The Following [Pilote]

the following

Comment parler des serial killers, de nos jours ? La production télévisuelle et cinématographique regorge de tueurs tous plus dangereux les uns que les autres. Lorsque The Following a été annoncé, je ne donnais pas cher de sa peau.

Et malheureusement, toutes mes craintes se sont vérifiées. Pire, le pilote veut tellement en mettre plein la vue qu’il en oublie de rendre son récit plausible. Entre les passages secrets, une maison qui subitement n’a plus d’électricité alors qu’elle grouillait de policiers il y a une minute, ou le héros qui oublie de prendre son arme alors qu’il se lance seul à la poursuite du tueur, il y a de quoi bondir de son siège, mais pas pour les bonnes raisons.

J’ai même eu un problème avec la mise en scène des tueries, qui regorgent d’hémoglobine, et la bande sonore cliché à souhait. Même les amateurs de sensations fortes (cibles de la série, assurément) seront déçus, l’effet de surprise étant rarement là. (Je m’étonne encore des flatteries dont bénéficie The Following, car ses twists sont d’une banalité affligeante, et pire encore, promettent des rebondissements irréalistes dès que les scénaristes en sentiront le besoin – c’est un procédé tout ce qu’il y a de plus malhonnête dans une fiction et le pilote le répète par deux fois). Enfin, quitte à vouloir montrer un grand méchant, autant lui donner une personnalité, un charisme… Ce n’est pas en citant Poe tous les trois dialogues que l’on parvient à donner une dimension supplémentaire au récit, malheureusement.

Tout cela souffre d’un manque d’imagination flagrant, et seule la perspective de passer 40 minutes en compagnie de Kevin Bacon m’a permis d’aller jusqu’au bout. Hélas, notre héros est lui aussi très fade. Détesté par ses pairs parce qu’il se la joue perso, et ne démontrant aucune capacité de raisonnement, il ne sert que de pion dans une partie d’échec prévisible. Même son background semble peu recherché. Une vague histoire d’amour avec l’ex-femme du tueur, un pacemaker, rien ne permet de s’attacher au personnage.

En l’état je ne vois pas comment on pourrait s’intéresser à The Following, à part si vous êtes en manque du genre. C’est générique, plat malgré une mise en scène qui veut en faire des tonnes, et sans réelle surprise (c’est à dire sans aucune ingéniosité). Kevin Williamson n’est plus que l’ombre de lui-même.

Et vraiment, encore une fois, sincèrement, je m’étonne du buzz dont bénéficie la série sur la toile…

feu-rouge4

Advertisements

7 réflexions sur “The Following [Pilote]

  1. Pour ma part, j’ai bien aimé, mais je ne suis pas un habitué des sérial killer! Le coup du flingue oublié par exemple ne m’a pas choqué, il n’est que consultant, plus agent et c’est donc normal qu’il ne porte pas de flingue. Enfin, vue de mon point de vue français en tout cas!!
    🙂

    • Disons que lorsqu’on se lance à la poursuite de quelqu’un d’extrêmement dangereux (et que l’on connait), on prend son arme, surtout quand on en possède une et qu’on sait l’utiliser. Qu’on soit consultant ou pas, à mon avis on tient à sa vie, non ? 😉
      Et merci pour ton commentaire !

  2. Je partage ton point de vue sur ce pilote. Je l’ai trouvé très faible, et échouant dans toutes les missions d’un premier épisode. Il ne crédibilise pas le concept introduit, repose sur des stéréotypes vus et revus, et use de nombre d’artifices… Je me suis moi aussi arrachée les cheveux devant le héros qui part seul à la poursuite du serial killer, sans avertir personne, et sans arme !
    Bref, la suite sera peut-être plus convaincante, mais je n’ai pas du tout adhérer à cet univers, et je ne vois aucune raison d’y revenir en deuxième semaine.

  3. Arf je n’ai pas eu du tout le même avis que toi.
    Peut-être ma passion (bizarre j’en conviens) pour les serial killer m’a fait rester.
    Mais j’ai bcp aimé les 2 premiers épisodes. Et une série qui met du Marilyn Manson c’est forcément acquis pour moi (mon côté fangirl j’avoue).
    Kevin Bacon est un acteur que j’adore et qui peut se révéler dans ce genre de rôle et d’ambiance.
    Après je pense que le concept ne peut pas tenir plus d’une saison…

    • Moi aussi j’aime bien Kevin Bacon, mais je n’ai malheureusement pas du tout adhéré au scénario et à la mise en scène.
      Merci pour ton commentaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s