You from another star [Pilote – Corée]

you from another star

En matière de télévision sud-coréenne, on le sait, ce sont les stars qui poussent une grande partie d’un show. Alors après 14 ans d’attente, le retour de Jun Ji Hyun (My Sassy Girl) sur le petit écran est un réel évènement à savourer. L’actrice phare de l’Hallyu délaisse donc pour un temps le cinéma coréen et international, pour se consacrer à ce drama romantique aux multiples titres : You from another star, man from the stars, my love from another star... choisissez bien.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’au terme des deux premiers épisodes, le drama ne déçoit pas. L’histoire est un cocktail parfait de plusieurs idées et thématiques : le destin au sens romantique, les clins d’œil / coups de griffe sur l’industrie du divertissement et sur l’actrice qui joue le rôle titre (la fameuse réplique de My Sassy Girl sera là !), la pincée de fantastique, un volet de l’histoire au temps de Joseon, de multiples personnages, et un équilibre parfait entre l’humour et le drame.

you from another star jun ji hyun

Notre héroïne (Jun Ji Hyun) incarne une star de l’Hallyu, qui n’a pas fini ses études et manque sérieusement de culture générale (elle tweete façon Nabila). Imbue d’elle-même, elle fait ses caprices. Heureusement les auteurs désamorcent très vite son personnage pour le rendre sympathique. Elle cache en effet une vieille blessure : sa mère lui pique son argent après avoir ruiné son père (et s’en être séparé). Captive du star-système qui l’empêche de manger à sa faim, elle ne peut supporter de voir les gens l’adorer et lui donner des coups de couteau dans le dos. La mode est au lynchage médiatique, hélas. Elle doit ainsi reprendre les cours à l’université, car on ne tolère plus son statut privilégié. Son nouvel objectif est donc d’avoir de bonnes notes tout en continuant sa carrière d’actrice, ce qui ne lui laisse que peu de temps, malgré ce qu’elle montre sur les réseaux sociaux. Or, elle va vite s’apercevoir que son prof est en réalité son nouveau voisin.

you from another star jun ji hyun kim soo hyun

Notre héros (Kim Soo Hyun, The Moon That Embraces the Sun), apparemment prof d’université un brin asocial, est en réalité un extra-terrestre qui vit sur Terre depuis 400 ans et pourrait enfin retourner sa planète à la faveur d’une comète d’ici 3 mois. Il ressemble aux humains, sauf qu’il a des capacités bien plus évoluées : son audition est décuplée, et la télékinésie et la maîtrise du temps n’ont plus de secret pour lui. Il entend donc sa voisine « décompresser » (elle hurle et chante faux à tue-tête tard le soir) et s’en plaint… Autant dire que ces deux là ne commencent pas sur le bon pied.

you from another star kim soo hyun

Mais le destin leur joue des tours. La série va beaucoup jouer sur ce concept romantique, à travers le temps. Il y a 400 ans, notre alien a sauvé une petite fille d’une mort certaine. Il y a une douzaine d’années, il est également intervenu pour une fille qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Ce qu’il ignore, c’est que cette petite fille, c’était notre héroïne.

De nos jours ni l’un ni l’autre ne se reconnaissent. Pourtant chacun aimerait revoir l’autre. Notre héroïne reste ainsi bloquée sur la question du mariage avec son boyfriend trop pressant, et notre héros pense que s’ils doivent se revoir, le destin s’en chargera.

Il a en effet une conception particulière de la vie. Il a constaté par le passé que ses interventions pour aider l’humanité se sont toujours soldées par des échecs. Si le mal (ou le bien) doit arriver, il arrivera.

you from another star joseon

Si notre héros est asocial, il a réussi à se lier d’amitié avec un seul humain, avocat, qui se charge de rédiger de faux actes de décès. Notre héros, en effet, n’a pas vieilli depuis 400 ans, et il doit constamment changer de lieu et de profession pour ne pas se faire remarquer. Du côté de notre héroïne, en revanche, le nombre de personnages est élevé : des actrices concurrentes (dont l’une jouée par Yoo In Na (Queen In Hyun’s Man) qui en pince pour le boyfriend de l’héroïne, lequel a un frère héritier chaebol diabolique), la mère de l’héroïne, son frère qui fugue, … On sent de suite qu’on ne va pas s’ennuyer !

you from another star yoo in na

Et effectivement ces deux premiers épisodes sont plutôt denses, bien rythmés, oscillant parfaitement entre les moments émouvants et les scènes comiques, plus limitées. On se prend donc très rapidement au jeu, et ce d’autant mieux que la romance nous est présentée sous son meilleur jour. Parlez-moi de destin, et je suis là.

you from another star romance

La réalisation n’est pas en reste avec une bonne utilisation de l’environnement, d’excellents effets spéciaux. La bande son orchestrale envoute de suite le téléspectateur, et donne à certaines scènes un vrai cachet. Mieux encore, les fins d’épisodes comportent des scènes bonus humoristiques, à la manière d’History of a Salaryman (en moins loufoque). De quoi se lier très rapidement avec les acteurs, qui semblent prendre plaisir à jouer. Jun Ji Hyun est évidemment excellente, même si elle doit surjouer par moments pour mieux rentrer dans le cadre du drama, et Kim Soo Hyun (qui était déjà son partenaire dans le très bon film The Thieves) restreint suffisamment son jeu pour qu’on le prenne pour un alien.

Bref, tous ces nombreux éléments combinés en font un divertissement complet, et très séduisant, et j’ai hâte de voir la suite.

feu_vert3

Publicités

Acteurs et actrices coréennes : Jun Ji Hyun

Jun Ji Hyun (Jeon Ji Hyun) est sans doute la plus sexy et la plus populaire actrice coréenne. Elle a d’abord débuté comme mannequin avant de s’investir à la télé dans 3 dramas : The Season of Puberty, Fascinate my heart et le plus connu : Happy Together (1999) (à ne pas confondre avec le film de Wong Kar Wai).

Happy Together est désormais un vieux drama familial, mais il bénéficie de la présence d’un cast de rêve : Lee Byung Hun, Kim Ha Neul, Cha Tae Hyun, Jun Ji Hyun…

La belle Jun Ji Hyun commence les spots de pub, et bientôt une nouvelle carrière s’offre à elle. On attendait que le cinéma pour confirmer que son physique n’était pas tout.

C’est en effet grâce à ce média que va se révéler l’actrice .

Après un White Valentine passé inaperçu, (il faut croire que des histoires de pigeon ça ne passionne pas les foules), elle subjuguera son monde avec Il Mare, l’histoire d’une boîte aux lettres qui permet de parler à l’ancien propriétaire d’une maison sur le lac. Un très beau film, qui souffrait cependant d’un rythme mollasson. Le remake américain avec Keanu Reeves et Sandra Bullock a fait un flop, et pour cause, il n’y avait plus aucune alchimie entre les acteurs, l’histoire a été modifiée, et le soin porté à l’image était très en dessous de l’original.

C’est bien évidemment avec le carton phénoménal My Sassy Girl que Jun Ji Hyun trouva le rôle de sa vie. J’en ai déjà un peu parlé lorsque j’ai évoqué Cha Tae Hyun, son partenaire à l’écran. Mais il faut bien comprendre que personne d’autre n’aurait pu incarner ce personnage parfois cruel, moqueur, sans complexes, autoritaire, mais foncièrement émouvant. (Fallait oser l’immonde remake avec Elisha Cuthbert !).

Après être devenue LA star du continent asiatique, Jun Ji Hyun enchaîna avec un film à l’opposé de la sassy girl. The Uninvited est un thriller oppressant, davantage psychologique qu’un film gore. (A ne pas confondre avec The uninvited, le film américain, lui-même remake de l’excellent film coréen A tale of two sisters). L’actrice prouve ainsi qu’elle sait jouer des rôles plus adultes.

Windstruck sera un autre carton pour Jun Ji Hyun. Sorte de faux spin-of de My Sassy Girl, on y retrouve une actrice déchaînée et émouvante. Servie par une excellente bande sonore (X-Japan), c’est un autre très grand film même si la fin en fait peut-être un peu trop. Et devinez quoi ? Les américains ont encore une fois acheté les droits pour en faire un remake.

Après My Sassy Girl et Windstruck, Jun Ji Hyun entreprend une carrière internationale et joue dans un coproduction Corée du Sud/HK : Daisy. Le film est tourné en Hollande, sous la direction d’Andrew Lau. Elle incarne une peintre dont tombent amoureux un policier (Jung Woo Sung) et un tueur professionnel. Un joli film même s’il est un peu trop convenu. Les américains ont là aussi acheté les droits pour en faire un remake.

Jun Ji Hyun prend alors une longue pose cinématographique, occupée par les différents contrats publicitaires (On se souviendra notamment des pubs Giordano).

Elle reprend les chemins des studios en 2008 pour le très bon film A man once a superman, où elle casse justement cette image de beauté superficielle en interprétant une jeune femme réalisatrice de documentaires. L’image la montre grise, terne, au langage rude. Elle rencontre un homme qui prétend être Superman (l’excellent Hwang Jung Min). Ce sujet permet de s’attaquer à l’individualisme qui prend de l’ampleur dans toutes les sociétés.

Afin de se faire reconnaître au niveau international, elle simplifie et occidentalise son nom en Gianna Jun mais elle fait un véritable flop en incarnant Blood the last vampire, film adapté du manga japonais. Avec le médiocre Chris Nahon aux commandes, évidemment, le film n’avait aucune chance.

On devrait la retrouver l’année prochaine dans une coproduction américano-chinoise, l’adaptation du bestseller : Snow Flower and the secret fan (Lisa See). Elle jouera en compagnie de Hugh Jackman et Vivian Wu.

En attendant, la rumeur disait qu’elle voulait tourner dans une série. Elle a récemment refusé de jouer avec Rain dans le drama Runaway (cf mon article).