Shark [Pilote – Corée]

»ó¾îÆ÷½ºÅÍ ÃÖÁ¾(Àμâ¿ë).indd

C’est fou comme le temps passe vite au pays du matin calme. À peine un projet de série annoncé, la voilà déjà sur le petit écran. Shark est l’un de ces dramas qui vous captive, vous charme, dès la première seconde pour ne plus vous lâcher. Un de ces dramas qui vous rappelle pourquoi vous aimez la fiction coréenne.

Avec sa réalisation solide, sa BO envoutante, son casting de luxe, ses intrigues complexes et son souci d’apporter une vraie émotion à l’ensemble, Shark frappe un grand coup. Shark est aussi le troisième volet de la vengeance du duo Kim Ji Woo/Park Chan Hong(après Resurrection en 2005 et Devil en 2007).

shark young actors

Les deux premiers épisodes prennent leur temps pour annoncer la trame, et tout n’est pas encore en place. Les scénaristes commencent en effet très tôt dans l’histoire de nos personnages. J’ai souvent un avis mitigé avec ces épisodes situés dans l’enfance, car ils courent le risque d’opérer une vraie rupture avec le téléspectateur si l’impact émotionnel et l’attachement aux jeunes acteurs est présent. C’est encore le cas ici. J’ai été bluffé par leurs performances, et franchement, je vais avoir du mal à retourner dans le présent, même si c’est pour retrouver – excusez du peu – Son Ye Jin et Kim Nam Gil.  C’est dire si j’ai été charmé par ces débuts qui se concentrent donc sur Han Yi Soo, lycéen modèle dont le père est le chauffeur du grand-père (chaebol) de Jo Hae Woo, lycéenne désinvestie.

shark chaebol family

On passe du temps à nous montrer les caractères de chacun et les amitiés qui se forment. Notre héroïne est malheureuse parce que sa famille éclate : son père trompe allègrement sa femme et se conduit soit comme un abruti soit comme un ivrogne, bref, quelqu’un qui ne mérite pas d’être l’héritier chaebol, selon le grand-père. Jo Hae Woo va progressivement s’attacher à Han Yi Soo, qui certes joue un rôle protecteur mais lui laisse le soin de décider ce qu’elle veut faire de sa vie. Il n’est pas intrusif, et lui fait comprendre qu’il faut avancer dans la vie. Ça fonctionne très bien : Jo Hae Woo retrouve le sourire et le goût des études (artistiques). Pour sceller leur amitié (et leur amour naissant via un joli bisou sur le front) : un joli aveu au caméscope sur l’idée de dépasser la mort pour retrouver son amour (un thème repris plus tard en expliquant le mythe d’Orphée). On constatera au passage que le drama n’a pas peur d’en rajouter sur la symbolique, en nous parlant également de l’Etoile Polaire, et du requin qui ne reste jamais immobile… Bref, vous aurez compris, ces deux là vont se quitter et se retrouver. (C’est pas comme si c’était foncièrement original, soit dit en passant).

shark kiss

Jusque là, le drama est certes classique, lent, mais extrêmement attachant et émouvant, avec quelques très jolies scènes s’attardant avec bonheur sur les paysages et les visages. On est pas au niveau des meilleures prises de vue cette année, mais tout de même dans le haut du panier. Mais surtout, la bande sonore fait merveille, de ses thèmes au piano jusqu’à la mélodie chantée. Voilà ce qui explique le coup de cœur presque immédiat que j’ai eu avec la série. Bien au delà de ses thèmes, la série réussit une immersion parfaite.

shark secrets

Et puis, enfin, le drama se dévoile au second épisode, et nous affiche un puzzle complexe, où les multiples protagonistes ont des secrets bien lourds à porter, que ce soit le père du héros, le grand-père ou le père de l’héroïne. On admirera au passage l’ingéniosité de l’intrigue puisqu’on met un bon moment à comprendre comment tout ce petit monde va devoir s’accorder. J’aime quand on ne nous prémâche pas tout, et que l’on distille des indices au fur et à mesure. Des phrases dans le présent prennent une toute autre signification quand on comprend le passé. Un nom de famille entendu à un moment vous dressera la puce à  l’oreille. Un flashback confus vous titillera l’imagination. Et mieux encore, vous admirerez la dualité de certains personnages.

L’histoire prend alors un tournant dramatique plutôt classique mais pas excessivement larmoyant. Un regret toutefois dans ce second épisode : la quasi absence de Jo Hae Woo. A force de vouloir créer son intensité dramatique, le scénariste en a oublié d’inclure l’héroïne.

On peut comprendre la lassitude pour les histoires de vengeance, surtout quand elles restent classiques, mais la narration de Shark possède des qualités indéniables. En posant ses personnages, elle permet de s’y attacher. En fragmentant ses mystères, elle décuple le plaisir du puzzle. En ne versant pas dans le pathétique et le larmoyant, elle permet de mieux s’investir.

Petit bonus : au rayon casting, le drama a recruté Ha Suk Jin (le fils dentiste dans Childless Comfort), ce qui fait indéniablement plaisir quand on est en plein visionnage de la série.

shark son ye jin

Bref, j’ai été conquis par ce récit maîtrisé, et j’ai hâte de voir la suite, avec la toujours excellente Son Ye Jin. (Ça va finir par se voir que je l’adore, non ?).

feu_vert3

Advertisements

2 réflexions sur “Shark [Pilote – Corée]

  1. J’ai vraiment envie de le voir ce drama rien que pour « KIM NAM GIL  » c’est son retour depuis « BAD GUY  » ou la fin avait était bâclé j’espère que les scénaristes seront plus judicieux et des happy end et je voit que ce drama te plait ,bon une raison de plus pour le voir

  2. Je ne me suis pas encore lancée dans ce drama faute de temps mais je compte bien le visionner, surtout après avoir vu ton article. Pour ce qui est de la période enfance, celle-ci me fait un peu peur, surtout après avoir regardé « I Miss You », drama tout simplement génial durant la période de l’enfance ( que ce soit au niveau du jeu des acteurs ou du scénario) et qui au final avait quasiment perdu l’intégralité de son charme une fois la periode adulte ( il faut dire que l’enfance dure environ 8 épisodes, on s’attache donc forcement aux versions jeunes des héros).
    Mais bon, une fois encore ton article me donne vraiment envie de me lancer, surtout lorsque tu parles des allusions aux le mythe d’Orphée ( ça me laisse penser que le drama aura un petit côté poétique, philosophique, ce dont je ne vais pas me plaindre ^^) et puis, je ne rate jamais un drama avec une bonne réalisation et a priori celui-ci en a une.
    Quant à la dernière image, elle m’intrigue beaucoup ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s