Bilan statistique de la saison américaine 2013-2014

statistiques-tv-usa-2014

Comme chaque année, je me prête à l’exercice statistique (et sorte de notation) de ma consommation télévisuelle américaine. Pour m’aider, je fais tout simplement appel aux bilans hebdomadaires publiés sur le blog. Je recense ainsi le nombre d’épisodes marquants dans une saison (ce sont ceux qui sont illustrés par une photo).

Pour le détail : les pilotes sont comptés comme marquants s’ils ont obtenu un feu vert. J’obtiens un pourcentage de bons épisodes pour chaque série. Ce ratio va déterminer le classement…

Dans le cadre de la notation sur 20 que vous pouvez retrouver avec mes collègues blogueurs sur SmallThings , j’ai effectué les opérations suivantes : Les séries sont notées selon le pourcentage obtenu plus haut (10+le pourcentage), avec « un point de latitude » destiné à donner un peu de recul aux notes. Et puis il est injuste de noter ensemble des saisons courtes et des saisons longues (l’impact d’un bon épisode n’étant pas le même). Exemple : The Big Bang Theory a obtenu 42 % de bons épisodes sur 24 épisodes (et donc obtenu la note de 14/20) alors que Growing up Fisher n’en aura que 13. Toute série lâchée en cours de route est notée sous la moyenne. Elle se rapproche de 9/20 si elle a réussi à avoir quelques bons épisodes et si j’ai tenu assez longtemps.

A noter : Lucky 7 m’avait beaucoup séduit mais a été annulé au bout de 3 épisodes, elle ne figure pas dans les classements (son ratio le perturberait).

Combien de séries ?

chart séries 2013-2014

88 séries environ (+16%) jusqu’au 22 Mai 2014. 11 séries arrêtées en cours de route (12,5 %). 43 séries suivies jusqu’au bout (48,9%). 34 séries arrêtées au pilote. (38,6%).

Ça confirme une tendance : je me suis davantage accroché cette saison américaine, ce qui n’est pas sans conséquences sur ma consommation de séries venues d’autres pays…

 

Classement toutes séries confondues (pourcentage d’épisodes marquants)

De la dernière (Homeland) … à la première (Getting On) :

ratio séries 2013-2014

Pour autant, ces séries valaient-elles le coup ? Par exemple : cette saison, j’ai tenu bon pour un plus grand nombre de séries qui n’ont jamais réussi à me marquer (8 contre 4 la saison dernière).

Pour juger globalement la saison par rapport à la précédente, faisons un petit calcul : 42 séries vues intégralement, avec un ratio d’appréciation réparti ainsi :>60 % : 5 soit 12 % des séries ; entre 40 et 60 % : 10 soit 24 % ; entre 20 et 40 % :  16 soit 38 % ; entre 1 et 20%  : 3 soit 7 % ; 0% : 8 soit 19 %
La saison passée : 32 séries vues intégralement, avec un ratio d’appréciation réparti ainsi : >60 % : 3 soit 9 % des séries ; entre 40 et 60 % : 7 soit 22 % ; entre 20 et 40 % :  9 soit 28 % ; entre 1 et 20%  : 9 soit 28 % ; 0% : 4 soit 12,5 %

Petite comparaison de la répartition « qualitative » des saisons :

répartition séries 2013-2014

répartition séries saison 2012-2013

On voit ainsi que globalement la saison américaine 2013-2014 a été meilleure que la précédente. Ce rebond qualitatif n’est malheureusement visible que sur les séries « faibles » (dont le ration est compris entre 20 et 40 %). En effet, il y a toujours le même ratio de bonnes et excellentes séries (ce qui n’est déjà pas si mal !).

 

Classement des séries aux saisons longues (>18 épisodes)

D’habitude chaque année je fais un deuxième « tri » à partir du classement précédent. Il n’est en effet pas très raisonnable de mixer des séries qui font plus de 18 épisodes avec d’autres qui en font moins de 10, car ces dernières peuvent avoir des pourcentages qui varient beaucoup plus pour un seul épisode marquant/raté.

Néanmoins, la tendance est vraiment aux saisons courtes et elles sont largement majoritaires cette année. Sans elles, le classement serait considérablement amputé et ne contiendrait qu’une douzaine de séries (!). Mais que cela ne nous empêche pas de saluer la performance de The Good Wife, d’Arrow, Big Bang Theory et Parenthood… Tenir en haleine le téléspectateur sur des longues saisons est infiniment plus difficile !

Progression du taux entre les années (pour les séries qui sont revenues cette saison)

Evolution taux

Intéressons-nous maintenant à la progression du taux (pour les séries diffusant leur saison 2 ou plus, donc). Il ne faut pas s’étonner de la place stable d’Homeland, qui est toujours celle du cancre. Arrow a signé une fabuleuse seconde saison donnant beaucoup d’espoir pour la série (+24 %), tandis que Raising Hope était en panne d’inspiration pour sa dernière saison (-32%).

Parmi les séries en hausse, the Good Wife (+23 %) rattrape son erreur de la saison dernière qui était parasitée par des débuts soporifiques (Vous vous souvenez de Kalinda ?). Once upon a time nous avait fait très peur l’année dernière mais s’est plutôt bien repris (+14%), tandis que Game of Thrones continue lentement mais sûrement son ascension (+10%).

A l’inverse, on peut raisonnablement s’inquiéter du sort d’Elementary (-21 %), qui en plus d’avoir des arcs peu intéressants s’est pris en flagrant délit de fainéantise sur les intrigues policières. The Big Bang Theory aussi commence à s’éroder (-16%).

 

Évolution du classement des séries anciennes (place)

Evolution classement séries anciennes

Une autre façon de voir l’évolution des saisons est de regarder la place qu’occupait et qu’occupe désormais une série installée. Cela permet de relativiser l’évolution du taux par rapport aux autres séries.

Et la régularité ?

Enfin, je termine ces « amusantes » études statistiques par l’évocation de la régularité des séries (la place des épisodes marquants dans une saison). Nous avons eu des exemples-types cette saison, avec par exemple Marvel’s Agents of SHIELD  qui, mis à part le pilote ne s’est réveillé que dans le derniers tiers de la saison. Arrow est devenue nettement plus régulière en seconde saison, même si elle souffre d’un petit creux à son milieu. From Dusk Till Dawn, c’est carrément l’inverse : tous les épisodes notables sont dans le milieu de saison. Mais bien souvent, la majorité des épisodes retenus sont ceux qui se situent au milieu et en fin de saison (exemples : Once upon a time, The Walking Dead).

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout. Et je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un bilan cette fois détaillé (avec des critiques de chaque série visionnée).

 

Publicités

Bilan de la saison USA 2012-2013 : statistiques

statistiques-tv-usa-2013

Cette année encore, je vous propose de faire un bilan statistique sur ma saison télévisuelle américaine, notamment à partir de mes 38 bilans hebdomadaires, du 23 septembre 2012 au 23 juin 2013.

Combien de séries ?

chart2

Cette saison j’ai touché à environ 76 séries américaines (contre 74 l’année dernière). Pour une moitié, je ne suis pas allé au delà du pilote (et elles ne figureront pas dans la suite des statistiques évidemment). Des 38 séries suivies cette saison, j’en ai abandonné quelques unes en cours de route : Dont’ trust the bitch in apartment 23, Touch, White Collar, Cult, The Goodwin Games, House of Cards ont fini par me lasser. Je vous propose donc de parler des 32 autres séries, celles dont je suis allé au bout.

La méthode employée ici est stricte, mesurable et reproduite chaque année. Chaque semaine, j’ai noté les bons épisodes d’une série (ce sont ceux qui bénéficient d’une illustration photo, ou exceptionnellement je les ai notés à part dans le cas d’Arrested Development par exemple). Par série, j’obtiens ainsi un ratio de bons épisodes par saison. (exemple : Raising Hope a eu 13 bons épisodes sur 22, soit un excellent ratio de 59 %). C’est pour moi une manière simple de visualiser une saison entière. Pour un évènement marquant, combien d’épisodes décevants a-t-il fallu se farcir ? Il s’agit là d’une approche rigoureuse, qui ne peut évaluer parfaitement la qualité d’une série. Il y a bien d’autres critères qui rentrent en compte (la cohérence, les arcs, le développement au long cours, …). Mais elle permet de me donner une idée bien plus précise qu’en faisant appel à mes souvenirs.

NB : Dans le classement des séries entre blogueurs (chez SmallThings), j’ai utilisé la méthode de calcul suivante : toute série suivie au delà du pilote a la moyenne. Les points au-dessus de la moyenne sont attribués selon le ratio de bons épisodes. Exemple : Once upon a time a un ratio de 18 %. Elle obtient donc une note de 11,8 soit 12 en arrondissant. A de très rares exceptions près, j’ai tenu bon pour ne pas « remonter » une série.

L’inconvénient majeur de la méthode du ratio, c’est évidemment qu’on ne peut pas comparer des saisons de 23 épisodes avec des saisons du câble, plus réduites. Il est plus difficile de maintenir l’intérêt sur une plus longue saison. D’où l’idée de faire un classement supplémentaire, séparé.

Classement toutes séries confondues

podium toutes séries USA 2012-2013

classement toutes séries

Sans surprises, le classement toutes séries américaines confondues met en évidence la prédominance des séries aux saisons plus courtes (Arrested Development, Boss, Rectify, Game of Thrones). Même Red Widow, série pourtant moyenne se retrouve propulsée en haut de l’affiche. Des 32 séries citées, seules 14 ont plus de 18 épisodes.

Comme dit précédemment, beaucoup de séries payent leur mauvais démarrage : The Good Wife, The Americans. D’autres n’ont pas réussi à me sortir d’une certaine torpeur  (Girls, Hannibal). Et Once upon a time se prend une gigantesque baffe avec moins d’un épisode sur 5 qui m’a convaincu (elle était quand même sur le podium l’année dernière !).

Classement des séries aux saisons longues (>18 épisodes) :

podium longues séries USA 2012-2013

classement longues séries

Avec deux dizaines d’épisodes environ, les choses sont nettement plus compliquées, le meilleur taux de bons épisodes est en dessous des 60 %. Pas étonnant que nombre de sériephiles réclament des saisons raccourcies à la manière des séries du câble. Pas étonnant non plus que deux comédies trustent les premières places, les arcs étant sensiblement moins développées que dans les dramas.

Il est aussi intéressant de voir quelles séries ont su progresser :

évolution taux

The Walking Dead +21,6 % Enfin nos héros ne se baladent plus tous seuls en pleine nuit.

Game of Thrones +20 % Après une seconde saison plutôt terne, davantage de scènes marquantes.

Boss +17,5 % Plutôt étonnant, car j’ai de meilleurs souvenirs de la première saison.

Dexter +16,7 % De bien meilleures intrigues à défaut d’une mise en danger efficace

The Big Bang Theory +16,4 % La série a beaucoup progressé dans le traitement de ses personnages.

2 Broke Girls +12,7 % Quelques excellents épisodes qui restent malheureusement noyés par la médiocrité des autres.

Raising Hope +11,4 % Encore plus créative.

Nikita +2,5 % Une légère progression surprenante vu le début de saison catastrophique.

Elle reste stable :

The Good Wife -0,3 % Une saison très irrégulière, qui se rattrape magnifiquement en seconde partie.

Elles descendent :

Homeland -41,6 % Pas étonnant. Après l’effet découverte, la série vire au n’importe quoi, 24-style.

Once upon a time -36,5 % Le gadin. Le puzzle disparu, il ne restait qu’un bestiaire médiocre et des intrigues soporifiques.

Girls -20 % Malgré quelques touches de génie, on s’ennuie ferme, et on a encore trop souvent envie de donner des gifles.

Parenthood -11,9 % Malgré des thématiques plus fortes, la saison était bien plus irrégulière.

the Mentalist -11,8 % Que dire ? la série s’enfonce lamentablement.

Smash -8,6 % Multiplier par deux les comédies musicales, c’est diviser par deux l’intérêt de la série.

Grey’s Anatomy -4,1 % La série retombe dans ses travers.

Evolution du classement des séries anciennes :

Pour les 16 séries qui sont revenues cette saison comment se sont-elles comportées ? (Arrested Development revient après des années d’attente, donc hors statistique).

évolution classement séries anciennes

On notera donc la progression de deux séries majeures du câble (Game of Thrones et The Walking Dead). Dexter revient grâce à une septième saison bien meilleure que les précédentes, et 2 Broke Girls a également fait quelques efforts d’écriture. A l’opposé, on voit qu’Once upon a time a coulé, et Homeland s’est vu ridiculisé en seconde saison. L’effet découverte des Girls n’étant plus là, elles tombent également.

Et la régularité ?

Cette saison, j’ai décidé aussi de noter la régularité des séries. Avoir un bon ratio, c’est bien, mais être capable de maintenir l’attention du téléspectateur, c’est mieux. On court en effet le risque de surnoter les séries qui se terminent de belle manière. L’exemple le plus parlant cette saison est sans doute The Good Wife, qui pour moi a mis 9 bons épisodes avant de vraiment retrouver sa patte, non seulement à cause de très mauvais arcs concernant Kalinda, mais aussi à cause d’intrigues judiciaires peu travaillées. Ainsi, au lieu de me contenter de noter le nombre de bons épisodes d’une série, j’ai également noté leurs emplacements dans la saison. Le résultat est très visuel, on peut ainsi comparer une saison de Walking Dead qui fait d’excellents débuts et une très bonne fin, mais qui laisse un énorme vide entre les deux. A contrario, The Big Bang Theory a été d’une régularité exemplaire, puisqu’il n’y a jamais eu 3 « mauvais » épisodes à la suite.

Les séries régulières sont :

séries régulières 2012-2013

Les séries qui montent en puissance :

séries montant en puissance 2012-2013

Les séries qui réservent leurs cartouches aux périodes clés (début et/ou fin) :

séries période clés 2012-2013

Voilà pour le côté visuel (on s’amuse comme on peu). Pour des écrits un peu plus intéressants (et passionnés) concernant cette saison, je vous donne rendez-vous à la semaine prochaine.

Bilan de la saison USA 2011-2012 : Statistiques

Je réitère cette année encore l’analyse statistique de mes impressions mesurées tout au long de cette saison, via les 39 articles publiés, semaine après semaine. Cette saison était un peu plus élargie que la précédente (qui comptait 33 articles) : elle s’étendait donc de septembre 2011 au 18 Juin 2012. Pour rappel, dans ces articles hebdomadaires, lorsqu’une image illustrait la critique d’un épisode cela signifiait que je l’avais particulièrement apprécié. En ajoutant le feu vert des critiques de pilotes, cela me permet de connaître le nombre d’épisodes qui m’ont plu, pour chaque série.

Au total j’ai suivi (au jour le jour, sans rattrapage) 33 séries (c’est-à-dire que j’ai regardé au-delà du pilote et/ou fini la saison entière), et regardé 41 pilotes de nouvelles séries. Parmi les 33 séries suivies (nouvelles ou anciennes), j’en ai arrêté 7 au fil de la saison, et 2 ont été annulées précocement. Ce qui fait un total honorable de 24 saisons entières de séries américaines.

Grâces à ces chiffres, je vais pouvoir dire quelles sont les séries qui ont eu le plus d’épisodes notables (A), quelles sont les séries qui ont le meilleur taux de bons épisodes par saison (en distinguant les saisons courtes et les saisons longues (B)), mais également quelles sont les anciennes séries du network qui ont donné davantage de bons épisodes cette saison (C), ainsi que leur progression dans le classement (D).

  • A) Les séries les plus souvent en haut de l’affiche (en ajoutant le nombre de vignettes et de feux verts pour les pilotes réussis) :

Nikita (13 fois), Once Upon a time (12), suivies de Raising Hope et Big Bang Theory (10 chacune), Chuck, Ringer et The Good Wife (8), Parenthood (7), House et Awake (6), Boss, The Mentalist et Homeland,Touch (5), Games of Thrones, Grey’s Anatomy, Smash (4).

Les séries arrêtées précocement et pour lesquelles j’ai eu un coup de cœur sont là en queue de peloton : Best Friends Forever (3) ; Free Agents (2). Mais on retrouve également  Fairly Legal et Girls (3),Don’t trust the bitch in apartment 23, The Walking Dead , Veep, Two Broke Girls (2) ,et Dexter (1). Enfin, il y a les séries abandonnées en cours de route comme Suburgatory au 17è épisode (4),Pan Am arrêtée au 10è épisode (2), Modern Family stoppée au 11è épisode (1), Person of interest au 10è épisode (1), How i met your mother au 12è épisode (0) The River au 4è (0) et Prime Suspect au 6è (0).

  • B) Taux de bons épisodes par série :

Bien que cela ne reflète pas la qualité d’une saison (on peut inclure d’autres critères comme la régularité, la cohérence, etc..), je peux essayer comme l’année dernière de calculer le taux de très bons épisodes par série cette saison (nombre de bons épisodes / nombre d’épisodes). Mais avec cette méthode, les séries les plus courtes sont avantagées. Si j’ai aimé 3 épisodes de Best Friends forever sur les 4, comment pourrais je la mettre dans le même classement que des séries qui ont fait plus d’une vingtaine d’épisodes et qui ont tout de même des ratios supérieurs à 50 % comme Nikita ou Once Upon a time ? J’ai donc opté pour un classement des séries aux saisons entièrement suivies, ayant au moins 8 épisodes, et un autre pour les saisons longues conventionnelles (plus de 18 épisodes).

Classement des séries ayant eu au moins 8 épisodes cette saison (taux de bons épisodes par série) :

1er : Boss 62,5 %

2ème : Chuck 61,5 %

3ème : Nikita 56,5 %

4ème : Once Upon a time 54,5 %

5ème : Raising Hope 47,6 %

6ème Awake 46,1 %

7ème Touch, Big Bang Theory, et Homeland 41,6 %

10ème Game of Thrones 40 %

11ème Parenthood 38,9 %

12ème Ringer 38,1 %

13ème The Good Wife 36,3 %

14ème Girls 30 %

15ème Don’t trust the bitch in apartment #23 28,5 %

16ème House 27,2 %

17ème Smash 26,6 %

18ème Veep 25 %

19ème Fairly Legal 23 %

20ème The Mentalist 20,8 %

Les séries suivantes sont :  Grey’s Anatomy 16,6, The Walking Dead 15,4 et les bons derniers sont Dexter et Two Broke Girls 8,3.

En ne prenant que les séries ayant plus de 18 épisodes (saisons « longues »), on arrive donc à :

1er Nikita 56,5 %

2ème Once upon a time 54,5 %

3ème Raising Hope 47,6 %

4ème Big Bang Theory 41,6 %

5ème Parenthood 38,9 %

6ème Ringer 38,1 %

7ème The Good Wife 36,3 %

8ème House 27,2 %

9ème the Mentalist 20,8 %

10ème Grey’s Anatomy 16,6 %

Et bonne dernière Two Broke Girls 8,3 %

Chuck est exclu du classement à cause de sa dernière saison courte de 13 épisodes seulement (il faut bien fixer une limite).

  •  Commentaires

J’aime bien ces statistiques, parce qu’elles modèrent un peu les impressions de fin de saison. Il est facile d’oublier les débuts (septembre c’est loin) et de ne se contenter que des derniers épisodes pour juger de la qualité d’une saison. De même, on peut avoir tendance, avec le recul, à minimser l’impact ressenti pendant le visionnage. L’exemple le plus flagrant est Ringer, guilty pleasure  (ou non), qui m’aura au final bien diverti malgré ses incohérences.

Ça me permet aussi de réfréner certaines envies, par exemple, reprendre le visionnage de séries abandonnées comme Person of interest (qui ne m’aura emballé qu’un épisode sur 5 sur les 10 premiers épisodes),  Modern Family moins d’une fois sur 10 en 11 épisodes, ou alors les catastrophiques How i met your mother, The River et même Prime Suspect qui n’ont jamais su faire battre mon cœur, même pas une seule fois.

De manière générale, la limite est à peu près là : quand on a seulement un épisode sur 5 qui se démarque, il est temps de se poser LA question.

La saison prochaine, objectivement, je devrais donc me demander si je vais continuer Mentalist, Greys’ Anatomy, Two Broke Girls, The Walking Dead et Dexter. Mais il y a d’autres facteurs qui entrent en jeu : le visionnage n’est pas toujours une activité solitaire (Grey’s Anatomy), et certaines annonces de casting rendent curieux (Yvonne Strahovski dans Dexter la saison prochaine). Enfin il y a aussi le plus dur, se résoudre à quitter des séries qui malgré leurs défauts, avaient des personnages attachants (Mentalist, Two Broke Girls). Bon, on a l’été pour réfléchir, non ?

Le fait est que la fiction hors USA gagne de la place également (je ne parle pas seulement de dramas asiatiques) et je compte bien continuer à faire d’autres découvertes cette saison, vu le plaisir que j’ai eu avec Sherlock, Downton Abbey, Borgen, Äkta Människor, Pride and Prejudice

  • Comparaisons avec la saison précédente

Ratio nouvelles séries/anciennes séries suivies (totalement ou partiellement au delà du pilote) :

2011-2012 : 18 nouvelles séries suivies / 15 anciennes (1,2) soit tout de même bien plus que le ratio de l’année précédente. J’ai tenté – et aimé – plus de choses cette année, tout en maintenant mon quota d’anciennes séries.

2010-2011 : 14 nouvelles séries suivies / 15 anciennes (0,9)

  • C) Comparaisons du taux de bons épisodes par série : tout le monde (ou presque) descend !

(je n’ai pas fait la comparaison pour les séries du câble vu que je n’en avais pas parlé dans mon bilan stats de l’année dernière). Nikita, Chuck, et bizarrement Grey’s Anatomy tirent leur épingle du jeu. Mais globalement ça se voit que l’usure est là : House devait logiquement s’arrêter, How i met your mother ou Modern Family ne me font plus sourire, Mentalist n’arrive pas à sortir de ses schémas… J’espère avoir de jolies nouveautés l’année prochaine pour compenser, comme ce fut le cas avec Once upon a time, Boss, Homeland, Touch… Cette saison, il m’est arrivé plus d’une fois d’avoir des semaines sans aucun coup de cœur pour un épisode. Je n’ai pas le souvenir que cela m’était déjà arrivé.

2010-2011  vs 2011-2012 :

Grey’s anatomy 4,5 % – 16,6 % (+12,1) Une forte remontée grâce à quelques bons épisodes, même si le niveau de la série reste trop bas.

Nikita 45,4 % – 56,52 % : (+11,1) D’instinct j’aurai pourtant dit que la première saison était tout de même supérieure à la première. Ceci s’explique sans doute par une fin de deuxième saison un peu trop simplifiée et légèrement moins passionnante qui m’a fait oublier ses débuts pourtant très solides.

Chuck 50 % –  61,5 % : (+8,5) bizarrement, j’aurai dit le contraire, mais j’avais oublié le démarrage très lent de la 4è saison

The Mentalist 25 % – 20,8 %(-4,2)  On approche gentiment du ravin, et ça confirme mes impressions de nette usure.

Parenthood 45,4 % – 38,9 : (-6,5) là aussi une saison qui n’a pas démarré sous les meilleurs auspices

Raising Hope 54,5 % – 47,6 % : (-6,6Une saison légèrement moins bonne

Modern Family 16,6 % – 9,1 % (-7,5) Le chiffre est faussé par l’arrêt du visionnage au 11ème épisode, mais peut-on m’en vouloir ?

The Big Bang Theory 50 % – 41,6 % : (-8,4) Léger tassement alors que cette saison a su bien se renouveler avec les personnages féminins.

The Good Wife 47,8 % – 36,3 % : (-11,5) une saison qui a mis du temps pour démarrer, et ça se ressent.

How i met your mother 12,5 % – 0 % (-12,5) Le néant absolu, j’y suis arrivé. J’ai arrêté au 12è épisode.

House 47,8 % – 27,2 % : (-20,6) C’est la catastrophe pour l’ultime saison de House. La précédente saison avait obtenu un bon taux grâce à son début, mais là, il est clair que la série n’avait plus grand chose à dire.

  • D) Si on veut comparer le classement des deux saisons

On s’aperçoit ainsi que 4 séries ont monté les marches : Nikita, Grey’s Anatomy, Chuck et Parenthood. (Je vous laisse regarder le schéma au-dessus). Nikita profite de l’usure des autres séries pour s’installer en haut du tableau des longues séries, tandis que Chuck s’est terminée avec panache. S’il y a une leçon à retenir, là encore, c’est bien que peu de séries ont vraiment progressé dans mon cœur. Pour information le classement de la saison précédente était le suivant : 1. Raising Hope ; 2. Chuck et The Big Bang Theory ; 4. House et The Good Wife ; 6. Parenthood et Nikita ; 8. Mentalist ; 9. Modern Family ; 10. How i met your mother ; 11. Grey’s Anatomy.

Comme vous le constatez, on peut s’amuser avec les chiffres et en tirer quelques remarques, mais je vous donne tout de même rendez-vous pour un bilan critique de la saison, forcément plus… passionné. Cela risque de prendre plus de temps que prévu, par contre, vu mon état.

Bilan de semaine 33 (dernière de la saison 2010-2011) et statistiques

House 7.23 (season finale) Il y avait pourtant de l’idée. Le parallèle entre la patiente et la situation de House était bien vu. Taub, stupéfait par l’annonce de sa femme (j’avoue, j’ai ri !). Et même la séquence choc qui laisse dire qu’effectivement plus rien ne sera jamais pareil. Mais que ce fut long, pénible, et mal et mis en scène. Un peu à l’image du season premiere, l’épisode m’a mis mal à l’aise. Je suis très déçu.

Modern Family 2.24 (season finale) Le show tourne en rond avec ses gags téléphonés et ses personnages qui sont toujours dans les mêmes situations. Mais un gag sauve la mise : Cam qui explique devant tout le monde, au téléphone, ce que Manny doit dire pour séduire une fille. Irrésistible. Bref, quelques idées de génie dans un océan de fainéantise.

The Chicago Code 1.13 (serie finale) Comment ne pas regretter la série après cet exceptionnel final ? L’épisode distille une tension extrêmement efficace alors que les rebondissements s’enchaînent et que les enjeux sont à leur paroxysme. Il y a là un regard sans complaisance sur les hauts dirigeants corrompus prêts à tout pour s’en sortir, alors qu’on nous explique en même temps que pour être incorruptible, irréprochable, il faut renoncer à toute vie sentimentale ou toute vie de famille. Sans polémiquer, l’actualité brûlante peut nous donner à réfléchir… En tous cas, c’était magistral.

Dernière semaine de série sur les networks américains (à l’exception du dernier épisode de Traffic Light qui sera diffusé la semaine prochaine). C’est donc ainsi que s’achève la parution de ces articles hebdomadaires qui ont suivi le visionnage d’une saison entière. Je ne pense pas faire de même avec les séries de l’été. J’espère que cela vous a plu autant qu’à moi, peut-être que je continuerai la saison prochaine, en améliorant un peu la formule. En tous cas ça m’a servi notamment à repérer ce que j’ai aimé chaque semaine (vous l’aviez deviné, ce sont les épisodes qui ont une illustration photo).

Ceci m’amène donc à faire quelques  statistiques sur les séries qui auront réussi à embellir ma semaine et quelques observations intéressantes, en attendant de faire un bilan global de ma saison :

Notez bien que je ne retiens que les séries des networks traditionnels (ABC, NBC, CBS, FOX, CW). (Et que Traffic Light est susceptible d’avoir un épisode réussi supplémentaire, mais ça ne bouleverserait pas fondamentalement le classement).

Les séries les plus souvent en haut de l’affiche :

Chuck, Raising Hope, The Big Bang Theory avec 12 épisodes

Puis vient House et The Good Wife (11 épisodes), Parenthood et Nikita (10), Better with you (8), Traffic Light (7), The mentalist (6), Modern family (4).

Ferment la marche : How i met your mother, The Chicago Code, V, et Life unexpected (3).

Les derniers sont Grey’s anatomy et Off the map (1).

Bien sûr, cela n’augure en rien de la qualité respective de la saison (car une saison peut être meilleure en étant régulière), mais on peut s’amuser à calculer le taux de (très) bons épisodes par série cette saison.

Le classement varie alors :

Traffic Light 58.3 % (sur 12 épisodes, selon le 13è et dernier épisode de la semaine prochaine le taux pourrait donc être de 61.5% ou 53.8 %)

Raising Hope 54,5 %

Chuck et The Big Bang Theory 50 %

House et The Good Wife 47,8 %

Parenthood et Nikita 45,4 %

Better with you 36,4 %

V 30 %

The Mentalist 25 %

The Chicago Code et Life Unexpected 23,1 %

Modern Family 16,6 %

How i met your mother 12,5 %

Off the map 7,7 %

Grey’s anatomy 4,5 %

On pourrait ironiser sur  l’intérêt de ces chiffres, le fait est que je trouve que ça reflète quand même une bonne partie de mes impressions sur cette saison. Les moments les plus forts, je les dois à Chuck (malgré une baisse de régime et un ton déséquilibré), Raising Hope (la nouveauté comique survivante), Traffic Light (la nouveauté comique injustement décriée) et The Big Bang Theory (qui a réussi avec brio à incorporer ses nouveaux personnages). Retrouver 4 séries au potentiel comique n’est pas non plus une grande surprise, les dramas ont globalement manqué de punch cette saison (sauf The Good Wife, Parenthood et Nikita) et si je devais me souvenir de quelques épisodes, j’irai certainement plus du côté des séries comiques.

Ça permet aussi de me remémorer le très bon parcours de House, alors que la série s’est complètement effondrée depuis un bon nombre d’épisodes. Mais on reparlera de tout ça bientôt…