[Pilote – Corée] City Hunter

Vous ne rêvez pas. L’adaptation tant attendue du manga City Hunter est enfin arrivée sur le petit écran coréen. La plupart d’entre vous connaissez sûrement l’anime Nicky Larson ?

Ne vous réjouissez pas trop vite, le drama coréen n’a finalement plus grand chose à voir avec l’original. Les différentes previews montraient différentes tonalités, ce qui soulevait déjà une légère suspicion chez les amateurs.

Mais au lieu de m’attarder sur des comparaisons incessantes (ce dont je ne serai honnêtement pas capable, je ne suis pas du tout calé en matière d’animation japonaise ou de manga), j’ai pris le parti de regarder les deux premiers épisodes sans a priori. Et je conseille aux fans de la série de faire de même, sous peine de passer à côté des qualités du drama.

Car sans être trop optimiste, j’ai de l’espoir pour la série. Malgré un premier épisode très orienté action, dénué d’humour, et se voulant trop sérieux (avec quelques maladresses mais suffisamment explosif pour attirer le chaland), le deuxième épisode entre dans le vif du sujet en nous présentant enfin la plupart des protagonistes, et c’est là que j’ai été charmé.

L’histoire commence ainsi : A la suite d’un attentat en Birmanie, 5 dirigeants haut placés de Corée du Sud décident de se venger et de fomenter une attaque envers quelques gradés de Corée du Nord. Dans l’escouade d’assaut se trouvent deux amis, dont l’un vient de devenir père. Mais entre temps la diplomatie fait son effet, et pour ne pas rendre difficile les relations avec les USA, l’opération est reniée. Pour ne pas laisser de preuves, l’escouade est massacrée à son retour. Seul survivra l’ami du père, qui décide alors de kidnapper l’enfant. Il fuit son pays, élève alors celui qu’il fait passer pour son fils. Devenu chef d’un réseau du fameux triangle d’or en Birmanie (en gros, parrain de la drogue), il entraîne l’enfant (Lee Yoon Sung) pour qu’il puisse se venger un jour et éliminer les 5 personnes qui l’ont trahi.

C’est ainsi que Lee Yoon Sung revient en Corée avec comme identité celle d’un professeur émérite du MIT, ayant donc fait ses études aux USA. Il s’installe ainsi dans le service des communications internationales à la Maison Bleue (où séjourne le Président de la Corée du Sud, sa femme, et sa fille, une adolescente qui montre les premiers signes d’une rébellion).

J’ai un peu de mal avec la construction psychologique du héros. Celui-ci  grandit en l’absence d’une mère et se cherche une mère de substitution. Lorsqu’il apprend la vérité et revient à Séoul, il ne cherche pas sa mère, alors que ça aurait du être l’un de ses premiers gestes. De même, il accepte sans broncher d’être un instrument de vengeance et ne se doute pas que son « père » lui cache bien des choses sur la suite de sa mission. Mais peut-être en saura-t-on davantage dans les prochains épisodes.

En revanche, sur le plan du caractère, le personnage est éminemment sympathique. Il a bien sûr ce côté « jerk » commun à une grande majorité de dramas coréens. Il manipule la gente féminine pour parvenir à ses fins (il a ce côté tombeur, coureur de filles) mais il a du cœur, et finit par s’impliquer pour sauver des personnes en danger. En outre, malgré sa maîtrise du combat, il n’hésite pas à perdre lors de ses entraînements d’arts martiaux, afin de ne pas éveiller les soupçons.

Si j’avoue être emballé par l’histoire d’une vengeance et la connexion des nouveaux personnages avec les 5 dirigeants, je ne pensais pas être aussi positif par le reste du show, et principalement la relation entre le héros et Kim Na Na.

Car c’est un personnage féminin particulièrement fort qui nous est proposé, capable de tenir tête à Yoon Sung. Elle est criblée de dettes mais finit par décrocher un emploi de garde du corps à la Maison Bleue, au service de la fille du Président. Comme le héros (voire même davantage), elle veut lutter contre les injustices et, têtue, elle ne se laisse pas faire. On ne la verra donc pas bouder ou pleurnicher sans raisons, et ma foi c’est plutôt rafraichissant.

Le « couple » fonctionne à merveille, en grande partie grâce au charisme de Lee Min Ho (Boys over Flowers, Personal Taste) et Park Min Young. On voit tout de suite leurs ressemblances, et il ne fait nul doute que l’un est l’alter-ego de l’autre. Leur rapprochement n’en est que plus prévisible, et n’apparaît donc pas monté de toutes pièces. Enfin, pris séparément, chacun est crédible.

Lee Min Ho assure dans son rôle de charmeur et d’homme d’action, aidé par une mise en scène efficace qui n’en fait pas des tonnes pour rendre son personnage « cool », contrairement à d’autres séries d’action récentes (ouf !). Il n’apparaît ni fragile ni désinvolte, et je tiens à saluer cet équilibrage qui permet à la fiction d’être réussie autant dans les scènes sérieuses que légères. Et contrairement à son précédent rôle dans Personal Taste, cette lattitude de jeu lui permet d’exploiter son charisme à son maximum. Bref, Lee Min Ho est incontestablement l’un des grands atouts du drama.

Park Min Young est également parfaite pour son rôle. Ni optimiste ni pessimiste, c’est une combattante. Et comme Lee Min Ho, elle a des nuances dans son jeu qui lui permet d’être à l’aise dans tous les registres. Elle arrive à être sympathique sans que l’on se sente le devoir de pleurer pour elle (à l’exception du cas de son « père », dans le coma depuis des années, décidément un cliché que l’on aurait pu éviter).

J’ai donc beaucoup aimé le ton équilibré de cette relation, qui ne verse ni dans les chamailleries adolescentes ni dans l’idéalisme romantique (bien que les affiches laissent le croire).

Mais le drama souffre quand même d’un certain manichéisme. Par exemple, dans les scènes nous montrant les ravages de la corruption. Avait-t-on vraiment besoin de nous montrer des enfants affamés et abandonnés qui, au péril de leur vie, mangent des petits pains malgré leur allergie, et qui manquent de se faire écraser par l’un de ces corrompus ? Avait-on besoin du père de Kim Na Na dans le coma à l’hôpital ? Oui, ce côté démonstratif m’a particulièrement agacé, au lieu de m’émouvoir.

Il est encore bien trop tôt, par contre, pour évaluer le potentiel des autres personnages. Le procureur qui essaye de faire tomber l’un des corrompus n’est encore que trop peu présent et trop peu caractérisé. Tandis que l’adolescente rebelle, fille du Président, a ce côté tête à claques qui va, je le pense, me donner du mal dans les prochains épisodes.

Sur le plan de la réalisation, c’est plus que correct. On pourrait pinailler sur un ralenti ou un saut au-dessus d’un mur, mais tout le reste est convaincant. Mais ce qui permet au drama de s’élever, c’est sa BO. Sans être extraordinaire, elle insuffle une certaine tension.

Bref, en dépit de quelques maladresses (notamment un côté démonstratif trop appuyé), l’ensemble est tout de même prenant : ni trop dramatique, ni trop léger, tout en réussissant à rendre ses personnages attachants (ce qui n’est pas une mince affaire). Même si l’histoire n’a plus rien à voir, on sent qu’on est dans une fiction inspirée d’un manga, et non un thriller dramatique ou une comédie romantique. C’est rythmé, sympathique, et même s’il est trop tôt pour se prononcer, je savoure déjà à l’avance les potentiels rebondissements. Ah, et j’aime décidément beaucoup le couple principal et le thème musical. Et comme vous le savez, c’est la base d’un drama coréen.

Vous l’aurez compris, je continue ! (Et ça n’arrange pas mes affaires !). Il ne reste plus qu’à espérer que Ms Ripley soit mauvais car ce mois de Mai est particulièrement bien fourni en productions coréennes enthousiasmantes.

Publicités

8 réflexions sur “[Pilote – Corée] City Hunter

  1. Tu as tout dit ! Je pense que je n’aurais qu’à mettre un lien vers ton article pour parler de CH dans mon bilan de mai, je ne vois pas ce que je pourrai rajouter de plus.
    Tout à fait d’accord sur le coup des pauvres petits orphelins, fallait-il que ses fonds de campagne proviennent de détournements des fonds du service minimum pour les orphelins ? Oui pour prouver qu’il est diaboliquement diabolique, mais là tout de même ils ont poussé mémé dans les orties.
    Merci pour ces impressions !

  2. Ces deux premiers épisodes m’ont également plutôt accroché et plu ! C’est aussi à partir du deuxième épisode que j’ai été charmée ; le premier trop « militaro-sérieux » souffre de pas mal des maux/limites propres aux séries d’action sud-coréennes.
    Mais ensuite, j’ai été agréablement surprise par la dimension humaine de ce drama, avec des personnages attachants et dont la dynamique fonctionne sacrément bien instantanément.
    Après il y a des problèmes plus structurels en terme d’intrigue que tu évoques très justement, mais je me dis que « peut-être » City Hunter peut réussir là où d’autres ont échoué : ne pas être « trop sérieux », mixer les genres, et en même temps, miser non sur l’action brute, mais sur la dimension humaine (ce qui permet d’éviter au drama de couler si l’histoire cède à un trop grand manichéisme par ex.)

    Et puis, point futile mais quand même important, j’avoue que c’est la première fois que Lee Min Ho retient à ce point mon attention dans un drama. Le rôle lui va bien. #JeSuisFaible ^_^

  3. Très intérressant pour ma part.
    Même si comme tu le dis, ne pas s’attendre à la version manga, j’aime plutôt ce style de « séries ». Avec une vengeance à l’appui, et puis, qui est passé à coté de Nicky Larson ? (on ne pourra pas faire faire pire que la version film avec Jackie Chan après tout 😉
    Là, tu m’as donné l’envie de voir ça 🙂

  4. Bon, je ne peux m’empêcher quand même de chercher le rapport avec City Hunter… Je veux dire, il y a adaptation et se servir juste d’un nom connu (en essayant vaguement de retirer un peu du matériau d’origine pour faire style) pour attirer le public. Il me semble qu’on est clairement dans le deuxième cas à la lecture de cette review… Ca me chiffonne forcément. Il y avait sûrement matière à être plus proche de l’oeuvre d’origine que ça avec une optique pourtant pas si éloignée que celle visiblement choisie (le début du manga étant par ailleurs très sombre, comme sa fin). Mis à part ça, j’ai envie de dire pourquoi pas…

  5. Il est clair que les fans du manga doivent regarder ce drama sans chercher la comparaison.
    Et si je conçois qu’utiliser la licence est un procédé un peu malhonnête comme tu le dis Naka, le drama vaut quand même le coup d’œil. Je préfère un bon drama à un drama qui se contente d’adapter un manga. (Content de te revoir, Naka, au fait !)

  6. Non content de réunir un casting de rêve, une OST tout bonnement sublime, et une histoire aux rebondissement à couper le souffle, City Hunter ajoute à tout cela une fraîcheur inattendue, doublée d’un réalisme – pour réaliste que puisse être le drama – saisissant. Les personnages sont parfaitement construit (pour revenir sur ton article : Lee Yun Seong ne cherche pas sa mère directement en arrivant, puisqu’il croit qu’elle l’a abandonné). Le gros risque était Kim Na Na, ils en ont fait une femme forte et indépendante – ouf, on échappe au ridicule d’Oh Ah Ni dans Playful Kiss, ou encore à cette mauvaise habitude qu’on les coréens de toujours faire tomber les femmes amoureuses et prêtes à tout pour satisfaire au mieux l’homme de leur rêve. Na Na a un égo, de la fierté, et vit dans la vraie vie. Ça fait plaisir à voir !)

    Ce drama fait faire à mon coeur des embardées, et chaque fin d’épisode est une torture, parce que je dois me raisonner et ne pas mourir de frustration en attendant la suite ! Je crois que l’épisode 8 contient des plans parmi les plus beaux que j’ai jamais vu, d’un point de vue émotionnel. Il ne se passe pas grand chose, mais c’est juste sublime, saisissant. L’alchimie entre les deux acteurs nous pousse vraiment à nous immerger dans l’histoire et à certain moment, le geste, pourtant tout bête, comme faire glisser en mèche de cheveux derrière l’oreille, me faisait me sentir voyeuse, intruse dans leur intimité.
    Bon, je ne suis peut-être pas complètement objective parce que les deux acteurs sont mes préférés… Lee Min Oh est vraiment talentueux, et Park Min Young est la plus belle actrice coréenne à mon sens, elle a une voix désarmante en plus… un peu grave. J’aime bien ^^ Elle respire le naturel.

    Et le mieux dans tout cas, c’est qu’à l’épisode 12, il n »y a toujours eu aucun temps mort (excepté l’épisode 1, mais ça ne gêne pas – au moins, ici, ça ne dure qu’un épisode, dans Iljmae, ça dure sur 10 épisodes). J’espère que ça va continuer, parce que si c’est le cas, ce drama vadevenir mon numéro 1, et surtout surpasser Time Between Dog and Wolf, l’un des seuls drama qui m’a captivée du début à la fin sans un seul et unique temps mort…

    Vraiment un drama à voir. Mais par contre, je regrette à chaque fin d’épisode (j’ai surtout regretté à la fin du 8 en fait) de ne pas avoir attendu qu’il soit fini pour le commencer. Dream High – étrangement addictif alors que ce n’est vraiment pas exceptionnel (ne parlons pas du chant et des chorés, heureusement qu’il y a le couple secondaire et la fin ^^) – m’avait déjà fait souffrir toutes les semaines… là, c’est carrément un supplice de chaque minute…

  7. moi j’ai trouvée le drama très bien et justement,voir les ravages de la corruption sur les enfants etc.. je suis une fan de kdrama et n’avoir pas accès aux dramas que j’aime me désole, sauf Dramapassion mais leur catalogue et trop limité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s