Kumo no Kaidan [Pilote – Japon]

kumo no kaidan

Parmi les nouveautés japonaises printanières figure Kumo no Kaidan, un drama de NTV qui possède un pitch plutôt original, celui de l’exercice illégal de la médecine dans une petite île.

Nous ne sommes pas dans une fiction de bricolage, à la Off The Map, où les médecins doivent faire avec les moyens du bord, mais bien dans une fiction qui a le potentiel de faire réfléchir sur certaines thématiques éthiques. Et c’est finalement, plutôt d’actualité quand on pense que les médecins désertent de plus en plus les campagnes. Le drama le dit d’ailleurs très justement : on ne peut en vouloir aux professionnels de santé : ils craignent pour leurs propres vies également (qui pourrait les soigner ?). Tout le monde a envie d’avoir une médecine de proximité fiable et rapide, pas seulement les patients !

Alors quand nos « médecins de famille » pensent à la retraite, ou tout simplement veulent un collègue pour partager leurs journées épuisantes, il faut bien trouver quelqu’un capable de faire le boulot. En cas d’urgence médicale en plein milieu d’une tempête, l’hélicoptère de secours ne peut venir, alors qu’il est normalement situé à 40 minutes de là. Quand un jeune homme particulièrement doué avec ses doigts, malléable et intelligent se retrouve à « aider » un service, le médecin essaye de le former et de lui donner des défis de plus en plus importants, au mépris de la vie du patient et – évidemment – en toute illégalité. Notez bien que cette transgression concerne également les infirmières qui n’ont pas le droit de pratiquer d’anesthésie.

kumo no kaidan inamori izumi agesawa hiroki

Et le drama a l’intelligence de ne pas transformer ce jeune apprenti qui a à peine validé ses années de lycée, en super-docteur. Non seulement il est loin d’être aussi doué que son « supérieur » le voudrait, mais il a peur de l’illégalité, en même temps qu’il est parfaitement conscient d’avoir les vies de personnes entre ses mains.

On pourrait croire, jusque là, que le drama réussit parfaitement a exploiter son sujet. Hélas. Si le drama a un sujet en or, il n’utilise jamais autre chose que la fragilité de ce « young doctor ». Pas de débat. Juste une interdiction, un tabou que l’on va briser « par la force des choses ».  Ainsi, confronté à une hémorragie massive suite à une grosses extra-utérine, notre « héros », va devoir enfiler tout seul les gants. On reconnaîtra cependant au drama de passer du temps sur sa terreur lorsqu’il comprend qu’il ne parviendra pas à stopper le saignement.

En gros, le drama ne cesse de nous rappeler l’interdiction, mais n’est pas capable d’aller vers la réflexion suivante. Il préfère utiliser des codes communs à toute série médicale : une chirurgie qui se passe mal. Et quoi de mieux pour rappeler la transgression ultime, que d’avoir un coup de téléphone du père (médecin !) de la patiente…

On ne sait pas au fond si notre héros est vraiment rongé par la culpabilité, ou s’il a tout simplement un mal-être profond, un secret qui expliquerait pourquoi il a choisi de vivre sur cette minuscule île de 500 habitants. C’est ce positionnement vers le mystère, ainsi qu’une relation sulfureuse avec une infirmière jalouse qui fait complètement dévier le drama de sa trajectoire.

kumo no kaidan agesawa hiroki inamori izumi

On se retrouve avec un épisode plutôt lent, incapable de faire démarrer ses intrigues ni de s’appuyer sur ses personnages. Impossible de ressentir la moindre chose envers ces personnages qui traînent plus qu’ils ne vivent, qui répètent les mêmes interdictions, tels des fantômes incapables de réfléchir.

La déception est donc de taille. De son formidable sujet, l’auteur essaye de faire une sorte de thriller décaféiné, et de poser une certaine ambiance. Perdu ! Ce mal-être est aussi soporifique que la mise en image et la musique, et les problèmes de rythme contribuent à plonger le téléspectateur dans la confusion. Mais au fait, c’est quoi alors le sujet ? Cette incapacité à donner de l’émotion ou de la réflexion a de quoi laisser bouche bée.  ( Cela dit je préfère encore ça à Minna ! Esper Dayo ! La perversion japonaise n’en finit plus de m’étonner… Impossible que je reviewe ce … truc )

feu-rouge4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s