[Pilote US] Running Wilde

Running Wilde faisait partie de mes attentes pour cette rentrée. Une comédie avec des relents d’Arrested Development, l’une des meilleures jamais réalisées, c’était forcément immanquable. Pensez donc : Hurwitz est aux commandes, et Will Arnett et David Cross sont dans des rôles qui leur vont comme des gants.

On sent tout de suite le côté loufoque dans la série, avec ces fameux gags en arrière plan dignes des ZAZ. L’absurdité est poussée à son paroxysme, et c’est tant mieux. Parce qu’un milliardaire stupide, imbu de lui-même, en temps de crise, c’est pas vraiment un personnage attachant. Qu’importe, Arrested Development avait parfaitement fonctionné sans rendre ses personnages « humains ». Même s’il n’est pas un mauvais bougre , Steve Wilde, à côté de ses pompes, se fait escroquer par ses subalternes et ne trouve d’intêret que pour la compétition avec son voisin aussi richissime que lui. Il y a un regard tellement décalé sur le personnage qu’on ne peut le prendre au sérieux.

C’est là le problème de la série. Arrested Development n’aurait jamais pu devenir une comédie romantique avec ses personnages. De la même manière, Running Wilde va avoir toutes les peines du monde à nous vendre une histoire d’amour entre ce milliardaire et cette écolo. Parlons-en de cette fameuse Emmy Kadubic : au vu du trailer, j’avais beaucoup de mal à imaginer Keri Russell incarner ce personnage. Le fait est que sur le pilote c’est moins catastrophique que je ne l’aurai cru, mais pour autant j’ai encore plus de mal à ressentir une quelconque alchimie entre les deux acteurs. Il me faudra sans doute du temps pour m’y habituer. Son personnage est d’ailleurs trop mis en retrait, mais j’ai apprécié le fait qu’elle ait elle aussi des défauts : elle est tellement obnubilée par sa cause qu’elle délaisse sa fille.

Si sur le plan de la romance ça va être dur d’y croire, en revanche, sur le plan humoristique, le pari est gagné. C’est très drôle, la narration va à 200 à l’heure, on a même du split screen, j’aime quand ça fourmille d’idées. Je ne vais pas citer les nombreux gags, mais outre ceux qui se passent en arrière plan, j’ai beaucoup aimé le comportement du majordome/chauffeur Migo qui couvre la voix du serveur pour empêcher son patron de connaître le vrai prix de ce qu’il commande.

Du point de vue des personnages secondaires, ils sont tous impeccables, à l’exception de la fille d’Emmy, un rien tête à claques. N’est pas Alia Shawkat qui veut.

En résumé : la série est bancale (la romance ne fonctionne pas), mais les gags sont très bons. Un Arrested Development maladroitement mixé, peut-être, mais une série très drôle sûrement. J’espère juste qu’ils arriveront à rendre le personnage d’Emmy plus drôle et qu’ils s’appuieront moins sur Steve. Il y a un problème d’équilibrage, mais sur le long terme ça peut s’aplanir. Et qui sait  ? En donnant plus d’importance à Emmy, ils arriveront peut-être à donner de la profondeur à ces personnages délurés, on croira peut-être alors à leur histoire d’amour. Une autre solution consisterait à ne parler que d’attirance, comme les cousins maudits Maeby et George Michael.

En l’état, je continue, le potentiel est réellement enthousiasmant, mais les prochains épisodes seront déterminants.

Publicités

3 réflexions sur “[Pilote US] Running Wilde

  1. Pingback: Les pilotes de la rentrée américaine « Cinédramas

  2. Pingback: Running Wilde – 101 – Pilot | Les Critikeurs

  3. Pingback: Bilan de la saison automnale 2010 (USA) « Cinédramas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s