1600 Penn [Pilote]

1600 penn

Les sitcoms échappent rarement au principe d’un personnage délibérément overzetop. Mais dans le cas de 1600 Penn, la nouvelle série de NBC, l’élément comique central est aussi l’élément le plus irritant. Avec un concept alléchant (décrire la vie familiale à la Maison Blanche), on aurait pu s’attendre à de meilleurs échanges entre ses personnages. Mais au lieu de faire passer de l’émotion, le pilote choisit la bouffonnerie. Pire : la bouffonnerie surjouée.

1600 penn josh gad

Josh Gad incarne le fils aîné du président, un gars idiot qui multiplie les gaffes et que le staff de la Présidence des USA doit couvrir au mieux. Mais il y a les maladresses imprévues, drôles, et les maladresses hystériques où la voix subitement aiguë de l’acteur finit par vous faire grincer les dents. L’acteur gesticule trop, déambule, et en rajoute à chaque gag, qui est ainsi complètement désamorcé. J’ai toujours détesté les scripts mégalomaniaques où le personnage se veut le plus drôle, car c’est souvent l’effet inverse qui se produit. Go On en est parfois pas loin, mais heureusement le jeu de Matthew Perry a suffisamment de nuances pour faire passer ses scènes. Josh Gad n’a aucune nuance. Il joue juste extrêmement mal. De quoi me résigner à abandonner le visionnage de la suite de la série. Parce que c’est bien sympa de voir le fils du président mettre le feu à chaque scène, imiter ad nauseam son père ou se mêler de tout… Mais c’était pas ça la thématique, si ?

1600 penn jenna elfman

Heureusement il reste la description succincte d’une famille recomposée à la dérive : la nouvelle femme du président, incarnée par la toujours sensationnelle Jenna Elfman (Accidentally on purpose), a du mal à parler avec ses enfants. Elle n’est pas dans un rôle de femme du monde « à côté de la plaque », elle fait des efforts, et ça finit par payer. Bien sûr elle aurait préféré entendre autre chose que la grossesse surprise de sa belle-fille ! Sans compter que les autres enfants, en âge d’aller à l’école lui réservent d’autres révélations, comme l’homosexualité de sa fille de 13 ans ! Tout cela est un peu dur à assimiler en un jour, mais elle y fait front sans se révéler acariâtre, donnant ainsi au show l’impression de regarder une vraie famille en reconstruction. Ouf !

1600 penn jenna elfman bill bullman

Et le président ? Disons que Bill Pullman a bien vieilli depuis Independance Day, et s’il reste crédible dans son rôle, il n’est pour l’instant pas assez défini pour qu’on puisse s’attacher à lui. Il est presque aisément remplaçable par son porte-parole, qui doit gérer l’impact des gaffes de tout ce petit monde, avec une bonne dose d’humour et une attitude la plus zen possible.

Vous l’aurez compris, le show avait du potentiel, mais le personnage principal détonne bien trop dans cette comédie familiale, non seulement il en fait des tonnes, mais il le fait avec un sens du timing et un égocentrisme tel qu’il est impossible de ne pas avoir envie de le baffer (et je ne dis pas ça souvent !).

Pour la forme, je dirais donc que le show mériterait quelques épisodes de plus, mais je n’ai tout simplement pas confiance : le show est bien trop déséquilibré pour qu’il fonctionne.

feu-rouge4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s