Cycle Hur Jin-Ho (1) : Introduction

Comme promis j’entame un cycle sur mon réalisateur coréen préféré : Hur Jin-Ho (parfois orthographié Heo Jin-ho).

Il est assez peu prolifique, mais ses films ont toujours été de très grands moments pour moi. Tous ses films ont pour sujet l’amour, c’est un des rares grands maîtres du drame romantique, et la grande caractéristique du réalisateur (et scénariste) est qu’il arrive à capturer parfaitement les gestes de la vie quotidienne, perçant ainsi l’âme humaine, à nu. Il y a chez lui une réelle sensibilité, un façon toute particulière de laisser transpirer l’émotion dans l’observation. Son montage est particulièrement brillant, naturel et donnant du sens au moindre mouvement.  Bien sûr ce genre de films n’est pas pour tout le monde, il ne s’y passe pas grand chose à première vue, mais si vous regardez attentivement, si vous aimez faire un peu d’introspection pendant que vous regardez un film, vous y découvrirez toute la palette des sentiments humains. Tout y est subtil, et le moindre changement d’expression dans les visages peut vous émouvoir. C’est un cinéma d’observation, mais pas du tout un cinéma austère comme peuvent l’être beaucoup de films européens. Ce n’est pas le sujet social qui est dépeint, c’est le sentiment humain dans ce qu’il a de plus beau ou de plus torturé.

Vous l’avez peut-être déjà expérimenté, il est plus difficile de donner un avis sur un drama coréen que sur une série américaine par exemple, tant les sentiments entrent davantage dans la force de la fiction. Pour les oeuvres de Hur Jin-Ho, encore plus que tout œuvre coréenne, il y a  un tel ressenti qu’il devient difficile d’en faire la critique. Essayez d’analyser à froid vos sentiments, par essence volatiles, qu’en restera-t-il une fois couchés sur du papier ? J’espère pourtant parvenir à vous retransmettre ce que mon coeur a ressenti en visionnant ses films.

Hur Jin-Ho a été plusieurs fois récompensé en Asie, mais aussi au Canada et a fait la semaine de la critique à Cannes.

  • Sa filmographie (longs métrages):

Christmas in August (1998) a été récompensé au festival de Busan, sacré meilleur film au blue dragon award, et remporté une autre récompense à Vancouver. Le film dépeint les sentiments amoureux à leurs tous débuts, avec une approche très intime de la mort. Il est souvent considéré par les critiques (et selon moi à tort) comme le meilleur film du réalisateur.

One Fine Spring Day (2001) a lui aussi été récompensé au festival de Busan et sacré meilleur film au blue dragon awards et au festival international de Tokyo. Il montre comment les sentiments amoureux peuvent évoluer dans un couple, quand l’un est encore très attaché à l’autre qui ne l’aime plus.

April Snow (2005) a permis à Son Ye Jin d’être acclamée comme meilleure actrice au festival du film Asia-Pacific. Pour moi il s’agit du meilleur film du réalisateur, et c’est probablement un des films qui m’aura le plus marqué dans ma vie. J’aime ce film passionnément, et donc peut-être de manière abusive, mais je n’y peux rien, c’est ainsi. Si j’ai pu retrouver sur la toile des gens qui ont été bluffés comme moi par tant de maitrise de la mise en scène (chaque scène est millimétrée), j’ai malheureusement lu aussi quelques critiques par des personnes qui n’ont pas été émus comme moi. Ce qui m’attriste, car April snow parle brillamment des deux facettes de l’amour adultère, avec une approche extrêmement sincère et désarmante.

Happiness (2007) a également gagné le blue dragon award. Il montre une histoire de rédemption par l’amour, comment l’amour peut soigner physiquement et mentalement un être humain, et comment il devient à ce point indispensable. Mais est ce que l’amour vous change définitivement ?

Five senses of Eros (Ogamdo) (2009), dont Hur Jin-Ho est responsable du segment « I’m here« . Un petit bijou sur la mort par le sexe.

A good rain knows (2009) avait commencé comme un segment d’un autre film avant de devenir un long métrage. Il montre comment le sentiment amoureux perdure quand deux personnes se rencontrent à nouveau, comment tous ces gestes veulent en dire plus, comment l’amour est aussi une question de timing.

Hur Jin-Ho a travaillé avec d’excellents acteurs, qui auront tous trouvé chez lui leur meilleur rôle jusqu’alors : Han Seok-Kyu, Shim Eun-Ha, Lee Young Ae, Yu Ji-Tae, mais aussi de plus grandes têtes d’affiches ciné et dramas comme Bae Yong Jun (Winter Sonata) et  Son Ye Jin (Alone in love) dans April Snow, Hwang Jung Min (That Fool) et Im Soo Jung (le film …Ing) dans Happiness, Kim Kang-Woo (Story of a man) dans Five Senses of Eros, Jung Woo Sung (Athena) et la chinoise Gao Yuan Yuan (City of life and death) dans A good rain knows.

Il est à noter que les 3 premiers films du réalisateur sont disponibles dans un coffret DVD (que j’aurai longtemps attendu, avec des sorties maintes fois repoussées et sans aucune réponse de l’éditeur) à un prix tout à fait raisonnable (30 euros). Inutile de dire que je recommande fortement l’achat.

Je vous donne donc rendez vous prochainement pour les critiques successives de ces différents films, en espérant vous communiquer mon enthousiasme et ma dévotion à ce très grand réalisateur. J’éditerai ce post pour rajouter des liens.

Demandez le programme

Comme je suis en vacances loin de chez moi, j’ai moins de facilités pour regarder la télé. Mais je tenais quand même à faire un rapide coup d’oeil de ce que je compte parler dans les semaines à venir, dès mon retour.

J’espère que mes présentations d’acteurs et d’actrices coréennes ne vous ont pas dégoûtés du blog, mais c’était aussi un moyen pour moi de vous montrer quelques visages connus. Après tout, si un de ces jours vous avez envie de tomber dans la fiction asiatique, peut-être qu’une autre approche que la présentation de séries ou de films vous facilitera le saut. On a tous nos affinités.

Dès mon retour, je m’attèlerai à la rédaction d’articles concernant quelques séries de l’été.

Je compte par exemple visionner Huge (comme j’adore Once and Again et My So-called life, je ne pouvais passer à côté de la nouvelle  série d’Holzman, ABC Family ou non.)

Je compte aussi regarder Rubicon (en Août,donc). J’avoue l’attendre avec impatience (j’ai volontairement zappé le pilote vu le très important hyatus avec Août).

L’idée d’une reprise de Community fait son chemin. On verra si j’ai le temps.

Enfin, du côté asiatique, comme je l’avais déjà annoncé, l’été va me permettre de rattraper un peu mon retard. Une review de Someday (avec Bae Doo Na) devrait arriver.

Ensuite, mon choix est vaste : Iris, Personal Taste du côté coréen semblent bien partis (la sélection est dure !) et du côté japonais les récentes sélections de Tite Souris donnent envie (notamment Ashita no Kita Yoshio) et je compte regarder Sunao ni Narenakute. Enfin, la saison 2 de Hotaru no Hikaru arrive, je l’attends impatiemment.

L’idéal serait que je puisse en visionner davantage (et je ferais tout pour faire mieux), mais c’est déjà un beau programme d’ici la rentrée.

Enfin, je compte faire la présentation de quelques films asiatiques. Et en particulier, tous les films de Hur Jin-Ho (vous aurez compris que j’adore ce réalisateur).

Voilà, c’est l’été, il va faire très chaud à mon retour, mais le blog continue.

Acteurs et actrices coréennes : Ha Ji Won

Ha Ji Won est une actrice prolifique qui aura su accumuler les succès populaires malgré – disons-le – quelques films très passables. Elle aura joué de multiples rôles dans autant de genres : histoire, action, horreur, romance, comédie, mélo, fantastique,…

Sa carrière mêle habilement séries et films. Elle commence par un petit rôle dans une longue série historique (Tears of the Dragon, 1996) avant d’enchainer séries et films.

En matières de séries, c’est principalement Damo qui l’a révélé en 2003.

Elle enchaine avec une romance What Happened in Bali en 2004 et à nouveau une fiction historique Hwang Jin Yi (laquelle fera l’objet d’un film avec Song Hye Kyo).

Hwang Jin Yi est une poète, musicienne et danseuse de l’ère Chosun, qui subira de plein fouet les différences de classes sociales. Ha Ji Won sera récompensée pour ce rôle.

Parmi sa longue filmographie on retiendra notamment son premier film Ditto (2000), un mix entre le film Frequency sorti la même année aux USA (l’histoire d’une radio qui fait le voyage dans le temps) et Il Mare sorti lui aussi en 2000 (pour l’histoire d’amour à travers le temps). Comme quoi les idées sortent toutes au même moment à travers les continents…

Puis Phone (2002), un film d’horreur comme en savent faire les coréens.

Sex is zero (2002) est la version coréenne d’American Pie (comprendre  sexy et trash). Le film fonctionne plutôt bien d’ailleurs, contrairement à ce qu’on aurait pu croire.

Viendront ensuite 3 comédies romantiques pas forcément indispensables : 100 days with mr arrogant (2004), love so divine (2004), daddy long legs (2005).

Le cas Duelist (2005) est plus intéressant. Un exceptionnel travail sur la forme (scènes d’action chorégraphiées), noyée dans une histoire langoureusement médiocre.

Miracle on 1st street (qui réunit le duo de Sex is Zero) est déjà plus sympa, pour une histoire autour de gens expulsés de leurs habitations (un thème assez fréquent dans les films coréens).

Après un petit caméo dans Sex is Zero 2, Ha Ji Won retrouve Cha Tae Hyun dans Ba:Bo (Miracle of a giving fool). Mais j’en ai déjà parlé lors de mon post sur l’acteur.

Ha Ji Won retrouve une place de premier choix avec Haeundae, un blockbuster racontant l’histoire d’un tsunami heurtant la plage de Haeundae, à la périphérie de la ville de Busan. Le film fait un record au box office mais objectivement souffre d’une trop grande emphase dans les effets spéciaux et les scènes dramatiques. Néanmoins il conserve quelques moments impressionnants qui justifient le détour.

La popularité de Ha Ji Won continuant de grimper, elle enchaine avec Closer to Heaven (My love by my side). L’histoire d’un homme atteint de la maladie de Charcot (c’est la maladie dont souffre le célèbre physicien  Stephen Hawking) C’est un mélodrame plus réaliste, c’est à dire que sa forme est plus proche des films de Hur Jin-Ho (April Snow, Christmas in August) ou Lee Chang Dok (my secret sunshine) que les les mélos populaires habituels en Corée).

Enfin elle vient de terminer le tournage d’un autre blockbuster, Sector 7, un film fantastique autour d’un monstre situé sur une plateforme pétrolière. Elle enchaîne désormais avec un retour à la télévision dans le drama de SBS Secret Garden (prévu pour septembre 2010).

C’est sûr, Ha Ji Won n’a pas joué dans les meilleurs films (ou séries) du pays du matin calme, mais sa diversité de jeu lui permet de conserver une excellente popularité.

Winter Sonata

Je continue mon tour d’horizon des anciens classiques coréens par le maître absolu du mélo : Winter Sonata. Ce drama a été diffusé en 2002 sur KBS2, et est devenu l’un  des symboles de l’Hallyu.

Il constitue le deuxième volet de la tétralogie Endless Love, basée sur les 4 saisons : Autumn in my Heart/Autumn Tale (2000), Winter Sonata (2002), Summer Scent (2003), Spring Waltz (2006). Chaque volet a cependant une histoire indépendante et son propre casting. Cette notion de tétralogie est davantage un argument commercial pour l’exportation de ces dramas hors Corée du Sud.

Mélo larmoyant, poignant, romantique, Winter Sonata constitue en effet une pièce maîtresse pour comprendre le succès des dramas coréens. La série utilise à plein effet la symbolique, les flashbacks, magnifiés par une bande son piano et orchestre prodigieuse. Elle est d’ailleurs l’une des Bandes Originales les plus vendues.

Ce drama a révélé Bae Yong Joon, acteur dont la popularité est immense, jusqu’au Japon, où il les fait toutes craquer. Il sera d’ailleurs sublimé dans l’excellent film April Snow (il faudra que je vous reparle de ce film de Hur Jin-ho).

Pour vous donner une autre idée du phénomène : près de 8 ans plus tard, sachez qu’elle a donné naissance fin 2009 à une série animée de 26 épisodes (Winter Sonata -the anime). Le merchandising autour de la série marche toujours très fort.

Comme la plupart des histoires de la tétralogie Endless Love, ce mélo est en deux parties : l’une racontant le passé, l’autre se déroulant bien plus tard.

Kang Joon Sang (Bae Yong Joon) est un étudiant qui arrive dans la ville rurale de Chuncheon. Introverti, se sentant mal, mais charmant et sensible, il captera tout de même l’attention de la jeune Jung Yu-Jin (Choi Ji Woo). Les deux jeunes vont tomber amoureux, juste avant qu’un accident ne les sépare… L’histoire reprendra 10 ans plus tard.

A noter que la fin de la série a été réécrite sous la pression des fans (mais chuut !).

L’alchimie est exceptionnelle, la musique, la réalisation est magnifique (notamment les scènes de neige) et tout cela contribue au succès de la série. Mais c’est surtout cette idée de destin impossible qui aura scotché les téléspectateurs. La série parlera beaucoup de mémoire et de fidélité.

Si les scènes sont poignantes, larmoyantes, bouleversantes, on ne ressort pas indemne de la série. En effet, elle peut aussi devenir très déprimante : le rythme est très lent (avec d’innombrables flashbacks) et ça s’étale sur 20 épisodes (alors que 16 auraient été largement suffisants). Le bilan final est donc mitigé. Soit on adhère à un des plus beaux mélos qui existe, soit on ne supporte pas les défauts de la série, et on trépigne de rage devant tant de larmes versées. Pour ma part, regarder la série a été une épreuve, mais j’ai réussi à passer outre ces défauts, pour en garder un excellent souvenir. Mais sachez que la série est vraiment réservée aux coeurs sensibles et patients. Vous êtes prévenus.