[Pilote US] Harry’s Law

Nous y voilà. Les plaidoiries sont en cours. Alors monsieur le procureur, David E. Kelley a-t-il enfin renouvelé sa façon d’écrire des legal drama ?

J’ai bien peur de répondre par la négative. Mais je plaide coupable, moi aussi. J’avais de gros a priori qui m’ont empêché de fermer les yeux sur certains détails. A force d’avoir regardé ses séries, je sais comment il fonctionne. Déjà dans Picket Fences, The Practice, Ally Mc Beal, D.E.K. avait pour habitude de présenter un cas impossible juridiquement, mais avec un avocat très convaincant, il arrivait à nous faire croire que le jury devait choisir quel type de société façonner. Bref, les valeurs sociétales triomphaient sur la discussion juridique.

Après tout, c’est un choix. Ça marchait très bien à l’époque. Et je reste un très grand amateur des séries suscitées. Mais depuis, d’autres dramas ont su faire preuve de d’avantage d’audace en montrant les coulisses d’un combat au tribunal. DEK n’a sans doute pas voulu s’inspirer de The Good Wife. Ou alors il a fait preuve d’une fainéantise éhontée pour écrire ce pilote. Ici, il n’y a guère de tactique, aucun coup bas, juste un avocat plaidant la main sur le cœur que son client est un gentil consommateur de cocaïne garçon et qu’il faut lui laisser une troisième chance. Parce que…

Parce que… Et c’est là qu’on assiste à un débat surréaliste entre le procureur et l’avocate… Parce que d’abord il faudrait légaliser la drogue, ça règlerait tous les problèmes. Une affirmation légèrement nuancée au début de sa plaidoirie finale, mais suffisante pour me faire bondir.

DEK en est réduit à ça ? Pour sauver ses clients, il va bientôt nous proposer sa propre constitution des USA – fondée bien sûr sur sa conception des valeurs morales, conception oscillant au gré des cas judiciaires, évidemment. Et n’oubliez pas la notion d’humanité. Parce que vous voyez monsieur le Juge, la justice elle n’est pas humaine.

Vous n’êtes pas convaincu par sa démagogie ? Pourtant, le juge, accepte sans broncher. Et moi je résiste à l’envie de faire voltiger ma télécommande.

Comment sauver le show ? Même Kathy Bates ne semble pas convaincue par les mots qu’elle emploie. On nous a même vendu cette série comme un House juridique. Quelle mauvaise blague. Son personnage n’est ni brillant, ni misanthrope, et encore moins drôle. Le rythme de l’épisode est mollasson, les personnages s’inspirent tellement de ses précédents shows qu’on finit par les détester en moins de deux répliques. Et pour en rajouter une couche, voilà de très mauvais effets spéciaux de personnages voltigeant en l’air. Je me pose encore la question de savoir si un effet comique était recherché.

Je réclame de la prison à vie pour DEK. Ne laissez plus sortir ce multirécidiviste, même s’il dit avoir pris ses médocs. A chaque sortie c’est de pire en pire. Protégez la société, Monsieur le Juge. Protégez les téléspectateurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s