Hostages [Pilote]

Hostages

Hostages faisait partie de ces projets que je surveillais du coin de l’œil, avec l’espoir d’avoir un thriller plein de rebondissements, capable d’apporter ma dose d’adrénaline hebdomadaire.

On nous promettait une prise d’otages d’une famille dysfonctionnelle afin de tuer le président des USA, et tout ce que le pilote a finalement délivré, c’est un amas de clichés, et des twists mille fois vus ailleurs.

hostages dylan mc dermott

Au moins mes illusions n’ont pas duré longtemps. Le pilote démarre très mal lorsque Dylan Mc Dermott, agent du FBI « bad ass », intervient sur une prise d’otage avec ses méthodes radicales. Non seulement la scène met mal à l’aise le téléspectateur (notre « héros » tue le preneur d’otage sans aucune justification légale), mais en plus l’acteur a beaucoup de mal à être convaincant dans ce rôle. Et ce n’est pas en le voyant au chevet de sa femme mourante que ça s’améliore.

hostages toni collette

Hélas, quand vient le moment de la prise d’otage de la famille du docteur Ellen Sanders (Toni Collette), on est guère surpris par l’enchaînement des évènements. Le pilote essaye de ménager un faux suspense sur les secrets des membres de la famille, et ce faisant étire encore plus un scénario déjà bien longuet. Entre le fiston qui deale, la fille qui tombe enceinte, ou le père qui trompe sa femme, on soupire très fort.

hostages pregnancy test

Mais surtout, à aucun moment le pilote n’arrive à apporter la tension nécessaire. La famille est vraiment en danger ? Mais non voyons, ces preneurs d’otages sont des êtres sensibles, et chaque tentative de nous faire croire le contraire est déjouée deux minutes après. A quoi bon ?

toni collette hostages

On s’endort donc très vite, d’autant que la mise en scène est problématique. La musique en fait des tonnes. A vouloir être trop sérieux alors qu’il n’est pas capable de supporter ses thématiques, le show agace. Ou rend hilare, pour les plus caustiques. On se contrefout du sort des otages, puisqu’il n’y a plus de tension. On ne se soucie guère des personnages, répondant à une liste sommaire de clichés. On se fiche du sort du Président (ça pourrait être n’importe qui, ça serait pareil) parce qu’on le voit à peine.

Bref, un résumé de tout ce qu’il ne faut pas faire.

Moi ça m’a plutôt fait déprimer. Ben oui, je voulais y croire, à ce show plein de têtes sympathiques : Toni Collette, Sandrine Holt, ou Tate Donovan. J’étais prêt à lui pardonner beaucoup de choses. Mais rien que la scène finale en dit long sur la paresse des scénaristes. Non seulement c’était long, prévisible et rempli de clichés, mais le téléspectateur n’est même pas récompensé au final pour son extrême patience. Ça sera sans moi.

feu-rouge4

Deception [Pilote]

deception

NBC a pensé aux nostalgiques de Dirty Sexy Money, et nous propose de regarder Deception début Janvier. Avec un tel titre, c’est évidemment trop facile de faire des jeux de mots… J’aurai préféré qu’elle garde son titre d’origine, Infamous.

J’ai pas forcément envie d’être méchant avec la série, mais il serait temps que les networks trouvent de vrais showrunners avec une idée, un style, une volonté, une vision… Car Deception manque cruellement de caractère, et ressemble à tous ces téléfilms diffusés l’après midi sur des chaînes françaises.

deception pilote

Deception c’est l’histoire de Joanna, une flic qui va tenter d’enquêter sur la mort de son ancienne amie, fille d’une famille richissime, qui fait fortune dans la recherche pharmaceutique. Ai-je vraiment besoin de combler les trous ? L’épisode va s’évertuer à nous donner de multiples pistes : un scandale que l’on voulait étouffer, une grossesse surprise, un frère violent, une mère qui ne supportait plus de voir sa fille toxicomane, sans compter un secret de famille bien dégueulasse, évidemment. Pour accroitre la sensation de danger, il suffit de tuer un journaliste qui enquêtait sur la famille, et le tour est joué.

deception meagan good

Non ? non. Il manque l’essentiel : essayer de rendre les personnages attachants. Et là, c’est pas gagné. On aura beau multiplier les flashbacks, on ne voit pas trop l’attachement que peut avoir Joanna envers cette famille ou cette amie assassinée. On ne voit pas des personnages pétris d’ambition ou d’autres dangereusement affables. Il manque une caractérisation des personnages. Et on ne voit donc que les ficelles. Notre héroïne sans personnalité se balade, multiplie les rencontres pleines de révélations qui s’alignent les unes à côté des autres. Pour un roman policier, ça pourrait passer. Pour une fiction destinée à s’étaler sur des dizaines d’épisodes c’est plutôt problématique.

deception tate donovan

La série peut néanmoins compter sur le charisme de certains acteurs, comme Tate Donovan (the OC), Victor Garber (Alias), ou Marin Hinkle (Once and Again) pour essayer de redorer son blason. On peut moins espérer de Meagan Good qui joue l’héroïne, bien trop plate pour exprimer ses émotions et nous faire rentrer dans le personnage.

Le pilote ressemble une fois encore à une production sans âme, répondant à un cahier des charges précis et oubliant de faire passer l’essentiel. A la fin de l’épisode, malgré toutes les révélations, je n’ai absolument pas envie de voir la suite, car je me fiche du destin de ces « personnages ».

feu-rouge4

[Classement de mes attentes pour la rentrée américaine] 20 – No ordinary family (ABC)

Je commence aujourd’hui un petit classement de mes attentes en matière de séries américaines. Ca ne concerne que la rentrée (donc toute série débutant en 2011 en est exclue). J’ajoute que ces séries peuvent être anciennes comme nouvelles. Vous vous demandez sûrement la raison d’un tel classement. J’ai plusieurs réponses : une réponse enjouée : « parce que ça me permet de faire monter un peu la pression sur une rentrée pas très excitante », et une réponse pragmatique : « parce que pendant ce temps ça me permet d’avancer plus rapidement dans mon visionnage de dramas ». Choisissez celle qui vous convient le mieux !

Le numéro 20 est une nouvelle série prévue à la rentrée sur ABC : No Ordinary Family. Difficile de passer à côté, tant le buzz est énorme autour de la série. Il faut dire qu’elle a côté cast d’excellents atouts dans sa manche : Michael Chiklis (The Shield), Julie Benz (Angel, Dexter), Autumn Reeser (The OC), Tate Donovan (The OC) (même si sa participation serait finalement très réduite),… Enfin  à la création deux hommes rodés qui n’ont plus besoin de faire leurs preuves : Greg Berlanti (Everwood) et John Harmon Feldman (Tru Calling).

Le pitch : une famille ordinaire obitent des pouvoirs suite à la crash d’un avion dans l’océan… Encore une série de super-héros ? Je pensais qu’on avait eu notre dose avec Heroes, voilà que le thème de la rentrée sera les super-héros (The Cape, NBC).

Les premières reviews confirment mes craintes : ça reste un Indestructibles, du divertissement bourré d’effets spéciaux, qui se veut léger. Même le pilote de Heroes était plus noir que celui de No Ordinary Family. Ouch.

Je l’ai quand même mis dans mes attentes à cause du cast. Et puis on est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

Pour le trailer, c’est ici.