[30 days drama challenge] days 27-28 drama populaire détesté / drama impopulaire adoré

Avec une telle profusion de séries, faire son choix et s’orienter n’est pas chose facile. D’autant que la popularité de certaines séries ne veut pas forcément dire que vous l’apprécierez vous aussi. Et inversement, il arrive que l’on puisse avoir un vrai coup de cœur pour une série boudée sur internet.

Le problème de ce genre de questions c’est qu’il est rare que je m’accroche pour un drama que je n’apprécie pas, qu’il soit populaire ou non… Mais dans ce cas, suis-je vraiment pertinent ? Pour juger une œuvre, il faudrait déjà l’avoir vu en entier (ou tout du moins une bonne partie), non ?

  • Corée :

détesté :

Je n’ai pas eu le courage de continuer Dream High. Je ne suis pas allergique à la K-pop (je me soigne et mes cures sont de plus en plus rapprochées), mais j’ai eu l’impression que le drama devait davantage son engouement à la popularité de ses stars qu’à ses intrigues et à son jeu d’acteur. J’ai eu tout de même quelques commentaires positifs m’encourageant à poursuivre l’expérience, mais peut-être aussi suis-je un peu vieux pour m’immerger dans une telle atmosphère. Et puis surtout les premières prestations scéniques étaient lamentables. Autant je suis admiratif de certains danseurs/danseuses du monde de la k-pop, autant la série n’avait pas l’air d’être à la hauteur de ses ambitions.

adoré :

Lie to me a vite eu son lot de détracteurs, et sans dire que j’ai adoré, j’ai pourtant apprécié la plupart des épisodes. Je m’en expliquerai prochainement, mais j’ai été happé par le duo principal, au point que le reste n’avait finalement plus beaucoup d’importance. Que voulez-vous, il suffit que je vois un couple heureux pour que je me mette à sourire bêtement. Et puis, on ne reverra pas avant longtemps une aussi belle alchimie, d’aussi belles scènes de baisers, voire même une héroïne qui ne se contente pas de vouloir épouser le prince charmant (et riche). Oubliés, les incohérences, les personnages inutiles, les intrigues ultra-classiques, la musique mal utilisée (du moins au début), à partir du 10è épisode (et au changement de PD : Producer-Director), la série se recentre sur l’essentiel et nous en met plein la vue. Pas étonnant que les fans se mettent à imaginer que Yoon Eun Hye et Kang Ji Hwan forment un vrai couple en dehors de l’écran, tant ces deux là font plaisir à voir.

  • Japon :

détesté : Hana yori dango. Ce drama bénéficie d’une telle popularité que malgré mes réticences je m’y suis plongé. Ce fut laborieux, mais j’ai persisté jusqu’au bout. Mis à part l’héroïne principale, bien mimi, les personnages sont de véritables caricatures et il m’a été très difficile de m’attacher à eux. Et pour moi le couple central ne fonctionne pas. On aura beau mettre un soleil couchant et les musiques adéquates, ça ne colle pas avec le développement psychologique du bad boy au cœur tendre. Rappelons-le, c’est un ignare friqué, irrespectueux, hautain, violent, sadique, qui subitement tombe amoureux de la victime qu’il … torture ! Oui j’insiste sur le « subitement ». Je peux comprendre que le garçon qui sort les poings soit le fantasme de la pré-adolescente (et encore), m’enfin, un peu de cohérence ! Surtout que ses premières scènes sont particulièrement violentes et qu’il est très dur d’apprécier un personnage qui se conduit ainsi (et j’ai fait une coupure de visionnage de 2 mois !). L’autre garçon, c’est le cœur tendre mystérieux, romantique, qui fait la pose « parogencyl blancheur système » en faisant « hé, hé » au lieu de s’expliquer. Les deux autres garçons n’ont pas le même temps d’antenne, ce sont les faire-valoir, mais ils réussissent quand même à s’envoyer des pains de façon complètement invraisemblable, parce que les deux autres en ont décidé aussi. C’est vous dire le niveau ! J’ai conscience d’être dur, mais j’avoue qu’aujourd’hui je n’ai toujours pas compris l’engouement pour cette série, mis à part qu’elle a été la première pour bon nombres de dramaphiles.

adoré : Manhattan love story. Voilà une série qui mériterait un bond de popularité, tant elle est originale et tarabiscotée. Et pourtant, tout comme Koi Ga shitai (qui a néanmoins quelques articles élogieux), cette série passe inaperçue sur le net. Ça ne vous intéresse pas, un puzzle amoureux délirant ?

  • USA :

détesté : J’ai essayé True Blood, mais il n’y a rien à faire, désolé, c’est pas pour moi. Et j’avoue que j’en cherche encore l’intérêt , je continue à lire de ci de là les impressions sur différents épisodes… Mais bon je vois fleurir sur la toile davantage de captures d’écran de scènes dénudées que des textes saluant la qualité des intrigues, alors je me console (peut-être à tort) en me disant que je ne loupe pas grand chose, malgré la puissance du marketing.

Et puis il y a aussi des séries auxquelles je voudrais accorder une seconde chance, comme Doctor Who. Parce que j’ai jamais pu avoir le courage de lancer la suite, après des débuts aussi laborieux. Pourtant le kitsch ne me pose pas de problème (Buffy l’était bien lors de ses premiers épisodes), mais non, je suis passé à autre chose, et je continue de me dire, jour après jour, que j’aurai du persister, vu l’engouement…

adoré : Huge. La série est malheureusement passée inaperçue l’été dernier, et j’encourage autant que possible son visionnage. Voilà une série qui était originale et montrait pour une fois les ados obèses sous un autre jour. Fini l’obèse rigolo, le faire-valoir au héros, dans cette série tout le monde a des problèmes de poids. Huge est en réalité une très fine description de leur bagage émotionnel. Et j’avoue que je préfère m’intéresser à des ados qui ont un manque de confiance en eux que des ados friqués qui se droguent ou s’envoient en l’air à la moindre opportunité.

[30 days drama challenge] day 18 : drama détesté vu en entier

Voilà une question pour évaluer notre degré de masochisme ! Il est vraiment rare que je m’inflige des séries jusqu’au bout si je ne leur trouve pas quelque chose d’intéressant.

Corée :

Snow White. J’en avais déjà parlé lors de mon tag drama, mais c’est le genre de supplice que je ne suis plus capable aujourd’hui de m’infliger, même en avance rapide. Non, je ne mettrais pas de photos. N’insistez pas.

Japon :

My Little Chef, News no onna ou … Hana yori Dango ? Bon, je vais éviter la provoc’, on va dire My little chef. Parce qu’un drama qui prétend résoudre les problèmes sociaux ou conjugaux de chacun en servant le plat correspondant, c’est quand même un concept portnawak. A sa décharge, il y avait Abe Hiroshi et le minois d’Aya Ueto, le générique d’Ayumi Hamasaki et la jolie présentation des mets préparés avec amour. Mais pour tout le reste, circulez y a rien à voir, que ce soit l’émotion ou le scénario, on frise le vide absolu. Et je passe sous silence les effets spéciaux étincelants.

USA : On va dire Off The Map, pour citer une nouveauté. J’en ai déjà parlé abondamment dans mon bilan, je ne tiens pas à raviver de cruelles blessures.

Quel militantisme pour la diffusion des dramas coréens en France ?

Si vous suivez un peu l’actualité ici ou , vous n’êtes pas sans savoir qu’une petite révolution est en train d’approcher à grands pas.

Les amateurs de dramas coréens ont jusqu’à présent été plutôt perplexes devant l’arrivée de DramaPassion, un site qui propose du streaming  et du téléchargement payants de dramas coréens en vostf. Je résumerais le mécontentement à 2 arguments :

– le premier, c’est que l’arrivée d’une offre légale impliquait que les sous-titreurs français bénévoles se voyaient obligés d’arrêter tout leur travail sur les dramas proposés par Dramapassion. Autrement dit l’offre underground s’est réduite, suscitant colère chez les amateurs, pour la plupart des adolescent(e)s n’ayant pas le porte-monnaie suffisant pour assouvir leur passion parfois boulimique. J’en profite au passage pour saluer ces bénévoles qui agissent uniquement dans le but de partager leur passion.

– le deuxième, c’est que l’offre légale proposée était inadéquate, même si elle partait d’un bon fond (les deux premiers épisodes de chaque drama sont gratuits, permettant à tout un chacun de commencer l’aventure). Elle était tout d’abord trop chère pour du streaming (et l’argument est également valable pour la VOD de séries américaines), car au final elle revenait presque au prix de coffrets DVD. Et surtout, la qualité du streaming était loin très loin d’être satisfaisante.

Le moins qu’on puisse dire c’est que les reproches ont été écoutés. Les prix ont évolué, avec différentes formules d’abonnements (accès illimité au catalogue pour un mois), paiement par SMS (pour les ados n’ayant pas de carte bancaire). La qualité du service aussi puisqu’avec un abonnement premium vous avez maintenant accès à de la HD, mais aussi à du téléchargement. Ceux qui ont une mauvaise connection internet peuvent ainsi profiter d’une lecture « normale ».

Le problème, c’est qu’il manquait toujours une offre physique réelle, et définitive. Les gens comme moi n’attendaient que ça. Pouvoir enfin posséder une série coréenne en DVD. Après l’échec commercial de Damo (mais pouvait-il en être autrement sans un meilleur soutien ?), seule série coréenne à ce jour distribuée en France, voilà que DramaPassion a annoncé il y a quelques semaines la publication en DVD pour mi septembre de la série pour adolescents Boys over Flowers (remake coréen de la célèbre série japonaise Hana Yori Dango).

C’est un évènement phare dans le monde des sériephiles, puisqu’il est probablement la meilleure chance à ce jour de voir enfin arriver sur nos étals une offre de dramas coréens en DVD. Bien entendu, à la condition que les ventes soient satisfaisantes.

C’est là que j’en viens au militantisme. Si comme moi vous militez pour une offre pluriculturelle légale répondant à de vrais besoins (pas de vente d’une offre culturelle virtuelle ou éphémère, mais de vrais supports physiques à posséder), alors peut-être est-il temps de sauter le pas  et de propager la nouvelle, en encourageant autant que possible l’achat dudit coffret.

Je ne suis pas là pour encourager le profit de sociétés qui ont trouvé un bon filon, je suis là parce que j’ose espérer que si l’offre se développe, c’est la reconnaissance du drama coréen qui est au bout du voyage. Peut-être enfin les amateurs de séries pourront se réunir autour de fictions quelques soient leurs nationalités. Peut-être qu’un jour quand vous verrez « classement des meilleures séries » sur le web, vous n’aurez pas que des séries américaines dans la liste. Peut-être qu’un jour vous ne vous ferez pas agresser parce que vous avez l’audace de parler de séries qui ne sont pas américaines.

Et si tout cela ne vous préoccupe pas plus que cela, sachez que peut-être un jour vous serez très content de pouvoir acheter des séries comme Coffee Prince, Story of a man,  Chuno, Iris, The Painter of the wind, ou rêvons un peu – The Legend, Alone in love, Someday, Flowers for my life, ou des dramas plus récents…

Alors quel militantisme adopter ? Applaudir les actions qui vont dans le sens d’une meilleure diffusion ne suffit pas (la preuve avec Damo). Ce qu’il faut, ce sont des résultats de vente encourageants.

Bien sûr, soutenir un produit en l’achetant, ça dépend du contenu offert. J’aurai mille fois plus apprécié un drama moins axé adolescents, et puis il faut bien le dire Boys over Flowers n’a  bonne réputation qu’à cause de groupies. C’était pas le meilleur drama au niveau qualitatif pour commencer, en revanche c’était sans doute le meilleur choix d’un point de vue commercial, vu son buzz.

Mais au moins, on ne se moque pas des futurs acheteurs, : 25 épisodes en 9 dvd (donc la compression devrait être correcte), avec sous-titres français et anglais ainsi qu’une heure et demie de bonus (making-of et interview). Au niveau du prix, c’est plus cher que des coffrets de séries américaines (65 euros), mais c’est tout à fait acceptable pour des coffrets de série coréenne (les prix sont même plus chers là-bas). Bien sûr il reste la question de la qualité de l’image (transfert HD=>DVD ?), mais bon je croise les doigts. (Et puis bon la couverture rose, va falloir assumer, hein…).

Pour effectuer cet achat militant, il va falloir attendre que le site Dramapassion enclenche la procédure de précommande (ce qui ne devrait plus tarder).

Je le redis encore une fois avec force et conviction, il n’y a aucune raison pour que les séries coréennes ne fonctionnent pas en France. (On voit d’ailleurs que l’exportation des dramas coréens fonctionne très bien, y compris dans les pays arabes, si vous avez suivi le billet de Ladytelephagy). Ce qu’il faut, c’est faire connaître ces séries. Et encore une fois, j’insiste, le meilleur moyen d’attirer l’attention, c’est de montrer aux investisseurs qu’il s’agit d’un filon qui pourrait devenir lucratif (il faut pas se leurrer, la reconnaissance artistique dans les médias traditionnels, c’est pas pour demain). Qui sait, ça pourrait même donner des idées pour des dramas japonais !

Voilà, je sais bien qu’à mon échelle, je ne vais pas permettre à Dramapassion de continuer son effort. Je tiens néanmoins à dire ceci : quand Dramapassion est arrivé, les critiques fusaient, « le streaming payant ça vaut pas le coup », « moi je veux des dvds ». Alors voilà, les dvds arrivent. Alors maintenant, il faut être cohérent et assumer ses propos. Certes, c’est pas une série extraordinaire, mais si ça fait un bide, vous n’aurez pas d’autres séries. Être militant, parfois, ça consiste à acheter ce qu’on aurait pas forcément acheté dans un contexte normal.

Je sais aussi que 65 euros, c’est une sacrée somme. Mais tout a un prix. Il faut savoir ce qu’on veut. Si on veut rester à du streaming confidentiel payant, ou si on veut passer à une vraie diffusion de la culture coréenne (car j’en suis convaincu, ça passe par le dvd et par l’acquisition de droits par des chaînes de télévision françaises).

Alors, s’il vous plait, faites passer le message autour de vous. (Même un site comme dvdseries.net semble ignorer la sortie prochaine de ces dvds). Même si vous n’êtes pas passionné par les séries coréennes mais par les séries américaines, vous devriez rejoindre le mouvement. Sériephiles, on compte sur vous, c’est pour la bonne cause !