Fins de séries au cinéma ou comment ne pas faire son deuil

On le sait tous, à cause du système américain, beaucoup de séries n’ont pas connu de fins décentes.

Il peut s’agir d’histoire non bouclées, comme de la sensation étrange de potentiel gâché.

Business is business, je ne vais pas revenir dessus. C’est le système américain qui oblige les séries à s’adapter, a contrario du système asiatique où on quand on s’engage dans une série on est sûr d’avoir une fin.

Et si le couperet télévisuel est tombé, cela n’empêche pas les fans de croire désespérement que leur série fétiche peut renaître de ses cendres.

Mais là aussi, parfois, même si ça fait mal, il faut voir les choses en face. C’est bien joli de nous faire croire que peut-être un jour, on sait jamais, si le vent est favorable, les conditions réunies, le casting est partant, les finances donnent leur feu vert, on pourrait voir renaître une série au cinéma, pardon, continuer une franchise lucrative.

Ce matin ce sont les tweets de Kristin Bell (#veronicamarsmovie) qui m’ont un peu agacé. Vous y croyez, vous au film Veronica Mars ? Bien sûr, sans la mobilisation de fans, rien ne pourra se faire. Mais quand même, on sait que les chances du film sont proches du néant. Des enquêtes d’audience ont été faites, ça ne rapporterait pas assez d’argent. C’est ça la dure loi de l’univers de la production cinématographique.

Alors voilà, si bien sûr je serai très content de voir Veronica Mars dans de nouvelles aventures, j’aime pas quand on retourne le couteau dans la plaie. Une série morte trop tôt, ça nécessite de faire son deuil. Pitié, j’en ai marre de souffrir. Laissez la reposer en paix. Et arrêtez de vous moquer de nous.

On nous a tellement bassiné avec des suites de séries qui ne se sont jamais faites. Je me rappelle encore de Code Quantum. Il y en a d’ailleurs qui se battent encore. Mais si la série renaîtra un jour, faut pas se leurrer, ça sera dans le cadre d’un immonde remake. (Les mystères de l’ouest, l’agence tous risques,…).Le mot culte n’est finalement entendu par les producteurs que plus de 20 ans plus tard.

Moi aussi tous les jours je rêve de films Wonderfalls ou Pushing Daisies. Ou d’une suite à Carnivàle. Ou d’un film Arrested Development (Vous savez où en est là ? Non ? Et bien finalement tant mieux, je préfère ne pas trop entendre les péripéties d’une aventure bien trop longue et épuisante pour les nerfs. Annoncez moi le projet quand le film va commencer le tournage. Pas avant.)

Mais vous allez vite me crier : Et Firefly alors ? Tout le monde n’est pas Joss Whedon. Firefly était l’exception qui confirme la règle. Une série américaine de qualité et de faibles audiences, c’est destiné à mourir dans notre coeur en causant d’atroces souffrances. Alors pitié, cette année, à moins d’audiences poussant à l’optimisme évidemment, (ce que je souhaite ardemment), pitié, pitié, pitié, que Chuck clôture bien ses histoires, et ne nous laisse pas dans l’expectative d’une 5è saison. Qu’on ne nous laisse pas croire ensuite pendant des années, via des rassemblements de fans que si, si, un film « Chuck » pourrait se faire.

C’était le post pessimiste du jour.Pour le versant optimiste du même sujet, veuillez attendre qu’un miracle comme Firefly se reproduise.

Publicités

7 réflexions sur “Fins de séries au cinéma ou comment ne pas faire son deuil

  1. J’interdis formellement à l’univers de me parler d’un film Pushing Daisies tant qu’il n’y a pas de date de sortie (c’est-à-dire que je ne veux pas même pas entendre une abeille voler).
    Même si, en plus de l’exception Firefly, je citerais quand même l’exception Dead Like…

    De toute façon, espoir de film ou pas, je suis vraiment nulle quand il s’agit de faire un deuil. Pas vraiment encore fait celui de SPACE 2063 et de Rude Awakening, pour tout te dire (surtout vu la façon dont ça « finit »).

  2. J’avoue quand même que ces histoires de fin sous forme de film, je les regarde de loin… Non pas que ça ne m’intéresse éventuellement pas, mais bon… C’est juste que c’est un peu la même chose que les comics (qui sont plus facilement réalisables pour le coup), il y a quelque chose qui fait que ça bloque un peu de mon côté. Oh bien sûr, j’ai regardé Serenity (et je serais allé le voir au ciné si je n’avais pas dû faire plein de kilomètres), mais je l’ai trouvé moins bon que la série… Dead Like Me n’était pas vraiment une conclusion…

    Nan en fait, j’espère rarement avoir ce genre de truc si ce n’est pas fait dans la foulée… Genre, est-ce qu’il y aurait maintenant un intérêt à voir les téléfilms manquant du Caméléon ? C’est pas que je suis pas intéressé pour avoir les clés de la série (d’autant que le dernier téléfilm était plutôt intéressant), mais c’est bien trop tard quoi…

  3. Pour tout dire je crois que j’ai jamais vu de film terminant une série !
    Cependant, j’ai entendu parlé d’un film se basant sur Studio 60 et je pense que je serais au RDV !

  4. C’est un excellent post que tu as mis là.
    Il est vrai que parfois sans l’intervention de fans purs et durs, quelques séries ne parviennent pas à avoir une seconde chance pour nous permettre de découvrir une vraie fin (derniers en date; Flashforward peut-être sauvé et Damages, bon pour une saison 4).
    Il y a tellement de séries parties trop tôt auxquelles on a dû faire le deuil et auxquelles on espéraient vraiment une fin digne de ce nom.
    Mais voilà, comme tu dis, les ricains n’en n’ont que faire de nos pauvres petites mines en nous coupant des séries par-ci par là à cause de l’audience (un peu comme M6 avec ses séries d’ailleurs).

    Nous sommes tous orphelins d’une série que l’ona urait aimé voir continué un peu plus (Tru Calling, Dark Angel, Les 4400, Drôle de chance et j’en passe).

  5. @Ladyteruki : désolé, je voulais pas remuer le couteau dans al plaie, au contraire 😉 Pour Dead Like Me, bizarrement j’ai pas encore regardé le film. J’ai lu trop de choses négatives, en fait, et j’ai pas envie de salir l’image de la série (c’est comme pour Prison Break et le téléfilm final).

    @Nakayomi : Moi j’ai bien aimé Serenity. Même si c’était un peu précipité, j’ai trouvé que ça faisait une jolie conclusion à la série.

    @Celine : j’étais même pas au courant pour Studio 60

    @David : Arf, Tru Calling. Comme j’aurai aimé voir la suite. Il y avait de très intéressants développements. Pour les 4400, j’avoue ne pas trop savoir où ils voulaient nous amener, mais je ne suis pas très curieux, la série devenait de moins en moins bonne.

  6. Oh t’inquiète, et puis c’est pas ta faute. C’est ABC que je blâme encore après tout ce temps 😛
    J’ai pas encore regardé le film de DLM non plus (je me suis acheté l’intégrale de la série au préalable mais… bon, voilà quoi). Les échos ne renforcent pas la motivation, en effet, mais c’est quand même mieux de se faire son opinion. Après tout, ces histoires de deuil, c’est plus souvent quelque chose d’intime qui se passe strictement entre le téléphage et la série, ce qu’il y a autour ne parasite jamais vraiment.

    @David : oui, il y a beaucoup de séries parties trop vite, dont on aurait tendance à se dire qu’on aimerait bien une fin. Mais ça fait aussi partie de la téléphagie d’être séparés subitement, cela dit, et je pense qu’il ne faut pas céder à cette pulsion de vouloir une « conclusion ». Parfois, faire vivre la série dans nos cœurs est aussi bien… (dit-elle en grignotant un bout de tarte avec les yeux humides)

  7. « […] veuillez attendre qu’un miracle comme Firefly se reproduise. »

    Je relis ta note qui date un peu mais je me suis mise la semaine dernière à Firefly et… nom d’un chien, quelle série !! Je n’ai pas encore terminé la saison (j’en suis à l’épisode 11) mais je peux déjà, sans l’ombre d’une hésitation, affirmer que c’est l’une des meilleures séries que j’ai pu voir jusqu’à présent. C’est intelligent, bien écrit et interprété, drôle, et des tas d’autres adjectifs qu’il est inutile que j’ajoute à cette liste. Du coup, en même temps que mon enthousiasme, émerge aussi une grosse colère à l’idée d’avoir si peu d’épisodes (+ le film) à regarder.

    Comment une série de cette qualité a-t-elle bien pu être annulée ? Bon ok, j’ai compris : manque d’audience. Mais quand même… Est-ce qu’il y a eu suffisamment de promo sur la chaîne au moment de sa diffusion ? J’arrive après la tempête, donc évidemment je n’ai aucune idée de la façon dont l’arrêt a été ressenti (quoique d’après mes recherches sur le net, la « communauté » Firefly est encore assez active et toujours ébranlée par la suppression de la série). Quand je pense que la Fox a fait traîner X Files sur 9 saisons (dont 2 de trop) et que Firefly n’a pas eu sa chance, ça me fout quand même bien les nerfs !

    Enfin bref, je suis ravie d’avoir découvert cette série (mieux vaut tard que jamais), je vais bien être obligée de composer avec ma frustration de n’avoir pas grand chose à me mettre sous la dent, mais pour moi et en dépit d’une seule petite saison, Firefly rentre directement dans mon best-of.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s