Dramas coréens à venir (Automne 2013)

Il est grand temps de s’intéresser aux dramas coréens à venir, et comme d’habitude, je vous propose un tour d’horizon des 30 prochains dramas, un planning que j’espère le plus complet possible à l’heure où je tape ces lignes. Dans le monde des dramas, rappelons-le, les modifications de casting, de plot, de réalisateur vont à la vitesse de la lumière….

Il y a surtout de très gros projets pour cette fin d’année, en espérant qu’ils soient tous à la hauteur du buzz qu’ils suscitent. En tous cas vous pouvez déjà réserver l’intégralité de vos soirées dans les mois à venir.

Anticipate love

Expect to date (11 Septembre, KBS), encore appelé Anticipate Love, est une sorte de Drama Special de 2 épisodes avec Daniel Choi (Babyfaced Beauty) et la chanteuse Boa (qui trouve ici son premier vrai rôle), et réalisé par le responsable du sympathique Don’t worry i’m a ghost. Il devrait s’agir d’une approche plus contemporaine concernant les rendez-vous amoureux. De quoi aiguiser la curiosité. D’autant que le trailer part dans tous les sens.

first born

First Born (14 Septembre, JTBC) Diffusé après Cruel Palace, ce weekend drama de plus de 50 épisodes (drama du second anniversaire de la chaîne, qui plus est) parlera de 6 frères et soeurs dans les années 60. Par souci de trancher avec les réalisations modernes, l’acteur prolifique Lee Jong Woon (Lights and Shadow)  n’aurait même pas de maquillage. Il jouera avec la vétérane Jang Mi hee. On peut trouver un teaser ici.

Secret

Secret (18 Septembre, KBS) Ji Sung (Protect the boss) et Hwang Jung Eum (Incarnation of Money) sont au programme dans ce mélodrame où notre héros en veut à notre héroïne, accusée d’avoir tué accidentellement son seul amour. Or notre héroïne n’est pas du tout responsable. Par amour pour son procureur, elle a naïvement accepté de porter le chapeau à sa place. Autant dire que je ne suis pas franchement emballé. Mais le teaser est joli.

Strange Housekeeper

The Strange Housekeeper / Suspicious Housekeeper (23 Septembre, SBS) Remake de l’excellent drama japonais Kaseifu no mita, où une curieuse gouvernante froide et sans expression règle les problèmes d’une famille sur le point de craquer. Un défi à relever pour Choi Ji Woo qui devrait l’incarner. Le père de famille, veuf, sera joué par l’excellent Lee Sung Jae (A Wife’s Credentials). La jeune et talentueuse Kim So Hyun (The Moon that embraces the Sun), et Wang Ji Hye (dans le rôle de la voisine ?) complètent la distribution. Le réalisateur de Ghost et de Sign mettra-t-il l’accent sur le mystère ? En tous cas j’ai hâte de voir cette adaptation parce que le projet regorge de talent. Le trailer est ici.

potato star 2013QR13

Potato Star 2013QR3 (23 Septembre, tvN) nouvelle sitcom par les producteurs d’High Kick, où une météorite /patate arrive sur terre. Voilà, voilà. Non, franchement vous avez vraiment besoin d’en savoir plus ? Bon alors le teaser qui ne sert à rien est ici.

hong ah reum

Tears of Heaven (23 Septembre, tvN) Rien à voir avec la comédie musicale d’il y a quelques années où un soldat coréen tombait amoureux d’une vietnamienne pendant la guerre. Ici il s’agit d’un conflit entre une mère et sa fille (Hong Ha-Reum), abandonnée deux fois. Avec également Seo Jun Young (Sirius). Le producteur est un habitué (Boys over Flowers, Playful Kiss, Princess Hours, Tamra the island…) mais je ne suis pas rassuré pour autant.

hong soo hyun

Will you give it away / Will you love and give it away / Give Love Away (28 Septembre, MBC) Un weekend drama sur le remariage des parents, forçant leurs enfants respectifs à former une grande famille. Le drama est déjà en cours de tournage, avec Hong Soo Hyun (la reine In Hyun dans Jang Ok Jung Living in love).

SeoWoo

King’s Daughter Soo Baek Hyang / The Daughter of the emperor (30 Septembre, MBC). Un sageuk sur la vie de Soo Baek Hyang, fille du roi Muryeong de Baekje (an 500), l’un des fameux trois royaumes de Corée. Le casting n’est des plus réjouissants (Seo Hyun Jin, Seo Woo), et les informations sont plutôt rares pour le moment.

basketball

Basketball (Septembre, tvN) Le drama est Inspiré parla vie d’un membre de la dernière équipe de Basket ayant joué aux JO pour une Corée unifiée, en 1948. Notre héros basketteur va sortir de la pauvreté alors que le pays est en pleine colonisation japonaise. On verra son parcours de l’indépendance à la division de la Corée. On nous promet beaucoup d’émotion autour des thématiques plus classiques d’amitié et d’amour. Malgré un casting plutôt jeune et inexpérimenté (Do Ji Han en tête), j’ai vraiment envie d’y croire. Il y a le réalisateur de Chuno derrière, quand même.

Secret Love

Secret Love (Septembre, ?) 5 histoires d’amour avec les membres du groupe Kara. Pas encore de date précise de diffusion, alors qu’on parle d’une diffusion dans plusieurs pays. A prendre avec un maximum de précaution, donc.

medical top team

Medical Top Team (2 Octobre, MBC) Comme son nom l’indique, on va nous parler d’une équipe de médecins surdoués qui vont s’affronter. Au casting, tout de même, du beau monde avec l’excellente Jung Ryeo Won (History of a salaryman) et Kwon Sang Woo (Dae Mul) et du moins bon (Minho, Ju Ji Hoon)…Par le réalisateur de That Moon Embrace the sun et le scénariste de Brain. Bref, plutôt mitigé sur le coup.

passionate love

Passionate Love (5 Octobre, SBS) ne va pas vous intéresser pour son pitch tellement minimaliste qu’il peut se résumer à « histoire d’amour et de succès ».  Ce qui intéresse les médias, hélas, ce n’est que le début programmé de Seohyun, du groupe Girls Generation. On ne parlera pas des autres acteurs ni du réalisateur ou du scénariste aux CVs tout aussi peu impressionnants. Non, franchement, à moins d’être fan…

unemployed romance

Unemployed Romance (5 Octobre, E Channel) Une mini-série de 10 épisodes pour cette petite chaîne, avec l’espoir de nous émouvoir lorsque notre héroïne (Lee Young Ah, Vampire Prosecutor) qui rêve de venir écrivain vient pointer au chômage pour y rencontrer son premier amour (Nam Goong Min).  On ne demande qu’à être agréablement surpris, mais du côté de la réalisation du scénario, ce n’est pas folichon. Le teaser minimaliste est ici.

the ghost seeing detective cheo yong

The Ghost-Seeing Detective Cheo Yong (6 Octobre, OCN) Autrefois brillant dans la section criminelle, notre héros subit encore les séquelles d’un lourd traumatisme (il a perdu sa famille). Redevenu simple policier, il croise un jour le fantôme d’une fille, qu’il est le seul à voir. Après the master’s sun, voilà décidément une autre histoire de fantôme à surveiller de près. Les différents teasers sont minimalistes, mais sur OCN la réalisation devrait être à la hauteur. Dans le rôle titre on devrait retrouver le surprenant Oh Ji Oh (Queen of Office) mais aussi Oh Ji Eun (King of Dramas).

the heirs

The Heirs (9 Octobre, SBS) fait évidemment un énorme buzz sur la toile avec son duo de superstars Lee Min Oh et Park Shin Ye (beaucoup en rêvaient !). Actuellement filmé à Malibu (où l’acteur devrait … surfer !), le drama est écrit par la responsable de Secret Garden et réalisé par celui qui nous a donné Midas, et devrait nous montrer l’univers de riches héritiers (dont ne fait pas partie notre héroïne évidemment). Un catalogue de stars qui n’en finit plus : Kim Woo Bin (de White Christmas), Choi Jin Hyuk (I need romance), Kang Ha Neul (Monstar), Im Joo Eun (Wild Romance). Mais le casting devrait également faire baver les afficionados de kpop avec Kang Min Hyul (CN Blue), Krystal (F(x)), Park Hyun Sik (ZE:A). Overkill ! On croise les doigts pour que le drama soit vraiment à la hauteur du casting…

Empress Ki

Empress Ki / Hwatu (21 Octobre, MBC) Avec les responsables d’History of a salaryman au script, on peut déjà s’intéresser de près au projet. Mais depuis l’arrivée d’Ha Ji Won dans ce sageuk, le drama du 52ème anniversaire de MBC devient incontournable. Çà faisait 7 ans (depuis Hwang Jin Yi) que l’actrice n’avait pas joué dans un sageuk. Elle jouera donc cette femme de Goryeo qui fut enlevée par la dynastie Yuan (dynastie chinoise et mongole) pour finir par devenir leur impératrice. Tourmentée entre ses deux pays, elle va devoir faire des choix. Joo Jin Mo (Musa) incarnera le roi de Goryeo et Ji Chang Wook (Warrior Baek Dong Soo) le roi de Yuan. 50 à 60 épisodes sont prévus, videz vos plannings.

mi rae's choice

Mi Rae’s Choice / The Future Choice (Octobre, KBS) Yoon Eun Hye arrivera-t-elle enfin à trouver un bon drama ? On l’espère, avec ce drama fantastique où notre héroïne, travaillant dans un bureau, va rencontrer son moi futur, qui va la conseiller afin d’améliorer sa vie. Un joli concept, avec en prime le retour de Lee Dong Gun (Lovers in Paris) après 5 d’années d’inactivité (elle avait fait un duo avec lui : Salad Song), et la présence de Jung Yong Hwa pour ses fans. Han Chae Ah (Bridal Mask) est également de la partie Aux commandes : le scénariste de King 2 hearts, et le réalisateur de Bad Love. Je croise les doigts. Très fort.

Three Days (Octobre, SBS) Le scénariste de Ghost et de Sign devrait nous emmener dans un thriller d’une durée de 3 jours, autour des services secrets de la Maison Bleue. Voilà quelque chose d’assez excitant vu son passif. Le réalisateur de Tree with Deep Roots est également appelé. Malheureusement, pas de nouvelles du casting pour le moment et le drama pourrait être décalé jusqu’en Décembre.

answer me 1994

Answer me 1994 (Octobre, tvN) Le drama profitera-t-il du succès d’Answer Me 1997 ? Ce coup-ci c’est en partie l’univers du basket qui sera entre autres reconstitué pour les nostalgiques des années 90. J’espère très fort retrouver le cocktail gagnant dans ce nouveau casting composé de Go Ah Ra (Who Are You), et d’acteurs peu connus comme Yoo Yun Suk (Gu Family Book), Jung Woo (Lee Soon Shin is the best), …

golden rainbow

The Golden Rainbow /Gold Rainbow (2 Novembre, MBC) L’histoire de 7 orphelines qui forment une famille en vivant ensemble. Uee serait pressenti pour jouer la plus âgée dans ce weekend drama de la scénariste de May Queen. Un peu léger pour moi.

age of feeling

Age of Feeling / Inspiring Generation / Generation of Youth (6 Novembre, KBS) Le drama se situe à Shangai dans les années 30 pendant l’occupation japonaise en Corée. Une relation d’amour et de haine entre les deux personnages principaux avec en toile de fond les mouvements indépendantistes. On y retrouvera Kim Hyun Joong (Boys over Flowers) qui n’avait pas eu de chance avec l’abandon de City Conquest, Im Soo Hyang (IRIS 2), et Kim So Eun (Horse Healer). Le drama est basé sur un fameux manhwa de Bang Hak Gi et mis en scène par le réalisateur de Sweet 18. Pourquoi pas ?

The Woman who married three times

The Woman who married 3 times (Novembre, SBS) est un weekend drama de plus de 50 épisodes sur une femme et ses deux filles. Uhm Ji Won retrouvera la scénariste de Childless Comfort dans laquelle elle avait vraiment brillé. Vu le talent et le succès de la scénariste déjà responsable de Life Is Beautilful et A Thousand Days Promise , on peut parier sur l’une des plus fortes audiences de l’année. Vraiment pas sympa d’être aussi prolifique.

Miss Korea (11 décembre, MBC) L’histoire d’hommes qui vont faire de leur voisine la nouvelle Miss Corée. On en sait pas plus, si ce n’est que c’est le duo responsable de Pasta est aux commandes.

man from the stars

Man from the Stars (18 décembre, SBS) Accrochez-vous, c’est l’histoire d’un alien qui vit sur Terre depuis l’époque de Joseon et qui tombe amoureux d’une actrice 4 siècles plus tard. Et pourquoi ça pourrait être génial ? Parce que ça devrait signer le retour de Jeon Ji Hyun dans un drama (14 ans d’attente rien que ça !), ainsi que son partenaire du film The Thieves, Kim Soo Hyun (aka le seul homme au monde qui a pu l’embrasser sur un écran). De quoi faire exploser les compteurs et déclencher le buzz de l’année. Le réalisateur de Painter of the wind et la scénariste de My Husband got a family sont aux commandes du projet. L’attente sera insoutenable.

Les projets susceptibles d’être annoncés encore pour cette année ou l’année prochaine :

park bo young

One Litre of Tears (2013, MBC) Le remake du fameux drama japonais de 2005 est encore incertain, mais on parle du retour de Park Bo Young (Speedy Scandal) pour ce drama. Pour rappel, One Litre of tears est la lente déchéance d’une fille très courageuse atteinte d’une dégénéresecence spinocérébelleuse. Une autre rumeur parle même du remake du drama japonais Summer Snow. Bon, de temps en temps, je veux bien, mais il va falloir arrêter avec les remakes des meilleurs dramas japonais hein…

Her Majesty the Queen (2013, MBC) n’a toujours pas débuté alors que je vous en avais parlé en début d’année. Les producteurs d’All In n’arrivent pas à vendre leur cocktail gangster/boxe/Jeux d’argent/concours de beauté ?

kind words

Kind Words / Warm Words (2013, SBS) décrite comme la version « divorcés » de Can We Get Married, avec une touche de Desperate Housewives (!!!), ce nouveau drama prend un peu de temps pour se mettre en place. La scénariste de Can We Get Married et le réalisateur de Five Fingers ont pensé à Ji Jin Hee (The reat Seer) pour le rôle du mari volage. Ma curiosité est titillée.

could we love

Could we love ? (2013, SBS) repoussé pour diffuser à sa place I Hear Your voice, le drama pourrait tout de même repartir en production. Il faut dire que le projet est intéressant. Ce serait un vrai school drama avec des jeunes acteurs de talent (le superbe duo d’enfants de That Moon embraces the sun et de i miss you). Avec derrière les caméras le duo responsable du très joli Scent of a Woman. Allez, un petit effort !

Doctor Frost (2013, OCN) Pas de nouvelles depuis le début d’année concernant Doctor Frost, l’adaptation du manhwa où le héros est un génie de la psychologie. Ça sent pas bon.

pretty man

Pretty Man (2013, ??) Basé sur le manhwa « yebbeun namja », le drama racontera l’histoire d’un home à la beauté sans pareil qui a pour mission de séduire une dizaine de femmes pour les voler. Il croisera la route d’une femme pauvre très éprise de lui. Le drama fait beaucoup de buzz à cause de son casting (Jang Geun Seok, rien que ça !), mais semble au point mort pour l’instant.

Unprecedented (2014, MBC), enfin, est le prochain sageuk des responsables de Tree with deep roots et Queen Seo Duk, qui devrait se concentrer sur la fondation de Joseon. Mais on a encore le temps de voir venir…

Au final, vous m’accorderez quelques minutes pour pleurer la disparition de Detective Choi Il woo, un projet qui m’intéressait au plus haut point.

Alors quels sont les dramas qui vous font de l’oeil ? Pour ma part ils sont nombreux : Anticipate Love, Suspicious Housekeeper, Basketball, The Ghost-seeing detective Cheo Yong, The Heirs, Empress Ki, Mi Rae’s Choice, Three Days, Answer Me 1994, Age of Feeling, The Woman who married 3 times, Man from the stars… tout en croisant les doigts pour Kind Words et Could We Love… Je crois n’avoir jamais eu autant de dramas sélectionnés dans mes plannings saisonniers. Je comprends mieux pourquoi le début d’année était si pauvre.

[30 days drama challenge] days 29-30 : drama triste/gai

On en arrive au deux derniers challenges, et il va me falloir citer des dramas qui m’ont rendu joyeux, et des dramas qui m’ont rendu triste. Je regrette un peu cette distinction, à vrai dire, car j’aime beaucoup les dramas sucrés/salés, qui arrivent à trouver un ton entre ces deux extrêmes. C’est d’ailleurs ce que j’apprécie dans les dramas coréens, cette faculté de passer du rire aux larmes sans perdre en cohérence. Après tout, la vie c’est ça…

Mais bon, pour répondre au défi, voici mes choix :

  • Corée :

triste : Winter Sonata ou Autumn Tale/Autumn in my heart. Aujourd’hui encore, je me demande comment j’ai pu tenir devant cette accumulation de scènes larmoyantes et dramatiques. Le premier traîne en longueur un amour perdu, le deuxième en rajoute avec des échanges d’enfants, des maladies, des accidents, et je ne dis pas tout pour ménager vos surprises. Et pourtant, il y a une certaine beauté dans ces drames. De la même manière que je trouve belle l’affiche de Sad Movie (on y voit des gens pleurer), il y a dans ces moments tragiques quelque chose qui rend les scènes particulièrement jolies. La korean touch.

gai : Pas de discussion possible, c’est Coffee Prince. J’en ai parlé en long en large et en travers, mais s’il y a bien un drama qui m’a rendu heureux c’est celui-là. Impossible de ne pas sourire béatement devant ce couple. Un coup de déprime ? il suffit de lancer quelques vidéos sur youtube pour reprendre goût à la vie.

  • Japon :

triste : comme beaucoup je suppose, one litre of tears m’a longtemps pesé. Cette histoire vraie, c’est celle d’une fille atteinte d’une maladie incurable qui la voit peu à peu perdre ses facultés avant de partir vers un monde meilleur. Difficile de ne pas succomber devant le malheur et la souffrance.  Mais c’est aussi une leçon de vie, d’humanité, de courage. Comme des millions d’autres personnes qui se battent chaque jour, chaque minute, sans répit contre le mal qui les ronge, l’héroïne inspire une grande admiration autour d’elle, et donne la force d’avancer. Si son sort ne change pas, au moins elle aura réussi changer la vie de milliers d’autres personnes. Malgré tout ça le drama est horriblement triste, et dans mon état actuel je ne pense pas revoir la série, je déprimerais à coup sûr (car moi aussi, à mon niveau, j’ai perdu ma faculté de me déplacer et me tenir debout, même si ce n’est rien en comparaison).

gai : Je dirai Hotaru no hikari. Le genre de drama qui laisse un sourire sur les lèvres. On aurait pu croire qu’une fille souillon soit rédhibitoire, et pourtant Haruka Ayase est craquante, joviale, légère.  J’aurai pu citer Nodame Cantabile ou Seigi no mikata mais il fallait bien faire un choix !

  • USA :

triste : Six feet under. Ai-je vraiment besoin de développer ? Je crois que le questionnement vis à vis de la mort restera l’une des grandes forces de la série. Notre vie a-t-elle une valeur, ne sommes nous que de passage ? Ce n’est même pas le destin des personnages qui me frappe, c’est leur vacuité au quotidien, comment ils luttent contre une épée de Damoclès dont ils ont parfaitement conscience. Un comportement de destruction, de fuite en avant, qui ne fait qu’amplifier la noirceur de la série.

gai : Un drama américain gai, ça existe ? Si j’avais pu, j’aurai cité des sitcoms, mais là… je vais forcément tomber dans des tons doux-amers comme Ally mc beal ou Gilmore Girls, non ? Pas si sûr, il y a Wonderfalls ! Si les deux précédentes font chavirer le cœur, cette dernière aurait plutôt tendance à me faire rire plus que de raison. Une fille qui hallucine à chaque fois qu’elle croise une représentation d’un animal, c’est irrésistible ! Mais je vais pas me relancer dans son éloge, Wonderfalls est une de ces séries qui redonne la pêche, bien qu’elle ne soit pas une sitcom. Arf, Wonderfalls me manque…

[30 days drama challenge] Days 25-26 : premier et dernier drama visionné

Voilà des questions qui permettent d’entrevoir le parcours seriephile d’une personne. J’ai malheureusement déjà répondu en partie à ces deux questions lors de mon tag drama. Vous m’excuserez donc pour le copié-collé. Je n’avais pas vraiment envie de redire les choses d’une autre manière.

Et je vous avoue que ce drama challenge me prend beaucoup plus de temps que prévu…au point de m’empêcher de regarder la suite de mes séries ! (Je comprends mieux pourquoi Minalapinou a lâchement abandonné).

Mes premières séries et premiers dramas suivis de façon assidue :

Début 2005 fut un tournant dans ma sériephilie. Alors que ça faisait des années que j’explorais avec passion les séries américaines (je pense qu’on peut parler de véritable addiction à partir de Quantum Leap, diffusée en France en 1993, ce qui fait environ 18 ans de dépendance). En fait on peut dire que j’ai entamé ma révolution asiatique du petit écran (car c’en est une !) par un choc… cinématographique (My Sassy Girl). Le genre de film qui vous montre à quel point vous aviez un vide sans le savoir. Si vous me lisez régulièrement, vous savez que je peste souvent contre le manque d’émotion et le manque de développement psychologique des « nouvelles » comédies romantiques américaines. La rencontre avec la sensibilité coréenne fut donc une révélation. Après une telle incursion, et tout en enchaînant les classiques coréens du même genre en très peu de temps, j’ai fini par tomber sur des listes de fictions coréennes qui comportaient également des dramas. Full House était le carton du moment et n’en finissait pas d’avoir des éloges. Ce fut donc mon premier. Une expérience convaincante, même si j’ai du faire usage de l’avance rapide par moments. Mais j’étais charmé, ensorcelé (et quand on découvre un univers on est beaucoup plus patient). Il y avait là quelque chose d’unique, qui apaise les cœurs, rend joyeux ou triste. C’était trop tard. Il fallait que j’en vois d’autres.

Et très vite je me suis également penché sur les dramas japonais (si ma mémoire est bonne ça doit être Ichi Rittoru No Namida – One litre of tears).

Donc oui, on peut dire que le cinéma a été un tremplin, mais de très courte durée. Et contrairement à une écrasante majorité sur le web, je ne suis pas du tout passé par les mangas ou les animes, que je connais toujours très peu. On va dire que c’est dû à mon âge !

Dernier drama vu en entier :

J’ai entamé beaucoup de dramas coréens ces derniers temps. Mon tout dernier drama terminé doit être The Greatest Love. La critique est déjà écrite, elle sera postée prochainement, probablement à la fin du challenge drama. Sinon j’ai quasiment terminé Babyfaced beautyLie to me, et City Hunter et je suis à peu près à mi-chemin sur City Hall. Et les dramas qui me font de l’œil pour la suite sont malheureusement trop nombreux, j’envisage de terminer Miss Ripley et Mae Ri Dae Gu, de commencer Romance Town (à cause des éloges de minalapinou), Scent of a woman (à cause de Kim sun ah et de sa photographie), White Christmas (vu sa réputation), et le très long drama Life is beautiful. Je me tâte encore pour essayer I need romance (le côté sex and the city me fait un peu peur je crois), ou Spy myung wol. N’hésitez pas à me dire vos préférences.

Du côté japonais, ça fait un petit moment que je n’ai pas replongé. Le printemps a été exclusivement coréen, je n’arrive pas à le croire. Il faut retourner à Janvier (!) pour Seigi no Mikata. Pourtant je ne suis pas en manque de dramas japonais alléchants. J’envisage de regarder Unubore deka, ashita no kita yoshio, atami no sousakan, la saison 2 d’hotaru no hikari (mais vu que je veux la regarder avec mon épouse j’attends la fin du sous-titrage français), sunao ni narenakute, love shuffle, trouble man…. Mais je crois que mon prochain drama japonais sera en fait la saison 2 de Jin. Je n’en peux plus d’attendre !

Enfin, du côté américain, depuis la fin de saison des networks, je n’ai pas repris. Mon bilan arrivera lui aussi prochainement, il est toujours en cours de rédaction (il n’est jamais trop tard). C’est mon premier été sans nouvelle fiction américaine. Aucune nouveauté ne m’a donné envie. Dire que la saison passée il y avait Huge, Rubicon… Je ne sais pas si je vais regarder la suite de White Collar avant la rentrée, mais je compte bien regarder la fin de Men of a certain age. Je pensais également avoir le temps de reprendre et finir The Wire, mais ça ne sera pas pour cette fois-ci. La rentrée approche… Je vous ai déjà annoncé les prochaines nouveautés que j’attends impatiemment. Mais d’ici là peut-être aurais-je le temps de vous concocter un petit classement de mes attentes (nouveautés et reprises).

Dans l’ensemble mon temps de visionnage a sérieusement diminué ces derniers mois (à cause de mon mariage), et seuls les dramas coréens ont réussi à se caser… Ça devrait changer pour la rentrée !

[30 days drama challenge] day 15 : best drama ending

Autre question pertinente  : quelle fin est susceptible de me plaire ? Une fin ouverte ? Un happy ending ? Une fin triste ? Ce qui est sûr, en tous cas, c’est que j’aime quand on résout les questions posées en début de série, qu’on nous montre l’évolution des personnages, et qu’on leur dise adieu en respectant les codes de la série.

C’est un exercice très difficile, surtout pour les séries américaines, qui doivent parfois clôturer une série alors que beaucoup de pistes restent en suspens.  Les séries asiatiques, au contraire, ont une fin bien précise alors que commence seulement la diffusion du premier épisode. Ce n’est pas toujours vrai, cependant, puisque les fans d’une série peuvent faire pression pour un happy ending, ou en tous cas pour atténuer la noirceur ou la tristesse d’un drama (on citera évidemment Winter Sonata, dont l’épisode final a été ré-écrit en ce sens).

Alors quels sont mes choix ?

Attention aux liens dans cet article, ils vous dirigeront vers les séquences finales, donc ne cliquez pas pour ne pas vous gâcher ces merveilleux moments si vous ne les avez jamais vus.

Corée :

Beaucoup de dramas coréens se terminent magnifiquement. Est ce que je préfère la philosophie douce-amère d’Alone in love ? l’émouvante et étonnamment chaleureuse fin de Flowers for my love ? La poétique et pleine de promesse scène de Someday, ou une scène plus volontaire pour vivre heureux malgré les obstacles comme dans My name is Kim Sam Soon ?

C’est un fait j’apprécie les dramas qui se terminent en voulant donner du sens, et qui ne se projète pas seulement dans le devenir du couple. Oui, en bon shipper, je souhaite le happy ending, mais je veux aussi que cet instant me réchauffe le cœur, m’apporte un sentiment de contentement, et en miroir une autre vision de la vie. J’ai souvent dit que les séries pouvaient transformer des vies. Deux séries m’ont permis de mieux comprendre le sens de mon existence : Alone in love et Flowers for my life.

Ça va au-delà du fameux « Fighting ! » employé à toutes les sauces, c’est une vision rassurante sur l’adversité, des obstacles de nos vies au rappel de notre propre mortalité. Vous le savez déjà, étant angoissé de nature, voir ces séries régulièrement me permet alors de dépasser temporairement mes appréhensions.

Pour des raisons évidentes de spoiler, je ne vais pas décrire ces scènes. Je pense qu’il faut les voir une fois dans sa vie pour comprendre.

Japon :

J’hésite entre deux drames : Summer Snow, qui finit par une note symbolique, et One Litre of tears, qui donne du sens à la vie de l’héroïne (rappelons-le c’est une histoire vraie). Et c’est donc ce dernier drama que je veux mettre en lumière. Alors oui One Litre of tears est un drama usant, épuisant pour les nerfs, mais encore aujourd’hui je suis touché par le fait que le courage d’une personne puisse inspirer autant de personnes par delà l’adversité. Même malades, nous pouvons servir à quelque chose, nous pouvons changer la vie d’autres personnes. C’est la puissance de l’amour et de la pensée (les cyniques peuvent s’abstenir de commentaires, merci).

USA :

On le voit, les fictions télévisuelles permettent de faire un lien unique avec le téléspectateur. A la fin d’une série, on peut rendre hommage aux personnages, mais on peut faire bien plus en montrant les coulisses de la fiction. C’est ainsi que s’était terminé le Cosby Show, lorsque heathcliff et claire huxtable sont sortis du plateau et que l’on a pu voir le décor qui nous était si familier. Mieux encore, le final d’une série peut servir de tremplin pour les acteurs, qui remercient leur public et se retrouvent submergés par leur propre émotion. Ainsi dans la scène de fin d’Once and Again, alors que les acteurs avaient pour habitude de faire parler leurs personnages directement en aparté avec le téléspectateur, les voilà en train de ressentir la fin de leur aventure, en même temps que nous. Leur émotion est réelle, touchante, et cela conclut magnifiquement la série.