Faith [Pilote – Corée]

Après le décevant Dr JIN, remake de la série japonaise Jin, voilà que Faith nous propose un autre voyage dans le temps pour un médecin. Au casting, de quoi raviver les passions avec Lee Min Ho (City Hunter).

Faith commence par nous exposer une légende en dessins, celle de Hwata, un homme capable de guérir de tels maux que sa renommée finit par attirer le dirigeant Jojo, qui lui propose de travailler exclusivement pour lui. Or Hwata a conscience qu’il peut aider beaucoup de personnes. En refusant cette offre, Hwata est pourchassé par les sbires de Jojo avant de disparaître en passant à travers une porte magique.

Lorsque cette introduction plutôt plaisante et originale (bien qu’un peu longue) se termine, nous voilà plongé au temps de Goryeo, où, à la manière de The Legend, la magie est encore vivace. Prenez notre héros, le général Choi Young (Lee Min Ho) : il peut maîtriser une sorte d’énergie électrique au bout de ses doigts. Choi Young est chargé d’escorter le retour du roi Gong Min, en exil chez les étrangers de la province de Yuan. Ce roi plutôt calme ramène avec lui sa reine née Yuan, laquelle semble lui en vouloir de l’arracher aux siens.

Ce groupe se réfugie dans une bâtisse avant d’être attaqué. La reine est durement blessée, et semble perdue. C’est alors que le roi charge son général de trouver et ramener le dieu Hwata ou un de ses disciples pour sauver son épouse. La fameuse porte se trouve en effet tout près d’eux, et elle s’illumine temporairement. N’écoutant que son courage, notre général traverse… et se retrouve dans les années 2000.

Le pilote a alors le bon goût d’accentuer la méprise de Choi Young, lequel se croit dans le domaine des dieux. Sa discussion avec un moine est irrésistible, et il finit par croire qu’on le met à l’épreuve. Il arrive enfin à un congrès médical et finit par dénicher une chirurgienne plastique, Yoo Eun Soo (Kim Hee-Sun), qu’il s’empresse de vouloir enlever après avoir vérifié ses compétences. La jeune femme ne comprend absolument pas ce qui lui arrive, ce qui accentue l’effet comique, et après plusieurs péripéties, se retrouve propulsé dans le passé avec Choi Young, lequel lui promet de la ramener une fois la reine sauvée.

Croyant être dans un lieu de tournage, Yoo Eun Soo refuse de soigner la reine, ayant peur de se faire retirer sa licence. Puis elle accepte, et l’opère, provoquant la stupéfaction de son entourage avec ses techniques modernes. Le médecin oriental (Philip Lee) est abasourdi, car il croyait sa magie la plus forte. On verra cependant qu’il n’est pas tout à fait inutile, ce qui permet une meilleure intégration de son personnage.

En sauvant la reine, Yoo Eun Soo suscite bien des convoitises, et le roi hésite lorsqu’il s’agit de la ramener chez elle. Pour notre général, il en va de son honneur, il a promis sur sa vie qu’elle repartirait. Mais les conseillers font obstacle, et la porte disparaît avant que notre chirurgienne puisse la traverser…

Ce qui frappe le début de ce drama, c’est son inconsistance. Il arrive parfois à être convaincant (dans ses moments comiques), mais le manque de soin porté à la réalisation saborde toute la dramaturgie. Le côté épique tant attendu n’est pas une réussite, et on a du mal à s’impliquer devant ce spectacle. Là encore, la série fait pâle figure en comparaison de The Legend, que ce soit les décors, les costumes, ou le soin porté aux effets spéciaux. La musique s’en sort un peu mieux et permet parfois de redonner un peu de souffle à l’aventure, mais le décalage visuel est bien trop frappant. Les scènes d’action, pour tout dire, font un peu pitié.

Lee Min Ho est impeccable et charismatique, comme d’habitude, même s’il lui manque encore un peu de subtilité, il est parfois trop rigide, mais son personnage est destiné à s’ouvrir davantage, donc je ne me fais pas de soucis de ce côté là. Je suis moins emballé par la prestation de Kim Hee Sun, un peu trop fragile alors qu’elle incarne une femme médecin ambitieuse. En revanche le calme et la subtilité dont font preuve le couple royal me laisse penser qu’il y a de belles choses à venir.

Le drama nous propose en effet un complot politique, avec assassinats, et des méchants charismatiques au visuel très manga. Si les choses sont encore floues à ce stade, on sent que la province du Yuan n’a pas l’intention de céder du terrain au Goryeo. J’espère donc quelques rebondissements à venir, car ces deux premiers épisodes ne sont pas vraiment surprenants et peinent à impliquer le téléspectateur dans le destin de ses personnages. Il y a un problème de montage : le mélange sérieux/comédie ne prend pas, et certaines scènes sont bien trop longues, ce qui finit par endormir le téléspectateur. Néanmoins, les échos des personnes qui suivent la série sont plutôt positifs et la série s’améliorerait. Je veux bien laisser le bénéfice du doute, mais ça sera pour plus tard.

Publicités