Quoi de neuf sous le soleil d’Août ? Mes visionnages américains et européens…

On continue, si vous le voulez bien, un petit tour d’horizon estival en matière de série occidentale. Toutes les critiques sont à jour avec la diffusion.

Visionnages en cours et bilans :

Dark Matter

Dark Matter : La série souffre toujours trop de son aspect générique, mais petit à petit les pointes d’humour se font plus saillantes, et les quelques révélations suffisent à maintenir l’intérêt. Dommage que le background des personnages reste encore aussi limité. Le problème de Dark Matter ? C’est d’avoir envie de regarder une énième fois l’intégrale de Farscape à sa place…

Deutschland 83

Deutschland 83 (bilan) Mon coup de cœur de l’été. La série allemande arrive à restituer l’ambiance des années 80 de façon beaucoup plus proche que The Americans. Forcément, j’ai vécu tout ça. Alors oui, on peut reprocher au show son héros qui se sort trop facilement des pièges tendus, mais la dimension dramatique prend le dessus. La fin est un peu bâclée mais le tour de force est là : avoir réussi à donner du rythme à l’histoire, sans temps mort. Bravo.

wayward pines

Wayward Pines (bilan) La grosse surprise de l’été. En se jouant des codes déjà assimilés par le téléspectateur, les auteurs ont réussi à renverser complètement la donne. Si la fin est un peu plus prévisible, sa noirceur donne rétrospectivement beaucoup d’ambition à l’univers. Je ne suis pas sûr qu’une seconde saison soit nécessaire, car en l’état, la série a tout pour avoir son petit culte dans les années à venir…

humans

Humans (bilan) En s’éloignant autant du propos sociétal de la série suédoise originelle, Humans m’a laissé sur ma faim. Les codes de science fiction sont largement sous-utilisés au profit d’intrigues familiales décevantes. On était peut-être pas obligé d’en passer par la case viol, sans grande subtilité. De même le mystère sur les Synths sont résolus de façon ridicule, une simplification à outrance. Bref, à la fin de la saison, on se dit que l’univers de la série méritait meilleur traitement. En soi, Humans n’est pas mauvaise, mais elle est trop limitée pour enthousiasmer.

True Detective season 2

True Detective s2 (bilan) Oui, je confirme : on s’ennuie ferme pendant cette seconde saison. Et même si les acteurs ou les rares scènes d’action font leur effet, le final n’arrive pas à masquer la pauvreté de la narration policière. Dommage…

rectify season 3

Rectify s3 J’ai toujours du mal à m’impliquer à nouveau dans la série. On voit désormais clairement qu’elle n’a plus grand chose à dire sur son héros, et elle sort donc tous les artifices habituels sur un mystère complètement hors-propos. Heureusement, il reste Tawney et son mariage, avec sans doute le personnage masculin le plus intéressant actuellement à la télévision américaine. Pas de stéréotype d’anti-héros ni de grand méchant, juste un homme capable du pire comme du meilleur et qui renvoie en miroir notre condition.

complications

Complications De façon surprenante, j’ai pris du plaisir à suivre cette série plutôt limitée, qui arrive à maintenir la pression sur son héros en permanence. Certes, on est pas loin de la caricature, mais tout va suffisamment vite pour ne pas s’en soucier. Un divertissement honnête.

mr robot

Mr Robot Capable de donner d’excellent épisodes comme des bouche-trous soporifiques, la série reste l’un des évènements de l’été. Avec sa réalisation hors pair, sa musique oppressante, sa voix off, ses acteurs impeccables, elle arrive aussi et surtout à surprendre par la qualité de son raisonnement mais aussi de ses twists. Cet épisode 8 restera dans les annales.

masters of sex

Masters of Sex s3 J’ai toujours la même fascination pour le traitement de ses thématiques. Mais pour la première fois dans la série, j’ai ressenti un peu d’usure dans le développement des personnages, sans compter certains twists un rien soapesque. En fait il me manque encore un épisode marquant, émouvant, démontrant avec force la subtilité dont est capable la série. Ça viendra peut-être…

the whispers

the Whispers Bon euh. Il fallait bien trouver un remplaçant à Extant, vous savez la série de science-fiction qui s’est tellement simplifiée qu’elle en est devenue imbuvable. Alors, voilà, The Whispers, c’est du n’importe quoi en permanence mais euh… non désolé j’ai pas d’excuses. En fait c’est Drill qui m’a dit de regarder.

The Strain s2

The Strain s2 Je suis toujours mitigé par cette seconde saison, qui s’éparpille au lieu de clarifier la menace et les enjeux. Même le sentiment de danger a disparu, puisque nos héros savent maintenant parfaitement combattre tout ennemi à leur portée. Mais l’univers a encore prise sur moi, j’aime toujours ce ton particulier, qui préfère l’horreur au glauque, permettant un recul plus confortable pour le téléspectateur. Et puis la galerie de personnages est suffisamment variée pour ne pas s’ennuyer. Mention spéciale à notre exterminateur.

the last ship season 2

The Last Ship s2 J’en suis surpris, mais cette seconde saison est bien meilleure que la première. Le patriotisme est toujours là et les acteurs encore limités, mais les enjeux sont clarifiés, les rebondissements satisfaisants. Bref, la tension est là, a minima. Ce qui n’était pas le cas l’année dernière.

rewiew

Review with Forrest Mac Neil s2 Après deux épisodes, je peux déjà dire que je suis ravi de son retour. Même si la conclusion des différents essais est un peu décevante car limitée, l’enthousiasme de notre reviewer est toujours aussi hilarant. J’espère juste avoir quelques surprises pour éviter ce petit sentiment de redite.

devious-maids-season-3

Devious Maids s3 Je n’en suis pas très fier, mais Devious Maids fait partie de ces séries qu’on suit par habitude. Elle se révèle légère, aux rebondissements parfois imprévisibles, bref, suffisamment tordue pour regarder du coin de l’œil en jouant sur votre téléphone. Mais la lassitude commence à s’installer, parce que chacun est un peu trop enfermé dans son rôle.

Pilotes :

Sex-and-Drugs-and-Rock-Roll

mini feu rouge 2Sex Drugs and Rock’n’roll (USA, FX) Il y en aura toujours des pilotes affligeants, au gags éculés, au scénario prémâché et prévisible. Mais j’avais le secret espoir que le héros de Rescue Me nous proposerait quelque chose d’un peu plus… mordant. Surtout avec un titre pareil. Fuyez !

Partners in crime

mini feu vert 2Partners in Crime (UK, BBC) En revisitant les romans d’Agatha Christie, la série s’appuie sur une valeur sûre, consensuelle (ce n’est pas la première incarnation du duo Tommy et Tuppence). Les acteurs sont bons (et ça fait plaisir de revoir l’actrice de Call The Midwife), mais le triptyque introductif est pour le moins longuet. Ajoutez à cela une conclusion expédiée de la plus mauvaise manière, et l’expérience vous laisse avec un petit goût amer en bouche. Mais le potentiel pour une série policière classique et pleine de charme reste intacte, fort heureusement.

wet hot american summer

mini feu rouge 2Wet Hot American Summer first day of camp (USA, Netflix) Je n’ai pas la nostalgie des gags des années 80, mais je constate que peu de personnes sont capables d’en faire une transposition. Le film original, bien que catalogué culte par une campagne marketing douteuse, n’y est pas arrivé. Il était évident que la série de Netflix n’y parviendrait pas non plus. Ainsi, de ces gags parfois patauds, plein de clichés sur les hormones de l’adolescence mais qui fonctionnaient comme de vrais clins d’œil au spectateur, les auteurs les ont déformés en un humour vraiment lourdingue, s’attardant jusqu’à l’écœurement… Que c’est drôle de voir Ken Marino frotter son entrejambe à son copain pendant 3 minutes.. Pire, on voit déjà à l’avance toute la résolution des intrigues. Ce qui tient sur un film peut-il tenir sur une série ? Pas sûr… Ma patience a ses limites. Un casting de qualité ne fait pas tout. Revoyez vos classiques.

significant mother

mini feu rouge 2Significant Mother (USA, CW) Espériez-vous vraiment quelque chose d’original avec un pitch ultra-classique où un type découvre que son meilleur ami couche avec sa mère ? Vous avez la liste des gags ? Vous pouvez tous les cocher, ils sont là, dans l’ordre chronologique. Après éteignez la télé, il est temps de faire une pause.

mr robinson

mini feu rouge 2Mr Robinson (USA, NBC) On nous refait le coup des comédies familiales où un prof est adoré par ses élèves et drague son ex. C’est bon enfant, écrit sommairement, et aussitôt oublié. Pas la peine de s’y attarder.

blindspot

mini feu rouge 2Blindspot (rentrée US, NBC) Une héroïne amnésique mais experte en tout (des langues aux arts martiaux), une nudité bien peu affriolante, un mystère plus épais que la carte de Prison Break, et vous obtenez un machin sans surprise, sans charisme, sans enjeux. Faudra pas compter sur moi pour défendre ça.

lucifer

mini feu rouge 2Lucifer (rentrée US, FOX) Vous prenez un policier, vous le mettez en duo avec un personnage irritant mais qui arrive à ses fins, et vous avez l’enquête de la semaine. ce coup-ci, les auteurs sont même allés chercher Lucifer lui-même pour déclencher l’hilarité. Trop fort, il fait peur aux enfants avec ses yeux, il interrompt un mariage… L’ennui, c’est que l’enquête est linéaire, sans recherche de preuves. Il faudra juste pointer du doigt le coupable pour qu’il se dénonce lui-même. Pratique, on embête pas le téléspectateur avec des détails. Allez, zou, poubelle. Même pour les beaux yeux de Tom Ellis (aka l’amant de Miranda, excusez du peu !)

Quoi de neuf sous le soleil ? Une trentaine de séries (américaines, britanniques, canadienne,belge, allemande..), pardi !

Grosse fatigue en ce moment, pour tenir à jour ce blog. En 6 ans d’existence, ce n’était encore jamais arrivé. Ma passion est intacte, mais mon énergie n’est clairement plus la même. La joie d’être père, sans doute, ou la quarantaine qui avance masquée (plus qu’un mois avant le changement de dizaine tant redouté).

On verra comment le blog survivra à la rentrée, et si oui, sous quelle forme. Je m’en veux surtout de ne pas avoir pu publier mon bilan de la saison. Les jours passent trop vite. Peut-être qu’un simple bilan statistiques suffira cette année.

Mais je tenais surtout à continuer à traiter de l’actualité, sous une forme ou sous une autre, puisque je regarde toujours beaucoup, beaucoup de nouveautés. Alors voici donc un petit panorama du mois écoulé.

On (re)garde ou pas ?

Bilans

sense8

Sense8 (USA, Netflix) Le duo Wachowski déjà responsable de Matrix essaye de nous emmener dans un récit fantastique simpliste, bourré  de clichés, longuet et redondant. Le concept est pourtant sympathique : 8 hommes et femmes disséminés dans le monde partagent leurs sens et leurs expériences de façon parfois très intime. Ces humains évolués sont évidemment pourchassés par un grand méchant. Le hic, c’est qu’on est plutôt dans la démonstration naïve et pas très fine. Quelles sont les préoccupations de nos héros ? La coréenne maitrise forcément les arts martiaux et subit de plein fouet une société patriarcale. L’allemand est un voleur/armoire à glace. L’indienne est bloquée dans un mariage forcé. La lesbienne échappe à une lobotomisation (un acte qui n’est plus pratiqué de nos jours, mais qu’importe hein). L’africain veut des médicaments pour soigner le Sida de sa mère. L’hispanique est une star du cinéma d’action, et qui cache son homosexualité aux médias. La londonienne est une DJ qui essaye d’échapper à son univers underground peuplé de drogués. Bref, chaque décor conditionne la typologie de personnages. Heureusement les échanges entre les personnages ont leurs moments de grâce, et même si l’émotion ne vient pas totalement, on arrive à s’attacher un peu à leurs destins. La bonne nouvelle, c’est que Bae Doona est décidément phénoménale et la mise en scène appuie ses gros plans. Ça fait toujours plaisir… La mauvaise c’est que la fin est digne d’un mauvais téléfilm, pour ne pas employer de mots plus vulgaires. Tout ça pour ça.

jonathan strange and mr norrell

Jonathan Strange and Mr Norrell On aura frôlé le chef d’œuvre fantastique, bouillonnant d’idées. Trop, peut-être, pour arriver à rassembler tous les morceaux et en faire un final digne de ce nom. Mais qu’importe, le show a réussi à poser une ambiance magnifique, composant tableaux après tableaux, et réussissant à changer de multiples fois de direction. Sans contestation possible, l’une des séries les plus enivrantes de l’année.

no offence 1e01

No Offence J’avais adoré le début de la série, avec ses héroïnes au caractère bien trempée et l’ambiance décontractée au travail. Et puis, quand il a fallu chercher un coupable, les auteurs sont allées à la facilité. Impossible d’être surpris par la solution, et encore moins par la résolution. J’espère que la seconde saison reviendra sur ses bons débuts.

Orange is the new black

Orange is The New Black Forcément plus décontractée que les saisons précédentes, cette troisième saison multiplie les regards sur des personnages délaissés jusqu’alors. On perd un peu en intensité, mais l’émotion et l’humour est toujours à fleur de peau. C’est sans doute la démonstration qu’avec une telle panoplie de rôles, le show a une sacrée réserve. Le binge watching de l’année, assurément.

Les pilotes

odd mom out

mini feu rouge 2Odd Mom Out (USA, Bravo) Faire une comédie sur le gap entre les riches et les pauvres, ce n’est plus très original, alors cette nouvelle série décide de se focaliser sur les riches et les ultra-riches. Ben oui, ce pauvre avocat devenu « partner » est bien loin d’atteindre l’orgueil de son richissime frère, lequel a vendu sa société pour des millions à des chinois. De là, on essaye de nous apitoyer un peu sur cette pauvre famille qui essaye de faire rentrer ses rejetons dans les écoles maternelles destinées à l’élite de l’élite. L’héroïne a beau se balader en slip et se déhancher sur du rock, on peine à dissiper le malentendu. D’autant que si coup de griffes il y a à l’égard de cette élite toujours en compétition et imbue d’elle-même, il manque vraiment un regard plus féroce. Notre héroïne se convertit sans trop de mal, montrant ainsi que le luxe fait tourner toutes les têtes. Heureusement l’humour est assez présent, avec quelques running gags (« No bread ») qui permettent de mieux rythmer l’épisode. Bref, c’est gentillet, une satire un peu molle…

the interceptor

mini feu rouge 2The Interceptor (UK, BBC) Peut-on encore parler des réseaux de drogue après The Wire ? The Interceptor a bien du mal à défendre son propos extrêmement générique, et pas bien malin. On reconnait plusieurs maladresses dans le récit. Par exemple, notre héros est embauché par une organisation qui cherche à faire tomber les têtes de réseaux (dixit son chef)… et une demi-heure plus tard notre héros a une révélation au milieu de ses nouveaux collègues et s’exclame : il faut faire tomber … les têtes de réseaux ! Vous rajoutez à cela l’énième revanche personnelle du personnage principal, et vous ne pouvez vous empêcher de bailler…

proof

mini feu rouge 2Proof (USA, TNT) C’est toujours un plaisir de revoir Jennifer Beals à la télé, mais on ne peut pas vraiment dire que le pilote arrive à exploiter ses promesses. Celui-ci se limite à présenter ses personnages un rien caricaturaux (la chirurgienne « bossy ») et nous lancer la thématique : enquêter sur ce qui nous attend après la mort. On est plutôt content de voir que la série veut utiliser un personnage athée pour cette quête scientifique, mais en revanche, comment ne pas être consterné par ces images vues et revues de la lumière de l’au-delà… Pire, on nous laisse en plan, sans insuffler de véritable émotion. Un gros manque d’imagination et de finesse (comme par hasard notre héroïne a perdu son fils, et a aussi vécu une expérience « proche de la mort »)…

mini feu orange 2Dark Matter (USA, SyFy) Tirée du comic du même nom, cette nouvelle série de SF cultive un vrai classicisme des intrigues. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a un vrai vide depuis Farscape, et que le minimalisme des effets spéciaux laisse présager une histoire centrée sur les personnages et leurs secrets. Ceux-ci se réveillent sans souvenir dans un vaisseau fantôme. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il lui manque encore une personnalité, un peu d’humour et un chorégraphe qui ne soit pas ridicule. La révélation finale est tout de même sympathique, et on croise les doigts pour une bonne surprise. Allez, un petit divertissement estival sans prétention, ça pourrait me convenir. A condition d’éviter très vite certains clichés… Au 4è épisode, le divertissement reste sympa, même si l’univers, et les dialogues sont encore trop limités.

clipped

mini feu rouge 2Clipped (USA, TBS) J’aurai adoré venir chaque semaine dans cette enseigne de coiffeurs, pour retrouver George Wendt, (l’éternel Norm ! de Cheers) voire même Ashley Tinsdale (soyons fous !). Mais les dialogues sonnent tous terriblement faux, surjoués par d’autres acteurs de seconde zone, et d’une nullité sexiste voire raciste. J’aime les sitcoms traditionnelles, mais il faut un sacré coup dans le nez pour apprécier ce machin…

humans

mini feu orange 2Humans (UK, Channel 4) le remake d’Äkta Människor n’arrive pas à se faire totalement détester. D’abord, parce que la matière première (les robots envahissent la vie quotidienne) reste excellente. Hélas, on dépasse les considérations sociétales plus générales pour un formatage moins original. On regrettera certains changements nettement plus orientés sur le rapport homme/femmes que sur le rapport androide/humain. Plus réussie, la mise en place de la mythologie explique rapidement les tenants et les aboutissants, avec David Elster. Arrivé au 5è épisode, on s’est bien éloigné de la série originelle. Moins choquante, moins mystérieuse, mais tout de même bien emballée. C’est toujours ça.

Deutschland 83

mini feu vert 2Deutschland 83 (Allemagne, RTL) Très jolie surprise pour cette série qui dépasse largement le cadre de ses frontières. La réunification de l’Allemagne reste un de ces grands souvenirs du 20ième siècle, alors on plonge avec délice dans l’espionnage entre les deux allemagnes, au point chaud de la guerre froide. Ici, pas de propos paranoïaque ni de grandes scènes de thriller. On évoque de façon très juste cette époque là. En quelques scènes on distingue évidemment le choc d’un espion qui arrive en territoire capitaliste, mais aussi l’impérialisme américain qui ne se soucie guère des retombées d’une véritable guerre. Mieux, notre jeune héros est bien conscient de la corruption dans ses rangs, et il se voit obligé de risquer sa vie. Le traitement est sobre, efficace. Il faudra juste avaler une mise en danger irréfléchie, qui fait perdre un peu de crédibilité et de tension. Mais on a hâte d’y retourner.

cordon

mini feu orange 2Cordon (Belgique, VTM) La diffusion sur la BBC de la série flamande était le prétexte idéal pour s’y plonger, surtout après le festival Series Mania. Problème : le pilote n’arrive pas à rendre ses personnages suffisamment intéressants pendant leur temps d’exposition (extrêmement long). Du policier à l’institutrice en passant par l’adolescente enceinte, on peine à percevoir leurs caractères derrière leur « job ». La mise en place du cordon sanitaire traîne donc en longueur et on a bien le temps de comparer les différentes approches du genre. Pour le coup ça m’a presque redonné envie de relancer en parallèle la série coréenne The End of The World, qui détaille minutieusement tout le processus scientifique en cas de pandémie, histoire de compléter le sujet. Heureusement, le trailer de l’épisode suivant arrive à attiser une certaine curiosité. On verra ce que donnera le remake américain, Containment

complications

mini feu vert 2Complications (USA, USANetwork) Ça faisait longtemps que j’attendais une série qui mêle astucieusement le drama policier et médical. En faisant travailler un médecin pour un gang, la tension est permanente, et les rebondissements nombreux. Il faudra évidemment fermer les yeux sur de gros artifices, mais pour une série estivale, Complications remplit parfaitement son office. J’attends le 6è épisode avec impatience…

undercover

mini feu rouge 2Undercover (UK, Dave) On vous a déjà fait le coup d’un policier idiot qui infiltre un gang. Non ? Même si ce n’est pas le cas, ce n’est pas une raison pour vous infliger ce festival d’humour ras des pâquerettes, enchaînant les gags vus et revus partout ailleurs. La pauvreté des dialogues et l’acteur insupportable achèveront de vous convaincre de la nullité de l’entreprise.

Not safe for work

mini feu rouge 2Not Safe for Work (UK, Channel 4) Cette autre comédie a ce même parfum de blagues sur la dénonciation du racisme qui enfonce les portes ouvertes, la drogue qui rend les personnages trop drôles. En réalité c’est bien l’incompétence générale de ces fonctionnaires qui devrait nous faire rire. Il paraît.

the astronauts wives club

mini feu rouge 2The Astronaut Wives Club (USA, ABC) J’avais de l’espoir pour cette épopée de la conquête spatiale en évoquant les femmes de ces célèbres astronautes. Il est vrai que le casting prestigieux (et Yvonne) m’ont convaincu de m’attarder jusqu’au troisième épisode. Mais non, décidément, non, il n’y a rien à en tirer. Les intrigues sont plates, du début à la fin. Et on se contrefout rapidement de tout ce petit monde un rien égocentrique.

Scream tv series

mini feu rouge 2Scream The tv Series (USA, MTV) Oui la mention du célèbre film d’horreur des années 90 a suffit à me rameuter devant la série. Mais la satire du genre a laissé la place à du remplissage pour ado têtes-à-claques. On a qu’une envie, c’est que la boucherie concerne le casting entier en un quart d’heure…

Impastor

mini feu orange 2Impastor (USA, TVLand) Un type se sauve et prend l’identité d’un pasteur gay. Et devinez quoi ? Il est très bon dans ce nouveau job car il a évidemment beaucoup de chance. Voilà en gros le scénario vu et revu que l’on vous propose. Et si la plupart des gags sont mauvais, on sent tout de même un certain enthousiasme général devant cette comédie sans prétention. Assez pour lui donner une seconde chance ?

Zoo

mini feu rouge 2Zoo (USA, CBS) Vous pensiez qu’avec un pitch aussi ridicule (les animaux de la jungle se rebiffent et attaquent les humains), on allait forcément avoir quelque chose de rigolo pour compenser ? Même pas au second degré. L’ensemble est désespérément plat en plus d’être irréel à chaque seconde. A se demander comment des producteurs peuvent miser de l’argent sur des machins pareils…

killjoys

mini feu rouge 2Killjoys (Canada, Space Channel) Diffusée en même temps que l’autre série de SF Dark Matter, Killjoys est nettement moins intéressante, avec son histoire de chasseurs de prime et une énième figure féminine badass. C’est longuet, prévisible et on ne sent pas du tout l’univers.

the brink

mini feu rouge 2The Brink (USA, HBO) Lâchez une bande d’acteurs connus dans un fil rouge sur une énième menace des Etats Unis, videz toute situation humoristique, secouez… Vous obtenez ce machin sans goût ni odeur. Un somnifère puissant.

ballers

mini feu rouge 2Ballers (USA, HBO) C’est évidemment purement subjectif, mais j’ai beaucoup de mal avec les fictions qui parlent des pauvres riches sportifs qui essayent de survivre. Ballers, en soi, n’est pas mauvaise, et le casting est de qualité, mais je m’y ennuie terriblement. Parce que rien ne me rattache à ce genre de personnages.

the outcast

mini feu orange 2The Outcast (UK, BBC) J’étais parti pour aimer cette description d’un garçon qui perd sa mère et se retrouve rejeté. C’est très bien réalisé, et joué. Et même si le rythme est un peu longuet, on essaye vraiment de dépeindre les tourments de ce héros. Seulement voilà, j’ai vraiment eu l’impression qu’on en rajoutait. Une phrase de trop, jusqu’au pétage de plomb. J’aurai voulu quelque chose de plus sincère et subtile. Cela dit, il n’y a que deux parties, il y a moyen de rattraper cela.

Visionnages de l’été (saisons en cours)

mr robot

Mr Robot Le pilote était vraiment prometteur avec ses lignes désabusées et cyniques sur notre monde contemporain. Au troisième épisode, mon enthousiasme s’est amoindri. Les allées et venues de notre héros au sein de la mouvance hacker anarchiste ont fini par me lasser. Ira, ira pas ? J’ai l’impression qu’on cherche déjà à tirer sur la corde au lieu de rentrer vraiment dans le vif du sujet.

The Strain s2

The Strain Bien que dubitatif, j’avais fini par vraiment apprécier le ton de la première saison, à mi-chemin entre la série B assumée et l’ambition d’avoir des moments d’horreur. Malgré un final assez catastrophique, j’étais reparti plein d’espoir. Hélas, la propagation du virus n’intéresse plus personne, on nous prépare juste à un second round contre les boss. Tant pis pour le mystère.

masters of sex

Masters of Sex J’aime toujours la série, même si j’ai ressenti une certaine lassitude au premier épisode de cette troisième saison. J’espère vraiment qu’avec la publication de leurs recherches on va insister sur la réaction du monde, au lieu de nous embarquer dans les histoires de cœur de leurs rejetons. Et je ne sais vraiment pas quoi penser de l’annonce finale.

the last ship season 2

The Last Ship La série continue dans ses moments ridicules, empreints de patriotisme. Mais ça me rappelle sans doute certaines fictions des années 80, simplistes, avec d’un côté les bons, et les méchants. Regardable l’été mais pas au delà. Cela dit, j’ai bien aimé la séquence sous-marine.

the whispers

The Whispers Là aussi il ne faut pas trop demander à ce divertissement fantastique multipliant les rebondissements peu crédibles. Mais j’aime bien l’idée d’un adversaire invisible manipulateur. Il est vraiment dommage qu’une fois encore on cherche le gros spectacle son et lumière au lieu d’en faire un thriller paranoiaque. Le sujet aurait été parfait.

extant s2

Extant Je ne pensais pas revenir pour la seconde saison, tellement son visionnage fut difficile. Et puis j’ai lancé ce season premiere, qui change complètement les personnages. Une réécriture qui fait encore plus de mal à la série, simplifiant toute ambiguité pour rendre le gavage encore plus rapide. Yeurk.

wayward pines

Wayward Pines Le fameux twist de mi-saison restera longtemps dans les annales. Ambitieux, culotté, même. Malheureusement, il n’est pas toujours facile de rebondir après un tel renversement d’échiquier. Et bien vite de mystérieuse la série devient prévisible.

rectify season 3

Rectify Je suis toujours ravi de revenir dans l’univers de la série, de retrouver ses personnages bien dessinés, construits, argumentant. Seulement, a contrario de beaucoup de critiques, je ne ressentais pas le besoin d’aller enquêter sur la culpabilité de notre héros. C’est pour ça que j’avais été déçu par la seconde saison. Le point de vue unique de cette fiction était qu’elle pouvait se détacher de cette quête de la vérité, en disant qu’importe : ce que l’on veut raconter, c’est la reconstruction d’une personne, d’une famille. Ce début de saison en fait déjà trop avec le shérif et la procureur.

True Detective season 2

True Detective Je ne vais pas mentir, je trouve qu’il y a eu une erreur fondamentale avec cette seconde saison. La série puisait sa force dans la description d’un monde désertique violent, horrible, désespérant. Ici, on multiplie les personnages à problèmes, dans un univers urbain où chacun doit tirer sa couverture. Reste la phénoménale séquence d’action, en écho à la première saison. Jolie, bien menée, mais bien inférieure d’un point de vue technique et émotionnelle.

Pilotes des dernières semaines : Supergirl, Jonathan Strange and Mr Norrell (UK), Crowded, Mr Robot, Aquarius, The Whispers, UNReal

supergirl

mini feu orange 2Supergirl (USA, CBS) Le leak le plus rapide de l’histoire fait qu’on risque d’oublier très vite Supergirl avant sa vraie rentrée en Novembre prochain. Le matériel d’origine était déjà bien cheesy et difficile à moderniser. Le pilote met pourtant beaucoup d’atouts de son côté : un casting sympathique (Melissa Benoist, Calista Flockhart), un bon rythme… Mais l’avalanche de superlatifs et d’emphase, un discours pseudo-féministe bancal, fait qu’on a beaucoup de mal à prendre au sérieux ce… truc. Pire, les rares surprises tombent à côté de la plaque. Le résultat est donc nunuche au possible, et même Smallville paraît être plus mature… La curiosité me fera peut-être regarder un second épisode, mais guère plus…

jonathan strange and mr norrell

mini feu vert 2Jonathan Strange and Mr Norrell (UK, BBC) N’ayant pas lu l’imposante saga littéraire, je ne saurai dire si son adaptation est réussie. Mais ce pilote, malgré quelques longueurs et une présentation étirée, arrive à imposer une vraie ambiance dans cette Angleterre alternative en pleine guerre napoléonienne, qui revit grâce à la magie. Le portrait des deux magiciens, l’un pleutre et effacé, l’autre romantique et irréfléchi, est assez plaisant, et on perçoit bien cette époque alternative où la magie est raillée, et doit (re)faire ses preuves. Surtout la « reconstitution » et les moyens sont conséquents, appuyés par une très efficace réalisation. Un futur classique ? Ma curiosité est piquée…

crowded

mini feu rouge 2Crowded (USA, NBC) Autre pilote qui a fuité avant sa diffusion en 2016 (eh oui !), Crowded est une comédie soporifique qui nous plonge dans le pire des années 80. Des répliques molles à foison, un recentrage sur la famille bourré de clichés, et un vague échange père-fils qui essaye de donner une profondeur psychologique à l’ensemble. Mais non, le retour des enfants et des grand-parents auprès du cocon familial est une ficelle qu’on ne peut plus digérer de nos jours. Ça, et la consommation de stupéfiants (trop drôle !)….  Carrie Preston (Tascioni dans The Good Wife) méritait mieux…

mr robot

mini feu vert 2Mr Robot (USA, USAnetwork) Une énième série de hackers doués ? La bonne nouvelle, c’est que le show passe beaucoup de temps à poser son ambiance, avec une bonne musique, un bon acteur pour interpréter le héros, et un discours « éclairant » sur la société d’aujourd’hui. La mauvaise nouvelle, c’est que le show a aussi fait appel à Christian Slater. Sur le fond, aussi, on attend de voir si la série ne va pas virer au procedural ou rester complotiste/autiste jusqu’au bout. Il faut dire aussi que les exemples de hacks (pédophiles, cheaters) sont assez grossiers. Mais le pilote maintient tout de même une saine curiosité. Allez, on croise les doigts …

aquarius

mini feu rouge 2Aquarius (USA, NBC) C’est fou comme une actu chasse l’autre. L’annonce du retour de David Duchovny dans un polar racontant la traque de Charles Manson avait fait son effet, à l’époque. Maintenant, on en est à attendre le retour de X-Files. Et le pilote d’Aquarius a bien du mal à se défendre. La présentation à rallonge ne fait que montrer le célèbre tueur en série et son harem fasciné, en plein dans la contestation hippie, et la consommation de drogue. Autant de thématiques vues et revues, dont la mise en scène ou le point de vue fait plutôt bailler. Bref, on s’ennuie ferme, et on peine à percevoir la moindre tension. Même avec cette scène finale. Tant pis. 2016, c’est pas si loin, non ?

the whispers

mini feu orange 2The Whispers (USA, ABC) La nouvelle série fantastique profite bien de l’air estival, avec une mise en place correcte du mystère, qui laisse le téléspectateur suffisamment déboussolé pour avoir envie d’en savoir plus. Le pitch aurait pu faire rire (les copains imaginaires de nos bouts de chou existent bel et bien, et en veulent à l’humanité), et la mise en scène aurait mérité d’être un peu plus sobre, mais la série bénéficie d’un chouette casting (Lily Rabe, Milo Ventimiglia, Autumn Reeser) qui lui permet de donner juste assez d’épaisseur. A surveiller.

unreal

mini feu rouge 2UNReal (USA, Lifetime) En un temps record, la diffusion du pilote a accumulé les superlatifs dans les recoins du net. Oui, la série est ce qui se fait de mieux sur Lifetime. De là à faire des comparaisons avec Breaking Bad, faut pas pousser mémé dans les orties. Après le mockumentary qui inonde ma télé, on passe au faux behind-the-scene d’une real-tv. Sauf que… Personne n’est dupe en regardant une real-tv : tout le monde se fait manipuler, tout est décor de carton-pâte, et on brise des vies fragiles pour faire de l’audience. Tout ça, on le savait déjà. Ce pilote ne fait que répéter ce procédé gerbant. Je n’ai rien appris de plus, je n’ai rien ressenti de plus que ce que je ressens déjà quand je tombe sur l’une de ces émissions. En soi, le pilote se suffit à lui-même, en miroir. Et je déteste suffisamment le genre pour ne pas avoir envie de me coltiner une dizaine d’épisodes dénonciateurs qui enfoncent des portes ouvertes. Je me contrefiche des états d’âme de l’héroïne dont les accès temporaires de lucidité contredisent son talent à faire de l’audience. Le pire, au fond, c’est que ces twists où la victime est psychologiquement manipulée se voient à des kilomètres. Bref. De la même manière que je n’aime pas qu’on passe le temps à humilier des personnages dans un mockumentary, je n’ai pas envie d’une plongée dans le monde dégueulasse de la real-tv. Ou alors il me faut une forme d’humour pour faire passer la pilule comme l’était la websérie Burning Love (il y a 3 ans, déjà).

A noter : j’ai déjà bien trop entamé No Offence pour ne parler que du pilote, mais si vous souhaitez une série policière rythmée, équilibrant parfaitement drame et humour britannique, je vous la recommande vivement (on en reparle dans le bilan de semaine).

Upfronts 2014 : ma sélection

upfronts 2014-2015

Comme les années précédentes, je vous propose de faire un tour d’horizon des nouvelles séries américaines (network traditionnel) qui s’étaleront sur la saison 2014-2015, en les classant par genre. On sent d’ailleurs que la notion même d’upfront est de plus en plus mise à mal, la plupart des chaînes réfléchissant désormais à l’instauration de mini-séries comme « évènements ». J’ai hâte de voir si cette nouvelle stratégie – qui dissémine des nouvelles productions toute l’année – se révèlera payante.

En attendant, cette saison il a fallu dire adieu à beaucoup de séries comme Nikita, Community, Raising Hope, Rake, The Neighbors, Mixology, How I Met Your Mother, tandis que d’autres sont renouvelées sur le fil (Parenthood a droit à une dernière saison, ouf !)…

Cette saison sera une augmentation conséquente du nombre de dramas sur les networks traditionnels (ABC,CBS, CW, FOX, NBC). L’année dernière on comptait 21 comédies et 26 nouveaux dramas, on passe désormais à 18 comédies et 36 dramas soit 54 séries). L’ère des rediffusions semble terminée. Ça n’arrangera pas votre planning !

Le fantastique représente toujours une part importante de la production (un tiers contre presque la moitié l’année dernière) mais c’est surtout l’explosion du nombre de thrillers (un quart contre moins de 10% l’année dernière) et des séries policières (un quart contre 10 % l’année dernière). Oui, on peut pester devant ce manque de diversité thématique.

Comme d’habitude, j’ai essayé d’évaluer mon intérêt pour ces nouveautés avec les informations disponibles à l’heure où je vous parle (photos, trailers, et bien sûr pitchs et casting). L’année dernière je me suis bien planté sur The Millers et Hostages… mais c’est le jeu !

Les séries diffusées à partir de la rentrée (en septembre) sont en rouge. Le terme de mi-saison semble désormais peu adapté vu le rythme de diffusion que l’on nous promet.

Comédies multi-caméras :

cristela
Cristela (ABC) Alors que Fresh off the boat s’intéresse à la communauté asiatique, Cristela vise la communauté hispanique. Hélas, si la personnalité de l’héroïne est mise en avant, les gags sont tout simplement affligeants. Un trailer repoussant. (0)

MULANEY
Mulaney (FOX) On ne peut s’empêcher de penser à Seinfeld avec cette sitcom multicamera dédiée à l’acteur de Saturday Night Live John Mulaney. Le trailer reproduit d’ailleurs son stand up. Et si l’ensemble s’avère sympathique, on ne sait encore pas du tout dans quelle direction le show va nous mener. Mais il y a déjà de bonnes répliques. A show about nothing ? ^^ (♥♥♥)

one big happy
One Big Happy (NBC) L’équipe responsable de 2 Broke Girls revient avec cette comédie où deux amis décident de fonder une famille ensemble grâce au progrès de la médecine (elle est lesbienne, lui est hétéro). Et juste au moment où on apprend que la conception a eu lieu, le gars hétéro fonde une autre famille avec une femme très attirante. Le casting est moyennement alléchant avec Eliza Cuthbert, et Nick Zano. Espérons juste que les répliques soient à la hauteur…()

the mccarthys

The McCarthys (CBS) Les responsables des mauvais Are you there Chelsea et The Michael J Fox Show s’associent dans cette sitcom où une famille catholique irlandaise se voit outrageusement délaissée par leur fils gay. J’ai beau aimer Laurie Metcalf, le show semble extrêmement plat, avec très peu d’effets comiques. (0)

the odd couple
The Odd Couple (CBS) Matthew Perry retente sa chance avec cette sitcom multi-camera, remake de la sitcom des années 70, où il incarne un homme bordélique vivant avec un maniaque de la propreté (Thomas Lennon). La qualité des répliques fera l’essentiel du show, et sans trailer difficile de juger. Mais Joe Keena, qui a reçu de multiples récompenses pour Frasier est aux commandes, avec Matthew. De quoi avoir un peu d’espoir. (♥♥)

Comédies single camera :

a to z

A to Z (NBC) est une comédie où un homme romantique, qui croit au destin, rencontre une femme qui décide de saisir cette opportunité et se faire passer pour la fille qu’il avait aperçu il y a 2 ans. L’un croit au destin, l’autre à la chance. C’est plutôt très bien vu, et le trailer laisse entrevoir des personnages attachants, et équilibrés. Et si les gags ne sont pas à la hauteur, le côté romance semble avoir été particulièrement bien écrit. Ça donne plutôt envie, d’autant qu’on retrouvera Ben Feldman (Mad Men) et Cristin Milioti (How i met your mother). Allez, show, ne me déçois pas. (♥♥♥)

bad judge
Bad Judge (NBC) Kate Walsh revient dans le rôle d’une juge dont la vie privée est plutôt rock and roll, et ses jugements s’en ressentent. Et si je suis content de retrouver l’actrice, le trailer m’a carrément découragé. C’est plat, et déjà vu. Rendez moi Rake, snif ! ()

Black-ish

Black-ish (ABC) Anthony Anderson jouera le rôle de ce père afro-américain qui pense que son ascension sociale l’éloigne de ses origines. Un plaidoyer pour le multiculturalisme qui a l’air d’être très fin. Quel horrible trailer… (0)

fresh off the boat

Fresh off the boat (ABC) est une comédie centrée sur l’intégration d’une famille asiatique.Le trailer laisse plus que dubitatif, même si on peut saluer l’effort de mettre au premier plan cette communauté. Je ne suis pas sûr que la confusion due au choc des cultures soit vraiment source de gags, car les clichés s’entrechoquent, mais une chose est sûre le titre raciste va faire parler de lui. Le trailer manque de finesse… ()

galavant
Galavant (ABC) Dan Fogelman revient à la charge après the Neighbors en proposant une sorte de comédie musicale dans l’univers des contes de fée. C’est forcément très alléchant, si la promesse de nombreux rebondissements est tenue. Mais si le trailer rassure sur la partie musicale, les gags eux, tombent à côté de la plaque. J’avais le même problème avec The Neighbors, la créativité n’excuse pas tout.. Cela dit j’espère toujours une bonne surprise, c’est suffisamment rafraichissant. (♥♥)


Manhattan Love Story (ABC) Comme toute comédie basée sur les rencontres homme-femme, son succès dépendra de sa sensibilité, et de son acuité. Parce que nous faire le coup d’écouter les pensées d’un homme (qui ne pense qu’à ça) et d’une femme (matérialiste) lors de leurs rendez-vous, c’est déjà commettre une grave erreur, ne laissant aucune place à l’interprétation… Et le casting ne m’enchante guère. Affreux, affreux, affreux… (0)

marry me
Marry Me (NBC) Ken Marino et Casey Wilson décident de se marier, mais ils n’arrivent jamais faire une déclaration à l’autre sans que cela ne tourne au naufrage. On sent déjà le running gag qui va nous épuiser nerveusement, et malheureusement non seulement les gags sont de très mauvaise facture mais en plus il n’y aucune alchimie entre les acteurs. Yeurk ! (0)

mission control
Mission Control (NBC) Krysten Ritter est ingénieur en aérospatiale dans les années 60, et doit jongler avec le comportement de ses collègues et astronautes masculins. On retrouve également les deux scientifiques de Better Off Ted, et on nous promet suffisamment de délire. On croise les doigts parce qu’Andrew Hornsby s’était bien planté avec How to be gentleman. (♥♥)

mr robinson
Mr. Robinson (NBC) L’histoire d’un musicien qui devient prof de musique. Dans le rôle titre ? Craig Robinson de The Office. Pas beaucoup plus d’infos pour le moment. Difficile de s’enthousiasmer pour cette comédie single-camera. (0)

Selfie
Selfie (ABC) Cette comédie aura au moins un peu de buzz du fait de son casting réunissant Karen Gillian (Doctor Who) et John Cho. La créatrice de Suburgatory nous propose de faire la connaissance d’une accroc des réseaux sociaux un rien narcissique, et prend le pari de nous rendre son héroïne a priori imbuvable plutôt attachante. Il faudra compter sur John Cho pour la remettre sur le droit chemin. J’espère surtout que le mordant ne partira pas au bout de quelques épisodes parce que la romance n’était pas vraiment l’un des points forts de sa précédente création. En même temps le trailer en fait de trop, avec ses innombrables hashtags. Une question de dosage. (♥♥)

the last man on earth

The Last Man on Earth (FOX) Un autre acteur de Saturday Night Live a droit à son show. Will Forte sera le dernier homme sur terre. Il détestait son job, et le voilà à la recherche d’autres hommes et femmes encore vivants… Enfin, surtout des femmes. Avec un pitch pareil, autant dire qu’on peut s’attendre à tout. Y compris de longs, très longs monologues. Déconcertant ? ()

unbreakable kimmy schimdt
Unbreakable Kimmy Schmidt (NBC) La nouvelle comédie single-camera écrite par Tina Fey va nous permettre de faire la connaissance d’une survivante d’un culte apocalyptique, qui décide de refaire sa vie à New York. Le rôle titre sera joué par l’interprète d’Erin dans the Office : Ellie Kemper. On espère que cet optimisme survivra. (♥♥)

Weird loners
Weird Loners (FOX) 4 célibataires se lient d’amitié. That’s it. Le pitch le plus court de la saison. On en saura pas beaucoup plus surtout à part le casting composé de Becki Newton et Zachary Knighton… Bref pour l’instant ça manque d’arguments, d’autant que j’ai une confiance très limitée envers le créateur de King of Queens. (0)

Dramas fantastiques

agent carter
Agent Carter (ABC) Hayley Atwell prendra le rôle-titre de cette adaptation de l’univers de Captain America. Femme célibataire, Peggy Carter travaille en secret pour Howard Stark… La première saison ne comptera que 8 épisodes. On espère que la série prendra moins de temps que Agents of SHIELD pour décoller. (♥♥)

constantine
Constantine (NBC) Basée sur le comic book Hellblazer, cette série nous invite à faire la connaissance de Constantine un chasseur de démon et Liv, une femme aux pouvoirs surnaturels. Tous les deux vont devoir lutter contre une nouvelle forme de mal. Le trailer oscille entre des scènes complètement ratées et d’autres nettement plus marquantes. (♥♥)

emerald city
Emerald City (NBC) Dorothy Gale se retrouve au milieu de la bataille pour le contrôle d’Oz. N’étant pas un fan de ce « conte », mon intérêt est fortement amoindri. Mais les premières images me feront peut-être changer d’avis. ()

forever
Forever (ABC) Ioan Gruffud  interprète un médecin légiste immortel, qui renait toujours à 35 ans. Il vit cela comme une malédiction, et au fil du temps a développé un grand sens de l’observation de la mort qui vont lui servir régulièrement. Difficile d’être enthousiaste avec un tel pitch. On espère qu’un peu d’humour sera injecté parce que les premières images sont désastreuses. ()

Gotham
Gotham (FOX) la série fait déjà beaucoup de buzz avec cette préquelle annonçant la naissance de Batman mais aussi de tous les vilains de son univers. L’idée étant de démonter comment la corruption de la ville va générer un tel chaos. Le casting est très alléchant, avec Ben McKenzie (The OC), mais on ne sait pas trop si le show ne va pas tourner aux enquêtes de police avec des personnages en clin d’œil… Bruno Heller, créateur de Mentalist, a intérêt à avoir bien ficelé son projet. (♥♥♥)

heroes reborn
Heroes: Reborn (NBC) (mini-série), en 2015 Le retour que personne n’attendait. Le casting (qui devrait inclure certains personnages de la série originelle) se négocie à prix d’or. Mais pourquoi, NBC, pourquoi ? ()

hieroglyph
Hieroglyph (FOX) Un drama où le héros est un voleur qui doit servir le pharaon et se retrouve au milieu d’intrigues de sa cour, avec une bonne dose de magie noire. Une telle reconstitution nécessite des moyens, et le trailer ne rassure pas totalement. On espère quand même un certain dépaysement. ()

iZombie
iZombie (CW) Pas encore de promo pour la nouvelle création du père de Veronica Mars, mais Rob Thomas a trouvé un concept alléchant : une jeune fille devenue zombie cache sa transformation en se nourrissant des cerveaux à la morgue, et découvre qu’elle en tire les souvenirs de ses victimes, au point de pouvoir aider la police et trouver les meurtriers. Le casting est intéressant, avec Rose McIver (Masters of Sex, Once Upon a time), David Anders (Alias), Robert Buckley (666 Park Avenue). On croise les doigts. (♥♥♥)

The Flash

The Flash (CW) Déjà introduite dans Arrow, la série racontera donc les aventures de Barry Allen qui devient l’homme le plus rapide du monde suite à l’explosion d’un accélérateur de particules. Le trailer démonte comme il faut, et j’ai peur que les effets spéciaux soient trop coûteux pour une saison complète, mais l’acteur est très sympathique, et vu ce que les auteurs ont fait avec Arrow, je crois qu’on peut leur faire confiance. (♥♥♥)

the messengers cw
The Messengers (CW) L’explosion d’un objet venu de l’espace donne des pouvoirs à plusieurs personnes, et conformément au livre des révélations l’Apocalypse devrait venir sur Terre. Difficile d’être enthousiaste sur ces énièmes prophéties, mais on a encore le temps de voir venir les choses ()

the whispers
The Whispers (ABC) raconte comment des aliens ont secrètement envahi la Terre et manipulent nos enfants. Tandis que les adultes croient que leurs enfants parlent à des « amis imaginaires », le compte rebours pour la survie de l’humanité est enclenché. On se permettra d’être fortement dubitatif devant ce projet capillotracté…et le trailer n’arrive pas a provoquer d’angoisse. On a même plutôt envie de pouffer de rire.  (0)

Wayward Pines
Wayward Pines (FOX) La série devrait raconter en 10 épisodes comment un agent des services secrets enquêtant dans la ville du même nom sur la disparition d’agents fédéraux, finit par essayer d’en sortir vivant. Ecrite par Night Shyamalan, et bénéficiant d’un casting impressionnant (Matt Dillon en tête), Wayward Pines compte bien faire son effet même si on ne peut s’empêcher de penser au Prisonnier. En tous cas le trailer fonctionne à merveille (♥♥♥♥)

 Thrillers

allegiance
Allegiance (NBC) Ce thriller ressemble beaucoup à The Americans, avec un couple d’espions russes vivant aux USA qui doit reprendre du service après des années de tranquillité. Le problème : on leur demande d’utiliser leur fils, consultant au CIA et spécialiste des affaires russes, qui jusque là ignorait tout de ses parents. Le casting est un peu faiblard avec Scott Cohen et Hope Davis. Pas d’autres images pour le moment. (♥♥)

aquarius
Aquarius (NBC) David Duchovny revient sur le network dans le rôle d’un policier qui découvre les premiers méfaits de Charles Manson, dans les années 60. Aux commandes, le producteur de Prison Break et le scénariste de Profit. On croise les doigts, car ce projet de 13 épisodes est intéressant. (♥♥)

GRACEPOINT
Gracepoint (FOX) Le remake de Broadchurch a-t-il vraiment un intérêt ? Avec le retour d’une partie du casting, qu’en sera-t-il réellement des intrigues, et de l’atmosphère ? Seuls les curieux se lanceront dans l’aventure. Le trailer essaye de véhiculer la même émotion sans jamais y arriver. Mais on est jamais à l’abri d’une bonne surprise. (♥♥)

how to get away with murder
How To Get Away With Murder (ABC) La nouvelle production de Shonda Rhimes est un thriller dans l’univers juridique, où une brillante professeure de droit pousse ses étudiants aux limites de la loi et de la morale, jusqu’au jour où ceux-ci semblent eux-mêmes impliqués dans un meurtre. On nous promet rebondissements, révélations. Espérons que le drama saura garder sa cohérence, et qu’il aura un meilleur départ que Scandal. Le trailer est un peu trop strict pour s’enflammer, mais ça reste alléchant. Le casting semble faiblard. Heureusement on y retrouvera Viola Davis. (♥♥♥)

odyssey
Odyssey (NBC) Anna Friel et Peter Facinelli sont prêts à démasquer une vaste conspiration où des fonds américains financent le djihadisme. On attend toujours le trailer pour avoir une meilleure idée. On espère ne pas avoir droit à du sous-24. ()

secrets and lies
Secrets & Lies (ABC) Ryan Philippe joue un père accusé (à tort ?) du meurtre d’un jeune enfant. Traqué par Juliette Lewis, il va chercher à se défendre dans l’adaptation en 10 épisodes de ce drama australien. Le trailer m’a laissé de marbre, n’arrivant pas à reproduire la moindre tension ou le moindre doute sur la pseudo-culpabilité du héros. Trop plat pour moi (0)

stalker cbs
 Stalker (CBS) La nouvelle production de Kevin Williamson nous promet un thriller psychologique avec deux policiers (Dylan Mc Dermot et Maggie Q) chargés de traquer les stalkers. Au vu du trailer la série semble énormément reposer sur le principe de l’agression surprise, et je ne suis pas sûr que cela puisse fonctionner sur le long terme. ()

state of affairs
State of Affairs (NBC) La série signe le retour de Katherine Heigl sur le petit écran dans le rôle d’une consultante auprès de la Maison Blanche. Ex-fiancée du fils de la Présidente, elle est déterminée à trouver la vérité sur la mort de ce dernier. Le trailer manque singulièrement de conviction. ()

Enquêtes policières

american crime

American Crime (ABC) Écrite par le récemment oscarisé John Ridley (12 Years a slave), ce drama décrit une Amérique encore où les préjugés raciaux l’emportent dans le cadre d’une enquête sur le meurtre et le viol de deux membres d’une communauté. Timothy Hutton et Felicity Huffman figurent dans les premiers rôles. J’ai un peu tendance à me méfier de ce genre de pitchs fourre-tout, surtout avec ABC. On verra si on évite la caricature sociétale et si on arrive à insuffler suffisamment d’émotion parce que malgré un certain soin, le trailer n’est pas aussi bon qu’espéré… (♥♥)

BACKSTROM fox

Backstrom (FOX) Un procedural teinté de comédie avec Rainn Wilson en policier au comportement auto-destructeur ? Le trailer ne donne franchement pas envie, et semble à court d’idées. (0)

battle creek

Battle Creek (CBS) les responsables de House et Breaking Bad s’associent pour ce crime drama où les conceptions de deux détectives s’opposent. Une sorte de combat entre la naïveté et le cynisme. On ne peut s’empêcher de penser à True Detective. On nous promet de l’humour dans les enquêtes et on croise les doigts. (♥♥♥)

CSI cyber
CSI: Cyber  (CBS) Patricia Arquette dans le monde de la cybercriminalité. On pousse un cri de joie et on attend impatiemment cet énième spin off de CSI à la mi-saison. Hum. (0)


NCIS: New Orleans (CBS) Scott Bakula et CCH Pounder font ce nouveau spin-off de NCIS. Et si j’ai de la sympathie pour les acteurs, je ne peux m’empêcher de me dire qu’ils auraient pu trouver bien mieux. Mais bon, chacun a des factures à payer… (0)

Scorpion

Scorpion (CBS) Un nombre incalculable de clichés réunis dans cette production des responsables de Sleepy Hollow, avec l’intention d’en mettre plein la vue. Une équipe de génie, un autiste et sa mère qui ne sert à rien. Un casting assez léger (Robert Patrick et Katherine Mc Phee). Une fois le spectaculaire évacué, que va-t-il en rester ? (♥♥)

shades of blue nbc
Shades of Blue (NBC), pour la fin de saison 2015, Jennifer Lopez incarnera une flic mère célibataire (pff…), qui cherche à trouver la rédemption en s’opposant à ses frères flics eux aussi. Les amateurs de l’actrice seront ravis, mais moi je fuis… (0)

BnXjMB2IEAEFDun.png large
The Mysteries of Laura (NBC) La série se veut un mélange de working mom et d’enquêtes policières, et ça aurait sans doute convenu à USAnetwork, mais le résultat peine à être engageant. En dehors de la sympathie générée par Debra Messing, le trailer enchaîne les clichés. ()

Soaps / Dramas familiaux

empire
Empire (FOX) est un drama sur un empire musical convoité par les 3 fils et l’ex-épouse du patriarche. L’une des rares séries avec un casting entièrement black. Et si l’univers du hip hop (et la musique de Timbaland) y est décrit, c’est davantage pour illustrer la guerre et les coups qui s’annoncent. J’en espère beaucoup, même si musicalement c’est pas du tout ma tasse de thé. Mais le trailer fait son effet. (♥♥♥)

Jane The Virgin
Jane The Virgin (CW) Une jeune fille qui se préserve pour la mariage tombe accidentellement enceinte à la suite d’une fausse manipulation à l’hôpital. Elle se nourrissait de telenovelas et voit sa vie bouleversée : le futur « papa » est le directeur de l’hôtel où elle travaille. J’aime l’idée que les telenovelas pénètrent davantage le marché américain. Les premières images manquent singulièrement de personnages charismatiques, même si l’humour semble être de la partie. ()

Members Only
Members Only (ABC) Adaptée de la série australienne éponyme, la série nous plonge dans l’univers d’un club de fortunés, qui est sur le point de faire faillite. Entre les escroqueries, le fiston qui part avec la nouvelle épouse du patriarche, les affaires de cœur touchant le personnel, il y aura de quoi faire… Mais la décadence des riches, cela m’intéresse davantage sous un regard humoristique… ()

red band society fox
Red Band Society (FOX) On croise les doigts pour que ce teen soap soit à la hauteur. L’idée est originale : Un garçon dans le coma est le narrateur, et à travers son regard on rencontre les patients de l’aile pédiatrique d’un hôpital. Ces derniers vivent là les moments les plus intenses de leur vie, et décident de fonder la red band society (en référence à leur bracelet), afin de s’entraider. Je croise les doigts pour que l’émotion soit au rendez-vous. Et avec Octavia Spencer au générique (Mom), ça devrait bien se passer, non ? Le trailer donne bien envie… (♥♥♥♥)

Drame politique

madam secretary
Madam Secretary (CBS) la nouvelle secrétaire d’état, conseillère aux affaires étrangères (Tea Léoni) nommée par le président à un sens aigu de l éthique et doit gérer sa vie familiale en même temps que les conflits diplomatiques. Le trailer est sympathique et présente une femme « forte » si tant est qu’on puisse aimer ce terme, mais j’espère qu’elle aura aussi un peu plus de personnalité, car la plupart de ses répliques nous font naviguer en terrain un peu trop balisé. (♥♥♥)

Historique

ad nbc

A.D. (NBC) mini-série, en 2015. Tout simplement la suite de la mini-série The Bible, dont la qualité laissait franchement à désirer, quand bien même les pontes de NBC pensent avoir des chiffres d’audience importants. (0)

The Astronaut Wives Club
The Astronaut Wives Club (ABC) Joli casting et joli thème pour la nouvelle production Savage & Schwartz. On y retrouvera Joanna Garcia, Odette Annable, Desmond Harrington pour une plongée de 10 épisodes dans la vie des femmes d’astronautes dans les années 60, scrutées par les médias pendant que leurs maris accomplissaient des missions périlleuses. Une dose d’American Wives ?(♥♥)

Drame Humain

The Slap
The Slap (NBC) (mini-série) Tout simplement le remake de la série australienne, où une claque donnée à un enfant a des répercussions sur la famille, ses valeurs, ses secrets… L’intérêt m’échappe mais le scénariste à la barre n’est pas un manchot. (♥♥)

Au final j’en retiens (3 cœurs ou plus, avec en rouge les séries de cet automne) : Mulaney et A to Z côté comédies, et Gotham, iZombie, The Flash, Wayward Pines, How to get Away with Murder, Battle Creek, Empire, Red Band Society, Madam Secretary côté dramas. Et vous ?