Enlightened [Pilote]

De bonnes idées font-elles de bonnes séries ? L’histoire d’Enlightened est on ne peut plus simple : dans une grande entreprise vendant des produits de beauté, une femme est mutée à un autre poste après avoir couché avec son patron. Ne pouvant pas en supporter davantage, elle fait une crise de nerfs gigantesque. Des mois plus tard, elle revient d’un séjour thérapeutique new age, où elle a sa révélation après avoir côtoyé une tortue marine. Elle devient subitement zen, souriante, au point d’en être inquiétante. Et en menaçant de poursuites ses anciens employeurs, elle retrouve un job dans la même entreprise. Or si Amy a- apparemment –  changé, ce n’est pas du tout le cas des autres personnes.

A la lecture de ce pitch, on se prend à rêver d’une lecture incisive sur l’hypocrisie au travail, les concepts new age ridicules, la dépression… Malheureusement, en 30 minutes, la série préfère évacuer son sujet et se centrer sur l’héroïne. Ce qui à mon sens, est une grave erreur. Laura Dern est impliquée dans la création de la série, et ça on le comprend très vite : elle est dans toutes les scènes, tous les plans, son visage est filmé en permanence… et ce sont ses sourires, ses « fuck » à tout va qui vont devoir remplir l’épisode. A nous de décrypter les indices qui nous parviennent : divorce, problèmes financiers, mauvais rapports avec sa mère….

L’héroïne est tellement dans sa bulle qu’il en devient impossible de s’attacher à la série. Car enfin, les autres personnages sont réduits au minimum, et ne servent que de faire-valoir. Ils n’existent que parce qu’Amy existe. Et si vous n’accrochez pas à la folie post-depressive du personnage principal dont vous avez fait le tour en deux scènes, la question se pose pour le futur de la série. Y a-t-il de la place pour autre chose ? Oui. Est ce que cela en prend le chemin ? Non.

Reste la prestation de Laura Dern, pas toujours convaincante selon les scènes, mais l’ensemble est tellement gonflé d’égo, en mode « je fais mon comeback à la télé dans un rôle marquant, hein vous m’avez vu », que j’ai eu du mal à applaudir et à ressentir la moindre émotion.

Bref, un sujet intéressant mal exploité, une héroïne tellement présente qu’elle empêche de développer l’univers et les autres personnages de la série, ça ne donne pas envie de voir la suite. A la limite, voir le poster suffit.

Publicités

Pilotes de la rentrée américaine 2011

Dans un souci d’ergonomie, j’ai décidé de regrouper les liens vers les critiques correspondantes. Cet article sera donc édité au fur et à mesure. Pour rappel :

Feu vert : je pense continuer au moins pour quelques épisodes ;

Feu orange : les prochains épisodes ont intérêt à être convaincants ;

Feu rouge : j’arrête là.

2 Broke Girls

Boss

Free Agents (annulée)

Homeland

Once upon a time

Person of interest

Pan Am

Prime Suspect

Ringer

Suburgatory

A gifted man

American Horror Story

Charlies’Angels (annulée)

Enlightened

Grimm

Hart of Dixie

How To Be a Gentleman (annulée)

Last Man Standing

Man Up !

New Girl

Revenge

The Playboy Club (annulée)

Terra Nova

The Secret Circle

Unforgettable

Up All Night

Whitney

Edition du 27 Octobre 2011 : Une rentrée bien moins maussade que prévue, avec l’arrivée de bonnes séries, et de quelques autres en net progrès depuis leur pilote. On en reparlera lors du bilan fin décembre.