Peaky Blinders [Pilote – UK]

Peaky Blinders

Retour au Royaume Uni aujourd’hui pour vous parler de Peaky Blinders, la nouvelle fiction de BBC qui ne cesse d’être comparée à Boardwalk Empire.

En 1919, après la première guerre mondiale, les hommes sont revenus de France. Traumatisés par la guerre, ils retrouvent un pays éreinté. C’est là que sévit un gang de bookmakers, les Peaky Blinders, respectés et craints par tous.

cillian murphy peaky blinders

Le patriarche est en train de se rendre compte que son fils Tommy (Cillian Murphy) prend des initiatives, monte des arnaques. La fille couche avec un communiste ex-compagnon de guerre de Tommy et désormais ennemi juré. Tommy met la famille dans le pétrin lorsqu’il ordonne de voler des caisses à ses hommes, et qu’ils ramènent du matériel militaire top secret dernier cri.

peaky binders sam neill

Si les autorités corrompues se fichent depuis des années du gang des Peaky Blinders, de l’IRA, ou des communistes, ils ne peuvent pas laisser passer ce vol et veulent étouffer l’affaire. Ils envoient un inspecteur (Sam Neill) faire le ménage. Au lieu de rendre les armes Tommy décide d’utiliser ce cadeau du ciel… Ce qu’il ne sait pas, c’est que la nouvelle et jolie serveuse du bar qu’il fréquente travaille pour l’inspecteur.

peaky blinders scene

Arrêtons nous tout de suite ici. Non, la réalisation est loin d’égaler Boardwalk Empire, mais elle ne démérite pas non plus. Empruntant des chansons modernes pour souligner son histoire – ce qui n’est pas aussi gênant que je l’aurai pensé – la fiction passe de longs moments à essayer de nous plonger dans ce passé peu glorieux.  Quelques anachronismes sont présents, sans vraiment affaiblir la reconstitution. Et malgré certains dialogues remplis de références historiques anglo-saxonnes, cela n’entrave pas la compréhension des enjeux. On devine tous les ingrédients destinés à appâter le téléspectateur : la violence, la perspective d’une belle partie d’échecs et quelques coups tordus entre les personnages.

Il est d’ailleurs dommage que l’épisode se termine sans donner d’éléments supplémentaires, avec une scène sans réelle portée. Le récit avait réussi jusque là à me séduire, il ne manquait plus que le dernier virage, faire monter les enchères. Cela viendra peut-être au second épisode.

peaky blinders cillian murphy

L’introduction reste globalement convaincante, grâce à des acteurs confirmés. Malgré des twists prévisibles, on plonge facilement dans cet univers dont l’ambition reste encore à mesurer. Pas de quoi bouder son plaisir, logiquement. Mais pour ma part même si je n’ai pas réussi à mettre le doigt dessus, il me manquait un petit quelque chose pour avoir vraiment envie de revenir. Inconsciemment j’attendais peut-être des personnages plus radicaux, plus de drames, pour faire venir une émotion qui n’est jamais venu. On verra pour la suite.

feu_clignotant1

Publicités

Alcatraz [Pilote]

JJ Abrams n’avait pas que Person of interest dans ses cartons cette saison. Alcatraz vient donc commencer l’année sur la FOX. Des raisons de se réjouir ? Pas tellement…

Alcatraz nous propose un pitch qui emprunte beaucoup aux 4400. Vous savez, ces hommes et ces femmes qui après avoir disparu il y a des dizaines d’années, reviennent dans notre monde en causant beaucoup de problèmes. Sauf que dans la série de JJ Abrams, il s’agit de prisonniers dangereux, enfermés à Alcatraz il y a 50 ans. On va donc avoir notre chasse à l’homme chaque semaine, avec des enquêteurs spéciaux qui travaillent pour une agence gouvernementale top secret. Et pour éviter la routine dans cette série procédurale, on injecte quelques éléments mystérieux, de conspiration…

Le problème, c’est que je ne suis pas arrivé à m’intéresser à ces mystères. Pourquoi et comment ces criminels sont réapparus ? Que cache l’agence ? Autant de questions qui font « plouf », tout simplement parce que dans sa précipitation, JJ Abrams a oublié ses personnages. A quoi bon s’intéresser à ces mystères si on arrive pas à s’attacher à cette enquêtrice ou à ce pseudo-geek ? Le pilote ne donne aucun trait de caractère à ses personnages (on en apprend bien plus sur le criminel de la semaine que sur nos héros). On se contente de relier les fils. Ah oui, notre enquêtrice vient de croiser son grand-père qui était à Alcatraz. Mais à part ça ?

On touche donc la limite en terme de construction scénaristique. Sans arriver à créer le moindre attachement, le pilote est un château de cartes, et chaque détail n’en parait que plus grossier. Le casting rassemble pourtant des têtes connues (Sam Neill, Jorge Garcia, Parminder Nagra..) mais ils n’arrivent pas à être convaincants. Une fois encore on nous la joue technophile futuriste avec des banques de données sorties de nulle part exploitables en un quart de seconde. La musique de Michael Giacchino ne nous envoûte pas, elle en fait trop, accentuant le décalage entre la pauvreté des scènes et des intrigues. Bref, on y croit pas.

Par acquis de conscience, j’ai dérogé à ma règle et continué avec le 2è et 3è épisode, lesquels ne font que confirmer mes impressions. C’est un procedural typique, avec des personnages inexistants, et des mystères vus et revus.

Un autre signe ? Je ne suis pas arrivé à écrire davantage sur ce pilote, c’est dire comme c’est vide, plat, générique, sans surprise réellement enthousiasmante.

Classement de mes attentes pour la rentrée américaine 2011 : #15 : Alcatraz (FOX)

Il est encore tôt pour parler de cette série qui n’arrivera qu’au début de l’année prochaine, mais le buzz est d’ores et déjà en état de marche. Et comment faire autrement ?

Aux commandes : JJ Abrams. Si le créateur a perdu de sa superbe (le flop retentissant de sa série d’espionnage Undercovers la saison dernière), il reste un de ces noms qu’on ne peut s’empêcher de suivre.

Au rayon des acteurs, du beau monde : Parminder Nagra (ER), Jorge Garcia (Lost), Sam Neill (Jurassic Park)…

Enfin, au niveau du scénario, on nous promet une bonne dose de mystère. Le problème, c’est que le pitch fait étrangement penser aux 4400. En effet, il s’agit de la réapparition, 50 ans plus tard, de perosnnes ayant disparu à Alcatraz, la fameuse prison. Qui est derrière tout ça ? quel est le but ? seront probablement les questions de la série. Mais de ce que j’en ai lu, il s’agit surtout d’un moyen de raconter des histoires indépendantes, des enquêtes en fonction de l’identité de chaque personne ayant réapparu. Et comme ils sont plus de 300 personnes, ça va en faire des épisodes, non ?

Etrangement, j’aurai du être beaucoup plus emballé par ce projet, mais le synopsis s’est avéré trop décevant. Je n’attends évidemment pas un nouveau Lost, mais il faudra voir comment – et si – la mythologie se développe pour voir si d’un sujet peu original et étriqué (l’aspect procedural est déterminant) on pourra passer à un show ayant quelque chose d’intéressant à dire. Méfiance, donc… En attendant on peut toujours prier en regardant le trailer.