Gu Family Book [Pilote – Corée]

Gu Family Book

Gu Family Book, énième reprise de la fable du Gumiho, cette créature mythique dévorant les foies des humains, nous propose une plongée plutôt bienvenue dans le fantastique après tant de mois passés dans les drames humains modernes. Malheureusement, le spectacle offert n’est pas à la hauteur de ses ambitions.

gu family book fx

On ne critiquera pas les moyens engagés, car les effets spéciaux pullulent, et sont tout à fait corrects. La réalisation, sans atteindre le meilleur du câble, parvient vraiment à immerger le téléspectateur dans ce monde où cohabite l’homme… et le monstre. On a même certains paysages vraiment superbes qui permettent de passer outre l’abus de lucioles bleues.

Non, le problème est ailleurs. Avec sa volonté d’accentuer toutes les scènes poignantes, tout en se ridiculisant avec des incohérences, on finit par ne plus savoir sur quel pied danser. Le drama veut trop bien faire, il en rajoute dans le pathétique en mettant le personnage féminin principal dans la pire des situations, et oublie de réfléchir à ce qu’il nous raconte.

gu family book lee yeon hee

Attention, cette critique détaille l’histoire des deux premiers épisodes pour en démontrer ses incohérences.

On fait connaissance avec Seo Hwa (Lee Yeon Hee, Ghost), la mère de notre futur héros (Lee Seung Ki n’apparaîtra pas dans les deux premiers épisodes, qui servent d’introduction). Seo Hwa, a vu son père mourir, piégé et trahi par son ami de longue date. Avec son frère et sa servante, elle est rachetée, et doit devenir gisaeng, obligée de coucher avec le tueur de son père. Le drama alternera avec joie les séances d’humiliation, de torture, jusqu’au viol de la servante. On vous a dit qu’on ne plaisantait pas. C’est poignant. Dérangeant, même. Le récit promet d’être manichéen.

gu family book choi jin hyuk

Seo Hwa arrivera tout de même à s’enfuir, pourchassée par les soldats du meurtrier de son père, et finalement recueillie par un gumiho amoureux, Gu Wol Ryung (Choi Jin Hyuk, I Need Romance), qui prend une apparence humaine. Après plus de 1000 ans à se tourner les pouces, ce dernier ne suit pas les conseils de son ami, et se décide donc à se mêler des affaires des humains. Accrochez-vous bien, ça va commencer (un peu) à déraper. Notre Gumiho fou amoureux veut donc immédiatement se marier (!!!) avec son humaine. (Une histoire de droits, pour lui, sans doute. Ou alors parce que Seo Hwa ne peut pas tomber enceinte hors mariage, il y a des limites dans l’abomination). Seo Hwa a beau demander des nouvelles de son frère et de sa servante (entretemps pendus), pendant 3 mois elle ne va pas quitter son gentil mari qui lui offre des lapins, des clémentines et des papillons à volonté. Et là, le charme est rompu. Leur histoire d’amour foudroyante est difficile à avaler, d’autant plus que notre héroïne se résume vraiment à la victime fragile. Pour en rajouter dans l’émotion (qui ne vient pas), la musique m’a paru bien trop forcée. Il s’agit évidemment d’une histoire de sensibilité puisqu’au vu des commentaires sur Dramabeans, la gente féminine trouvait tout ça très romantique. Moi ça me fait penser à une femme soumise qu’on achète. Gu Wol Ryung, veut protéger sa femme, et parce qu’il veut connaître l’amour d’une femme, veut devenir humain. (Or on nous montre parfaitement que cet amour est possible sans qu’il devienne un homme, d’où mon incompréhension totale sur le plot principal). Gu Wol Ryung, de plus, commet une faute impardonnable, il préfère mentir et voir sa femme sourire plutôt que de lui annoncer que ses proches sont morts. Dans le même temps sa femme un peu cruche n’a pas l’air de vouloir en savoir davantage.

Attention, ça se corse. Gu Wol Ryung ne doit plus utiliser ses pouvoirs magiques devant des hommes pendant 100 jours, ce qui lui permettrait à terme d’avoir accès au Gu Family Book, et donc de devenir humain. Mais en cas d’accroc à cette règle, il deviendra un démon sanguinaire pour des milliers d’années. Sauf si sa femme reste amoureuse, et si elle ne l’est plus, il faudra la tuer (Aspirine, quelqu’un ?). Rien que la règle des 100 jours sans rien faire donne le tournis, puisque ça voudrait dire que tous les jours notre Gumiho est obligé d’utiliser ses pouvoirs devant les humains, sous peine de devenir un démon sanguinaire, non ? Toute magie démarre par un sort, pas par l’absence de sorts. Ça évite justement de telles cacophonies quand on veut construire une mythologie. Enfin, la logique de la série n’en est plus à ça près.

gu family book lee yeon hee mbc

Après avoir utilisé ses pouvoirs (et montré son côté monstrueux) Gu Wol Ryung va finalement se faire tuer chez lui (enfin, on suppose) parce que sa belle ramène consciemment ceux qui veulent sa mort. Oui, vous avez bien lu. Après une conversation avec ses ennemis, Seo Hwa se rend compte que Gu Wol Ryung lui a menti, alors quitte à mourir, autant tuer son amant monstrueux par la même occasion. L’inconstance du personnage féminin trouve ici ses limites.

Vous parlez d’une histoire d’amour, vous. En plus, là on ne sait plus trop ce qui s’est passé. Avant de se faire tuer, Gu Wol Ryung tente de tuer Seo Hwa (pour ne pas devenir un démon sanguinaire et parce que sa belle ne l’aime plus, vous vous rappelez). Mais en même temps qu’il meurt, on sent que Seo Hwa l’aime toujours. Va-t-il revenir en démon ? Est-il réellement mort ? Là je dois dire que je suis passé complètement à côté du tragico-romantisme de leur relation.

Enfin pour finir, Seo Hwa a une révélation qui lui sauve la vie. Elle est enceinte. Elle n’arrêtait pas de vomir dès qu’on lui annonçait la mort de quelqu’un, mais pileau moment où son bourreau s’approche, elle sent son bébé bouger. Elle est épargnée donc (hors caméra), profitant du départ soudain du big boss. Ce même big boss – qui voulait à tout prix sa mort parce qu’il n’avait pas pu la violer il y a quelques mois – décide soudain de partir du champ de batailles. Une envie pressante assurément.. La ficelle, pour moi, a bien du mal à passer.

lee yeon hee gu family book

Vous devinez la suite. Le bébé naît. Seo Hwa veut le tuer avant de s’apercevoir sous la lumière bleutée qu’il a apparence humaine. Là encore, à force de vouloir créer une dramaturgie excessive (va-t-elle vraiment tuer son enfant ?), le scénariste se prend les pieds. Même sans lumière bleutée, elle a forcément du se rendre compte du visage de son bébé lorsqu’elle l’a mis au monde et enveloppé dans un linge ! Afin de corser les choses Seo Hwa va l’abandonner dans la rivière, et le bébé sera recueilli – et élevé – par quelqu’un d’autre. Ouf.

Il y a parfois des dramas qui vous donnent envie de donner des claques aux scénaristes. Celui-ci en fait partie. Je peux tolérer quelques incohérences (après tout c’est un peu la règle dans le petit monde des dramas coréens), mais à ce point… Entre le mariage, l’histoire d’amour incompréhensible, le besoin de redevenir humain, les règles absurdes sur cette transformation, le sauvetage in extremis de Seo Hwa, le bébé qu’elle reconnait subitement, …

C’est d’autant plus dommage qu’artistiquement, la série s’en sort très bien. La rythme est élevé, on ne s’ennuie pas et son côté poignant, malgré ses excès manichéens, a parfois fonctionné chez moi. Il y a plein de raisons pour fermer les yeux devant ses défauts et j’ai conscience d’avoir une critique exagérément négative. Mais là, désolé, je ne peux pas passer outre.

Les fans de Lee Seung Ki continueront sans doute l’aventure, mais j’ai de sérieux doutes vu le naufrage de ces épisodes introductifs. Espérons que l’alchimie entre Suzy et Lee Seung Ki sera bonne. Une relecture de cette histoire d’amour monstre/humain pourra peut-être améliorer les choses.

Oui, je suis déçu. D’autant plus déçu que beaucoup de monde semble avoir apprécié ces deux épisodes. I just don’t get it, this time.

feu-rouge4

Publicités

7 réflexions sur “Gu Family Book [Pilote – Corée]

  1. Tu nous encourage pas a voir ce drama a lire ton commentaire il n’y a rien dans ce drama qui te plait ,mais je vais le voir et me faire une idée par moi même j’espère que tu va pas décourager les teams a le traduire

    • Le drama a ses qualités (visuelles entre autres), mais je n’ai pas adhéré à cette histoire manichéenne, et à ses nombreuses incohérences. Je pense que si j’avais vraiment aimé le traitement de la romance entre les deux personnages, cela aurait pu tout changer.
      Je ne veux décourager personne, ni à visionner le drama (ni à le sous-titrer). Les critiques sont largement positives sur Dramabeans, et il y a fort à parier que le drama trouvera son public.
      C’est juste que cette fois-ci, pour moi, le drama n’a pas fait « clic », alors que je suis pourtant friand du genre fantastique.

  2. J’ai aussi été déçue par ces 2 premiers épisodes. Bon j’en attendais beaucoup à la base : le directeur de City Hall et le réalisateur de Kim Tak Gu (oui j’ai mes moments makjangesques des fois…!), Lee Seung Gi qui m’avait agréablement surprise dans TK2H et cette bande annonce dont l’univers fantastique me rappelait Arang & The Magistrate et qui promettait tellement…
    Et voilà, le premier épisode m’a énormément plu, joli, poétique, bien joué, (même si la musique m’agaçait par moment), j’ai donc attendu le 2ème épisode avec impatience et là… badaboum. Plus aucune logique, des réactions totalement incompréhensibles (Seo Hwa…. franchement !), du pseudo larmoyant qui n’arrivait même plus à m’émouvoir,…
    En fait je pense qu’ils ont voulu faire trop vite avec l’histoire des parents pour faire venir plus rapidement LSG et Suzy (et l’audience avec!) à l’écran. Et c’est dommage. Parce que bien sûr il fallait tuer les 2 parents mais en 2 épisodes, ça force les choses et au final non seulement les personnages n’ont pas le temps d’être développés mais en plus ça donne un enchaînement de situations et de réactions sans plus aucune logique. Il y aurait eu tellement d’autres façons (plus logiques/crédibles/romantiques/tragiques!) de les faire se séparer et mourir… s’ils avaient accordé plus de temps à leur histoire…
    Bref, je testerai quand même les 2 prochains épisodes comme s’ils étaient les premiers… Sait-on jamais !
    Merci pour cet article et bonne fin de semaine!

  3. Moi j’ai adoré. J’accroche plus à la suite qu’aux deux premiers épisodes, mais si on accepte tout simplement que ce drama est un drama coréen basique – c’est à dire : incohérences scénaristiques, personnages caricaturée, clichés à répétition etc etc et bien sûr, le destin qui s’en mêle – l’histoire passe comme une lettre à la poste et il n’y a plus qu’à marcher au feeling. Après, cette introduction n’est pour moi pas une histoire d’amour. Si l’on considère tout ça d’un point de vue amour à sens unique, Wol Ryung qui aime Seo Hwa, et Seo Hwa qui répond à cet amour parce qu’elle se sent redevable et qu’elle voit là l’opportunité d’avoir une vie de femme libre – je ne dis pas qu’elle est calculatrice, elle se laisse juste porter par la force des choses, mais elle n’est juste pas du tout amoureuse de Wol Ryung – l’histoire est tout de suite beaucoup plus « crédible ». Sinon, à noter quand même quelques longueurs rébarbative sur les scènes « romantiques ». La lumière de la lune tamisée par la nuit, les lucioles, tout le blabla, c’est très joli, mais la caméra qui tourne autour des personnages quand ils sont vaguement proches physiquement… bah souvent j’ai rien contre, mais là, c’est vraiment trop long. Après, depuis que j’ai vu King of Dramas, je pense toujours aux conditions de production, et je leur pardonne en me disant qu’ils n’avaient peut-être pas assez d’images pour bien combler le truc ^^
    Addictif donc, si on laisse de côté le scénario imparfait, et qu’on se laisse porter par le visuel féérique et les sentiments ^^

    Ceci dit, j’attend encore un drama de ce genre sans histoire d’enfance et de destinée.

    • Je me suis permis d’éditer ton commentaire sur l’identité de la personne, pour laisser la surprise aux téléspectateurs.
      C’est vrai que je suis allé rapidement dans mes déductions au vu du second épisode.La faute à une ellipse temporelle qui laisse le spectateur deviner. Les épisodes suivants complètent donc l’information. Mais cet article ne concerne que le visionnage des deux premiers épisodes, je ne pouvais donc pas savoir à l’avance le « twist ».
      Merci pour ton commentaire. Pour une raison que j’ignore il s’était mis en indésirable, d’où ma réponse tardive.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s