[Pilote US] Undercovers

J’étais un peu inquiet en voyant débarquer la nouvelle série de JJ Abrams. Une énième série d’action/espionnage, laquelle décrit un couple d’espions qui reviennent dans le milieu après 5 ans de retraite. Je m’attendais à du savoir faire. Il est là, il n’y a pas de doute. Mais entre savoir faire et respect du cahier des charges, la nuance est de taille.

Tout semble en effet millimétré dans ce pilote : la scène sexy, la scène d’explosions, la scène de combat à mains nues, etc… JJ Abrams a voulu trop en mettre, oubliant que ce qui fait une série c’est son âme, son sens du suspense, ses rebondissements. Du reste, le style est tellement copié-collé d’Alias que tout devient étrangement routinier. C’est un peu comme si vous visionniez pour la 948ème fois un chef d’œuvre du cinéma d’action en avance rapide : tout devient subitement fade : il n’y a plus d’enjeux, juste du spectacle.

Pourtant à première vue j’aime bien le couple principal (et Gugu Mbatha-Raw est très agréable à l’oeil, comme on dit).  Ils pourraient être un peu plus chamailleurs/bagarreurs, et avoir un peu plus de personnalité, ou de bagout, aussi. Parce que du coup les lignes de dialogues humoristiques paraissent un peu sèches, moins percutantes. Quand on fait le choix d’injecter de l’humour, il faut l’utiliser à bon escient, et ce n’est pas toujours le cas ici.

Mais finalement ce qui me fait le plus peur, c’est de lire que la série ne sera pas feuilletonnante. Je parlais d’enjeu il y a quelques lignes, mais à quoi bon voir chaque semaine une énième variation de ce cocktail si on ne se positionne pas dans un univers avec ses codes ? Je ne réclamais même pas un grand méchant ou une organisation secrète mais juste un petit fil rouge, un mystère, une interrogation sur un personnage, bref de quoi me donner l’envie de revenir.

Le pilote d’Undercovers donne cette désagréable impression d’avoir regardé un blockbuster au cinéma : le rythme des scènes d’actions millimétrées, l’absence d’enjeu, la tête qui se vide sitôt le film terminé.

Bon, ce n’est quand même pas Human Target, les héros sont quand même un peu plus sympathiques, mais en l’état c’est quand même une déception. Je n’ai pas vraiment envie d’y revenir, mais ça peut être un petit guilty pleasure pendant quelques épisodes.

Publicités

[Classement de mes attentes pour la rentrée américaine] 11 – Undercovers (NBC)

A première vue, cette série avait tout pour me plaire. Une série d’action, comique, romantique dans un univers d’espionnage, je signe tout de suite. Mais d’après ce que j’ai lu, on se rapprocherait davantage de Hart to Hart (Pour l’amour du risque) que d’Alias. Là ça m’enchante déjà moins. Il faudrait ne pas s’attendre à une quelconque mythologie mais juste à des rebondissements autour de la vie maritale des protagonistes. C’est dommage, le non-feuilletonnant est en train de s’imposer partout (j’en reparlerai sans doute à la rentrée parce que cette tendance m’attriste).

Mais la vie d’un couple d’espions, ça existe déjà sur NBC, ça s’appelle Chuck. Et le comble c’est que Chuck avait déjà parodié Pour l’amour du risque :

On verra si NBC aura eu raison de mettre Undercovers à l’antenne. Parmi les executive producers, il y a JJ Abrams. Et son nom suffit à ouvrir des portes.

En tête d’affiche, deux acteurs noirs, qui plus est inconnus aux USA (même si la britannique Gugu Mbatha-Raw a déjà joué dans Doctor Who).  De quoi être curieux. Et aux dernières nouvelles l’ex Miss France Linda Hardy jouerait dans la série. Un cast international, en somme.

Bref, vous l’aurez compris, je suis à la fois enthousiaste et inquiet. Réponse au visionnage du pilote réalisé par JJ Abrams (comme à l’époque de Lost).