[Pilote US] Mad Love

Si vous me lisez régulièrement, vous savez que je peste fréquemment envers les comédies romantiques américaines actuelles, parce qu’elles n’arrivent plus à développer des personnages et à expliquer pourquoi deux êtres sont attirés l’un envers l’autre.

Et bien, Mad Love, ou en tous cas son pilote, me prouve une fois de plus que ce savoir-faire s’est définitivement perdu. Pourtant, c’était pas bien compliqué.

En 20 minutes, on avait le temps de montrer un peu les personnages, leurs attentes, leurs points communs. De nos héros nous ne saurons rien. A part qu’ils se sentent attirés l’un l’autre, chose qui nous est répété ad nauseam durant tout le pilote.

On avait le temps de faire un peu de symbolique à la Sleepless in Seattle, et de faire croire que leur rencontre allait échouer. Mais au lieu de ça, nous avons droit à un tour de magie, où les objets disparaissent et réapparaissent dans leurs mains, au mépris de toute loi physique. Non, ce qui rendait ce moment romantique dans le film de Meg Ryan, messieurs les scénaristes, c’est que l’objet était ramené à la dernière minute. Une seule fois, c’est crédible. Plusieurs fois, c’est pathétique. Et puis surtout, quand on veut montrer à quel point ces deux êtres sont destinés l’un à l’autre, on a ni besoin de le répéter, ni le besoin de les voir s’embrasser par deux fois. Un simple travail d’acteurs, un échange de regard vaut 10 000 baisers.

Au lieu de ça, on a droit à des scènes téléphonées (un faux-baiser avec une inconnue, l’ex qui débarque) et des acteurs qui semblent croire que leur seule présence peut rendre la sitcom intéressante. Malgré toute la sympathique que je peux avoir pour Sarah Chalke (Scrubs), je voulais autre chose qu’une parodie grossière d’un film culte. Dans le même temps avec l’acteur d’American Pie dans le rôle titre, j’aurais du m’attendre à ce que ça ne soit pas très fin.

Quant aux sidekicks, comme souvent dans les sitcoms, ce sont les plus intéressants. Non pas parce qu’ils forment un couple impossible (leur non-romance me laisse indifférent), mais parce qu’on leur a donné suffisamment de temps d’antenne pour leur donner une personnalité. Tyler Labine (Reaper) et Judy Greer (Arrested Development) en ont à revendre, même si je me serai bien passé des blagues sur les rots, décidément, toujours d’un goût exquis.

C’est d’ailleurs le principal problème de ce pilote. On ne rit pas. Si un effort est fait pour avoir des dialogues, ils n’ont rien de percutant. L’essentiel du show est de l’ordre de la gestuelle.

Au final même si on est loin du désastre de Perfect Couples, je ne m’y attarderai pas.

Publicités

Une réflexion sur “[Pilote US] Mad Love

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s