Go On [Pilote]

Les multiples essais de Matthew Perry pour retrouver une série à succès depuis Friends peuvent faire sourire, mais le comédien a le mérite d’être persévérant. Hélas, après le trailer diffusé lors des upfronts, Go On n’avait suscité chez moi qu’une simple curiosité.

Avec le pilote diffusé plus largement sur la toile par NBC, le constat n’a pas fondamentalement bougé. D’abord parce que l’histoire d’un animateur radio qui va en thérapie suite au décès de sa femme n’a pas de point de vue, pas de personnalité. On sait dès la première minute ce qu’il va se passer, et aucune surprise ne vient à l’horizon. Non seulement dans le déroulement de l’épisode, mais également dans les personnages. La composition du groupe respecte à la lettre les clichés véhiculés.

Au milieu de tout ça, Matthew Perry se démène, parvient à faire sourire et à donner à son personnage le minimum syndical. C’est d’ailleurs ce que je reproche le plus à cet épisode, bien trop formaté pour laisser entrevoir quelque chose. Pas de grain de folie, juste une image sympathique à la toute fin avec un groupe qui s’extériorise enfin au lieu de ressasser sa douleur.

Je pensais avoir plus de mal avec le ton de l’épisode, mais cette série réussit plutôt bien à équilibrer le drame avec la comédie, ce qui en soi est une vraie bonne surprise. Il manque clairement une vision d’ensemble, une philosophie ou un regard pertinent, mais au moins l’épisode n’est pas un ensemble de scènes mises bout à bout.

C’est plutôt au détour d’une phrase que l’on sent que les auteurs peuvent donner quelque chose. Lorsque notre héros évoque les circonstances du décès de sa femme, il ne peut s’empêcher de rajouter à quel point ce qu’elle demandait était inutile. L’occasion, enfin, de montrer non pas que la vie ne tient qu’à un fil et qu’il faut faire attention (comme la scène ratée des fruits lancés sur une voiture), mais qu’il y a aussi de l’amertume, de la rancœur dans une mort aussi « idiote ». C’est de ce côté là que la série peut tirer son épingle du jeu, en évoquant davantage la complexité de nos rapports avec la mort.

Au final, la série est bien trop millimétrée pour susciter mon enthousiasme, mais tout n’est pas perdu. Malgré son pitch conventionnel la série peut encore sortir des sentiers battus, et peut-être réussir à faire rire et à émouvoir. Avec un comédien comme Matthew Perry qui excelle dans ce registre, il vaut mieux ne pas fermer complètement la porte.

Publicités

[Pilote US] Mr Sunshine

Mr Sunshine ou le retour de Matthew Perry dans une comédie. Autant dire que les fans de Friends (dont je fais partie) attendaient ce pilote avec impatience. Mais le trailer m’avait passablement refroidi lors des upfronts : quelques gags, mais rien d’attrayant mis à part le cast.

Qu’en est-il avec ce pilote ? Commençons par les bonnes choses : le casting. Allison Janney vole la vedette à Matthew Perry dans toutes ses apparitions, dans le rôle de la présidente Crystal Cohen, qui possède le Sunshine Center, une arène qui accueille toutes sortes d’évènements sportifs et de spectacles. Oui Allison est douée pour la comédie. Mais qui en doutait vraiment ?

Dans le rôle de Ben Donovan, le manager qui doit rattraper ses gaffes tout en essayant de ne pas trop s’impliquer dans sa vie intime, Matthew Perry fait son boulot de façon honnête, mais je dois dire qu’il est desservi par la platitude des dialogues du pilote. Et je suis gentil. Parce que parfois je me suis demandé si je n’avais pas saisi certaines blagues tellement j’ai eu du mal à en sourire.

Car au fond le problème du pilote c’est ça. Un cast extrêmement sympathique, un endroit parfait pour écrire de bonnes histoires (l’ arène), mais des gags d’une médiocrité absolue. Si tant est qu’on puisse parler de gags. C’est en effet le vide abyssal, mis à part la séance photo qui tourne mal.Et il faudra dire aux scénaristes qu’un éléphant dans une pièce ça fait rire les enfants de moins de 6 ans, et guère plus.

On pourrait se dire que si l’on ne rit pas dans une sitcom, on peut parfois être ému. C’est le deuxième problème de l’épisode. Rien n’est fait pour rendre le personnage de Ben Donavan attachant. Pire, il est décrit comme un type qui se contrefout des autres, jusqu’au jour où il s’aperçoit que son manque d’implication lui coûte sa petite amie. Ben oui, mais bon, on va pas pleurer pour lui, hein.

Au final, même si on ne veut pas se l’avouer, Mr Sunshine est loin d’être une réussite. Et puis il y a des choses qui aident à comprendre ce manque de finition : la chaîne aurait du payer une lourde pénalité si le pilote n’avait pas donné une série. Il faut croire que la série, paresseuse, ne compte que sur son cast et ses guests (au vu des annonces notamment, j’attends Lizzy Caplan ; et le pilote montre déjà Jorge Garcia dans un rôle inutile). Exceptionnellement, je regarderai un peu la suite. Oui je suis faible. Mais pessimiste.

Mes séries comiques de référence (3/5) : Friends

Pour une écrasante majorité de téléphiles avertis, la sitcom de référence, c’est Friends. Mais le temps passe vite, et je n’aurai jamais cru dire ça un jour, il existe des jeunes qui n’ont pas vécu Friends comme les autres. Car Friends, série phare de NBC, diffusée de 1994 à 2004, est la série générationnelle par excellence.

Qui aurait pu croire à l’époque, qu’une série basée sur 6 jeunes amis, interprétés par des inconnus ou presque (Seule Courteney Cox était connue) , allait devenir un phénomène  de pop-culture au niveau mondial ? On avait pu sentir les prémices de la révolution télévisuelle, avec Cheers : les amis sont en passe de remplacer le cercle familial. Finies les Cosby Show, Madame est servie ou la nounou d’enfer. La famille va progressivement se cloisonner dans les dramas et les amis vont faire exploser les sitcoms.

Mais pour arriver à une telle identification, il fallait que la série parle de problèmes communs à tous les jeunes qui ont débuté leur vie active : les relations amoureuses, la carrière, et l’avenir. Pour éviter que la série ne se focalise sur un ou deux personnages, les scripts vont uniformément développer les 6 caractères, et leur donner le même temps d’antenne.

Phoebe (après avoir chanté) : If you want to receive e-mails about my upcoming shows, then please give me money so I can buy a computer.

Il y a donc Monica Geller (Courteney Cox), un chef cuistot obsessive et compétitive. Elle a eu des problèmes de poids dans son adolescence. Son frère Ross Geller (David Schwimmer), paléontologue, marié, avec un enfant, s’aperçoit qu’il a de graves problèmes de couple (sa femme est lesbienne). Il a toujours été secrètement amoureux de Rachel Green (Jennifer Aniston) qui vient de rompre avec son futur mari. Rachel est une enfant gâtée, qui a toujours vécu grâce aux aides financières de sa famille, et elle va devoir apprendre à faire sa vie seule.  Joey Tribbiani (Matt LeBlanc) est un acteur raté, simple d’esprit, glouton, mais dragueur né (son personnage donnera lieu à un spin-off raté qui dura quand même deux saisons). Son meilleur ami est Chandler Bing (Matthew Perry), le blagueur du groupe, beaucoup trop difficile avec les filles pour être un séducteur. Enfin Phoebe Buffay (Lisa Kudrow) est la chanteuse excentrique, décalée, qui a été abandonnée par sa mère mais qui a une sœur jumelle Ursula Buffay (dont le rôle apparaît dans la sitcom Mad about you).

Ross : We were on a break!

Chandler: Oh, my God! If you say that one more time, I’m going to break up with you!

C’est vers la seconde saison que le succès est venu, même si tout était déjà en place pour être très drôle. Les répliques fusent, notamment avec Chandler, on s’amuse de l’ébouriffante Phoebe, de l’agaçante Monica, ou du stupide Joey, et on veut savoir où va nous mener le rapprochement Rachel-Ross. Le couple phare de la série n’aura heureusement jamais pris l’ascendant sur les autres histoires : par exemple sur l’amitié si forte entre Joey et Chandler.

Ross : You know, you probably didn’t know this, but back in high school, I had a major crush on you.

Rachel : I knew.

Ross : You did. Oh… I always figured you just thought I was Monica’s geeky older brother.

Rachel : I did.

Joey : Why do you have to break up with her? Be a man. Just stop calling.

Le phénomène d’identification, l’affectif joue à plein. Le générique est chanté par des fans. Les scènes rejouées. Des mimiques sont reprises un peu partout (les guillemets avec les doigts, les poings qui se balancent l’un contre l’autre). Et le merchandising suit. Les acteurs deviennent les stars que l’on connait, et la série est prolongée jsuqu’à une 10ème et dernière saison. Malgré une baisse de régime, la série conserve toute sa magie. Et lorsque le final est diffusé en 2004, il constitue la 4è audience de show télévisé (les trois premiers dans l’ordre étant MASH, Cheers, et Seinfeld). Le spin-off sur Joey ne sera pas une réussite, et depuis les rumeurs vont bon train sur un épisode spécial, voire un film, mais une page est tournée.

Désormais culte, la série continue d’être diffusée partout dans le monde.

C’est là qu’on se rend compte qu’il est très dur de parler d’une série auquelle on est attaché sentimentalement. Grâce à tous ces moments forts, drôles, émouvants, elle fait partie des meilleurs moments de ma vie de téléphile, tout simplement. Et je souhaite à tout le monde de découvrir un jour une série remplie de singe, de canards, de bébés qui restent dans le bus, d’échanges d’appartement, de secrets entre amis, de pantalon en cuir trop serré, de nudiste, de coupe Geller, de Gunther, de « 7 – 7 – 7 ! », de piqûre de méduse, de crâne sexy, de demandes en mariage, de divorces, d’histoire de premier baiser dans le noir, … « oh my eyes, ! my eyes ! ».

Upfronts 2010 : ma sélection

Il est toujours hasardeux de faire des pronostics sur la base de trailers, de pitchs, de casting ou de réalisateurs. Mais quand on est fan de séries, ça fait partie du plaisir, de se dire que peut-être cette série-ci ou cette série-là sera une de mes grandes joies télévisuelles la saison prochaine.

Je ne vais donc pas vous parler des upfronts en totalité, mais juste de ce qui est susceptible de m’intéresser. Je suis prêt à me renier la saison prochaine, ne vous inquiétez pas.

On commence avec la CW, qui nous offrira un remake de Nikita, avec Maggie Q. Pour ceux qui ont vu Naked Weapon, je pense qu’il y a là de quoi fantasmer un peu sur une série d’action sexy. Et puis il y a aussi Shane West (Once and Again), un acteur que j’aime beaucoup, et Melinda Clarke (The OC), Xander Berkeley (24). Évidemment il faut relativiser, on est sur la CW, comme le prouve ce trailer mal monté. Mais peut-être aura-t-on une belle surprise ?

On continue avec ABC, qui nous offre une comédie avec Matthew Perry, qui incarne le manager quadragénaire d’une arène sportive. Ça s’appelle Mr Sunshine, et on y trouve également la talentueuse Allison Janney (The West Wing) et la jolie Andrea Anders (Better Off Ted). Le trailer donne un aperçu du potentiel comique, mais comme toujours difficile de juger. A tester, donc.

Sur ABC toujours : Happy endings semble être une comédie plus conventionnelle sur un groupe d’amis de longue date qui a vécu dernièrement la séparation d’un de leur couple. Les gags ont l’air vus et revus, mais je trouve que ça reste sympathique. On y retrouve notamment Elisha Cuthbert (24) et Eliza Coupe (Scrubs).

Du côté drama, chez ABC, je retiens 2 nouveautés. La première ne surprendra personne, No ordinary Family semble être la série qui fait le plus de buzz actuellement. Mais je tempère cet enthousiasme, parce que si le cast est plus qu’alléchant (Michael Chiklis (The Shield), Julie Benz (Buffy,Angel, Dexter), Autumn Reeser (The OC)), je trouve malheureux qu’on nous raconte encore une histoire de super-héros qui découvrent des pouvoirs, qui vont devoir se cacher et qui vont lutter contre le crime. Tout ça dans l’objectif de nous montrer avant tout des effets spéciaux (d’après la bande-annonce en tous cas). (Peut-être que The Cape, une autre série de super-héros sur NBC, sera meilleure, mais la bande annonce ne donne pas du tout envie, malgré la présence de Summer Glau)

Enfin, je retiens aussi Off The Map. Soyons clairs, j’ai pas adhéré à Private Practice. Alors quand Shonda Rhimes (Grey’s Anatomy) nous a proposé encore une nouvelle série médicale, j’étais un peu circonspect. Mais la présence de l’excellente Caroline Dhavernas (Wonderfalls) a suffi à me redonner de l’intérêt. Et le reste du cast n’est pas mal non plus : Jason George (what about Brian), Enrique Murciano (Without a trace). Reste à voir si transporter de jeunes médecins dans la jungle au milieu de nulle part a un véritable intérêt scénaristique.

Du côté de NBC, je retiens également la série comique Friends with Benefits. Oui, je sais encore une série sur des amis qui ont couché, couchent, ou coucheront ensemble. Il n’empêche, la série a du potentiel : l’extraordinaire Ryan Hansen (Veronica Mars, Party Down), Danneel Harris (One Tree Hill), et aussi Fran Kranz qui retrouve un joli rôle après sa révélation dans Dollhouse. Et quand on sait qu’il y a derrière tout cela les personnes à l’origine d’Arrested Development et du film 500 Days of Summer, il y a de quoi être curieux.

Toujours au rayon des séries comiques, Outsourced nous promet une fois encore le décalage entre une société occidentale et orientale. Ca a l’air assez drôle, et rafraichissant. A voir sur la longueur, évidemment, en espérant qu’on ne tombe pas dans une déferlante de clichés. Mais le pitch de base est vraiment intéressant : un américain est obligé d’aller en Inde pour diriger une équipe dans un Call-Center. Il est juste dommage que l’acteur principal soit un peu transparent, mais ça n’est qu’une première impression, bien sûr. En tous cas j’ai hâte de voir le résultat. La série bénéficie d’un bon buzz pour l’instant.

Du côté drama, la série que j’attends le plus cette saison est The Event. Jason Ritter au coeur d’un complot gouvernemental, ça me botte bien. Bien sûr rien de bien original sur le fond, mais j’adore Jason Ritter, génial dans tous ses rôles (Joan of Arcadia, The Class, Parenthood). Et puis les séries feuilletonnantes se font de plus en plus rares. La bande-annonce est particulièrement soignée et efficace. Vous rajoutez à cela Laura Innes (ER), un Scott Patterson méconnaissable (Gilmore Girls), Zeljko Ivanek (Heroes)… Je suis impatient de voir ça.

Enfin, alors que les rumeurs d’un remake d’Alias non feuilletonnant font grand bruit, JJ Abrams propose sur NBC Undercovers un cocktail à la Mr & Mrs Smith. Une série d’action-espionnage autour d’un couple d’espions qui assument vouloir le grand frisson. Des inconnus en tête du casting, des explosions, en bref, du savoir-faire. J’espère que Chuck n’a pas du souci à se faire.

Passons maintenant à la Fox, qui pour le coup, n’a que des séries comiques qui m’intéressent.

Vous y avez cru ? Mais non ! Bien sûr, Ride Along le nouveau drama de Shawn Ryan (The Shield) figure en tête de liste de mes priorités. Avec un tel savoir-faire aux commandes, on se dit qu’on ne peut pas être déçu, même si la bande-annonce n’en montre pas trop. Et puis Jennifer Beals (Flashdance) à la tête de la police, voilà de quoi être curieux.

J’en arrive maintenant aux comédies de la FOX :

Raising Hope est en quelque sorte la résurrection de My Name is Earl. Normal, avec Greg Garcia aux commandes. On y retrouve le même humour un rien redneck et trash, le même genre de caractères, dans une histoire sur un père qui doit s’occuper de son bébé tout seul… et à l’aide de sa famille pas très coopérative. Ca me fait très plaisir de voir Garrett Dillahunt dans un rôle à contre-emploi (il m’avait épaté dans Terminator : the sarah connor chronicles), et de revoir Shannon Woodward (the Riches). La bande-annonce parle d’elle-même :  c’est vraiment très drôle, mais ils risquent de mettre les services sociaux et les associations familiales en colère.

Enfin, dernière série à avoir attiré mon attention sur la FOX : Running Wilde. Forcément, c’est écrit Arrested Development en gros, je ne pouvais passer à côté. L’excellent Will Arnett incarne un riche playboy qui tombe amoureux d’une alter-mondialiste , jouée par Keri Russell (Felicity). Si sur le papier ça semble très bon, je trouve que le trailer qui a été diffusé ne montre pas beaucoup d’alchimie entre les deux protagonistes. Difficile d’intégrer Will Arnett tant son jeu est « à part ». Mais nous verrons bien, ça peut être une des surprises de la saison.

Pour terminer, un petit tour du côté de CBS :

Même si Bleep my dad says bénéficie de beaucoup de buzz avec cette histoire inspirée d’un compte Twitter, j’ai trouvé ça trop plat pour me donner envie de regarder, William Shatner ou non. Enfin, alors que Chuck Lorre est aux commandes, je m’attendais à un meilleur « Mike and Molly » dont la preview n’est pas du tout drôle.

Du coup, la seule nouveauté un tant soit peu attirante est le remake d’Hawai police d’Etat : Hawaii Five O. Je sais, remake + Alex O’ Loughlin, ça donne de quoi avoir peur. Mais la bande annonce est particulièrement efficace. Si, si, vous n’avez pas l’air d’y croire, j’étais moi-même circonspect, mais ça l’air d’être de bonne tenue : Et puis j’aime beaucoup Daniel Dae Kim (Lost) et Grace Park, (Battlestar Galactica) donc je ne pense pas les louper.

Au final, mes 5 plus grandes attentes seraient donc The Event, Off The Map, No ordinary family, Undercovers, Ride Along. Mais si ça se trouve, j’ai écarté dans cette sélection une série qui va me faire chavirer. Suspense !