Empress Ki [Pilote – Corée]

Empress Ki poster

Nouveau sageuk de MBC, d’une durée programmée de 50 épisodes, Empress Ki signe d’abord le retour d’une figure incontestable des rôles féminins d’action : Ha Ji Won. Et à vrai dire, le choix de casting apparait d’autant plus évident que ces deux premiers épisodes mettent largement l’action et les rebondissements au premier plan.

Nous faisons donc la connaissance de notre héroïne qui va devenir l’impératrice Ki. Son enfance est expédiée en 15 minutes, ce qui change des habituels 4 à 8 épisodes de présentation. Ha Ji Won ne souffrira pas de l’ombre de ses consœurs moins âgées. Petite fille, Ki Seung Nyang est capturée avec sa mère (et tant d’autres) pour devenir esclave ou prostituée, et satisfaire ainsi les Yuan (chinois) voisins. Une situation qui ne plait guère au prince héritier de Koryeo (Joo Jin Mo, Bicheonmu) qui décide de les libérer. Hélas, au lieu de réussir à s’échapper, ces femmes sont massacrées une à une. Ki Seung Nyang perd sa mère, qui lui dit avant de mourir que son père, de la famille Ki, est toujours vivant et qu’elle pourra le retrouver via une bague commune.

ha ji won empress ki

Désormais jeune adulte, Seung Nyang renommée SungNyang se fait passer pour un homme. Rompue au tir à l’arc et au combat, elle essaye, avec d’autres brigands, de racheter les jeunes femmes capturées. Et elle semble obéir aux ordres d’un homme machiavélique, qui rêve de prendre la place du prince héritier et de s’asseoir sur le trône…

empress ki ha ji won joo jin mo

C’est ce conflit de succession qui va amener SungNyang à se rapprocher du prince héritier – sans qu’elle connaisse sa vraie identité (un classique). Et une fois le royaume provisoirement sauvé, SungNyang va alors découvrir qui est son père. Elle s’engage comme officier dans les troupes du commandeur Ki, et part escorter le prince Yuan exilé à Koryeo, et que beaucoup de monde voudrait voir mort…

empress ki ha ji won ji chang wook

Ces deux premiers épisodes impriment un rythme rapide, et à vrai dire, plutôt rafraichissant. Les évènements s’enchainent, les mystères sont vite résolus, les liens établis facilement, ce qui fait qu’on a guère le sentiment de s’ennuyer devant un spectacle qui reprend pourtant tous les codes scénaristiques habituels.

empress ki action

C’est propre, efficace, et les moyens alloués sont conséquents. D’une part, les chorégraphies utilisent de manière correcte les ralentis (ce qui n’est pas toujours le cas malheureusement). D’autre part la reconstitution fait appel à suffisamment de figurants pour mieux nous immerger dans l’univers.

On ne passe pas de longues minutes à se morfondre sur la mort de personnages, les flashbacks sont extrêmement raccourcis, bref, on a l’impression d’avoir une histoire écrite avec un seul souci : optimiser le temps d’antenne pour happer le téléspectateur. On retrouve ainsi la patte des responsables d’History of a salaryman qui depuis longtemps cultivent l’art du rebondissement devant la profondeur des personnages.

empress ki ha ji won

Malheureusement, cette façon de raconter l’intrigue n’a pas permis de vraiment nous intéresser aux enjeux. D’ailleurs, quels sont-ils finalement ? On a eu un aperçu du destin de notre héroïne (impératrice) et de sa vie amoureuse, et on sait qu’elle est à la recherche de son père. Mais on a plutôt l’impression d’avoir une intrigue générique qui n’arrive pas à trouver son souffle. Bref, si les évènements sont là, il manque une atmosphère, de l’émotion, et du caractère.

Heureusement la bande originale, et le soin apporté à la réalisation permettent de mieux faire passer la pilule. Mais le rythme devra tôt ou tard fléchir pour permettre un peu plus de place au développement des personnages et des enjeux. La série a un grand atout : elle a le temps. Mais pour avoir envie de faire ce long voyage, il faut avant tout s’impliquer dans le destin de nos personnages. Or les codes sont tellement réutilisés que cet aspect générique et accéléré n’arrive jamais à totalement s’effacer.

Mais les courageux et les fans de l’actrice y trouveront sans doute leur compte.

feu_clignotant1

Publicités