Upfronts 2012 : ma sélection

Comme chaque année, voici la liste complète (sauf surprise) des nouveautés à venir sur le network de nos amis américains à partir de septembre ou pour la mi-saison. J’ai essayé, au travers des informations disponibles, d’essayer d’évaluer mon attente vis à vis de ces séries. Un petit jeu, non pas des pronostics sur le succès d’une série mais plutôt sur mon futur engouement.

Après tout, je ne me suis pas (trop) trompé la saison passée et Once upon a time, favori, fut l’un des temps forts de ma saison télévisuelle (mais nous en reparlerons quand je ferai mon bilan).

J’ai rédigé cet avis alors que certains trailers me manquaient encore, notamment Friend Me, Golden Boy, Hannibal, Crossbones, … J’éditerai au fur et à mesure, mais certains trailers ne sont pas près d’arriver (cf articles correspondants).

On commence avec les sitcoms si vous le voulez bien, les networks continuent d’investir en masse dans ce secteur où il est très difficile de s’imposer,  NBC prend de gros risques cette saisons. Au total, toutes chaînes confondues : 16 nouvelles comédies, contre 15 l’an passé.

Les sitcoms multi-camera

Je suis toujours désespérément à la recherche d’une bonne sitcom multi-caméra, et le genre est de plus en plus délaissé, pour un motif qui me laisse toujours songeur. Le défaut actuel de ces séries n’est pas le rire enregistré (le rire enregistré ne vous dit pas quand rire, il participe seulement à l’impression d’avoir un spectacle vivant) mais bien un manque flagrant d’écriture dans les répliques et dans la rythmique.

Guys with kids (NBC) Quand j’ai lu le pitch, je me suis dit : enfin une série qui aborde la question des jeunes pères, où leurs nouvelles responsabilités s’entrechoquent avec leur désir de ne pas couper les ponts avec leur jeunesse et leur liberté. 3 situations nous sont présentées : un père qui travaille pendant que sa compagne reste à la maison, une homme qui reste à la maison, débordé par ses nombreux gamins, et enfin un papa récemment divorcé qui ne peut refaire sa vie car son ex est toujours là pour lui imposer son point de vue. Eh oui, la photo promo met bien en avant les mères, ce qui laisse à penser que sous son titre simpliste, guys with kids va plutôt parler de couple que de sensibilité masculine sur l’éducation des enfants. Tout n’est pas perdu, le trailer est plutôt sympathique, malgré des acteurs peu charismatiques et des répliques bancales. Produite par Jimmy Fallon, le show a une bonne marge de manœuvre et possède un thème intéressant à défaut d’être parfaitement exploité. (♥♥)

Malibu Country (ABC) Je n’aime pas quand on se moque des sitcoms familiales à l’ancienne, mais il faut dire que le trailer fait plutôt fuir qu’autre chose. Les dialogues sont à côté de la plaque pour un public de séniors nostalgiques et suffisamment Alzheimer pour avoir oublié ce qu’étaient les vraies comédies de l’époque. Le retour de Reba ne va pas m’attirer, ça c’est sûr. (o)

Partners (CBS) (mi-saison) Cette comédie est centrée sur l’amitié indéfectible entre deux hommes, l’un hétéro, l’autre gay, une « bromance » avec David Krumholtz (Numbers) et Michael Urie (Ugly Betty). Et pour satisfaire le public de tous bords, ils ont même songé à engager Sophia Bush (One Tree Hill) et Brandon Routh (Chuck). A noter que l’histoire de cette série s’inspire de celle de celles des créateurs, également à l’origine de Will & Grace. Ça n’a malheureusement pas beaucoup d’impact comique, même si on perçoit une certaine dynamique dans les échanges. (♥)

Friend Me (CBS) (mi-saison) nous parle de deux amis. L’un désire faire du poker en ligne, l’autre veut sortir et rencontrer du monde… L’atout de la série sera certainement Christopher Mintz-Plasse (Superbad), mais est ce que cela suffira ? En l’absence d’images, impossible de se prononcer. Mais la thématique me plait bien. (♥)

Les sitcoms single camera

The Mindy Project (FOX). La sitcom n’arrête pas de changer de nom (It’s Messy). Mindy Kaling (The Office) y incarnera une Bridget Jones, une femme médecin déterminée à changer de style de vie pour trouver l’âme sœur. Le pitch nous annonce même qu’elle est capable de citer les répliques de films de Meg Ryan, ce qui, je dois le dire m’amuse beaucoup plus que la New Girl regardant Dirty Dancing (chacun ses références romantiques, hein !). Qui dit milieu médical, dit évidemment docteurs séduisants ou dragueurs. Et Mindy aura bien besoin de sa meilleure amie pour avancer (Anna Camp alias Caitlin dans la 3ème saison de Good Wife). Les premières images ne semblent pas très drôles mais il y a du potentiel pour rendre les personnages attachants. (♥)

Ben & Kate (FOX) semble vouloir nous conseiller d’épicer notre vie bien trop stricte et rangée. Kate n’a commis qu’une erreur dans sa vie, celle de tomber enceinte et depuis elle survit en adoptant un style plutôt strict. L’arrivée de son frère va amener le chaos…mais c’est pour son bien. Les créateurs de New Girl abordent le thème de la fratrie sous un angle plutôt risqué, il s’agit de bien équilibrer les personnages pour leur donner suffisamment de profondeur. Le casting ne semble pas particulièrement sympathique, mais sur la durée, ça peut fonctionner. (♥)

The Goodwin Games (FOX) (mi-saison) a un pitch plutôt malin et amusant. 3 frères et sœurs doivent suivre les dernières volontés de leur père, afin d’hériter d’une fortune de 20 millions de dollars. Mais celui-ci leur a concocté un parcours semé d’épreuves pour les guider dans leur vie. Le casting est très sympathique, avec Scott Foley (Felicity, Grey’s Anatomy) en chirurgien imbu de sa personne, Becki Newton (Ugly Betty, How i met your mother) qui a décidé de laisser tomber les maths pour devenir populaire, et Jake Lacy (Better with you) en loser au grand cœur. Les créateurs d’How i met your mother tiennent peut-être une bonne série, à la fois drôle et touchante. (♥♥)

1600 Penn (NBC) (mi-saison) Décidément la Maison Blanche n’en finit plus d’inspirer les scénaristes. On nous propose malheureusement rien de plus qu’une famille délurée qui cause des problèmes au POTUS. Josh Gad, en quelques scènes, est déjà insupportable. Bill Pullman n’a pas l’air de beaucoup y croire. Et curieusement Jenna Elfman est absente de la promo. C’est typiquement le genre d’humour qui me pose problème, cet humour d’étudiants attardés qui pensent qu’ils sont « cools » et « rigolos » parce qu’ils font exploser des trucs à l’écran. Cela dit, peut-être que le reste du show compensera ces faiblesses, mais j’en doute, vu que Josh Gad est également à la création. (0)

Animal Practice (NBC) Justin Kirk (Weeds) joue le rôle d’un vétérinaire un rien misanthrope qui s’oppose à sa boss. Prévue pour remplacer House, la série pourrait à première vue n’être qu’un substitut aux fans de la série. Mais les gags animaliers apportent davantage de délire aux scènes. Le trailer montre d’ailleurs un très bon sens du rythme et du visuel. On y retrouve également Tyler Labine (Reaper), ce qui est un plus indéniable. En revanche Amy Huberman va être remplacée. Je ne sais pas si la série pourra tenir longtemps sur ses gags, mais le peu que j’en ai vu est réjouissant. Oui, j’attends beaucoup de cette série. (♥♥♥)

Save Me (NBC) Prévue pour la mi-saison, il est encore un peu tôt pour avoir une idée de la série. Anne Heche incarne une femme qui se laissait aller jusqu’à ce qu’elle frôle la mort et rencontre Dieu en s’étouffant avec un sandwich. Depuis, elle prétend être une prophète alors qu’elle n’a jamais été à la messe. Sa vie de famille va en être perturbée. Les premiers extraits augurent d’une comédie bien plus posée qu’attendue: ni irrévérencieuse, ni délirante on se demande quel est l’intérêt. Difficile de s’enthousiasmer, à la création et au casting, que des inconnus, et Anne Heche doit porter le projet à bout de bras. Pas sûr que cela suffise. (o)

Go On (NBC) Matthew Perry n’arrive toujours pas à trouver de série, et je doute que celle-ci soit la bonne. Il y incarne un chroniqueur sportif qui rejoint une thérapie de groupe suite au décès accidentel de sa compagne. Mais il décèle rapidement l’incompétence de la « thérapeute » (qui n’a officié que sur Weight Watchers), et décide de prendre les choses en main, transformant la thérapie en compétition. Et miracle, il semblerait bien qu’il arrive à faire bouger les lignes, même si pour lui, la route sera longue. Vu l’état des gags ou de la mise en situation, cela ne suscite chez moi qu’une vague curiosité. A vrai dire, sans Matthew, elle n’aurait même pas cela. (♥)

The New Normal (NBC) Ryan Murphy fait des séries immédiatement reconnaissables. Un peu comme David E.Kelley qui en son temps avait un casting féminin très typé, il impose une certaine apparence à ses acteurs (qui n’a pas pensé à Glee en voyant l’affiche ?). Sa dernière création ressemble davantage à un plaidoyer qu’à une sitcom hilarante : un couple gay décide d’utiliser une mère porteuse pour avoir un bébé. Le couple gay est horriblement lisse et stéréotypé et le seul élément comique réside dans la « grand-mère » aux opinions pour le moins tranchées. Un peu de personnalité, please ! (o)

Next Caller (NBC) (mi-saison) Un animateur radio virulent est obligé de partager son émission avec une jeune féministe. NBC cherche à faire le buzz autour de Dane Cook un humoriste fortement décrié qui a obtenu le rôle clé. Moi je crois plutôt à la malédiction Jeffrey Tambor qui échoue lamentablement à retrouver une série depuis Arrested Development. Difficile de juger de quoi que ce soit avec ces maigres scènes… Mais je suis pessimiste, jamais nous ne retrouverons un duo de la trempe de Frasier/Rose autour d’un micro. (0)

How to live with your parents for the rest of your life (ABC) (Janvier) Sarah Chalke essaye elle aussi de retrouver une comédie efficace. Elle joue une mère divorcée obligée de retourner vivre chez ses parents à la sexualité débridée. Elle va ainsi reconstruire sa vie et recommencer à sortir. L’ensemble n’est pas d’une créativité débordante, mais quelques bons gags permettent de ne pas sombrer totalement dans le pessimisme. Je suis moins convaincu par l’aspect émotionnel, mais peut-être est ce un des travers du trailer. Bref, ça me laisse plutôt indifférent. (♥)

The Family Tools (ABC) (Janvier) Le duo fils/père Kyle Bornheimer et JK Simmons est une vraie bonne idée, l’un excellant dans les gaffes visuelles, l’autre dans les colères. Le premier va reprendre l’entreprise de bricolage de son père qui ne doit plus stresser vu son état de santé. Mais sa légendaire maladresse va faire empirer les choses. Pour compléter le tableau, Edi Gathegi incarne un assistant qui crie très fort lorsqu’il a peur. C’est donc assez drôle, et apparemment bien rythmé. Pas de quoi révolutionner le genre, mais on croise les doigts pour au moins passer un bon moment. (♥♥)

The Neighbors (ABC) on aurait pu penser que l’idée d’avoir des extra-terrestres comme voisins provoquait l’hilarité générale. Ça n’est pas le cas. Le décalage « culturel » n’est en fait pas drôle du tout, à moins que pour vous un extraterrestre pleurant un liquide vert par son oreille soit un coup de génie. Moi ça m’a plutôt laissé perplexe. La pauvre Jami Gertz méritait mieux que ça. Passée la découverte du pilote, je ne pense pas qu’on puisse aller bien loin avec un concept aussi mal utilisé. Chacun son humour, après tout. (o)

Thriller futuriste

Last Resort (ABC) Shawn Ryan nous propose une fois encore un projet intéressant, racontant la destinée d’un équipage de sous-marin nucléaire qui refuse l’ordre d’annihiler un pays et proclame son indépendance. Le trailer monte graduellement en puissance, et l’épopée promet d’être intense, émouvante, passionnante. Mieux encore, le casting fait étalage de très bons acteurs, le magnifique Andre Braugher en tête, mais aussi d’autres visage connus comme Autumn Reeser (The OC), Jessy Schram (Once Upon a time), ou Dichen Lachman (Dollhouse). Une superproduction qui fait saliver… (♥♥♥♥)

Thriller

The Following (FOX) (mi-saison) Kevin Williamson a réussi à engager Kevin Bacon sur la série, ce qui en soi est déjà un petit évènement. Le pitch n’est pourtant pas des plus engageants : un serial killer s’échappe de prison et le policier qui l’avait arrêté à l’époque est à nouveau sur ses traces, peu aidé par une équipe qui ne croit pas en lui. Ce qui fait la différence sur ce genre de thèmes vus et revus, c’est son traitement. Malheureusement on sent un manque de souffle, une absence de point de vue pour le distinguer du tout-venant. Le casting ne suffira peut-être pas. (♥)

The Mob Doctor (FOX) Pour sauver son frère, une brillante chirurgienne accepte de travailler secrètement pour la mafia de Chicago. Mais cette décision va lui demander de faire des choix encore plus durs. Ces concepts d’ambiguïté morale et d’impasse sont les atouts de la série, et il ne manque pas grand chose pour que la sauce prenne avec le trailer. Avec quelques têtes connues (pas sûr que Jordana Spiro fasse une bonne lead actress), cela aurait même pu faire un peu plus de buzz. Si la série est suffisamment feuilletonnante, et évite « le cas médical de la semaine », pourquoi pas. (♥♥)

Red Widow (ABC) (mi-saison) est davantage l’histoire d’une vengeance qu’un thriller à proprement parler. Une femme reprend la place de son mari mafieux, tué devant ses yeux. Si la réalisation semble bien léchée, et les acteurs convaincants dans ce registre, ce n’est pas non plus un coup de foudre car le trailer ne montre que très peu de choses sur ce qui se passe après la mort de son mari. L’héroïne auparavant mère au foyer est forte, courageuse, et ce n’est qu’en rentrant définitivement dans le pilote que je saurai si je peux m’attacher à elle. (♥♥), mais ça semble plutôt de bonne augure.

Fantastique

666 Park Avenue (ABC) pourrait être rapproché d’American Horror Story, étant donné qu’il s’agit d’un couple emménageant dans un immeuble où les forces du mal sont en action, mais la dimension mystérieuse semble prendre le pas sur l’angoisse. Tant mieux, puisque le casting a l’air parfaitement exploité, avec Terry O’Quinn et Vanessa Williams en couple diabolique manipulant les jeunes et naïfs Rachael Taylor (Grey’s Anatomy) et Dave Annable. On retrouve également des acteurs davantage pris pour leur beauté plastique comme Robert Buckley (One Tree Hill), Mercedes Masöhn (l’une des Cat Squad dans Chuck) et Helena Mattson (Cassandra dans Nikita), ce qui n’est pas pour me déplaire. Le trailer est bien léché et semble constituer un agréable divertissement autour de la légende de Faust. J’ai juste un peu peur du jeunisme un peu trop prononcé pour ABC. (♥♥♥♥)

Do no Harm (NBC) (mi-saison) Nous refaire une série sur Dr Jekill et Mr Hyde, pourquoi pas, mais j’ai beaucoup de mal à me faire à l’idée que le rôle clé est interprété par Steven Pasquale (Rescue Me), qui ne cesse de me faire sourire, ce qui pose un problème de crédibilité. Cela dit je ne demande qu’à être étonné le jour J. Ce brillant neurochirugien avait réussi jusque là à contenir son maléfique alter-ego grâce à l’administration d’un médicament, mais aujourd’hui il a développé une résistance, et il va falloir qu’il trouve une solution pour ne pas qu’il ruine sa vie et celle de son entourage. On ne peut s’empêcher de penser qu’il manque quelques enjeux supplémentaires pour parfaire la formule. (♥)

Revolution (NBC) JJ Abrams arrivera-t-il à se renouveler ? On aimerait y croire avec cette histoire de disparition de l’électricité et de milices remplaçant les gouvernements. Il y a même un petit arrière goût de comic book façon Angel, avec ces arbalètes et ces duels à l’épée, qui me plait beaucoup. Mais le casting est décevant, peu charismatique, à part Giancarlo Esposito. J’attends tout de même cela avec une certaine impatience. (♥♥♥)

Zero Hour (ABC) (mi-saison) Amis conspirationnistes, bonjour. Nous voici à la recherche d’un trésor à ne pas mettre entre toutes les mains. L’histoire d’une société secrète, d’une douzaine d’horloges, de nazis, de terroristes, et d’enlèvement. Un voyage qu’on nous promet éreintant. Pourquoi pas, même si ça devient ennuyeux de toujours nous ressortir le complot nazi dès qu’on nous parle de supernaturel. Pour moi, l’intérêt du show c’est surtout celui de revoir Anthony Edwards, certes barbu, mais bien vivant depuis ER. Par contre je me serai bien passé de Scott Michael Foster, insupportable dans The River. Comme toutes ces histoires c’est sur le long terme, la cohérence et les rebondissements que l’on saura si on tient une jolie série. Pour l’instant e n’est pas le coup de cœur, mais c’est déjà mieux que la plupart des dramas présentés cette saison. (♥♥)

Beauty and the Beast (CW) Ce remake de la série la belle et la bête (1987, avec Linda Hamilton, ça ne nous rajeunit pas) a une optique romantique matiné de procedural avec notamment Kristin Kreuk dans le 1er rôle. C’est extrêmement risqué vu que la série a mal vieilli, et que la dimension « romance avec un monstre », ça fait belle lurette qu’elle est rentrée dans les moeurs. Du reste Kristin Kreuk me laisse de marbre… L’extrait présenté joue assez mal avec la lumière pour susciter une quelconque frayeur, ce qui paradoxalement n’est pas rassurant. (♥)

Arrow (CW) C’est Stephen Amell qui interprètera Green Arrow. Avec l’arrêt de Smallville, il fallait bien que la chaîne ne délaisse pas le filon des comics. Je retiens surtout la présence de Willa Holland (The OC) (Susanna Thompson (Once and again) a mystérieusement disparu). La thématique n’est pas vraiment ma tasse de thé, mais je reste curieux, on sait jamais, après tout, on a bien eu droit à Nikita sur CW. Le trailer est assez efficace et j’espère que cette légère noirceur dans la réalisation subsistera. (♥♥)

Un peu de musique ?

Nashville (ABC) Après les comédies musicales l’an passé, nous voilà dans les coulisses de la musique country, avec une rivalité cette fois ci non plus entre deux talents qui cherchent à percer mais entre l’une, vétéran, qui cherche à rester la reine et l’autre, une arriviste qui profite de l’auto-tune pour masquer ses faiblesses vocales. L’opposition Connie Britten/Hayden Panettiere ne fait pas autant d’étincelles que prévu, et les coulisses du royaume ne sont pas forcément très intéressantes (oui c’est un milieu de vipères, mais encore…). Pour pimenter les choses (ou combler ses lacunes) on nous promet également une plongée dans la politique locale. Mais ça manque de vision, de personnalité. Je ne suis pas curieux de voir le pilote. (o)

Enquêtes policières, encore et toujours

Elementary (CBS) Lorsque la nouvelle d’une énième adaptation de Sherlock Holmes est venu à mes oreilles avec Lucy Liu dans le rôle de Watson (!), j’ai d’abord cru à une blague. Alors que la légende est particulièrement bien revisitée outre manche, qu’allaient donc faire nos amis américains ? Sherlock (Johnny Lee Miller) réside désormais à New York. Au vu du trailer, le résultat n’est pas aussi catastrophique que je le redoutais. On est loin de la prestation de Cumberbatch, c’est beaucoup plus lisse et je ne vois toujours pas l’intérêt de changer le sexe de Watson, mais il subsiste un petit côté délirant à défaut de malaise quand on voit notre héros enquêter et utiliser son redoutable sens de l’observation et de la déduction. Il n’y aurait pas la version britannique, je me serai peut-être laissé prendre au jeu, mais à quoi bon regarder une version plus fade qui n’apporte strictement rien de plus ? J’espère me tromper et que le pilote en a encore sous le coude, car on manque d’enquêtes policières de ce style. (♥)

Golden Boy (CBS) (mi-saison) va suivre la promotion d’un flic dans la hiérarchie (Theo James, le fameux turque dans Downton Abbey). C’est une série de Greg Berlanti, avec dans les têtes connues, Chi Mc Bride (Pushing Daisies) et Kevin Alejandro (Southland). Avec un pitch aussi basique et sans images, comment se prononcer ? Il va falloir faire fort pour se distinguer. Je rêve toujours de revoir un peu d’humour, façon the Unusuals, mais je ne pense pas que ce soit dans la politique de la chaîne, malheureusement. (o)

Hannibal (NBC) Bryan Fuller nous promet 13 épisodes par saison pour ce remake du Silence des Agneaux, où nous connaîtrons Hannibal avant son incarcération, et où son poursuivant, incarné par Hugh Dancy, lui ressemble d’une certaine manière. On nous le décrit cependant comme un procedural, ce qui me laisse un peu perplexe… Mais Fuller fait partie des gens qui ont toute ma confiance. (♥♥♥)

Cult (CW) est l’histoire d’une résurrection. Le projet de O’Bannon (Farscape) avait été abandonné lors de la mort de WB, et resurgit enfin à la faveur d’un changement de patron sur CW. Avec quelques ajustements car considéré comme trop noir, Josh Schwartz et Stephanie Savage réussiront-ils à rendre la série passionnante ? Lorsque des fans d’une émission télé racontant des crimes se mettent à les recréer « pour de vrai », une jeune assistante et un journaliste décident d’enquêter. Avec Robert Knepper (Prison Break) et Matt Davis (Vampire Diaries), et Jessicas Lucas, espérons que la série ne s’édulcore pas trop. Le pitch, en tout cas, est intéressant. La bande annonce en fait peut-être un peu trop avec Knepper, mais s’il y a suffisamment de rebondissements,, ça peut devenir une bonne série. (♥♥)

Les pompiers et les secouristes

Chicago Fire (NBC) Jesse Spencer quitte sa blouse blanche pour enfiler le costume de pompier. Avec Dick Wolfe aux commandes, on peut être rassuré, l’ensemble paraît solide à défaut d’être original. L’ambition de la série étant de devenir une sorte de ER, j’aurai davantage apprécié un point de vue à la Rescue Me qu’un « hommage aux héros », le trailer n’étant pas avare en mises en scène. Je suis tout de même très curieux du résultat, même s’il en aurait fallu davantage pour susciter un peu plus d’enthousiasme. (♥♥)

Le legal drama délaissé ?

Made in Jersey (CBS) Peut-être faut-il y voir l’omniprésence de Good Wife. Cette nouveauté tentera de nous raconter l’univers de la loi en suivant une femme qui grâce à son vécu de la rue, arrive à tenir la dragée haute à ses collègues d’une firme new-yorkaise. Le casting est surprenant vu le registre des acteurs : Kyle Mac Lachlan, Pablo Schreiber (Nick dans The Wire), Felix Solis (NYC 22)… alors que la série (et l’héroïne) ferait davantage penser à Fairly Legal, pour son côté femme courageuse qui détonne dans ce milieu d’avocats. On dirait aussi que ça se veut plus léger. Mais je n’arrive pas à me faire à l’actrice, Janet Montgomery, qui manque de charisme par rapport au background de son personnage. (o)

Et les med-show alors ?

Emily Owens, M.D. (CW) Anciennement appelée First Cut, c’est l’histoire de Mamie Gummer qui incarne encore une femme médecin, laquelle s’aperçoit que l’hôpital ressemble au lycée. Justin Hartley (Smallville, Hart of Dixie) sera son collègue masculin. Les premiers extraits ne sont pas très rassurants : présence d’une voix off pour expliquer les pensées de l’héroïne, arrivée de sa némésis du lycée sous les traits d’un docteur, surnoms peu flatteurs, le traitement a l’air on ne peut plus superficiel pour convenir au public de la chaîne. (o)

Et si nous revisitions le passé ?

Vegas (CBS) nous replace dans  une histoire vraie des années 60, où un cowboy (Dennis Quaid) réussit à devenir sheriff de Las Vegas. Michael Chiklis incarne un gangster qui ne veut pas se laisser faire… Le trailer montre une jolie reconstitution et des acteurs impliqués. (Au passage, la présence de Carrie Anne-Moss est un joli cadeau). Dennis Quaid joue bien ce côté faussement simplet et droit dans ses bottes, et l’ensemble est donc plutôt alléchant. (♥♥)

Crossbones (NBC) (mi-saison ?) nous propose carrément une plongée dans l’univers des pirates. Un homme est chargé d’assassiner Barbe Noire, afin de mettre un terme aux agissements des pirates qui perturbent le commerce. Mais celui-ci devient sensible à son discours… Le projet semble tenir la route avec le créateur de Luther aux commandes. Il est évidemment trop tôt pour conclure, mais un tel projet est bien évidemment excitant tant il détonne parmi les nouveautés du network. Sauf que Michael Bay a en projet une série similaire pour Starz (Black Sails)… Ceci explique peut-être pourquoi NBC a décidé de commencer la production dès cet automne… (♥♥♥)

The Carrie Diaries (CW) n’ira pas loin dans le passé. Il s’agit d’explorer la vie affective de la jeune Carrie (de Sex & The City) au lycée dans les années 80. Carrie, qui découvre Manhattan,  sera interprétée par Anna Sophia Robb. On lui souhaite bonne chance. Mais n’étant pas du tout un fanatique de la première série, je me vois mal regarder sa préquelle. Du reste le trailer ne fait que confirmer tout cela : on se retrouve avec une ado vierge qui rêve de côtoyer la mode et le luxe. Mmmmh, et en quoi c’est différent des autres teen-show de la CW ? (o)

Les soaps

Infamous (NBC) (mi-saison) La fille de la femme de ménage d’une richissime famille va essayer d’enquêter sur elle, des années plus tard, en cachant sa nouvelle profession (flic). Le meurtre de son amie ne doit pas rester impuni, et pour cela elle va essayer de découvrir de nombreux secrets. Le succès de Revenge n’est pas passé inaperçu, et Infamous est une réplique comme une autre. Aux côtés de Meagan Good, Victor Garber (Alias) et Tate Donovan (The OC) devraient assurer le minimum de mystère. Mais les scènes sont bien trop courtes pour se faire une opinion. Un manque d’émotion pour le moment, certainement. (o)

Mistresses (ABC) (mi-saison) La créatrice de Gossip Girl s’engage dans un soap plus adulte, centré sur 4 femmes au parcours sentimental tumultueux. Si je suis content de revoir Kim Yun Jin (Lost) à la télévision américaine, je suis effrayé par son choix, car elle se retrouve à côtoyer Alyssa Milano pour des histoires très peu inspirées. Difficile de soulever le moindre enthousiasme à la vue du trailer qui n’arrive pas à se décider. Va-t-on parler de femmes manipulatrices ou naïves ? Elles sont en tous cas très peu attachantes dans ce portrait informel et cette adaptation d’un succès de la BBC semble bien mal partie. (o)

Au final, parmi ces 39 titres, les projets qui suscitent le plus d’intérêt pour moi (et avec les infos dont je dispose à cette date), sont : Animal Practice, Last Resort, 666 Park Avenue, Revolution, Hannibal, Crossbones… Et en second-couteaux : Arrow,Vegas, Chicago Fire, Cult, Zero Hour, Red Widow, The Mob Doctor, The Family Tools, The Goodwin Games, Guys with kids

Je croise les doigts pour que de belles surprises nous attendent à la rentrée.

Article mis à jour le 18/05.

Publicités

Une réflexion sur “Upfronts 2012 : ma sélection

  1. Dieu sériephile qu’il peut y avoir nombre de séries… dont je n’avais jamais entendu parler ! 😛 Nan, mais faut dire que je ne suis que de loin toutes les annonces au moment des up-front et préfère me faire une idée sur les séries concrètes… Je teste moins aussi… Dans le lot, certaines pourraient être sympa : The Goodwin Games et Zero Hour (notamment).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s