Acteurs et actrices coréennes : Song Hye Kyo

Je vous avais déjà parlé de cette actrice lorsque j’avais évoqué le drama Full House et le phénomène d’Hallyu. Mais son talent et son charisme méritait un article à part entière, elle n’est pas pour rien l’une des actrices les plus suivies en Corée du Sud et dans le reste du continent asiatique.

Song Hye Kyo (Song Hye Gyo) de constitution fragile, a failli ne jamais survivre à sa naissance. Mais les fées se sont penchées sur son berceau. Après avoir gagné un concours de mannequin, elle débute en 1996, dès 15 ans, dans les séries télé.

A peine 4 ans plus tard, lorsqu’elle atteint la gloire avec le premier volet d’Endless Love : Autumn in my heart, (voir l’article sur Winter Sonata), elle est déjà apparue dans une dizaine de shows télévisés. Dans cette série, elle incarne Eun-Suh à l’âge adulte (l’enfance étant jouée par Moon Geun Young). Le drama raconte l’histoire de filles échangées par erreur à la naissance, puis la rectification de cette erreur, avant qu’un amour impossible ne se dessine et qu’une tragédie ne clôture la série. Le drama réunit d’ailleurs à peu près toutes les ficelles scénaristiques possibles et est donc vivement conseillé à tous ceux qui veulent savoir ce qu’est un vrai mélodrame coréen « à l’ancienne ».

Devenue très populaire, elle continue d’enchaîner les rôles à la télévision. Après Guardian Angel, elle joue dans Hotelier en 2001, rejoignant ainsi Bae Yong Jun. (Le drama Hotelier fera l’objet d’un remake japonais dans lequel Bae Yong Jun, devenu Yon-sama superstar asiatique, jouera en caméo dans le premier épisode).

Elle joue ensuite dans la série All In, en compagnie de Lee Byung Hun. Alchimie ou pas dans la vraie vie, ces deux là vont d’ailleurs sortir ensemble temporairement.

Mais c’est surtout en jouant auprès de Bi/Rain, dans Full House (cf l’article sur la série), que sa popularité va atteindre des sommets. Désormais symbole de l’Hallyu, Song Hye Kyo peut rêver d’une carrière internationale, notamment au cinéma.

Elle jouera ainsi au côté de Cha Tae Hyun dans le film My girl and I, (cf mon article sur l’acteur), un joli succès pour un remake. Mais malgré une promo remaquable, son film suivant Hwang Jin Yi ne connaîtra pas le même destin.

Son retour à la télé, très attendu n’a pas non plus été très récompensé, The World that they live in, qui narre les coulisses de production d’un drama, n’a été qu’un succès mitigé. Mais sa rencontre avec Hyun Bin, son partenaire à l’écran, sonnera le début d’une réelle histoire d’amour.

Après un film indépendant américain, et une coproduction Corée-Thailande-Japon, elle tourne actuellement en Chine avec Wong Kar Wai The Grand Master (l’histoire d’Ip Man).

Song Hye Kyo est adulée où elle va, et les rumeurs sur son compte vont bon train. Sa fraicheur et sa bonne humeur sont en tous cas très communicatifs.

L’anecdote amusante, c’est qu’elle a été prise pour modèle, et reproduite à la quasi perfection en 3D. Bluffant, non ?

Publicités

Acteurs et actrices coréennes : Ha Ji Won

Ha Ji Won est une actrice prolifique qui aura su accumuler les succès populaires malgré – disons-le – quelques films très passables. Elle aura joué de multiples rôles dans autant de genres : histoire, action, horreur, romance, comédie, mélo, fantastique,…

Sa carrière mêle habilement séries et films. Elle commence par un petit rôle dans une longue série historique (Tears of the Dragon, 1996) avant d’enchainer séries et films.

En matières de séries, c’est principalement Damo qui l’a révélé en 2003.

Elle enchaine avec une romance What Happened in Bali en 2004 et à nouveau une fiction historique Hwang Jin Yi (laquelle fera l’objet d’un film avec Song Hye Kyo).

Hwang Jin Yi est une poète, musicienne et danseuse de l’ère Chosun, qui subira de plein fouet les différences de classes sociales. Ha Ji Won sera récompensée pour ce rôle.

Parmi sa longue filmographie on retiendra notamment son premier film Ditto (2000), un mix entre le film Frequency sorti la même année aux USA (l’histoire d’une radio qui fait le voyage dans le temps) et Il Mare sorti lui aussi en 2000 (pour l’histoire d’amour à travers le temps). Comme quoi les idées sortent toutes au même moment à travers les continents…

Puis Phone (2002), un film d’horreur comme en savent faire les coréens.

Sex is zero (2002) est la version coréenne d’American Pie (comprendre  sexy et trash). Le film fonctionne plutôt bien d’ailleurs, contrairement à ce qu’on aurait pu croire.

Viendront ensuite 3 comédies romantiques pas forcément indispensables : 100 days with mr arrogant (2004), love so divine (2004), daddy long legs (2005).

Le cas Duelist (2005) est plus intéressant. Un exceptionnel travail sur la forme (scènes d’action chorégraphiées), noyée dans une histoire langoureusement médiocre.

Miracle on 1st street (qui réunit le duo de Sex is Zero) est déjà plus sympa, pour une histoire autour de gens expulsés de leurs habitations (un thème assez fréquent dans les films coréens).

Après un petit caméo dans Sex is Zero 2, Ha Ji Won retrouve Cha Tae Hyun dans Ba:Bo (Miracle of a giving fool). Mais j’en ai déjà parlé lors de mon post sur l’acteur.

Ha Ji Won retrouve une place de premier choix avec Haeundae, un blockbuster racontant l’histoire d’un tsunami heurtant la plage de Haeundae, à la périphérie de la ville de Busan. Le film fait un record au box office mais objectivement souffre d’une trop grande emphase dans les effets spéciaux et les scènes dramatiques. Néanmoins il conserve quelques moments impressionnants qui justifient le détour.

La popularité de Ha Ji Won continuant de grimper, elle enchaine avec Closer to Heaven (My love by my side). L’histoire d’un homme atteint de la maladie de Charcot (c’est la maladie dont souffre le célèbre physicien  Stephen Hawking) C’est un mélodrame plus réaliste, c’est à dire que sa forme est plus proche des films de Hur Jin-Ho (April Snow, Christmas in August) ou Lee Chang Dok (my secret sunshine) que les les mélos populaires habituels en Corée).

Enfin elle vient de terminer le tournage d’un autre blockbuster, Sector 7, un film fantastique autour d’un monstre situé sur une plateforme pétrolière. Elle enchaîne désormais avec un retour à la télévision dans le drama de SBS Secret Garden (prévu pour septembre 2010).

C’est sûr, Ha Ji Won n’a pas joué dans les meilleurs films (ou séries) du pays du matin calme, mais sa diversité de jeu lui permet de conserver une excellente popularité.