Mariage princier au pays des dramas

La tentation était trop forte, il me fallait coller à l’actualité par ce mini-billet totalement inutile ! Si personnellement les mariages princiers ça me passe au-dessus de la tête, je ne pouvais pas passer à côté de l’occasion idéale pour faire le rapprochement avec … Goong (Princess Hours), un drama sud-coréen extrêmement populaire qui invente une réalité alternative, où la Corée serait encore une monarchie.

Ca ne vous rappelle rien ? Goong raconte l’histoire d’un prince héritier qui doit s’unir avec une roturière afin de redorer l’image de la famille royale.  Toute ressemblance avec des personnages…blablabla….purement fortuite évidemment ! (Le drama date de 2006).

Les histoires de prince et de princesse sont universelles vous rétorquera-t-on… et puis ça fait vendre des mugs à 35 euros pièce (dixit la radio qui ne parle que de ça ce matin).

Bon je vous avoue que le drama Goong est particulièrement longuet malgré la présence de Yoon Eun Hye, et je ne veux pas en faire une critique maintenant, mais je ne pouvais pas ne pas en parler en ce jour particulier où les yeux brillent, et tout le monde se prend à rêver de cette romance extraordinaire.

Un autre point commun ?

Aujourd’hui, on est prêt à acheter … des peluches Kate et William ! (La preuve ci-contre !)

Alors je ne sais pas si la réalité britannique s’inspire de la fiction coréenne (j’en doute), mais je me devais de rendre à la Corée ses nunucheries délicieusement over-ze-top.

Il faut dire que le drama Goong a le détail qui tue en reconstituant en fin d’épisode, des scènes clés… par des ours en peluches !

Des histoires de prince et de princesse avec des ours en peluche, ça ne peut que marcher !

Vous avez ainsi les protagonistes en habit lycéen… Notez au passage la peinture des rivalités amoureuses. On croirait voir Kate pleurer lorsque William l’a largué pour courir la gueuse !

Mais rien de plus choupi que les habits de cérémonie…  Ah ça, pour se bourrer le pif, ses majestés sont toujours les premières ! Je suis sûr qu’en ce moment les bouteilles coulent à flot… Mais au moins les coréens savent se tenir. Pas de brassard façon Harry, pas de photos de boîtes de nuit, et si ça se trouve c’est même pas du champagne mais du soju !

Avouez que c’est plus mignon que les photos promos de Marry me Mary, non ? Mais ça pourrait donner des idées pour l’after-party britannique … La reine en avalerait son chapeau !

Publicités

Les produits dérivés des dramas coréens

Le temps de quelques articles consacrés aux séries américaines, j’avais déjà abordé quelques objets collector fascinants. Mais il était temps de montrer un peu l’univers des produits dérivés des dramas coréens. (Un article tout trouvé à l’approche de la Saint Valentin)

On savait déjà que les dramas coréens étaient une source de revenus non négligeables pour les tour opérateurs (qui organisent des visites des lieux de tournage de dramas populaires, comme Winter Sonata). L’industrie musicale se porte bien elle aussi (cf les OST).

Et en ce qui concerne les produits dérivés proprement dits (cadeaux, collectors), il y a un secteur qui marche très bien, c’est la peluche. Il faut dire que les dramas coréens font de plus en plus de placement de produit.

On peut dire que tout a commencé avec My Name is Kim Sam Soon. L’apparition de la peluche en forme de cochon (« Sam Sook ») a suscité tellement de réactions positives après la diffusion de l’épisode que beaucoup de monde a cherché à l’acheter. Le cas de Kim Sam Soon est emblématique, puisque son personnage principal est une sorte de Bridget Jones, où son physique et son franc-parler n’attire pas vraiment la gente masculine. Cela a occasionné un fort processus d’identification des téléspectatrices, et la peluche en forme de cochon a fini par symboliser cet espoir d’une histoire d’amour.

La peluche se vend encore très bien aujourd’hui puisque le drama continue d’être diffusé dans le monde. Ce qui fait que le marché des produits dérivés de dramas reste florissant. La peluche de 45 cm de haut coûte 60 euros sur YESASIA).

Depuis, quelques dramas ont voulu récupérer ce phénomène. L’intérêt est évident : il s’agit de donner une identité forte au drama, et de rassembler les fans autour de ces symboles.

Ainsi, on pourra par exemple retenir la peluche cochon-lapin de You’re beautiful. On saluera l’ingéniosité du concept (sa création dans la série est hilarante et irrésistible), et le souci du détail, puisque le cochon-lapin va être affublé d’autres produits dérivés au cours de sa carrière.

Comptez dans les 36 euros pour une taille de 55 cm de haut sur YESASIA.

(Il existe d’autres boutiques sur le net, évidemment, mais dans un souci de comparaison, je reste autant que possible sur YESASIA).

A noter qu’il existe en version plus petite mais avec une fonction enregistreur, pratique pour dire des messages à l’élu de votre cœur. Ça vaut 33 euros pour 35 cm de hauteur (YESASIA).

Autre peluche qui envahit les chambres, la peluche en forme de chat (myoo noir ou blanc, dessiné par ARKA) dans Secret Garden ;

Le prix lui, monte en flèche dès qu’il s’agit d’un drama récent.

Ça vaut quand même 86 euros pour une taille de 60 cm et 24 euros pour une taille de 25 cm.

Et ça sort dans les jours à venir sur YESASIA.

Ou encore, plus surprenant, la peluche en forme de… cuisse de poulet ! (My girlfriend is a gumiho), puisque l’héroine dévore les cuisses de poulet dans le drama.

Mmhh une cuisse de poulet géante sur votre lit ?

Préparez vos sous si vous avez faim, parce que ça vaut quand même 80 euros pour un mètre de hauteur (YESASIA)

En tous cas, si vos amis n’apprécient pas, vous pouvez toujours demander à votre chien. Qui sait ?

Dernière peluche en date : la peluche Otto (Dream High).

Oui ça a l’air d’une poupée vaudou.

Mais là on fait dans l’écologique, n’espérez pas vous en tirer pour moins de 50 dollars.

A ce prix là, avec une bonne paire de chaussette et un peu de créativité, il devrait être possible de faire pareil, non ?

Outre les peluches, ce sont souvent les bijoux ou accessoires de mode qui sont privilégiés (le public féminin étant, comme vous l’aurez deviné, souvent le cœur de cible).

You’re beautiful aura fait fort, d’ailleurs, entre la pince à cheveux (24 euros sur tofebruary) et le pendentif étoilé (19 euros sur tofebruary).

Il est d’ailleurs recommandé de ne pas tenter de l’écraser pour le recoller, je doute qu’il soit possible de le reconstituer comme dans le drama.

Et puis évitez de la perdre dans les salles de spectacle, je ne pense pas qu’on vous autorisera à fouiller la salle après les heures de fermeture.

Mais parfois, la machine à placer des produits a ses ratés. Par exemple, Boys over flowers récupèrera le même pendentif que celui… de You are my destiny !

Oups… !

Je passe volontairement sous silence les innombrables boucles d’oreilles, porte-clés, posters, cartes postales, calendriers, stickers et pogs (oui on trouve même les stickers et les pogs mentionnés dans You’re Beautiful pour 20 euros) , stylos, tapis de souris, sacs plastiques à l’effigie de vos héros de dramas préférés. Sachez que plus la popularité du drama est importante, plus vous pourrez vous payer ces choses là… à prix d’or bien entendu. (11 euros le tapis souris, quand même !).

Plus rigolo, vous pouvez vous procurer les chaussettes de fans d’Oska (que porte Ha Ji Won dans Secret Garden). 7 euros la paire sur YESASIA. Ridicule assuré.

Ou alors Hyun Bin qui en fait des tonnes sur le mug Secret Garden (18 euros bien dépensés sur YESASIA).

Bref, le business des produits dérivés a encore de beaux jours devant lui.