Jang Ok Jung Living in Love [Pilote – Corée]

jang ok jung living in love

Je l’avoue, j’étais dubitatif face au projet de réinventer l’histoire de la fameuse Jang Hee Bin (opposée à la reine In Hyun). Faire de Jang ok Jung (future Jang Hee Bin) une créatrice de mode n’était pas vraiment ce que j’attendais d’un sageuk. Et je craignais vraiment que Kim Tae Hee (My Princess) allait détourner le récit en une parade de costumes.

jang ok jung live in love

Les premières minutes montrent notre héroïne faisant son show comme toute créatrice de mode moderne, versant ainsi dans un maladroit anachronisme. Mais les costumes, le soin apporté aux détails furent un vrai plaisir pour les yeux. Il fallait vraiment mettre la barre plus haut en matière de costumes, d’accessoires et de coiffures, et le drama remporte haut la main son défi. Pour quelqu’un comme moi pas du tout attiré par la mode, la performance est de taille.

jang ok jung kim tae hee

Ce préambule, heureusement, masque la complexité de l’intrigue à venir. Jang Ok Jung est une fille de servante, et considérée comme telle par les nobles, malgré sa liberté acquise par son père. Elle a beau avoir un don pour rendre les femmes élégantes, elle suscite encore les foudres de la personne qui « détient » sa mère, et qui l’empêche donc de la « racheter ».

jang ok jung yoo ah in kim tae hee

C’est son oncle qui complote derrière tout ça. Homme de moyenne classe, il rêve d’avoir une descendance sur le trône. N’ayant pu réussir avec sa fille décédée, il veut donc propulser sa nièce Jang Ok Jung auprès du prince héritier. Et par un habile coup du sort, c’est ce qui va se produire. Alors que le ministre de la guerre et sa fille essayent d’organiser une mise en scène visant à faire intervenir le prince héritier, une substitution entre deux courriers va changer la donne. C’est un autre homme, tombeur de ces dames, de surcroit qui se rend à destination, croyant avoir rendez-vous pour avoir de nouveaux vêtements. Tandis que le vrai prince héritier rencontre Jang Ok Jung, laquelle est chargée d’habiller un homme.

Or le destin qui va unir ces deux derniers n’en est pas à son coup d’essai. Il va falloir revenir 7 ans en arrière pour le comprendre.

jang ok jung young

Les épisodes suivants, dans la grande tradition des sageuks, vont donc nous raconter l’enfance de nos protagonistes. On va donc voir comment Jang Ok Jung, poursuivie par les chasseurs d’esclaves, a quitté son frère et vu son père mourir. Et on voit également comment son oncle perd sa fille, qu’il avait chargé de séduire le prince, et qui a finalement craqué sur le second prince héritier.

jang ok jung young prince

L’aspect politique de la série n’est pas mis en retrait, et cela renforce les bonnes impressions. D’une part parce qu’on nous parle de l’alliance avec la dynastie Qin, source de conflits, mais aussi d’une caste de conseillers déchirés entre différents partis, et profitant d’un système corrompu (on parlera beaucoup de la taxation des commerces du marché, par exemple). Tout cela sans compter évidemment, la promesse de l’accession au trône de la reine In Hyun.

jang ok jung young love

L’enfance de Jang Ok Jung et du prince héritier prend un tournant particulièrement touchant, drôle et romantique dans le second épisode. On y voit davantage les caractères de chacun s’affirmer. Entre la naissance d’une conception politique (et de son autorité bafouée) pour le prince, et le travail dans la mode pour Jang Ok Jung. J’aime surtout voir la fébrilité du prince, entre ses premiers émois, son courage qui dépasse ses actes, il n’est jamais présenté comme un garçon imbu de lui-même.

jang ok jung uncle

L’ennui, c’est que les ressorts scénaristiques employés ne sortent pas vraiment de l’ordinaire, comme la jalousie d’une amie de Jang Ok Jung qui finit par causer de graves problèmes, ou le prince qui se balade incognito auprès d’un peuple dont il comprend les aspirations. Pour contrecarrer ces impressions, le drama fait appel à une multitude de personnages secondaires, au point de parfois s’y perdre. Mais au moins le « méchant de la série » a un background particulièrement étoffé, à défaut d’être plus ambigu. La série essaye de masquer son manichéisme, et n’y parvient pas souvent.

On sent que la série a du potentiel, en mixant les approches. Chaque point soulevé était plutôt intéressant, j’aurai juste souhaité une narration un peu plus fluide, car les flashbacks dans les flashbacks peuvent faire perdre le fil. Il en résulte parfois un sentiment de brouillon, comme si la série voulait tout aborder à la fois. Tout est là, il faut juste donner une direction maintenant, et s’y tenir.

Bien mieux qu’escomptée, la série est pas loin de me convaincre. Et sans la concurrence féroce de Cruel Palace, je m’y serai bien laissé tenter. A surveiller, donc.

feu_clignotant1

Publicités

[Pilote] My Princess

La Corée a décidément la nostalgie de la monarchie. Après l’uchronie Goong (Princess Hours), qui soumettait l’idée qu’une famille impériale existait toujours dans ce pays, voilà que l’imagination des scénaristes nous conduit à reconstruire l’histoire, en inventant un descendant au dernier empereur Sunjong. (Ce dernier est en réalité mort sous résidence surveillée japonaise en 1924).

Que voulez-vous, les princes et les princesses font encore rêver.

Ce drama est donc l’histoire d’une jeune femme, Lee Seol, qui découvre qu’elle est une princesse. Mais avant d’en venir là, les deux premiers épisodes vont passer pas mal de temps à nous montrer les relations de chacun des protagonistes. Lee Seol est une enfant adoptée, qui a une sœur adoptée également. Elle est étudiante en archéologie, mais son sujet d’études n’est pas l’histoire de l’Empire Coréen, non, elle préfère nettement rêvasser en contemplant son professeur. Ah, son grand rêve est de partir en Egypte pour lui déclarer sa flamme. En attendant, il faut qu’elle trouve de l’argent, et c’est pas facile tous les jours. Elle croise donc un diplomate, Park Hae Young… Ce qu’elle ignore, c’est que Park Hae Young est le petit-fils du grand groupe  industriel Daehan. Ce qu’il ignore, c’est que son grand-père cache un secret qui fait de Lee Seol la descendante de l’empire…

Vous rajoutez à ce petit monde la méchante du carré amoureux, et vous pouvez aisément deviner la suite. En effet, les histoires et les situations sont on ne peut plus conventionnelles, au point que la recette a du mal à prendre.

Ce qui frappe, en revanche, c’est l’absence d’exagération ou de caricature des personnages. Nous ne sommes pas pour autant dans un drama plus adulte ou réaliste, mais plutôt dans une comédie romantique qui ne s’appesantit pas trop sur ses effets. L’héroïne n’est pas toujours aussi superficielle et gamine que la plupart des autres dramas, le héros n’est pas non plus un sombre crétin qui lui en veut personnellement. Une comédie mignonne, mais sans plus.

L’ennui, c’est que justement, sans ce dosage comique ou romantique appuyé, les deux premiers épisodes sont un peu trop fades. Oui, je sais, je ne suis jamais content, mais le fait est que je leur trouve un manque de personnalité. Et finalement j’ai eu du mal à m’attacher à l’histoire. Tout cela fait bien trop convenu pour qu’on ne pense pas qu’aux clichés du scénario, et c’est sans doute ce qui m’empêche d’apprécier. Seule l’intrigue sur l’origine de la princesse était suffisamment intéressante pour me donner envie de continuer. Une fois le mystère totalement dissipé, il va falloir s’en remettre aux promesses de l’histoire : le diplomate et la princesse. Il est bien trop tôt pour savoir si je serai ému par leur romance, mais en l’état je trouve qu’il leur  manque une certaine sensibilité. Bref, je ne me sens pas impliqué. Même si quelques clins d’œils peuvent aider (Hoot de SNSD, le film Vacances Romaines avec Audrey Hepburn, qui raconte justement l’histoire d’une princesse).

Je n’ai pourtant pas grand chose à reprocher aux acteurs. Kim Tae Hae (Iris) est sympathique et s’en sort mieux que prévu malgré ses lacunes dans son jeu, et Song Seun Hun (Autumn Tale) reste charismatique (certaines scènes devraient d’ailleurs particulièrement marquer les téléspectatrices). Leur duo fonctionne bien, mais il manque ce petit plus qui donne envie de revenir. C’est malheureusement le cas de beaucoup de dramas coréens, c’est le ressenti sur les personnages et les acteurs qui prime.

En conclusion, même si le sujet aurait pu être intéressant, le pilote ne s’aventure pas suffisamment pour qu’on s’attache à ce duo un peu fade. Sans être pessimiste, le carré amoureux s’avère également trop classique. Reste la promesse de l’exploitation du thème de la monarchie coréenne… J’ai conscience que je suis sévère, mais ça sera probablement sans moi.

Nouvelle sélection des dramas coréens à venir (fin 2010-début 2011)

Il était temps de faire une nouvelle sélection des nouveaux dramas coréens qui s’apprêtent à envahir le petit écran. Comme vous les savez sûrement, il n’y a pas de saison particulière en Corée du Sud, les séries se succèdent indéfiniment. L’occasion pour moi de faire une petite mise au point.

Par rapport à la sélection précédente, beaucoup de choses ont changé. Je ne veux pas parler des nombreuses déceptions (souvent proportionnelles au buzz), mais de certaines séries qui ont été reportées/modifiées.

Ainsi, depuis le décès de Park Yong Ha, le drama Love Song est en hiatus. La comédienne Yoon Eun Hye étudie certaines propositions de films comme my black minidress en attendant. Je croise les doigts pour que le drama arrive enfin en production, j’attends toujours les dramas de Yoon Eun Hye avec impatience. Rappelons que la série est inspirée du film hongkongais Comrades almost a love story, un film de 1996 avec Maggie Cheung qui narre une histoire sur 10 ans.

What’s up, l’une des 3 séries musicales à venir, est désormais prévue pour 2011 sans date précise. Si vous pensez à Fame en regardant un des premiers trailers, c’est normal. Je ne suis pas forcément très friand du genre, mais pourquoi pas. Im Joo Hwan (boys over flowers) a ses fans. Mais pour moi le casting a deux arguments : Oh Man Suk, qui m’était très sympathique dans Vineyard man, incarnerait l’un des profs, et Im Joo Eun (Soul, Mae Ri Dae Gu’s attack and defense battle) l’une des élèves. Et pour ceux qui aiment la K-Pop, vous apprécierez peut-être la présence de Daesung.

The Musical, qui comme son nom l’indique est une autre série musicale, a également été repoussée à 2011. La désormais convoitée Gu Hye Sun (Boys over flowers) faisant partie du casting, ainsi que le surprenant Park ki woong (Story of a man), voilà peut-être un projet intéressant.

Mais assez parlé des modifications, passons aux nouveautés. A noter que dans la liste qui suit, j’ai volontairement omis les dramas courts et épisodes spéciaux comme what do you really want.

Au rayon des séries à venir, j’en profite pour présenter le troisième projet musical : Dream High. Produit  en partie par la boite de Bae Yong Joon, cet autre série qui s’inspire de Fame mettra davantage de vrais talents musicaux devant les écrans. Un pari ambitieux, puisqu’un musicien ou un chanteur n’est pas forcément un bon acteur. C’est prévu pour Janvier 2011, il est donc fort probable que Dream High soit la première des 3 séries musicales à être diffusée.

La sélection est particulièrement difficile, puisque peu de projets se détachent vraiment, que ce soit par un casting attractif ou une histoire innovante, ou à défaut, intéressante.

Parmi les séries d’action à venir, évidemment, en attendant un probable Iris 2 pour fin 2011, on pense de suite à Athena goddess of war qui devrait arriver d’ici quelques jours devant les écrans. Le spin-off d’Iris bénéficie depuis plusieurs mois d’une campagne publicitaire imposante. A noter d’ailleurs, en parlant d’Iris que la série se prolonge désormais par un film (Iris : the movie) qui pourrait venir en Europe. Athena, tout comme Iris, bénéficie d’un casting de premier choix. Nul ne peut contester le charisme de Jung woo Sung, (A moment to remember, Le bon la brute et le cinglé), un de mes acteurs coréens préférés. Il incarnera sans nul doute un parfait agent du contre-terrorisme, chargé d’éliminer la menace qui pèse sur la Corée du Sud : le groupe Athena qui enlève également la fille du président. Le reste du casting est impeccable : je pense notamment à Soo Ae qui était impressionnante dans le film A family, et à Lee Ji Ah reconnue depuis The Legend. Reste à voir si l’actualité dramatique en Corée du Sud ne va pas mettre un frein à la diffusion du drama.

Poseidon commence aussi à faire du bruit. Même si le doute persiste sur son contenu comique, cette histoire devrait avoir son lot de scènes d’action. Le pitch ? L’équipe de garde-côtes Poseidon est chargée de lutter contre le terrorisme. Le point fort du cast est certainement le talentueux Kim Kang Woo (Story of a man). Verdict en 2011.

Autre série d’action, mais située dans le passé, Yaksha, sur le papier, emprunte beaucoup à Gladiator. C’est l’histoire d’un ami d’enfance du roi, loyal à celui-ci. Suite à la trahison de son frère, le voilà devenu esclave puis gladiateur et rêve de vengeance. La série dispose d’un bon budget, passe sur OCN, ce qui est plutôt de bonne augure. Yaksha débute début décembre.

A noter également que le film d’action et blockbuster Jeon Woo chi devrait faire l’objet d’une adaptation en drama l’année prochaine. L’histoire d’un jeune homme qui, en avalant une perle d’un gumiho, obtient des pouvoirs et devient un héros, protégeant les faibles.

Autre projet ambitieux, qui fait déjà beaucoup parler de lui, c’est évidemment City Hunter. Adapté du manga du même nom, ce drama permettra à Lee Min Ho (Boys over flowers, Personal taste) d’endosser le rôle du détective Ryo Saeba, qui ne combattra plus le crime à Tokyo mais … à Seoul évidemment. Les fans commencent déjà à fantasmer, mais il va falloir patienter.

Il faut croire que les adaptations de mangas sont à la mode, puisque celui de Kaiji Kawaguchi, Eagle, va donner un drama intitulé tout simplement President. Avec des acteurs autour de la cinquantaine, c’est sûr, le drama ne va pas faire des étincelles auprès des ados. Pourtant cette histoire mêlant vie privée et professionnelle du président peut donner quelque chose d’intéressant. A noter que dans un second rôle on trouve Byun Hee Bon, un abonné des rôles de grand-père (My Girl, le film The Host, God of Study, My Girlfriend is a gumiho). Ca arrive devant les écrans début décembre.

Tiens, en parlant des ados, le drama Birdy Buddy, ne m’inspire guère. Déjà à la base j’ai du mal avec les histoires de réussite autour du sport, mais une histoire autour d’une fille de la province qui devient championne de golf, très peu pour moi . Et puis il faut bien le dire, le casting ne m’attire pas du tout. Désolé pour les amoureux de ce sport. Il n’y a guère que Lee Da Hee qui est susceptible de m’intéresser, même s’il peut y avoir de bonnes surprises parmi les nouveaux venus. Ca devrait sortir au mieux fin de l’année, au pire début de l’année prochaine. EDIT 6/12/10 : Le drama n’arrivera pas devant les écrans, par décision de MBC.

Le cas de Paradise Ranch est plus ambigu.  Vous allez me dire que je me fais avoir avec des descriptions comme « lumineux, avec de très belles musiques », ou à cause de son cadre (l’île de Jeju), mais en fait c’est davantage une question de pitch. J’aime beaucoup les histoires de couples divorcés qui doivent gérer le résidu de leurs liens affectifs (Alone in love). Je croise les doigts, le script vient du scénariste de Coffee Prince. vous me direz que le scénario de Coffee Prince n’était pas extraordinaire. Si, justement, il a compris que parfois en arrêtant de se fourvoyer dans des carrés amoureux ça peut radicalement changer l’atmosphère d’un drama. D’un autre côté, il faut aussi se rendre à l’évidence : mis à part un des acteurs qui a joué dans My wife got married, les autres acteurs sont soit peu expérimentés soit viennent du monde de la K-Pop, ce qui n’est pas très rassurant. Le drama aurait du sortir depuis longtemps, mais il a pris du retard (l’acteur principal devant prendre des cours !) et devrait enfin sortir en Janvier. Gloups.

Il arrive aussi parfois que le casting soit un peu plus intéressant mais que le pitch ne m’attire pas du tout. Par exemple, le drama Sign a pour lui des acteurs expérimentés (avec notamment l’actrice de 200 Pounds beauty), mais non ça ne m’intéresse pas plus que ça de voir une série médico-légale coréenne. On est pas à l’abri de surprises, cependant. Les coréens savent très bien mixer les genres pour en faire quelque chose de très éloigné de ce à quoi on aurait pu s’attendre. Vu les premières photo, en tous cas, ça l’air un peu sombre. Réponse début Janvier.

My Princess suscite beaucoup plus d’intérêt : le réalisateur de Pasta, le scénariste de Secret Garden, le retour de l’acteur d’Autumn Tale (Song Seun Hun), l’actrice d’Iris (Kim Tae Hee).. Ca sent le savoir-faire, et puis même si le pitch est ridicule (une étudiante devient princesse en une nuit), ça a au moins le mérite d’attirer la curiosité. En espérant que ce ne soit pas un Goong-like, bien sûr. Mais j’ai vraiment envie de voir ce que ça peut donner. Ça devrait arriver en Janvier.

Il m’est bien difficile de juger ce que pourrait donner Midas. Ok, le drama se situe dans les milieux financiers. Le casting réunit deux stars : Jang Hyuk (connu pour son rôle dans le film Windstruck), et Lee Min Jung (connue pour le fameux remake moderne de Cyrano de Bergerac :  Cyrano Agency). Mais pour le reste, il va falloir attendre d’autres informations sur le ton du drama, prévu pour le printemps.

Un autre drama est en train de faire le buzz : Faith. Un drama historique au budget de 2,5 millions de dollars, filmé en 3D. Je ne suis pas, comme vous le savez peut-être, un fan des reconstitutions historiques. Mais son approche sur la médecine orientale de la période Goreyo (approximativement dans les années 1000-1400) m’intéresse beaucoup. L’histoire de la médecine, qui mêle croyance et savoir millénaire, est passionnante. (Ça explique d’ailleurs en partie pourquoi j’avais aimé le drama japonais Jin). Faith a bien d’autres atouts dans sa manche : le très populaire Kang Ji Hwan (Coffee House), le retour de la vétérane Kim Hee Sun (Smile Again), le tombeur de filles Lee Philip (The Legend, Story of a man, Secret Garden) accompagné d’ un autre acteur de The Legend, Choi Min Soo. Oui, je connais déjà certaines personnes pour qui ce drama sera immanquable. Et sauf surprise, je compte bien replonger dans les dramas historiques avec Faith, l’occasion est trop belle. Pas de date précise pour le moment.

Autre drama historique, A tree with deep roots, basé sur le livre écrit par le même auteur que Painter of the Wind, se situe au 15è siècle, début de l’écriture moderne coréenne. Une histoire de conspiration et de meurtres qui devrait ravir les fans du genre. Le drama ne sera probablement pas diffusé avant ce printemps.

Enfin, un autre drama historique est en préparation, basé sur le mythe fondateur de Baekje (région ouest de la péninsule) avec les deux fils du roi, Onjo et Biryu. (d’où le nom du drama Onjo Biryu, évidemment). Baekje est un royaume qui se développa pendant la fameuse période des trois royaumes (premiers siècles après J.C.).Date de sortie inconnue pour le moment

Peu d’informations circulent à propos de To the Emperor/For emperor, à part le fait qu’il pourrait réunir Lee Min Jung (Midas), et Lee Seo Jin (soul).

Il est également encore un peu tôt pour parler de Love Hurt and showers puisque l’acteur principal n’a pas encore été choisi. Le concept est également des plus vagues : une famille entre amour et douleur. Han Ji Min (All In) incarnerait la fille aînée.

A noter que j’ignore où en est le projet Could it be fruit candy/Perhaps fruit Candy qui devrait réunir la jeune beauté Go Ah Ra et Jin Tae Hyun, deux acteurs que je connais assez mal. Le drama a l’air d’être sans cesse repoussé.

Ceci n’est évidemment qu’une liste d’impressions totalement subjectives, et je me fourvoie assez souvent dans les résultats, mais, c’est ce qui fait le charme de l’exercice. Les previews de dramas coréens sont très difficiles, les pitchs ne donnant aucune indication sur l’alchimie des acteurs, le rythme, le ton, l’humour, l’ambiance générale, autant de points déterminants dans l’appréciation d’un drama coréen.

En résumé, mes plus fortes attentes sont : Love Song, Athena, City Hunter, Paradise Ranch (en croisant très fort les doigts), My Princess, Faith

Et pour vous ?

Note modifiée en avril 2011 : Pour une sélection du printemps 2011, vous pouvez vous rendre ici.