Pan to Soup to neko Biyori [Pilote – Japon]

pan to soup to neko biyori

Attention coup de cœur. Diffusée cet été sur WOWOW, la série japonaise Pan to Soup to neko Biyori ravira les amoureux de la culture et de l’état d’esprit nippon. Traduite littéralement comme du pain, de la soupe, et un temps de chat, ce drama est un exercice de style, d’épuration du trait, de simplification d’intrigue, de mise en scène recherchant l’harmonie et la discrétion.

Zen ? Il y a de ça. Sans aller jusqu’à une posture bouddhiste invitant à une méditation, il s’agit ici plutôt de l’observation des lieux. La caméra est la plupart du temps fixe, calée sur les perspectives, ou tourne lentement autour de ses protagonistes, permettant de trouver dans le décor, dans le placement des personnages, cet équilibre visuel qui fascine tant.

pan to soup to neko biyori cast

Le silence n’est rompu que par quelques mélodies de piano ou quelques dialogues ne laissant que très peu entrevoir le caractère des personnages. La galerie de personnages est pourtant résolument sympathique, avec l’idée omniprésente de décrire le quotidien d’un quartier sans histoires.

La réalisation passera de longs moments à se tenir en retrait, à vouloir observer, sans bousculer, comme si on avait timidement posé une caméra dans ce lieu sacré. On peut y voir les lignes parfaites des rues, subitement dérangées par deux passants aux comportements posés et respectueux. La vie traverse le quartier sans bruit, sans agitation. Le temps ne semble plus avoir d’emprise.

pan to soup to neko biyori street

Cet endroit tranquille va malheureusement perdre son équilibre, lorsqu’une restauratrice très appréciée meurt subitement. Sa fille d’âge moyen travaillant dans le milieu de l’édition ne montre pas son chagrin. Elle vit seule, et semble se satisfaire de son quotidien et de ses rencontres avec ses clients. En revenant habiter chez sa défunte mère, elle découvre un chat qu’elle décide d’adopter.  Puis elle quitte son emploi pour prendre le pari un peu fou de ré-ouvrir le restaurant. Au menu : une soupe, et trois sortes de sandwichs, les seules recettes qu’elle pense maîtriser. Et pour l’aider elle engage une grande fille plutôt réservée, tandis que le café voisin l’observe.

pan to soup to neko biyori home

A travers ce récit d’apparence simpliste, l’auteur cherche à démontrer l’importance de l’équilibre dans une vie. Dans la vie du quartier, mais aussi dans la vie de l’héroïne jusque dans son habitation. Elle qui pensait certainement terminer sa carrière dans les livres, la voilà qui se lance un défi, sur les conseils d’un cliente et amie. Elle est douée pour la cuisine. Elle a juste besoin d’y croire. Et de se trouver. Si notre héroïne pioche dans un carton de jeux de loterie, c’est parce qu’elle attend un signe, parce qu’elle est consciente que sa vie ne peut continuer ainsi.

pan to soup to neko biyori cat

La série a clairement envie de laisser au téléspectateur le temps qu’il faut pour se plonger dans cette quiétude, le temps qu’il faut pour réfléchir sur quelques symboles. (Dans une scène déconcertante, on peut ainsi voir une enfant saisir puis relâcher une abeille morte.) En filigrane, on peut trouver un message apaisant et spirituel sur le cycle de la vie et de la mort : le décès de la mère ne donne lieu à aucun message de condoléances ni à des séances de larmes, la voisine très âgée indique simplement, sans angoisse, qu’elle sera peut-être la prochaine,…

pan to soup to neko biyori cat home

La sobriété de l’intrigue et des scènes touche ici à l’obsession. Les visages sont assez peu détaillés, les personnages souvent observés de loin, le décor est méticuleusement arrangé, propre, harmonieux. Et si la fiction peut certainement endormir de nombreux téléspectateurs peu réceptifs, elle est aussi capable d’imposer un état d’esprit serein en trois minutes, en nous donnant envie de retrouver notre propre harmonie.

pan to soup to neko biyori restaurant

A la fin de l’épisode, après cette jolie mélodie, l’inquiétude nous étreint la gorge. Il n’y a que 4 épisodes, certes, mais l’attente des prochains sous-titres est insoutenable.

feu_vert3

Publicités

Une réflexion sur “Pan to Soup to neko Biyori [Pilote – Japon]

  1. Merci pour cette recommandation. Il me reste un épisode à voir mais je laisse traîner pour faire durer le plaisir.
    Ce drama à l’esthétique très particulière, à la fois épurée et très soignée (une référence au cinéma d’Ozu ?) est un petit oasis.
    La bande son est effectivement remarquable, à la fois discrète et très agréable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s