Bilan de semaine 37

a place to call home 2e04

A place to call home 2.04 Superbe épisode. J’avais déjà beaucoup aimé la relation entre James et Olivia, et ça se confirme dans cet épisode, où l’amour qui les unit n’est pas celui d’un couple. Il y a vraiment un beau travail de fait, et puis l’évocation des « traitements » réservés aux homosexuels fait froid dans le dos. Cerise sur le gâteau, les choses vont bientôt se compliquer pour Anna et Sarah. Je suis ravi de revoir la série sur ses rails.

Crisis 1.10 L’étau se resserre, et l’épisode réussit à donner un peu de suspense. C’est déjà ça. Mais les lycéens qui n’arrêtent pas de se faire manipuler, ça finit par m’énerver. A part du remplissage, quel intérêt, au fond, de les montrer si toutes leurs infos, toutes leurs tentatives se résument par un échec. Autant construire la série que du côté de l’enquête gouvernementale.

Devious Maids 2.07 Un peu déçu. Les intrigues de cette semaine n’étaient pas vraiment folichonnes, et il faut se consoler avec la révélation sur notre maitresse de maison.

Fargo 1.08 Un épisode un peu étrange, qui déroule sa logique, rendant les personnages exactement où on les attend. Un peu trop même. Que ce soit Lester qui devient un autre homme, ou notre policière qui bâtit une nouvelle famille. Même si le charme de la série n’est pas dissipé, l’épisode accuse quand même quelques longueurs…

game of thrones 4e08

Game of Thrones 4.08 Très bonne scène finale, où la tension est à son comble, et même si le twist était un peu trop annoncé, il n’en reste pas moins superbe. Et puis c’est aussi l’épisode où Sansa devient autre chose qu’une pauvre victime. Bref, la série est toujours aussi savoureuse.

in the flesh 2e05

In the Flesh 2.05 Excellent épisode ! On sent que la série a enfin envie de refonder sa mythologie, et les flashbacks sur le passé de Simon étaient à la fois intéressants et émouvants. Et puis surtout je n’avais pas du tout vu venir le twist d’Amy. Le début de saison était mou, mais quel plaisir désormais !

orange is the new black 2e04

Orange is the new black 2.01-2.06 Je n’aime pas faire du « binge watching », mais il m’est encore une fois tout simplement impossible d’arrêter son visionnage. Arrivé au milieu de saison, on a tout de même un peu l’impression d’un reboot, mais avec l’originalité des flashbacks de personnages délaissés l’année précédente. J’ai forcément été touché par certaines histoires, comme notre stalker romantique, et j’aime l’idée d’une enquête sur le budget de la prison, ça permet d’avoir un ancrage un peu « politique » et d’alterner avec les scènes lesbiennes qui sont beaucoup plus nombreuses cette année (au bout de la 5è fois, l’effet – comique – n’est vraiment plus le même). Est-ce qu’on frôle la redite dans les idées abordées ? C’est surtout parce qu’on réutilise les mêmes personnages. Car si je suis très attaché au cast, je trouve qu’une seule nouvelle recrue c’est bien peu… Mais la série reste toujours drôle, émouvante, tendre, féroce. Une réussite ! (Mais j’aurai tant voulu revoir Pornstache !)

orphan black 2e07

Orphan Black 2.07 Enfin un peu d’humour ! Il fallait bien le retour de Vic pour dérider un peu tout ça. Le vrai point noir de l’épisode reste quand même la manière dont Leekie se retrouve d’un coup en position d’infériorité (sans aucun justificatif). Même si son élimination radicale était assez drôle.

Silicon Valley 1.08 Déçu par ce final vraiment trop conventionnel et prévisible, et surtout agacé par les blagues en dessous de la ceinture. Mais la preview de la seconde saison est vraiment alléchante (notre pauvre nerd a une longue liste d’obstacles à surmonter). Cela dit, je garde une pensée émue pour l’acteur qui interprète Gavin. Il était époustouflant dans son rôle. Paix à son âme.

24 9.06 On savait qu’Yvonne était une très bonne actrice d’action, et on en a la confirmation. Notre Jack Bauer prend même un sacré coup de vieux, limite fatigué sur le terrain…. Et puis j’ai beaucoup aimé le traitement réservé à la fille de la terroriste, donnant ainsi un peu plus de profondeur au personnage. Bref, c’était plutôt pas mal.

Bilan de semaine 36

A place to call Home 2.03 Comme d’habitude dans la série, les teasers sont mensongers. Mais l’épisode réussit à être émouvant. Les prochaines batailles risquent d’être rudes…

Crisis 1.09 On pourrait croire que la fin de saison approche (enfin), mais il reste encore 4 épisodes. Pourront-ils faire mieux qu’une guerre avec la Chine ? Quel suspense ! Plus sérieusement, l’épisode est un condensé des plus mauvais épisodes de 24, entre le FBI et la CIA qui perdent toute communication, les accidents sur tout le territoire et une guerre… tout ça en tapotant trois secondes sur un ordinateur portable. Next !

Devious Maids 2.06 Toujours très sympathique. Mais je commence à m’inquiéter de voir que tous les « vilains » (escrocs, voleurs, tueurs) de la série sont en passe d’être des hommes. Cela dit, ça reste drôle, bien rythmé, et avec quelques twists.

fargo 1e07

Fargo 1.07 Toujours aussi jubilatoire. J’ai particulièrement adoré le long plan-séquence où le massacre nous est suggéré. C’est un grand classique de la mise en scène et ça fonctionne toujours (et je ne sais pas pourquoi ça m’a rappelé une scène anthologique du jeu vidéo Monkey Island). Voir Lester se venger et prendre une dimension de plus en plus diabolique est toujours aussi drôle. Et notre pauvre policière désemparée qui voit ses théories s’écrouler ! Fargo finira dans le haut du panier cette saison. Un régal !

in the flesh 2e04

In the flesh 2.04 Beaucoup aimé. Le show se réveille enfin, avec des échanges tendus, et des masques qui tombent. Le sous-texte prend à chaque fois de plus en plus d’importance. Bref, je suis rassuré. Peut-être que le show n’avait pas besoin d’une seconde saison aussi longue, mais au moins maintenant nous y sommes.

Orphan Black 2.06 Un peu plus satisfait de cet épisode. Même si je rage toujours contre la narration et ses raccourcis (Thanks, Art !), il y avait au moins quelques révélations qui valaient leur pesant de cacahuètes. La contre-partie, c’est qu’on sait plus du tout qui est avec qui et qui fait quoi, les retournements de veste s’accumulent, et du coup le comportement de certains personnages devient incohérent, la faute à des ellipses narratives très énervantes. Après, voir Helena botter les fesses d’alcoolos dans un bar, c’est sympa, mais ça ne va pas plus loin hélas. Il me manque toujours un vrai arc humoristique, et c’est du côté d’Allison que ma déception est la plus grande.

24 9.05 Bauer est assis. Pendant tout l’épisode. Il est fatigué, alors on comble. La terroriste devient encore plus cruelle, et les américains foncent tête baissée dans un piège. Vivement que Bauer se lève de sa chaise et qu’on lui donne ce qu’il réclame !

Je n’ai pas eu le temps cette semaine de vous parler de Gang related, la nouvelle série de la Fox où un policier luttant contre les cartels travaille en fait secrètement pour eux. La réalisation est solide et les acteurs convaincants, mais à trop vouloir bien faire le pilote en a fait des flics bien trop badass. Entre la policière qui émascule ou les policiers qui partent à la chasse en sifflotant, on oublie complètement pourquoi on fait la guerre à la drogue. Il manque un point d’ancrage émotionnel pour vraiment s’attacher à ces égos. Rien d’insurmontable si la série se développe bien à l’avenir, mais l’absence de twists et la faiblesse des enjeux ne m’a pas non plus donné envie de revenir. On y était presque.

La saison américaine s’achevant, j’en profite pour vous dire que j’attends la fin de Game of Thrones et de Fargo pour vous livrer mon bilan de la saison, comme d’habitude découpé en deux volets (statistique, et complet). Rendez-vous aux alentours du 22 Juin. Pour avoir bien entamé ce maxi-dossier, je peux déjà vous dire que le classement sera surprenant…

 

Bilan de semaine 33

arrow 2e22

Arrow 2.22 Un épisode solide, avec quelques jolis rebondissements, mais suffisamment concentré sur ses personnages. J’aurai juste aimé qu’on évite la redite, avec un speech de motivation d’Oliver (encore !). Si les scénaristes n’essayent pas de nous induire en erreur, et assument le choix de Théa, la série pourrait encore progresser. Mais en l’état, cette fin de saison est largement plus enthousiasmante que la première saison.

bates motel 2e10

Bates Motel 2.10 season finale Wow. Les scènes finales justifient presque à elles seules le visionnage de la seconde saison. On rentre vraiment dans la psychologie de Norman, et sa relation quasi-incestueuse avec sa mère. De quoi donner envie de regarder la suite, même si j’ai peur d’une série prolongée au-delà de son concept. Une troisième saison, oui, à condition que ce soit la dernière. On a déjà tiré sur la corde avec une large moitié de saison perdue dans des intrigues soaps sans intérêt.

Crisis 1.08 Pas si mal. Je m’attendais tout de même à des choix un peu plus cornéliens entre les deux héroïnes, mais il y a suffisamment de rythme et de rebondissement pour compenser. Et puis, j’aime le fait qu’on arrive enfin à localiser la maison.

Devious Maids 2.03 Sans être hilarant le show assume ses effets de manche, ses révélations, et les personnages prennent enfin d’autres directions. On est encore loin du coup de cœur, mais j’ai toujours un sourire à la fin d’un épisode, ce qui est plutôt bon signe. Devious Maids est peut-être plus réussi que Desperate Housewives, car elle possède beaucoup plus de second degré, de rythme, et d’humour.

Elementary 2.23 Toujours très déçu par l’évidence des rebondissements. Autant Mycroft est un personnage intéressant, qui permet de montrer d’autres facettes de Sherlock, autant la simplicité des intrigues me laisse pantois. Ils ont sacrifié le raisonnement au profit des personnages, et non seulement ça ne me plait pas, mais ça m’inquiète pour la suite de la série, car même avant Mycroft, certaines enquêtes étaient passables.

fargo 1e04

Fargo 1.04 Excellent. La série est vraiment le poids lourd du moment. C’est très drôle, délicieusement filmé et joué. A peine visionné j’ai déjà envie de revoir l’épisode. J’aime vraiment le ton de la série, avec ses personnages décalés, mais pas au point de les rendre pénibles comme c’est encore malheureusement souvent le cas. Le rythme aide beaucoup. Bref, une réussite.

from dusk till dawn 1e08

From Dusk Till Dawn 1.08 Fabuleux. La série assume complètement son statut, multiplie les références, du jeu de rôle aux dialogues (« I can do Temple of Doom, but Crystal Skull i’m out »). Ça fait un bien fou de voir ça à la télévision. Encore, encore !

Game of Thrones 4.05 C’est un peu l’épisode « 3 pas en arrière ». Bran qui renonce à revoir Jon, Daenerys qui renonce à conquérir King’s Landing, Arya qui comprend qu’elle ne pourra pas être aussi facilement la tueuse redoutable qu’elle veut devenir…. J’étais peut-être devenu trop impatient avec tous ces derniers bouleversements…

Grey’s Anatomy 10.23 Ça fait un moment que je me plains de l’évolution des personnages, mais avec Bailey qui ne regrette rien et Alex qui vole des patients, une nouvelle fois la coupe est pleine. Que reste-t-il d’autre ? Un énième retour sans émotion sur l’histoire d’amour Cristina/Owen, la renonciation à une grossesse pour des motifs fumeux (si ça devait mettre en danger le couple, pourquoi l’avoir envisagé de prime abord !), et le départ d’une interne (alors que je n’ai jamais pu me faire à ce casting rajeuni)… quant à la scène finale, qui peut y croire?

Growing up Fisher 1.11 Sympathique. Mais la lassitude me gagne avec ce côté excessivement formaté. Je sens que je vais faire les mêmes remarques jusqu’à la fin.

In the Flesh 2.01 Déçu. J’avais terminé la saison dernière avec l’envie de voir la série développer enfin sa tonne de bonnes idées, et je me retrouve avec une remise en route très plate, diminuant énormément ses enjeux. Il va falloir faire beaucoup mieux, parce que je ne tiendrai pas ce rythme mollasson sans un propos plus intéressant.

marvels agents of SHIELD 1e21

Marvel’s Agents of SHIELD 1.21 Toujours une très bonne fin de saison pour la série. Une jolie surprise qui compense un peu un flashback inutile sur Ward. Mais surtout, l’épisode est réellement plein d’humour, et chose rare, il fonctionne parce qu’il n’est pas toujours prévisible. Une des preuves de la progression de la série en matière d’écriture. En plus, les auteurs vont au bout de leur logique. Plus de demi-mesure. Ça en rendrait presque Ward « cool ». Et maintenant j’espère un final à la hauteur !

Mixology 1.11 Mouais. Le « double jeu » de Bruce se voyait comme le nez au milieu de la figure, et même l’escapade de Ron n’a pas réussi à détendre l’atmosphère. Je ne regretterai pas l’annulation de la série. Mais je suis quand même curieux de voir comment va se finir la soirée.

Nashville 2.21 season finale Les auteurs ont choisi de calmer le jeu après l’horrible épisode de la semaine dernière. C’en est presque déroutant, mais tant mieux. On a eu droit à de bons échanges sur la paternité de Deacon, de bons moments de concert, et j’arrive presque à accepter le sentiment de culpabilité de Juliette. Et ouf, ça n’a pas (encore) dérapé. Il est juste dommage que l’épisode ne fasse pas du tout season finale, n’arrivant pas à clôturer les intrigues convenablement, et je me serai passé du message de Michelle Obama, hein…

Once Upon a Time 3.20 Bien aimé la résolution, même si l’ensemble était plutôt prévisible. Le bon point, c’est que même si Regina opère sa transformation, Rumple reste droit dans ses bottes.

Orphan Black 2.03 Mouais. Je ne retrouve toujours pas ce puzzle, cette découverte des clones ou ces moments plein d’humour de la première saison. Et puis il y aussi cette scène de prise d’otage irréaliste techniquement parlant. J’espère que ça va vite remonter parce que là je m’ennuie profondément.

Resurrection 3.08 finale Déçu. L’épisode ne veut répondre à aucune question, et se contente d’en rajouter de nouvelles. Mais Resurrection n’est pas Lost… Au final la série reste sympathique, parce qu’elle essaye de faire vivre ses personnages, de prendre son temps, mais le scénario n’est clairement pas à la hauteur.

Silicon Valley 1.05 Avec beaucoup d’acuité, la série continue à démonter la nouvelle technologie. Ce coup-ci, c’est le marketing avec la recherche d’un logo qui sort de l’ordinaire, mais aussi la fréquente inefficacité des webcams (vous avez vous aussi remarqué que c’est toujours quand on en a besoin que ça ne marche pas ?). Bref, que du bonheur.

the americans 2e11

the Americans 2.11 Enfin ça bouge ! Il était temps que les deux « camps » soient menacés directement. Et même si je n’ai pas aimé le traitement réservé à la séparation de Beeman, l’intérêt scénaristique est majeur et renforce le suspense pour le choix à venir. J’espère juste que les activités religieuses de l’adolescente auront vraiment une influence dans le cadre politique. Histoire d’atténuer ma déception sur le potentiel de Paige, complètement gâché jusque là.

the Big Bang Theory 7.23 Pour cet avant-dernier épisode, les auteurs ont évité le couple Amy/Sheldon pour se consacrer aux vies amoureuses des autres couples, et le résultat est très sympathique. Évidemment je pense à l’infatigable duo Penny/Leonard (dans une scène volontairement étrange mais pas dénuée d’émotion, ouf !). Mais je pense aussi et surtout à Bernadette/Howard, toujours très en forme quand il s’agit de s’occuper d’une obèse récalcitrante.

the blacklist 1e21

the Blacklist 1.21Pas mal du tout. La venue de « Berlin » et Reddington piégé contribue largement à rendre l’épisode palpitant. On aurait préféré des explications un peu moins tarabiscotées sur le plan de Red, parce que le « toutélié » fait bricolage de dernière minute. Mais j’ai hâte de voir la suite.

the Good Wife 5.20 Un bon épisode qui montre que Finn est un personnage appelé à durer. Je suis moins convaincu par les atermoiements d’Alicia, mais j’aime quand la série se lâche : je ne pense pas qu’Universal doit apprécier cette critique plutôt bien vue de la difficulté de voir quelque chose légalement chez soi ! Et si l’affaire juridique était couru d’avance, je suis ravi de voir que Canning cache bien quelque chose (il n’est bon que dans ce rôle là !).

24 9.01-9.02 J’étais de bonne composition pour regarder le retour de Jack Bauer. J’ai beau l’avoir critiqué, nostalgie aidant, je suis bien obligé de reconnaître que la télévision souffre du manque de héros d’action. Mais j’ai très vite déchanté devant la pauvreté des intrigues et une mise en place tout sauf crédible, le point crucial étant la relation Chloe/Jack. A certains moments j’ai eu l’impression d’une parodie de la série. Pauvre Yvonne, tu fais de bien mauvais choix de carrière en te ralliant à des séries essoufflées comme 24 et Dexter…

Two Broke Girls 3.24 season finale And that’s it. I’m done. Je m’étais dit qu’on aurait peut-être une jolie surprise avec l’arrivée de la mère de notre héroïne, mais les auteurs n’ont pas eu envie d’aller au bout de leurs idées. Pourtant elle était bien meilleure que de nous infliger Deke pendant la moitié de saison. Bref, je ne reviendrai pas pour la 4è saison. Les répliques sont de moins en moins bonnes et l’humour visuel en a pris un coup.

A noter : j’ai finalement arrêté Turn. Son rythme allongé, son manque de rebondissements, sa fainéantise dans la présentation des enjeux m’ont carrément découragé. Au moment de lancer le visionnage, je me suis dit « à quoi bon ? ». Pas la peine d’insister quand on ressent ce genre de choses.

Récapitulatif des nouveautés hors USA (1er semestre 2013)

récapitulatif television hors usa

A force d’avoir le nez dans le guidon, je me suis dit qu’il serait peut-être utile de faire un petit bilan des séries non américaines. Vous trouverez donc ici tout ce qui m’a enthousiasmé (ou non) depuis Janvier, au rayon des séries occidentales et asiatiques. Les séries américaines sont exclues de ce récapitulatif car elles ont leur propre bilan saisonnier (lequel arrivera dès que possible).

L’exercice est intéressant parce qu’il permet de confirmer que le jugement sur pilote est loin d’être infaillible (cf Orphan Black). Mais je l’ai surtout conçu comme un moyen rapide de répondre à la question : qu’est ce qui m’a plu pendant la première moitié de l’année (hors USA) ? L’idée, c’est surtout de vous donner envie d’aller voir ailleurs, et la période estivale est idéale pour cela.

Vous trouverez donc la liste des critiques de pilotes selon leur appréciation (feu vert, orange ou rouge) et leurs origines (occidentales ou asiatiques), et le cas échéant une recommandation si j’ai continué le visionnage de la série. Pour les séries occidentales cette recommandation dépend tout simplement du ratio de bons épisodes (notés toute la saison pendant les bilans hebdomadaires).

Les présentations sont volontairement tranchées pour faciliter la lisibilité et le choix (il y a quand même plus de 50 séries !). Et je vous encourage vivement à lire les critiques complètes pour avoir un avis plus nuancé. De même, les notes ne sont là qu’à titre indicatif.

occident

  • Séries occidentales :

A titre d’information, voici quelques critiques publiées ce semestre et portant sur des rattrapages des années précédentes : Hellfjord, Miranda saison 1 à 3the hour s1 à s2,

Ce n’est pas une nouveauté, et pourtant, elle mérite qu’on parle d’elle : la deuxième saison de la fiction britannique Call the midwife continue son exploration du progrès médical dans les années 50, en orientant de plus en plus son propos sur la condition féminine : de la maltraitance conjugale à l’employabilité des femmes enceintes, en passant par les méthodes barbares d’avortement. Incontournable. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 14/20]

Quelques séries ont été visionnées sans avoir de pilote critiqué :

Broadchurch s1, Une enquête policière britannique sur la mort d’un enfant dans une petite localité côtière. Une intrigue prévisible et pleine de ficelles, mais parfaitement rythmée, dotée d’une très bonne ambiance et qui sait se rendre émouvante. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 14/20]

Complicit, La traque du terrorisme vue par nos amis britanniques ne se réduit pas à un jeu du chat et de la souris. Elle nous rappelle à chaque instant les valeurs que l’on cherche à défendre. Un dilemme éreintant, une brillante introspection, une mise en scène exemplaire. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 14/20]

Dancing on the edge Londres, les années 30, la percée d’un groupe de jazz, la discrimination raciale. Une très bonne ambiance, une excellente bande sonore, malheureusement gâchées par une intrigue policière sans twists satisfaisants et des épisodes bouche-trou. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 12/20]

Vikings. Série irlando-canadienne réécrivant l’histoire de ces guerriers. Plutôt inhomogène, alternant de jolies scènes de combat avec d’autres complètement ratées. L’aspect théologique là aussi oscille entre découverte et incohérence. Le souffle épique est dilué par des personnages pas du tout attachants, ce qui pose problème pour une dramaturgie déjà prévisible. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 12/20]

feu_vert3

Feu vert (les séries qui vous font de l’œil dès le premier épisode) :

A place to call home   Une fiction australienne située après la seconde guerre mondiale, où une femme mystérieusement débrouillarde côtoie une richissime famille. Une saga aux trames simplifiées, mais avec des personnages attachants. Émotion garantie. [Statut : suivie, et en cours de diffusion ; Recommandation : 14/20]

Dates

Dates Une fiction britannique au concept original, racontant un premier rendez-vous entre deux personnes apparemment opposées. Non seulement c’est fin parce que ça décortique parfaitement les modes de pensée de chacun, c’est brillamment joué, mais en plus certains personnages reviennent par la suite faire d’autres rencontres. Un sujet inépuisable et émouvant. Un petit bijou [Statut : suivie, et en cours de diffusion ; Recommandation 17/20]

the Fall Une fiction irlandaise sur un tueur en série, père de famille aux pulsions perverses qui cache bien son jeu. Avec Gillian Anderson en enquêtrice affirmée. Retourne l’estomac. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 16/20 ]

utopia

Utopia Une fiction britannique paranoïaque mettant en danger un groupe d’individus. Mise en scène magnifique, twists diaboliques, violence décapante. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 18/20]

the Village Une fiction britannique qui raconte l’évolution d’un village de la première guerre mondiale à nos jours. Une première saison poignante [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 13/20]

In the flesh Une fiction britannique qui nous propose de revisiter le mythe des zombis, en leur donnant une chance de s’intégrer à la population via un traitement. Beaucoup de pistes de réflexion mais trop court dans son développement. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 13/20]

my mad fat diary

My Mad Fat Diary Une fiction britannique avec pour héroïne une adolescente obèse qui essaye de se reconstruire. Délicieusement drôle et touchante.  [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation : 17/20]

feu_clignotant1

Feu orange (les fictions dont les pilotes peinent à convaincre):

Family Tree  Mockumentary en coproduction HBO-BBC qui raconte comment un homme s’imagine un autre destin en cherchant dans sa généalogie. Décalée sans être humiliante pour ses personnages, mais manquant de vivacité. [Statut : arrêtée ]

The Politician’s husband Une fiction britannique sur un couple politique pris dans l’engrenage de l’ambition de chacun, la dureté du milieu, et leurs enfants. A la fois peu subtile et oubliant de développer ses personnages. [Statut : arrêtée]

feu-rouge4

Feu rouge : (les fictions dont les pilotes ne donnent pas envie de continuer)

orphan black

Orphan Black Une fiction canadienne sur une jeune femme qui prend l’identité d’une flic qui lui ressemble. Une intrigue conspirationniste sur le clonage humain, drôle, rythmée mais incohérente et peu attachante. [Statut : finalement suivie, et terminée – critique complète ; Recommandation : 12/20]

Top of the lake Coproduction anglo-australo-américano-néozélandaise racontant la violence masculine dans un univers où une jeune fille enceinte disparaît. Née de la vision militante de Jane Campion, manipulatrice, grossière, écœurante. [Statut : arrêtée]

Bluestone 42 Comédie britannique sur une troupe militaire en Afghanistan. Lourdingue, simpliste. [Statut : arrêtée]

south korea

  • Séries coréennes :

Du point de vue des séries coréennes, le début d’année a eu un démarrage très lent, avec peu de fictions convaincantes. Ça s’est fort bien rattrapé depuis, ouf !

Pour information, j’ai également critiqué le Drama Special : A culprit among Friends

feu_vert3

Feu vert :

cruel palace war of flowers

Cruel Palace – War of flowers Sageuk de JTBC sur une période noire d’une Corée asservie, où les conflits de pouvoir au palais permettent l’ascension d’une concubine ambitieuse. Textes et interprétation classique, mais mise en scène léchée et mature, dramaturgie lourde mais efficace, évolution très intéressante des personnages féminins. [Statut : suivie, et en cours de diffusion ; Recommandation : 16/20]

Shark Drame basé sur le mythe d’Orphée, une histoire de vengeance qui prend son temps. Avec de solides acteurs, une bonne mise en scène et une intrigue captivante. [Statut : suivie, et en cours de diffusion ;  Recommandation : 15/20]

Childless Comfort poster

Childless Comfort un drama familial qui donne astucieusement beaucoup de clés pour comprendre l’évolution de la société coréenne. S’ajoute à cela une peinture attachante des caractères de chacun et des thématiques qui prennent le temps de se développer. [Statut : suivie ; Recommandation 16/20]

Monstar Un highschool drama musical sur une popstar retournant à l’école. Avec des passages musicaux vraiment émouvants, la sensation d’une déclaration d’amour à la musique, et une interprète charmante, on en oublierait presque la simplicité des intrigues. [Statut : suivie, et en cours de diffusion ; Recommandation : 14/20]

that_winter_the_wind_blows

That Winter the wind blows l’histoire d’une jeune héritière aveugle qui se fait duper par quelqu’un qui se fait passer pour son frère. Un drama habile, qui maintient à merveille l’ambiguïté des personnages, et développe son sujet avec suffisamment de twists pour être haletant. Réalisation impeccable, acteurs formidables, il n’y a guère que la fin bâclée qui vient gâcher le plaisir. [Statut : suivie, et terminée ; Recommandation 16/20]

I hear your voice Drama sympathique sur une avocate  flemmarde au caractère bien trempé qui rencontre un jeune homme capable de lire dans les pensées. Bien équilibré, malgré quelques scènes manquant de finition, avec de bons personnages et un background convaincant. [Statut : suivie et en cours de diffusion ; Recommandation 14/20]

heartless city

Heartless City Drama sombre et complexe dans l’univers de la pègre, avec son lot de twists savamment planifiés, à la mise en scène léchée et mature. Une ambition qui impressionne. [Statut : suivie et en cours de diffusion ; Recommandation 16/20]

feu_clignotant1

Feu orange :

Dating Agency Cyrano Le 4ème volet des Flower Boys tente de mêler les rebondissements d’une fiction d’espionnage à des affaires de coeur, mais échoue à présenter des personnages attachants. Tellement superficiel que le rythme fait penser à une fiction américaine. [Statut : arrêtée]

Jang ok Jung Living in love Un sageuk qui démarre un peu dans tous les sens, donnant le sentiment d’avoir une fiction mal écrite, brouillonne, mais dont les thématiques restent intéressantes. [Statut : arrêtée]

Queen of the office un remake d’un drama japonais, qui essaye de reprendre tous ses codes déjantés et transgressifs, omettant de nous donner des personnages sympathiques. Un délire à prendre pour ce qu’il est, mais guère plus. [Statut : arrêtée]

The End of the World

The End of the world Lente, trop lente plongée dans l’univers d’une épidémie mortelle. Souci de réalisme, ambiance oppressante, mais personnages à peine dessinés. [Statut : en pause ; Recommandation : 13/20]

The Virus Profitant de mêmes thèmes médicaux, le drama n’arrive jamais à décoller, préférant des rebondissements peu crédibles au développement de ses personnages. [Statut : arrêtée]

Nine : Nine Time Travels Remonter dans le temps pour changer le présent ? Voilà une fiction qui aurait du mieux exploiter le registre du fantastique. De la réalisation aux acteurs, l’ensemble est résolument plat. [Statut : arrêtée]

incarnation of money

Incarnation of Money Recyclage des auteurs du fabuleux History of a salaryman pour une fiction qui démarre bien trop mollement pour lui prêter attention, même avec Kang Ji Hwan au générique. L’argent n’achète pas tout. [Statut : arrêtée, mais sera peut être reprise vu certains échos]

Lee Soon Shin is the best Un weekend drama qui ne réinvente pas la roue, mais profite plutôt bien du charme de son interprète féminine. Demande malheureusement un investissement horaire trop important par rapport à ce qu’elle apporte.[Statut : arrêtée]

feu-rouge4

Feu rouge :

Mandate of heaven Sageuk simplifié, lissé, unidimensionnel, sans enjeux intéressants, sur un médecin oriental qui veut sauver sa fille. Tellement prévisible qu’il en est soporifique. [Statut : arrêtée]

All about my romance Gags surjoués dans l’univers politique coréen, burlesque rendant les personnages détestables, sans aucune pointe de créativité. Dommage pour les acteurs. [Statut : arrêtée]

Gu Family Book Drama un peu trop prémâché, limite manipulateur, et surtout incohérent, qui reprend à sa sauce le mythe du gumiho. [Statut : arrêtée]

When a man loves drame sans surprises sur un chef de gang qui tombe amoureux. Caractères poussés aux extrêmes, rythme bien trop lent, et un manque flagrant d’implication. [Statut : arrêtée]

gu am heo joon poster

Gu Am Heo Joon Très long sageuk (120 épisodes) sur le fameux médecin royal ayant écrit une encyclopédie de la thérapeutique orientale. Manquant peut-être un peu de personnalité pour avoir le courage de s’y mettre. [Statut : arrêtée]

Iris 2 Suite au fameux blockbuster, véritable condensé d’incohérences, avec une mise en scène calamiteuse et « cheap ». A réserver aux amateurs de la franchise. [Statut : arrêtée]

Level 7 Civil Servant Modifiant le concept du sympathique film d’espionnage My girlfriend is an agent, le drama loupe le coche, et nous propose un festival de clichés horripilants noyé dans une intrigue poussive. [Statut : arrêtée]

Queen of Ambition (Yawang) Une histoire de vengeance sans réelle personnalité, servie par de bons acteurs, mais au récit bancal, affadissant des enjeux déjà présentés dans les premières minutes. [Statut : arrêtée]

Flower Boy next door troisième volet des flower boys qui fait du surplace et n’arrive jamais à toucher le téléspectateur, la faute à un humour délavé, et au sujet (la solitude) très mal exploité. Même si Park Shin Ye peut se révéler touchante. [Statut : arrêtée]

japon

  • Séries japonaises :

feu_vert3

Feu vert :

saikou no rikon

Saikou no rikon Description jubilatoire d’un couple qui se déchire, trouvant le ton idéal pour parler des défauts de chacun sans verser dans la caricature. Incontournable [Statut : suivie ; Recommandation : 16/20]

Itsuka Hi no Ataru Basho de Drame humain sur la rédemption après la prison, avec des personnages simples et attachants qui cherchent à se reconstruire. Parfois un peu longuet, et ne bénéficiant pas d’une réalisation suffisamment soignée, mais le propos, qui ne cherche pas la pitié, est vraiment touchant. [Statut : suivie , Recommandation : 14/20]

feu_clignotant1

Feu orange :

Shotenin Michiru no Mi no Uebanashi

Shotenin Michiru no Mi no Uebanashi Une jeune femme égoïste découvre qu’elle a gagné à la loterie, alors que dans le même temps sa vie bascule peu à peu dans l’horreur. Le virage incohérent qui survient après des épisodes « vides » m’a convaincu de ne pas continuer. [Statut : arrêtée]

Biblia Koshodou no Jiken Techou Une plongée dans les livres et la promesse d’un récit romantique malheureusement complètement détruites par une bande sonore electro. Amis de la poésie, abstenez-vous. [Statut : arrêtée]

feu-rouge4

Feu rouge :

kumo no kaidan

Kumo no kaidan Le drama plutôt longuet, fait l’impasse de son sujet intéressant (l’exercice illégal de la médecine) pour se vautrer dans des mystères sans imposer son ambiance. Soporifique. [Statut : arrêtée]

Mahoro Ekimae Bangaishi Une histoire décalée autour de deux personnages glandeurs. Effarant par son humour complètement raté et son propos vide de sens. A fuir. [Statut : arrêtée]

Share House no Koibito Une jeune femme agacée par sa solitude, un alien un peu excentrique et un dépressif vont vivre sous le même toit. On rêve d’un truc chaleureux, drôle, on obtient une série sans propos, ennuyeux et pas très originale. [Statut : arrêtée]

Nobunaga no chef Croisement improbable de Jin et d’un food drama, la série évoque un cuisinier moderne qui se retrouve dans les guerres d’unification du Japon. Dépourvue de toute émotion, filmée sans moyens, sans ambition, voire sans script. [Statut : arrêtée]