Suicides, accidents et maladies en séries au pays du matin calme

Si vous suivez un peu l’actualité de la fiction coréenne, vous êtes sans doute au courant du récent suicide de l’acteur Park Yong-Ha. J’avoue avoir pris la nouvelle très à coeur, étant donné que c’était un acteur brillant, qui avait fait merveille dans la série Story of a man (aka Slingshot). Quand on sait qu’il y jouait un homme dont le frère se suicide et bouleverse ainsi toute la famille, c’est d’autant plus troublant. Il avait aussi joué dans Winter Sonata et On Air, et juste avant l’annonce de son décès, je me réjouissais de voir son nom accolé à celui de la délicieuse Yoon Eun Hye dans la future série Comrades/Love Song dont je vous parlais dans mon article sur les séries coréennes à venir. Le projet avait tout du hit (bien qu’il faille se méfier du buzz, puisque beaucoup de projets se sont finalement révélés décevants, comme le dernier Road Number one, avec Kim Ha Neul.)

Il s’avère que Park Yong Ha était très dévoué envers son père, malade d’un cancer de l’estomac en phase terminale. Ayant de plus une forte tendance à la dépression (ce qu’il reconnaissait de lui-même dans plusieurs interviews), il aurait donc choisi de mettre fin à ses jours.

Adieu Park Yong Ha, ton absence va créer un vide.

Outre le drame humain personnel (qui montre d’ailleurs à quel point les liens familiaux sont encore importants en Corée du Sud), j’avais envie de revenir sur le nombre impressionnants de suicides, d’accidents et de maladies dans le petit monde des acteurs coréens.

C’est un fait, en Corée, comme le dit Ladyteruki dans sa très brillante présentation de la télévision coréenne, (même si je ne suis pas tout à fait d’accord lorsqu’elle dit que passé le service militaire les acteurs font plus difficilement carrière, bien sûr beaucoup sont oubliés mais la plupart rebondissent grâce à la grande quantité d’oeuvres produites chaque année, et le public a de la mémoire, par exemple Gong Yoo de Coffee Prince est sorti de son service, acclamé par les fans), c’est un fait, disais-je, les suicides d’acteurs font régulièrement la une de la presse. Ce petit monde n’est pas épargné et subit une vraie pression. Il faut voir par exemple à quel point une simple affaire de consommation de drogue (cannabis, ecstasy) est devenue un scandale brisant la carrière de ceux qui y sont impliqués (Joo Ji Hoon), ou bien comme les harcèlements de la presse sont éreintants. On se souvient par exemple de Choi Jin Shil, qui s’est suicidée car ne pouvant plus supporter les fausses accusations qu’on lui portait (elle aurait profité du suicide d’un autre acteur Ahn Jae Hwan pour prêter de l’argent avec intérêts). D’une manière générale, la presse people et le comportement des internautes, prompts à lancer toutes sortes de rumeurs, semblent vraiment scandaleux. Mais outre les rumeurs, ce sont beaucoup de jugements et de critiques sur la moindre action, la moindre apparence des stars (critiques sur le poids, la chirurgie esthétique omniprésente là-bas). Je trouve aussi que les fans sont particulièrement dangereux (on se souviendra de la pauvre Yoon Eun Hye qui aura subi des jets d’eau vinaigrée dans son oeil, ce qui a abîmé la cornée de l’actrice).

Parmi les suicides, on peut ainsi nommer celui de l’actrice Jung da Bin ou de l’actrice Lee Eun Ju (Bungee Jumping of their own, Lover’s concerto) qui s’est suicidée suite à la scène de nue qu’elle avait tourné dans The Scarlett Letter.

Mais c’est peut-être aussi du côté des mentalités qu’il faut chercher une explication. La dépression n’est pas considérée comme une maladie comme chez nous, mais comme une faiblesse honteuse, et le seul moyen de réparer sa fierté et son honneur semble être le suicide.

Cette mort n’est pas la seule malédiction frappant les acteurs coréens. Je pense notamment à des accidents ou des maladies graves, phénomènes plutôt fréquents là-bas.

Ainsi, la Corée aura perdu le très sympathique acteur de Coffee Prince (Lee Eon) par un accident de moto, tandis que l’actrice Jang Jin Young est morte d’un cancer de l’estomac juste après son mariage.

Ce sont à chaque fois des évènements qui bouleversent le pays, mais rien ne change. Il faut croire que ces tragédies contribuent à ce que ce pays reste le roi de la fiction mélodramatique.

Acteurs et actrices coréennes : Lee Byung Hun

C’est l’été, une période un peu plus creuse en matière de séries télé américaine. L’occasion pour moi de partir en vacances, mais je ne vais pas laisser le blog pendant ce temps. Des articles paraîtront le plus régulièrement possible (certains en avance), et en cette période estivale, j’avais envie de faire quelque chose de plus léger : un petit tour d’horizon des acteurs et actrices coréennes que j’apprécie. L’occasion de vous familiariser, si vous ne l’étiez pas encore, à une belle brochette de talents.

On commence donc aujourd’hui avec Lee Byung Hun, l’un des acteurs coréens les plus connus au niveau international.

Lee Byung Hun est né le 12 Juillet 1970 à Séoul. Comme beaucoup il a commencé sa carrière d’acteur à la télé dans les années 1990, où il commença à se faire remarquer. Mais il doit le début de sa popularité au cinéma, grâce au carton que fut le thriller Joint Security Area (2000), réalisé par celui qui allait devenir l’un des cinéastes de référence en Corée : Park Chan Wook . Il enchaine avec un film qui dévoile une toute autre facette de son talent : le très beau Bungee Jumping of their own (2001), où il incarne un homme complètement chamboulé en amour par ce que le destin lui a réservé. Il fallait dévoiler une certaine sensibilité pour parler de l’Amour comme une force irresistible qui transcende l’âme, et non plus comme une simple question d’identité sexuelle. Et Lee Byung Hun fut tout bonnement épatant.

Après un bref retour dans le monde des séries (All In, avec Song Hye Kyo, en 2003), sa carrière continuera au cinéma. Je citerai par exemple A bittersweet life (2005), magnifique film, où il incarne un homme de main vengeur à la fois fragile et terriblement dangereux.Ce fut le début d’une reconnaissance internationale.

Après cette petite merveille, il joue dans un film mélodramatique (Once in a Summer), où il incarne avec une grande subtilité un garçon amoureux plein de charme pris dans les tumultes de la dictature des années 60.

Puis il joue le méchant dans l’excellent western The Good The Bad the Weird (le bon la brute et le cinglé), un blockbuster à mettre entre toutes les mains.

Sa carrière internationale prend de l’importance : il joue avec Josh Hartnett dans I come with the rain (2008) puis dans un blockbuster américain (GI Joe).

Enfin c’est en 2009 qu’il fait son grand retour à la télévision dans la série d’espionnage IRIS, l’une des meilleures audiences de l’année.

Lee Byung Hun, c’est un acteur qui réussit à surprendre, car il peut très bien incarner un personnage avec de multiples facettes. Son immense popularité n’est pas due qu’à son physique (vous trouvez pas qu’il a des airs de Delon, jeune ?).

Bref, Lee Byung Hun est un acteur au charisme prodigieux. A suivre…

I Saw the devil, le dernier film de Kim Ji Woon (A bittersweet life, the good the bad the weird), sort en août 2010. Lee Byung Hun y pourchasse l’excellent Choi Min sik (Old Boy).

Le trailer promet encore de bien belles choses.