rien ne vaut un bon cheeseburger. Voilà pour le résumé.

Le pilote est décevant puisque c’est aux indiens de comprendre la culture américaine (pour vendre des produits), et aux américains de survivre en terre hostile. Vous n’en saurez malheureusement pas plus sur la culture indienne en finissant l’épisode. Tout au plus aurez-vous un générique à la Bollywood et au cliché de la vache sacrée. Vous allez me dire que ce n’est pas le but, que ce n’est qu’une série comique. Certes, mais ça n’aurait pas fait de mal à la série de voir cet américain s’amouracher de la culture indienne dès le pilote, plutôt que de mater les fesses d’une australienne. Ça aurait surtout permis de croire en la sincérité du regard, ou au moins qu’une évolution est possible. Je ne suis pas très optimiste à la vue du pilote, malgré les propos des créateurs.

Tout cela aurait pu passer si au moins les gags étaient bons. Malheureusement, en un épisode, on a la triste impression d’avoir déjà fait le tour du sujet. J’en veux pour preuve l’indienne qui parle très faiblement, c’est le même ressort comique qui est réutilisé. Il y a finalement peu d’évènements qui me font rire : exhiber des gadgets vulgaires ça fait peut-être rire les college boys, mais ça n’est pas du tout mon style d’humour. Certains personnages sont déjà insupportables, comme le « bavard » du groupe qui essaye de danser de façon « américaine ». Je ne ris pas quand on montre des gens pathétiques, dans le but de se moquer.

J’aurai pu trouver un faux prétexte, dire que c’est déjà bien de voir un casting composé en majeure partie d’asiatiques à la télé américaine, mais l’argument ne vaut rien. Je ne vais pas me forcer à regarder une série comique qui me fait pleurer.

J’ai hésité entre accorder une deuxième chance ou arrêter là, mais en me relisant je m’aperçois que la déception l’emporte. Je crois que finalement je vais regarder le film à la place.

Advertisements

4 réflexions sur “[Pilote US] Outsourced

  1. J’avoue que malgré ton feu rouge, je me dis quand même que ça pourrait être à tester (et puis à mon avis, dans ce genre de truc, c’est p’têt plus sur la longueur qu’on peut dépasser les clichés, comme dans de nombreuses séries…).

  2. Pingback: Les pilotes de la rentrée américaine « Cinédramas

  3. Pingback: Outsourced – 101 – Pilot | Les Critikeurs

  4. Pingback: Bilan de la saison automnale 2010 (USA) « Cinédramas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s