[Ma sélection d’épisodes de Noël] Once and Again 3.10 – Pictures

Noël approchant, je me suis dit qu’une petite sélection de mes épisodes préférés de Noël était une bonne idée. D’ici le jour J, vous aurez donc une dizaine d’épisodes. En espérant vous plonger lentement dans cette délicieuse atmosphère. A noter qu’il n’y a pas de classement, c’est un peu l’envie du moment qui dicte l’ordre de publication.

On commence donc aujourd’hui avec une épisode de la 3ème et dernière saison de Once and Again, qui nous raconte une superbe histoire de Noël. Pour autant ce n’est pas « La petite maison dans la prairie », comme s’en amuse la jeune Grace dans l’épisode. Ce n’est pas non plus l’histoire de la naissance d’un autre Messie, d’ailleurs.

En effet, tout est réuni dans cet épisode qui voit les familles Sammler et Manning passer Noël d’une façon bien particulière. C’est la tempête de neige dehors. Tiffany, l’ex de Jake (lui même ex mari de Lily Manning), est sur le point d’accoucher… dans la maison de Lily. Lily, se retrouve à devoir aider celle qui est la cause de la fin de son mariage, alors que dans le même temps elle se demande si elle ne voudrait pas un enfant avec Rick Sammler. Les enfants Sammler, Jesse et Eli, quant à eux, passent Noël auprès de leur mère Karen, en compagnie de la soeur de Lily, laquelle découvre le fils de son petit ami.

Ce qu’il y a de magnifique dans la série, c’est la façon dont on elle traite les choses de façon si juste que l’épisode ne tombe jamais dans la caricature ou dans la fausse émotion. Dans cet épisode plus que jamais, les personnages sont terriblement humains, c’est à dire que malgré tout l’amour qu’ils peuvent donner autour d’eux, rien n’est jamais simple. La douleur, la jalousie, la rancune, l’égoïsme, l’indifférence, l’immaturité, autant de sentiments qui surgissent par touches légères, successives, à fleur de peau.

Il ne s’agit pas d’une histoire de bons sentiments, même si la volonté de bien faire est au cœur du sujet. La solidarité au moment de Noël en fait un moment parfait. Et si le plan final de l’épisode montre un affichage prônant la paix (« peace »), c’est bien parce que Noël est sensé être une trêve.

L’épisode marie ainsi parfaitement le symbolisme de Noël (la neige, les chants, le repas, le partage) et l’humanité de ses personnages, avec ses défauts et ses qualités.

Encore une fois, je tire mon chapeau devant ces performances d’acteur, qui ne montrent à aucun moment qu’ils jouent. Ils sont leurs personnages, et les moindres sentiments se lisent sur leurs visages, leurs sourires, leurs regards. Impossible de prendre la distance.

Je m’aperçois également que je ne peux regarder cet épisode sans arriver à me projeter, moi aussi. Non seulement à cause de cette  humanité si criante qu’elle en est bouleversante, mais aussi parce que je m’imagine un jour, vivre ces émotions là.

Il s’agit donc pour moi d’un très joli épisode de Noël, qui m’aura particulièrement marqué. Vous devez le savoir maintenant, Once and Again n’est pas ma série préférée pour rien. Ses personnages sont réels, parce que leurs psychologies nous sont proches,  compréhensibles. Ils ne sont pas construits de façon artificielle au gré des évènements, ils ont leur logique de pensée. Et c’est ce qui nous permet de les aimer.

Pour la petite histoire, dans l’épisode, la télé allumée diffuse « It’s a wonderful life« , de Capra, avec James Stewart, magnifique conte de Noël s’il en est. Pas étonnant quand on pense que la société de production du créateur de la série (Ed Zwick) a pris le nom et le logo de la petite bourgade fictionnelle de ce même film (Bedford Falls). Tandis que le générique de fin de production emprunte également l’une de ses chansons (…and dance by the light of the moon).

A chaque fois qu’il neige si fort dehors, je pense à cet épisode.