Oh my Dad [Pilote – Japon]

oh my dad

On aurait pu croire Oh my Dad le pendant masculin de Woman, tant sur le papier les sujets semblaient proches. Ici, nous faisons connaissance avec un père qui va devoir élever seul son enfant, en étant en très nette difficulté financière – au point de devoir dormir la rue.

oh my dad dinner

Hélas. je n’ai pas pu m’empêcher de penser que l’égalité de traitement, ce n’était pas encore pour maintenant. Une femme seule qui élève son enfant est courageuse, elle se bat, elle est extraordinaire. Un homme, voyez-vous, est forcément empoté. Il est incapable de faire chauffer un plat au micro-ondes, dépose son fils en retard, l’oublie, … Ça me fait penser à cet article sur les pères célibataires – en 2011, bien avant le phénomène des pères qui montent dans les grues : « La difficulté première est la suspicion par nature : un père ne sait pas s’occuper d’un enfant en bas âge, […]. En couple vous êtes un père de famille, une fois séparé, vous devenez une sorte d’incapable. »

Il est d’ailleurs assez amusant de prolonger la comparaison. Woman parle d’une femme seule, et est écrite par un homme alors qu’Oh my Dad parle d’un homme seul et est écrite par une femme.

oh my dad oda yuji

Dans ce pilote, ce qui arrive à notre héros est de sa faute. Dans Woman, c’est la société injuste qui se désolidarise. Dans Oh my Dad, c’est le papa (Oda Yuji) qui doit se remettre en question. Sa femme le quitte parce que ça fait 18 ans qu’il n’arrive à rien dans ses travaux de recherche. Il ne contribue pas financièrement au foyer, et pioche dans la caisse pour ses expériences. Il oublie de souhaiter l’anniversaire à sa femme. Trop c’est trop. Seul avec son fils, il doit quitter l’appartement parce qu’il n’a pas pu payer le loyer. Puis il doit également quitter son labo car les gens en ont assez de la financer pour rien. Il se retrouve dans la rue, et finit par fermer les yeux lorsque son fiston cherche à manger dans les poubelles. Ce père indigne est pourtant rappelé régulièrement à la raison par sa progéniture, qui le somme de demander pardon afin que la maman revienne….

oh my dad father and son

Et en dehors de ces considérations sociétales, me direz-vous ? Le show manque singulièrement d’épaisseur, et il est difficile de s’attacher aux personnages, malgré tous les efforts déployés par le fiston pour dire qu’il adore son père. (Qu’il est loin le temps de Marumo no okite). En l’absence d’émotion, Oh My Dad loupe sa cible et rentre directement dans la case des dramas à l’intérêt plus que discutable et au sujet (mal) recyclé.

feu-rouge4

Advertisements

Une réflexion sur “Oh my Dad [Pilote – Japon]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s