Life Unexpected – saison 1

A l’heure où j’écris ces lignes, cette série devrait être renouvelée pour une douzaine d’épisodes sur la CW. Et elle mériterait bien plus. Elle a été rachetée en France par Canal+ Family.

L’histoire raconte comment Lux, une jeune fille de 16 ans, abandonnée auprès des services sociaux, va à la rencontre de ses parents biologiques. Son but est de se faire émanciper et de pouvoir vivre avec son petit copain, sa meilleure amie, loin de ces familles d’accueil désastreuses. Cette rencontre va permettre de recréer non seulement un lien parents-enfant, mais aussi un lien entre les deux géniteurs Cate et Baze, qui n’ont jamais été vraiment ensemble et qui se détestent et se fuient cordialement depuis.

Certains voient dans la série un simple savoir-faire, un héritage des séries pour ados de WB. Certes. Le générique fait penser à Dido (Roswell). Certes. On y trouve Shiri Appleby (Roswell), Kerr Smith (Dawson). Certes. Mais pour autant, la recette n’est-elle pas savoureuse ? J’apprécie beaucoup les séries qui détaillent la psychologie de ses personnages, et s’y tiennent.

Lux est une fille traumatisée, qui a appris a vivre seule, et qui doit réapprendre à vivre en famille, cette même famille qui l’a lâchement abandonné quand elle était bébé. Sa peur de ne pas pouvoir être aimée, sa colère contre la lâcheté de ses parents doit s’effacer, et ce n’est pas quelque chose qui se passe en un clic. La saison entière y est consacrée, et c’est finalement tant mieux pour sa crédibilité. Elle est aussi à la mauvaise place : elle est l’enfant, mais elle a vécue en adulte ; elle était libre mais elle doit vivre de nouvelles contraintes. Se rajoute à cela la famille qu’elle s’est construite pendant toutes ses années : son amie, son petit copain. Pas facile de les faire coexister avec son nouveau démarrage dans la vie. Pas facile d’aller dans un nouvel établissement scolaire, de se faire de nouveaux amis, quand on vient des services sociaux.

Et c’est du côté de l’éducation de Lux que se situent des enjeux : Lux n’a pas eu d’éducation, mais a relativement bien tourné. Signe des temps, elle est déjà sexuellement active et n’a plus besoin de conseils à ce sujet. Pour autant, elle est en recherche de modèles, et j’aime beaucoup le fait que ses parents biologiques sont, chacun à leur façon, à côté de leurs pompes.

Nathaniel Bazile, dit « Baze », travaille à son bar, il est resté très immature. Un peu de fierté mal placée, de gros problèmes de responsabilité, une approche trop laxiste mais qui parfois lui réussit bien pour comprendre les problèmes de sa fille. Il essaye ainsi sans doute d’éviter de devenir son propre père, avec qui il a des relations tendues.

Cate, elle, est travailleuse, consciencieuse, et veut toujours trop bien faire. Elle regrette amèrement son abandon, et sa culpabilité la pousse à vouloir rattraper ses années, ce qui évidemment n’est pas possible. Elle devra apprendre à connaître sa fille, d’abord.

Un des niveaux de lecture de la série, parfois décrié, est que Lux, la fille, est trop « sage » pour son âge, et donne les bonnes leçons à ses parents. C’est vrai. Mais ce dialogue est aussi ce qui permet à chacun de s’améliorer. Lux n’est toujours pas dans une position de fille, d’enfant, elle est dans un trio d’adultes immatures ou maladroits. C’est je crois la force de la série. Celle de raconter comment on peut construire une famille, avec chacun à sa place, quand tout a commencé de travers.

Se rajoutent à cela un triangle amoureux Cate/Ryan/Baze assez savoureux puisqu’il donne la part belle à chacun. Personne n’est vraiment mis en faute. Personne n’est détestable. Et difficile finalement de préférer un couple plutôt qu’un autre. Ryan est peut-être trop lisse, trop propret, un peu moins sympathique, mais sa sagesse et ses conseils font de lui une autre partie indispensable de cette famille recomposée.

Bref, on le voit, la psychologie des personnages est pour le coup bien trouvée, cohérente. Elle est de plus très bien mise en valeur par ses acteurs. Bon, il arrive que la petite Brittany Robertson (Lux) surjoue, mais dans l’ensemble je trouve les prestations convaincantes, et surtout émouvantes. J’ai lu pas mal de critiques sur le fait que Shiri Appleby (Cate)  fait trop jeune pour être une mère. Euh. Elle a 32 ans bientôt, l’âge de ma future femme et j’espère mère de mes enfants 😉 Je sais bien que dans Roswell elle campait une ado, mais déjà là elle était plus vieille que son rôle. C’est le problème de la télé américaine : à force de faire jouer des ados par des adultes, on a une perception erronnée de l’âge de chacun. En tous cas, j’aime de plus en plus cette actrice. Elle avait déjà eu un rôle convaincant dans la série avortée Six degrees. Mais il se pourrait qu’avec cette série son talent soit enfin reconnu. Je rajoute un petit mot sur Kristoffer Polaha, qui interprète Baze de très belle manière, montrant toute la maladresse, la désinvolture, l’égoisme,  la lâcheté parfois, de son personnage. Ce n’était pas un rôle facile. D’ailleurs ce personnage est pour certains devenu redhibitoire. Alors que pour moi il est à la base même de la série (et de son succès).

On pourra reprocher à cette fiction l’aspect prévisible de ses dénouements. Mais fort heureusement, on ne voit pas le temps passer, l’humour est bien présent (mention spécial à l’épisode sur le voyage « familial »). L’alchimie, qui conditionne la réussite de toute série, est belle et bien là. Je me suis donc attaché très vite à ces personnages, au point que la série est devenue l’un des temps forts de ma saison télévisuelle.

Bref, Life Unexpected, drôle, rythmée sans trop de rebondissements, émouvante, attachante, est bien la pépite de la CW. Et j’attends avec impatience l’annonce officielle de son renouvellement.

Advertisements

5 réflexions sur “Life Unexpected – saison 1

  1. Coucou 🙂 merci pour cet excellent article qui traduit bien l’esprit de la série. Il me tarde déjà la saison 2.
    La fin de la saison 1 nous a plu ou pas, selon nos préférences (Baze, certes immature mais mignon :p)
    J’aime beaucoup cette série, tu as très bien décrit les personnages 🙂 et le voyage familial est aussi l’un de mes passages préférés, très nature, bon oki parfois surjoué comme tu dis par Lux 😉
    @ bientot, je file voir les autres articles, je m’y plais bien ici 🙂

    MC

  2. Pingback: Bilan de la saison 2009-2010 (US) « Cinédramas

  3. Pingback: Mon année 2010 « Cinédramas

  4. Pingback: Bilan de la saison automnale 2010 (USA) « Cinédramas

  5. Pingback: Life Unexpected saison 2 « Cinédramas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s