Miranda saisons 1 à 3

miranda

La saison américaine s’étant révélée décevante a plus d’un titre, j’étais en quête d’une sitcom réussie, assumant ses mécaniques désuètes, et partageant avec ses téléspectateurs l’envie de rire de tout, quitte à en faire de trop. J’ai trouvé cette merveille, elle s’appelle Miranda.

Miranda est une sitcom britannique de la BBC qui a débuté en 2009, impulsée par son interprète principale, Miranda Hart, une comédienne au physique plutôt inhabituel à la télévision. Miranda Hart mesure en effet plus d’1,85 m et est en surpoids. Ses capacités comiques en sont décuplées, et l’actrice s’en sert magnifiquement pour incarner un personnage loufoque, immature, mais très attachant.

miranda miranda hart

Miranda a 35 ans. Éternelle célibataire (ce qui désespère sa mère qui veut la caser à tout prix), elle est non seulement maladroite (elle tombe par terre au moins une à deux fois par épisodes), mais surtout elle a un comportement étrange qui fait fuir tout le monde. Sa solitude la pousse à tenter des expériences farfelues chez elle et à imiter d’autres personnes avec les moyens du bord (elle devient une geisha en chaussant des gants de cuisine). Elle aime peindre et habiller des fruits pour en faire des personnages, elle adore jouer avec les mots, et surtout les répéter parce qu’elle aime leur sonorité. Et elle ne peut s’empêcher de chanter lorsqu’elle entend – ou prononce – des phrases qui sont les paroles d’une chanson. Un genre de TOC, qui lui vaut de s’humilier en public régulièrement.

miranda hart miranda

Miranda possède un magasin de farces et attrapes, véritable caverne d’Ali Baba, qui lui permet d’utiliser  toutes sortes de costumes loufoques. Miranda aime la vie, s’amuser. Dotée d’une énergie et d’une créativité phénoménale, elle est incapable de travailler dans un bureau, de tenir des comptes, et elle a donc besoin de sa meilleure amie Stevie (Sarah Hadland) pour s’occuper de la gestion du magasin.

stevie miranda

Cette dernière a également son grain de folie, et se retrouve engagée dans les folles aventures de son amie. Elle aime les compétitions idiotes (qui arrivera à faire éclater le papier à bulles le plus rapidement ?), et ce même sur le terrain de la drague (celui qui s’occupe en premier du client au physique avantageux aura-t-il l’avantage ?).

penny miranda

Miranda a surtout une mère, Penny (Patricia Hodge), qui n’hésite pas à rappeler à tout le monde combien sa fille est hors normes. Malgré sa petite taille, Penny arrive à dominer sa fille sans difficultés, lui imposant régulièrement des soirées « sociales », autant d’occasions pour lui faire rencontrer des célibataires. Évidemment Miranda déteste ça, mais elle n’arrive jamais à prendre le dessus, car elle est tout bonnement incapable d’inventer des excuses pertinentes (une autre caractéristique de son asociabilité). Penny se révèle irritante comme peut l’être une mère qui aime débarquer à l’improviste, qui impose ses faits et gestes à sa fille (au motif qu’elle l’a mis au monde !), sans compter le fait qu’elle adore raconter ses ébats sexuels !

Or le sexe reste une donnée plutôt embarrassante pour Miranda. La série nous montrera ses fantasmes, mais pour ce qui est de passer à l’action, c’est une autre paire de manches. Rien que le mot « sexe » lui est impossible à prononcer. Miranda a-t-elle vraiment quitté le monde de l’enfance ? Rien n’est moins sûr.

miranda gary

Et pourtant, s’il y a bien quelqu’un qui fait chavirer son cœur, c’est Gary (Tom Ellis). Ce cuisinier possède toutes les qualités physiques pour séduire la gente féminine, mais la fiction aime bien lui donner quelques tares, comme, un certain manque de courage, ce qui lui vaut quelques moqueries. Gary et Miranda vont donc se tourner en rond pendant ces 3 saisons, pour notre plus grand bonheur, sans jamais devenir irritants.

miranda bbc miranda hart

Car la grande caractéristique du show, c’est sa bonne humeur générale. Personne ne se prend vraiment au sérieux, et surtout pas notre héroïne qui brise le 4è mur régulièrement. Miranda prend des airs étonnés, complices, avoue ses mensonges, ses rêves, et multiplie les clins d’œil à son auditoire. Et à chaque fin d’épisode, le casting tout entier arrête la comédie pour saluer son public. Il n’y avait pas de meilleure façon pour se rapprocher d’eux.

D’autant que les thématiques, bien qu’irrésistiblement loufoques, peuvent facilement résonner chez beaucoup de personnes. Le célibat, l’adulescence, le rapport mère-fille, la gourmandise, les maladresses, les mensonges, … Le show aime bien piquer là où ça fait mal, mais il n’est jamais méchant. On est là pour rire, et à force d’utiliser les mêmes gags, on finit par rentrer dans la peau de ces personnages.

L’inconvénient, évidemment, c’est que le show peut paraitre un brin répétitif. Heureusement, le rythme de chaque épisode est très soutenu, et si on ne rit pas à tous les gags (dont certains traînent exagérément en longueur), on est facilement emporté par l’ambiance, et tous ces défauts ne restent pas au final.

Il faut évidemment être sensible à l’humour (et l’univers) de la série. Chaque scène est très théâtrale, ce qui fait que la sitcom est vraiment une sitcom à l’ancienne, avec des personnages qui vont et viennent, se cachent, mentent, essayent de couvrir leurs traces, le tout noyé sous une couche de rires enregistrés. Avec un sens du délire très appuyé, on peut aussi passer du temps à les voir chanter et danser. La série multiplie les références musicales et la pop anglaise, de Take That aux Spice Girls. Bref, un show pour trentenaires nostalgiques. Et puis j’adore le jeu « Where’s Miranda », où Miranda se cache dans la foule, habillée en pull rayé rouge et blanc comme Waldo (Charlie en français)…

miranda bbc

C’est parfois un peu lourd, et la série aime en faire de trop. Mais j’ai toujours préféré l’excès à la rareté (la comparaison avec les séries comiques d’aujourd’hui fait mal à ces dernières). En outre, ce n’est jamais vulgaire, mais bon enfant. Si les situations ne sont pas crédibles, on ferme assez facilement les yeux, car une fois encore, la série ne se prend pas au sérieux, et joue avec son public,  lequel en redemande.

La série repose, il est vrai, sur Miranda Hart, et vu le succès croissant de cette dernière (elle joue également dans Call The Midwife et prépare une tournée de son spectacle pour 2014), on peut comprendre que depuis 2009, la série n’a eu que 18 épisodes. Mais ces derniers s’avalent bien trop vite. Miranda, reviens !

Publicités

2 réflexions sur “Miranda saisons 1 à 3

  1. J’ai découvert la série en 2012 et j’en suis dingue. D’ailleurs, si je n’étais pas entourée de gens qui ne connaissent pas, je passerais mon temps à agrémenter mon discours de références à Miranda. 🙂 Pour quelqu’un comme moi qui traîne le surnom de « Pierre Richard » depuis l’enfance, une série comme celle-ci est totalement décomplexante ! Je suis une grande gaffeuse et je suis hyper maladroite, et ça fait du bien de pouvoir en rire quand ça arrive à quelqu’un d’autre tout en sachant l’effet que ça fait quand on en est victime. 😉 Oh et si tu as du temps pour lire, je te conseille « Is it just me? », le dernier livre de Miranda Hart, qui est aussi truculent que la série ! http://youtu.be/sooolt-J2wI

  2. Ahhh Miranda ♥ un véritable coup de coeur je suis tombée sous le charme. Je me suis même offert les dvd c pour dire.
    J’aime tout, je rigole, j’ai des fous rire un truc de dingue devant cette sitcom. Un bonheur cette série, une bulle de bonne humeur ! Such Fun !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s