Sélection de dramas coréens à venir (printemps 2011)

Il était temps que je refasse une sélection, histoire d’y voir un peu plus clair parmi les nombreux dramas à venir. Ce coup-ci, ma présentation respectera un semblant d’ordre chronologique…

Comme souvent, ce sont les castings qui déterminent en grande partie l’attrait de la série, ne vous fiez donc pas trop aux pitchs qui manquent d’originalité.

A noter que je compte vous parler prochainement de Manny, la série de TvN, qui vient de débuter. L’histoire d’une nanny, qui est un homme (man + nanny = manny). Je suis curieux de voir le résultat, les premières critiques semblent plutôt bonnes. Dès que possible, le pilote sera critiqué ici.

The Greatest Love (MBC, 4 mai) : anciennement nommé the discovery of affection, ce nouveau drama des sœurs Hong devrait nous plonger dans l’univers d’un groupe de musique au sommet de leur talent, avec une chanteuse qui prétend être dans une relation avec une autre star. Le casting est intriguant, puisqu’il réunit Cha Seung Won (City Hall, Athena) et Gong Hyo Jin (Pasta). On devrait y trouver la colocataire d’Ha Ji Won dans Secret Garden, Yoo In Na, ainsi qu’une ex-chanteuse du groupe Baby V.O.X  (dont est issue Yoon Eun Hye), Lee Hee Jin. Les dramas des sœurs Hong font souvent des hits (cf. You’re Beautiful), ce drama est donc à surveiller de très près.

Baby-faced beauty signera le grand retour de Jang Nara après tant d’années passées en Chine. Ce drama sera diffusé sur KBS le 2 Mai et racontera l’histoire d’une trentenaire qui paraît très jeune, et qui se retrouve embauchée dans une société de design de vêtements. Pas de quoi être emballé…

KBS prévoit de diffuser le 8 Mai le mini drama (4 épisodes) Perfect spy ou l’histoire d’un homme que l’on prend à tort pour un espion et un meurtrier. Le casting ne me dit rien du tout, mais on n’est pas à l’abri de bonnes surprises dans ce genre de projets. En effet, si ça peut se rapprocher de la qualité de certains drama special de KBS, ça peut tout de même se révéler intéressant.

Romance Town (ex Maids) prévu pour le 11 Mai sur KBS parle d’une domestique fière et travailleuse. Ce n’est évidemment pas sur l’histoire qu’il va falloir se pencher, mais davantage sur le cast, avec Sung Yu Ri (Hong Gil Dong) et notamment Kim Min Joon (Someday).

Mais le véritable évènement de ce mois de Mai sera sans conteste le drama Lie To Me (à ne pas confondre avec la série américaine du même nom), qui devra arriver le 9 Mai sur SBS. Avec de tels acteurs, impossible de lui dire non. Yoon Eun Hye (Coffee Prince) revient enfin à la télévision et Kang Ji Hwan (Coffee House) sera son partenaire. Yoon Eun Hye incarnera une jeune femme qui prétend être mariée avec lui. Je croise les doigts pour une comédie romantique à la hauteur de leurs talents !

Je passe sur les dramas de plus de 100 épisodes comme the women of our home (kbs) ou while you were sleeping (sbs)…

L’autre drama attendu avec fébrilité est prévu pour le 25 Mai sur SBS, c’est City Hunter. Oui, vous ne rêvez pas, j’en avais déjà parlé lors de ma précédente sélection, c’est bien l’adaptation « live » du célèbre manga. Ryô Saeba (« traduit » par Nicky Larson en français) sera interprété par Lee Min Ho (Personal Taste, Boys over Flowers). Les fausses affiches – en attendant la vraie – pullulent sur le net, j’en ai mis une que j’aime beaucoup. Lee Min Ho aura pour partenaire Park Min Young qui a pris du galon depuis Sungkyunkwan Scandal. Les premières photos de tournage montrent le héros à dos … d’éléphant !

Peu de choses filtrent pour un autre drama du mois de Mai sur KBS, Sweet Palpitations  (ex Sweet Pitapat). Tout juste sait-on qu’il s’inspirerait du très long drama Glad to love you (où des familles qui se détestent doivent apprendre à vivre ensemble après le mariage de leurs enfants).

Sur MBC le 30 Mai, nous devrions avoir une autre histoire de menteuse, avec Ripley. L’histoire est inspirée du cas réel d’une professeur ayant fait croire qu’elle était diplômée de Yale. Lee Da Hae a le rôle titre. Je n’ai jamais été fan de l’actrice même si j’ai aimé My Girl à l’époque. Non, ce qui m’intéresse, surtout, c’est le retour de Kang Hye Jung (Flowers for my life, Welcome to Dongmakgol, Old Boy). Un an après la naissance de son enfant, elle revient enfin dans le monde des dramas. Bon ce n’est qu’un second rôle, mais c’est mieux que rien. Autre atout du drama, la présence de Micky Yoochun, après son carton dans Sungkyunkwan Scandal.

A côté Miss Ajumma et son histoire de femme divorcée paraît bien plus fade, avec son maigre cast et les premières armes du réalisateur. Pourtant c’est un sujet encore bien trop rare à la télévision coréenne. C’est prévu pour le 30 Mai sur SBS pour les plus curieux et les plus courageux. Pour info, une Ajumma est une femme en âge d’être mariée.

You’ve Fallen for me ( ex Festival), le 29 Juin sur MBC m’intéresse davantage. Certes, c’est encore un drama dans le domaine de la musique, mais il s’agit surtout, semble-t-il,  d’une rencontre amoureuse de deux genres musicaux différents (traditionnel et moderne). Le casting est aussi la réunion de deux acteurs de You’re Beautiful (la sympathique Park Shin Ye et et le fade Jung Yong Hwa) ce qui en fait tout de même un drama à surveiller. C’est pour le 29 juin sur MBC.

Le 30 Juin sera l’occasion de tester la nouvelle série de TvN, I need romance. L’histoire de femmes libérées, à la Sex and the City. Le casting ne me dit pas grand chose, mais si le ton est à la hauteur de son ambition, vu que nous ne sommes pas sur les chaînes traditionnelles, ça peut donner quelque chose.

En Juillet sur SBS nous devrions pouvoir voir un fusion sageuk (un drama historique avec un « jeune » cast, comme Damo). Honorable Baek Dong Soo est issu d’un manhwa (manga coréen). Au programme, donc, arts martiaux et conspiration pendant la période Joseon. Des rumeurs laissent penser que Kim Bum (Boys over flowers) pourrait remporter le premier rôle. De quoi s’assurer une bonne audience ?

Autre sageuk en préparation pour le mois de Juillet sur KBS, King Gwanggaeto the great, qui devrait donc parler de ce personnage historique célèbre roi de goguryeo qui réussit à unifier les 3 royaumes de Corée (en l’an 400 après JC).

Toujours pour le mois de Juillet, le retour d’Han Ye Seul (Tazza, Will it snow at christmas) dans le drama de KBS Spy Myung Wol. Elle y incarnera une espionne nord-coréenne chargée d’enlever une star de l’Hallyu. Mais évidemment, les choses ne sont jamais si simples. Elle va tomber amoureuse… de sa victime. Oui le pitch rappelle un peu le sympathique film Spy Girl, sorti en 2004 avec Kim Jung Hwa (Life is beautiful) et Gong Yoo (Coffee Prince). En fonction du casting du lead in masculin, ça pourrait donc se révéler intéressant. Et pourquoi pas un acteur qui jouerait son propre rôle ? Je croise les doigts.

Prévu désormais pour le 14 septembre sur SBS, Tree with Deep Roots a désormais les scénaristes de Queen Seon Duk. Encore un drama historique, cette fois basé sur le roi Sejong qui inventa l’alphabet coréen moderne. Au programme de l’adaptation de ce bestseller : une sombre histoire de meurtres d’universitaires. On peut raisonnablement penser que le drama sera fastueux comme l’était Queen Seon Duk. D’ailleurs, les chaînes se sont battues pour obtenir le projet, preuve de la confiance dans les capacités des auteurs. Le casting est en cours mais Jang Hyuk (Windstruck) est fortement pressenti. C’est une bonne nouvelle, j’aime beaucoup l’acteur. Peut-être aura-t-il un rôle à la mesure de son talent.

Octobre sera le retour d’ Ha Ji Won, qui décidément n’arrête pas de tourner. Le nom du projet ? Hanbando, ou Korean Peninsula. Tournage prévu cet été pour ce drama à fort budget -9 millions de dollars- qui parle d’une Corée… réunifiée ! S’agit-il d’un univers alternatif ? Décidément les coréens aiment bien modifier le régime politique de leur pays (par exemple, Goong rétablissait une monarchie au pays du matin calme). Le très bon Jang Dong Gun (Taegukgi) sera le président de ce nouvel état et je ne doute pas une seconde de ses capacités, Ha Ji Won sera sa partenaire, et JaeJoong (Sunao ni narenakute) le chef de la National Intelligence Service. On peut déjà prévoir de nombreuses scènes d’action et de coûteux effets spéciaux. Échappera-t-on aux défauts d’autres blockbusters d’action comme Iris ? Espérons-le…

God’s Quizz aura droit à une seconde saison en Octobre. Pour rappel, cette série médico-légale avait été diffusée l’année dernière sur OCN.

Pour le reste, d’autres dramas pré-produits attendent désespérément une date de diffusion. Birdie Buddy, What’s up, The Musical (cf ma dernière sélection) ne réussissent pas à trouver de la place dans les grilles. Une situation pour le moins énervante quand on sait à quel point les deux derniers dramas sont attendus par les fans.

Certaines productions se sont même arrêtées, comme Poseidon à cause des conditions de tournage, mais également à cause du manque de confiance dans le résultat à l’écran. Il est probable que ce drama soit finalement annulé lui aussi car impossible de tourner en « live ».

On attend toujours des nouvelles de Could it be fruit Candy annoncé il y a maintenant 2 ans (!!), ce qui inquiète les fans de Go Ah Ra.

Ca n’avance pas non plus pour le sageuk de MBC, Onjo Biryu, ou la superproduction Jeon Woo Chi – tiré du film et sans diffuseur pour le moment.

Toujours pas de nouvelles du retour d’Han Ji Min (Capital Scandal) devant l’écran pour le drama familial de KBS, Shower, annoncé en fin d’année dernière.

Le sort de Faith est également incertain, après les départ successifs des lead in. (Kang Ji Hwan a finalement rejoint Yoon Eun Hye pour Lie To Me). Le budget de cette série médicale historique est colossal (28 millions de dollars). Le coût serait du essentiellement aux effets spéciaux. J’avoue être curieux de voir si ça se rapproche d’un Jin. Il reste quelques noms pour porter le projet  : le producteur de The Legend, ou Lee Philip. Ce qui n’est pas rien. Mais le tournage aurait du commencer au mois d’Avril et plus rien ne bouge faute de casting. Je crois qu’il vaut mieux ne rien dire de plus pour ne pas transmettre la poisse. En tous cas je sais que cette nouvelle ne fera pas plaisir à quelqu’un…

Entre temps, un nouveau projet a vu le jour : Medical College, qui comme son nom l’indique est un mélodrame dans l’univers des étudiants en médecine. Ce drama marque le retour de la superstar Choi Ji Woo (Winter sonata). On ne sait pas encore quelle chaîne va le diffuser.

Au final,  je retiens 5 dramas vraiment alléchants : Lie To Me (loin devant), The Greatest Love, You’ve fallen for me, Ripley, City Hunter…  De quoi oublier ces derniers mois plutôt décevants ? En tous cas l’incertitude qui plane sur de très nombreux projets n’est pas très rassurante. Sans parler de crise dans le monde des dramas coréens, il y a là matière à réflexion sur le mode de production et de diffusion actuelle, les sommes mises en jeu étant de plus en plus importantes. Doit-on sacrifier le polissage de la série en tournant « live » et en faisant les effets spéciaux à la dernière minute ? Ou risquer le tout pour le tout en produisant entièrement un drama soigné mais qui ne verra peut-être jamais son public ?

EDIT : Pour retrouver une sélection des dramas à venir cet hiver 2011, vous pouvez aller ici.

Publicités

Someday

Qu’il m’aura été difficile de visionner cette série coréenne! Entre les coffrets dvd asiatiques interdits à la vente en Europe, les coffrets pirates qui remanient l’image, le streaming de médiocre qualité et la quête du Saint Graal sur Internet, le remaniement à la main des sous-titres, j’aurai mis plusieurs années pour finir ce drama. Forcément, quand on regarde une série dans ces conditions, le jugement qu’on en a n’est pas le même.

Someday est pourtant une très belle série coréenne. J’aurai voulu qu’elle soit bien plus, elle a frôlé la perfection, mais quelques défauts m’ont gâché la fête. Jamais une série n’aura été pour moi aussi difficile à critiquer.

Sur le fond,  l’histoire est très bien ficelée.  Hana Yamaguchi (Bae Doo Na) vit au Japon, elle a été abandonnée très jeune par ses parents qui ne voulaient pas s’embarrasser de leur enfant pour vivre leur amour. Elevée par sa grand-mère, elle est traumatisée, a peu de contacts avec les autres et se réfugie dans le dessin pour s’exprimer. Pour elle, l’amour n’existe pas, ce n’est qu’un phénomène hormonal. Alors quand on lui demande de dessiner des mangas qui expriment un peu plus d’amour, elle refuse. Elle ne sait pas beaucoup sourire, et elle est traitée comme un « alien ».

Un soir, le balayeur de nuit – qui regardait étrangement sa voisine – tombe foudroyé par une crise cardiaque. Hana surprendra la voisine qui s’enfuit en Corée avec les cendres du balayeur.Elle va ainsi comprendre que derrière cette tragédie se cache une véritable histoire d’amour. A travers cette histoire, c’est son coeur qui va peu à peu s’ouvrir. Pourra-t-elle comprendre ce qu’est l’amour ? Pourra-t-elle pardonner ? Pourra-t-elle aimer ?

Les autres personnages gravitent autour d’Hana. A commencer par le Dr Go Jin Pyo (Kim Min Joon), un psychiatre gérontologue, fan de la dessinatrice, qui croit rencontrer l’amour lorsqu’il croise Hana. En effet, Hana, intriguée par l’histoire de sa voisine, part en Corée et fait appel à Seok Man (Lee Jin Wook, Alone in love) pour la retrouver. S’agit-il vraiment d’une histoire d’amour ? Enfin, dernier membre du carré, Hye young (Oh Yoon Ah, Alone in love) est à la tête d’un pôle de développement dans l’animation et les mangas. Elle prétend être l’amie de Go Jin Pyo, alors qu’elle est secrètement amoureuse de lui.

Tout ceci ressemble fort à un carré amoureux, un classique des séries coréennes. Pour autant, Someday s’en éloigne quelque peu. Ici, pas de coups bas, pas de personnage détestable ou jaloux. De même la série évite autant que possible les schémas habituels des rebondissements tragiques. Nous sommes dans une série beaucoup plus réflexive, à la manière d’Alone in love, elle prend son temps pour dépeindre ses personnages, qui ont un vrai background, une vraie personnalité, des sentiments qui crèvent l’écran.

On pourrait presque parler de série philosophique, puisque nombre de répliques tournent autour de l’amour. Qu’est ce que l’amour ? Someday explore ainsi de très intéressantes pistes de réflexion pour démêler les faux sentiments des vrais,  tant ces personnages semblent perdus. Mieux encore, l’histoire du balayeur et de la voisine japonaise trouve écho dans les vies des personnages, à commencer bien sûr par Hana. Magistral.

Et s’il y a un domaine où la série est encore très forte, c’est pour mettre en scènes ces réflexions, ces histoires. Rappelons-le, Hana est dessinatrice. On verra donc ses sentiments prendre forme à travers le récit dessiné par ses mains. La présence de Seok Man à ses côtés va influer sur son point de vue, et sur son art. Tout ceci est parfaitement mis en scène, touchant, émouvant. De plus, chaque fin d’épisode opère un arrêt sur images puis une transition sur papier.

Si j’insiste sur la mise en scène, c’est qu’elle permet vraiment à l’émotion de décoller. La musique aide beaucoup, d’ailleurs. J’adore le générique, léger, frais, il m’a beaucoup fait penser à Alone in Love pour les tonalités. D’ailleurs le réalisateur de l’un est le producteur de l’autre. Quand aux chansons, je crois que je vais longtemps entendre Boo Hwal chanter The Fog.

Malheureusement, comme je le disais tout à l’heure, si la série a de nombreux moments de grâce, sur d’autres, je l’ai trouvé un peu pénible. C’est évidemment totalement subjectif, je suis apparemment l’un des rares à ressentir ça, mais je tiens à le signaler. Le personnage de Seok Man est par moment trop larmoyant, et ça m’a énervé qu’il ne prenne pas son destin en main. Avait-on besoin d’ un personnage victime pour inspirer autant de compassion ?

De plus, le rythme particulièrement lent de l’histoire fait que l’on a du mal à accrocher avant d’avoir vu 5 ou 6 épisodes. J’avais pas eu ce problème avec Alone In love, qui partage pourtant aussi ce côté feutré.

Evidemment, du côté des acteurs j’étais ravi. Bae Doo Na est encore une fois géniale, même si j’avais hâte qu’elle sorte de ce jeu inexpressif. C’est un peu ça Someday, la récompense ne vient qu’à la fin. Et quelle récompense d’ailleurs, la fin bien que conventionnelle est magnifique.

Au final, bien sûr je conseille ce drama, mais aux amateurs avertis. Ceux qui n’aiment pas prendre le temps, réfléchir, soupirer, souffrir, passez votre chemin.  Pour ceux qui restent, c’est une très belle expérience audiovisuelle, une production de très haute qualité comparable aux meilleurs dramas, mais pas le joyau auquel je m’attendais. Emouvante, mélancolique sans être déprimante, réfléchie, Someday est une pierre précieuse d’émotion brute qui vous marquera longtemps. Elle vous apprendra à mieux reconnaître et apprécier l’amour.

Damo

Il était temps que je parle du premier drama coréen sorti en DVD en France. 2 volumes, pour 14 épisodes en tout. Ce drama historique rempli de scènes d’action était finalement un choix logique quand on sait que pour le grand public, tout ce qui est asiatique est forcément bourré de scènes de kung-fu (J’exagère à peine). Mais c’est bien mal connaître et comprendre la sensibilité du pays du matin calme, qui ne met pour ainsi dire jamais de scènes d’action sans une vraie intensité dramatique.Et puis en plus, c’est pas du kung-fu !

L’histoire ?

1692, Royaume de l’ancienne Corée. Une jeune femme meurt dans de mystérieuses circonstances. Le commandant du bureau de la police Hwangbo Youn envoie la détective Jang Tchaeok enquêter sur les lieux du drame. Au cours de son investigation, la jeune Damo (détective de basse classe) découvre que la victime fut d’abord violée avant d’être assassinée… C’est le début de l’aventure. Le récit explore les relations que Jang Tchaeok entretient avec son chef, et un rebelle qu’elle rencontre au détour d’un combat. On s’aperçoit bien vite que derrière une enquête sur la fausse monnaire se cache une conspiration bien plus importante…

Jang Tchaeok est jouée par la magnifique Ha Ji Won, autre superstar en Corée (par des films comme Haeundae, Love so divine, Sex is Zero, ou Duelist – qui se rapproche un peu de Damo). Son personnage doit non seulement combattre le crime, mais aussi se battre contre le rapport de force homme/femme. La position de la femme dans la société est  évoquée mais fort heureusement pas eu point d’en faire des couches de machisme. Son chef est incarné par Lee Seo Jin (spécialisé dans les dramas horrifiques comme Freeze, Soul), et le rebelle est joué par Kim Min Joon (Someday).

La reconstitution historique est vraiment bien faite, on sent le poids de la culture, de la hiérarchie, de l’honneur. En revanche, au niveau de l’action, je suis malheureusement peut-être un peu trop exigeant, parce que même si la mise en scène se veut ébourrifante, on sent que le réalisateur n’a pas le même talent que Zhang Yimou. On a donc le droit parfois à de violents mouvements sur un zoom, façon « papa tremble avec son camescope ». On sent pourtant de l’ambition, malheureusement pas toujours placée au bon endroit (des accélérés dans des scènes de la vie courante, euh…).

Le récit démarre en présentant ses personnages au travers d’une enquête de police. Et là, on est loin de CSI. Heureusement d’ailleurs, car c’est vraiment intéressant de voir l’opposition entre une enquête scientifique de nos jours, qui montre tout, sans pudeur, et cette enquête dans l’ancienne Corée, obligée de respecter la morte. Dans le cas d’une suspicion de meurtre d’une femme, une autre femme la déshabille (ou plutôt la découvre légèrement), on ne parle pas de sperme mais de traces d’un homme, … Cela n’empêche d’ailleurs pas que l’enquête soit règlée avec inspection des narines, déduction et usage de psychologie.

Comme dans la plupart des dramas coréens assez anciens (ça date de 2003), une large part des épisodes est constitué de scènes développant les histoires de chacun, avec emploi de multiples flashbacks. Ca sert notamment pour mieux comprendre des personnages un peu « froids ». Il faut dire que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’intimité de ces personnages, donc j’ai eu du mal à être « shipper ». Du coup, les scènes larmoyantes me paraissent trop accentuées.

En fait si le drama a un défaut, c’est celui du rythme, car les scènes sont très longues, et l’histoire n’avance pas vite, malgré quelques rebondissements. Il faut tout de même attendre 6 épisodes pour que cela s’améliore, tant au niveau des scènes d’action que de l’intensité dramatique. Le tout se finit par un excellent épisode même s’il était malheureusement prévisible, offrant une première demi-heure de folie niveau action, puis les enjeux sentimentaux reprennent le dessus pour finir en apothéose sanglante.C’est intense de bout en bout, et malgré quelques retournements de situation tarabiscotées pour accentuer la tragédie, l’épisode vaut son pesant de cacahouètes.

A noter que le making of bonus du coffret est très sympa, on sent que les acteurs se sont bien marrés, ça donne un éclairage extrêmement sympathique à la série, et pour tout dire, rehausse encore un peu plus l’avis que j’ai sur la série. 2 millions d’euros pour la série toute entière, avec des scènes d’action de cet ordre, alors que c’est à peu près le budget d’un épisode de série US, qui dit mieux?

Pour terminer sur la question  » alors à conseiller ou pas » ? je suis bien embêté. Car si la sauce a pris et que j’ai aimé la série, c’est en réussissant à faire abstraction de ses défauts (qui sont nombreux). A chacun de voir donc, s’il veut tenter l’expérience. Sachez cependant que Damo a eu un énorme impact en Corée, la beauté de certaines scènes n’y est certainement pas étrangère.

C’est tout de même dommage qu’une telle initiative (sortir un drama coréen en DVD), ne soit pas suivie. Le site Drama Passion assurera-t-il la relève ? J’en doute fortement. (Pour info le site Drama Passion vous permet de regarder gratuitement en streaming les deux premiers épisodes de dramas coréens, avant de passer à la caisse. Mais bon, payer pour du streaming ?)