Bilan de semaine 26-27

American Crime 1.04-1.05 Après un épisode solide centré sur les conflits des parents, l’intrigue prend du temps pour développer l’histoire d’Aubrey, et son addiction. Évidemment l’engrenage dans lequel elle entraine son compagnon est un peu rapide pour le format, et je n’aime toujours pas la façon dont les dialogues sont montés, mais l’émotion était là.

Arrow 3.17 Bof. Quel est l’intérêt de nous faire un flashback sur un personnage qui va disparaître ? Si les auteurs voulaient donner un peu d’émotion à cette scène, il fallait nous approfondir le personnage bien avant. Et puis les menaces sur Oliver sont vraiment ridicules dans cet épisode. Ray prouve une fois de plus qu’il n’a aucune charisme et ne constitue aucun danger potentiel (sauf pour ce pauvre Roy qui décidément est le punching-ball de la série). Quant à notre équipe d’assassins et Maseo, qui croit un instant que la flèche sera mortelle ? 3.18 Bof. Malgré Lance qui apprend la vérité l’épisode est toujours bien poussif à essayer d’entretenir une double menace (assassins/police). Quant à la scène finale, elle contredit les solutions évoquées plus tôt… tandis que Roy, décidément, persiste dans le rôle de la victime (certes consentante).

bates motel 3e04

Bates Motel 3.03 Une fois de plus la série développe des intrigues secondaires pas vraiment intéressantes, de la compétition pour devenir le nouveau shérif à Norma qui va faire de la psychologie. Le rythme ralentit fortement… 3.04 J’aime vraiment ce qu’ils font faire à Norman cette saison. Il bascule enfin du mauvais côté, tout en donnant une cause à son comportement. Et puis les autres personnages secondaires de la série finissent par rentrer dans le puzzle. Ouf !

Better Call Saul 1.08 Dès que notre avocat est sur un coup, forcément, l’épisode redevient passionnant et drôle. Avec quelques efforts supplémentaires sur le rythme (la mise en scène multiplie un peu trop les plans silencieux qui durent des plombes), on pourrait atteindre des sommets. 1.09 Dommage. L’épisode repose sur un seul twist, annoncé à des kilomètres. Avec la lenteur de l’épisode, l’émotion que l’on peut ressentir pour notre héros est donc finalement diluée. Et je ne parle même pas de notre ami ex-flic qui joue le garde du corps inébranlable. Bref, il m’en faut plus pour être satisfait. 

black sails 2e10

Black Sails 2.09 Chaque fois que le show nous promet un carnage, des morts, il multiplie les twists pour changer les alliances temporaires. Autrement dit, on se sent volé. Heureusement l’épisode est très légèrement moins bavard (on a quand même eu droit à une séquence d’action, yeah !). Mais bon on arrive à la fin de saison, il était temps.. 2.10 Voilà enfin de très jolies scènes, qui redonnent un peu foi dans la série. Dommage que la production mette le paquet sur deux épisodes par saison… Et puis surtout, on revient enfin au trésor du galion espagnol. Que de temps perdu !

Dig 1.04 Que c’est looooong ! On s’attend à quelques rebondissements surprises, hélas, rien ne vient. 1.05 Dommage que la série avance à un rythme aussi mollasson. A la manière d’Homeland, je me suis retrouvé à bailler plus d’une fois. Et puis la révélation finale est – comment dire – sans grand intérêt, puisqu’on connait depuis le début le lien. Bref, je commence à m’ennuyer.

elementary 3e18

Elementary 3.18 Joli épisode. J’aime l’idée du questionnement de la paternité pour Holmes, et je salue l’intrigue policière façon big brother qui relie différents crimes. Bien vu, bien développé. Solide.

fresh off the boat 1e10

Fresh off the boat 1.09 La comédie exploite toujours bien son capital sympathie grâce à Wu, mais elle manque encore de gags. C’est rageant, parce qu’on sent un potentiel énorme. 1.10 Excellent. Le fiston est en retrait, au profit d’une intrigue qui finalement s’adresse à presque toute la famille, tandis que le gaydar / lovedar est l’objet de gags certes simplistes mais fonctionnels. Un très bon épisode.

Grey’s Anatomy 11.17-11.18 Deux épisodes qui laissent les parties de jambe en l’air pour se concentrer sur des cas cliniques. Le deuxième épisode est le plus intéressant, malgré la prévisibilité de la greffe d’organe, car il arrive à maintenir une certaine émotion. Et puis c’est pas si souvent qu’on a un discours sur la famille dans la série, même si c’est Derek qui s’y colle. Bref, deux épisodes honnêtes, mais pas transcendants. C’est déjà mieux que la plupart des épisodes de la saison.

indian summers 1e07

Indian Summers 1.06 J’aime de plus en plus la série. Les couples mixtes font peut-être de l’ombre aux autres, mais ils arrivent surtout à mélanger passion et raison, imprimant à la fois émotion et distance. A ce titre j’ai vraiment été bluffé par la mise en scène. Bref, je suis vraiment conquis par ce voyage… 1.07 Et quand les intrigues se complexifient avec un meurtre, et de belles zones d’ombre, on ne peut qu’être ravi. Wow. Le puzzle des personnages est impeccable, et Indian Summers constitue l’une des plus belles réussites de l’année.

iZombie 1.02 Bof. J’étais plutôt optimiste au début de l’épisode, avec cet humour qui commençait à prendre forme, et puis la résolution du meurtre fut pathétique (un aveu). Pire, je n’accroche pas du tout à cette histoire d’amour avec son ex. Reste notre autre zombie pour avoir envie de continuer… 1.03 Pas si mal. Nos personnages gagnent en répartie, on a un zombie supplémentaire… Mais l’enquête n’est toujours pas à la hauteur. Encore un effort !

Marvel’s Agents of SHIELD 2.14 L’histoire est de plus en plus décousue. Après le père de Skye et son équipe de bras cassés, voilà l’agent 33 et Ward… Quant à la menace sur SHIELD, elle est brouillonne et bavarde. Comment s’impliquer dans tout cela ? 2.15 Même si le retournement de situation est prévisible, l’épisode arrive à insuffler une bonne dynamique. L’action compense le manque de tension, ce qui n’est déjà pas si mal.

Mom 2.18 C’est dommage parce qu’avec de telles thématiques, la série nous avait déjà prouvé qu’elle pouvait soutenir à la fois l’émotion et le rire. Ce coup-ci, malgré la gestuelle d’Allison Janney, le rire n’est jamais venu. D’autant que j’ai toujours eu du mal à rire de personnes qui souffrent en se trainant par terre. Ce qui ne veut pas dire que l’orientation des scenarii (la rechute) soit mauvaise, au contraire. C’est plutôt osé.

Nashville 3.16 J’en reviens souvent aux mêmes conclusions, mais j’aime quand la série cherche à rester dans la logique des personnages. Ça n’excuse pas le caractère ridicule des twists, mais ça permet aux personnages de rester attachants car humains. Cela dit, il va falloir faire disparaître le maire bientôt, car il cumule les intrigues poussives. Heureusement, l’épisode compense avec de jolis numéros. Ouf.

Once upon a time 4.16 Je suis toujours soucieux. J’espérais sans doute que le retour d’August allait servir à l’intrigue, mais il n’est qu’une clé pour trouver l’Auteur, et les scénaristes zappent toute problématique d’intégration du personnage. Quant à Ursula, son histoire était sans doute trop longue pour son bien. 4.17 Si je suis plutôt content de voir certains mystères éclaircis, la manière dont tout cela nous est amené est plutôt maladroite. Comment ne pas être déçu par le peu de charisme de l’Auteur ?

Ordinary Lies 1.02 Bien aimé une fois de plus. On évite la comédie cette fois pour aborder le drame de ces « mules », et si l’histoire était prévisible, les auteurs ont eu la bonne idée de prendre le temps de développer leur personnage principal. Et puis surtout j’aime toujours le concept de la série. 1.03 L’épisode est un peu trop directif, même si le thème de l’adultère est traité avec suffisamment de finesse. J’aime que l’on parle des problèmes d’intimité dans un couple sans que cela ne soit de la faute de qui que ce soit. Et puis on nous rabâche tellement dans les séries les prouesses sexuelles de personnages, il était temps de parler des problèmes de certains hommes.

scorpion 1e20

Scorpion 1.19 Pas mal du tout. De manière générale, j’ai vraiment aimé ces épisodes spéciaux où l’équipe lutte contre la nature, plutôt que d’énièmes terroristes… Par contre il y a toujours du chemin à faire pour shipper un couple… 1.20 J’ai bien aimé. Malgré la présence de bad guys, l’épisode arrive à rester dans le concept, et les astuces overzetop façon pilote sont finalement bien trouvées et nos personnages deviennent de plus en plus sympathiques. Cela dit, les propos visant à développer les « couples » restent encore trop lourdingues.

the big bang theory 8e19

The Big Bang Theory 8.19 Un très bon épisode. Même si la visite du ranch Lucas aurait mérité de meilleurs gags, toute la bataille autour de Doctor Who était rondement menée, sans temps morts.

the flash 1e17

The Flash 1.16 8 minutes. Après le fabuleux épisode de la semaine dernière, évidemment on se doutait que notre héros allait corriger le futur, mais on ne pensait pas qu’il règlerait le problème aussi vite, alors qu’on nous invente une nouvelle menace (toujours pas plus passionnante que la première, en plus !). Bref, on a surtout le sentiment de s’être fait flouer car la plupart des bonnes questions sont évitées. 1.17
Ça y est, on a enfin tous les éléments pour comprendre qui est l’homme en jaune, après une jolie pirouette en guise d’introduction. De quoi mieux digérer l’intrigue plutôt fantomatique du Trickster, avec un clin d’œil de Mark Hamill aux fans de star wars qui ne peut pas passer inaperçue. Un bon épisode.

the Good Wife 6.16 Je suis assez mitigé. Les auteurs essayent maladroitement de nous donner une tension sur l’issue du vote, avec des intrigues ridicules, le tout enrobé d’une couche de sponsoring Microsoft bien indigeste. J’aurai bien voulu que Prady reste dans les parages. Je reste aussi circonspect devant l’intrigue réservée à Kalinda. Le seul point positif de l’épisode, au fond, est Diane qui chasse à sa manière des clients républicains. J’aime quand une série cherche à argumenter en se moquant des clichés des deux camps. Bref, l’épisode essaye à la fois de clôturer son arc et d’en lancer d’autres, mais j’ai pas été convaincu. 6.17 Ça se confirme, j’ai eu du mal avec cet épisode en panne d’inspiration (on nous a déjà fait le coup d’une menace de hackers), et on répète carrément le message matraqué pendant la campagne, où Alicia a du composer avec de mauvais alliés. Heureusement qu’Eli est là pour sauver le job.

The last man on earth 1.05-1.06 Déçu. Certes le show reste drôle, mais il s’enferme dans un schéma classique du type qui n’arrive pas à séduire celle qu’il désire. De fait, tous les délires du personnage deviennent encore plus grossiers, voire répugnants. Je croise les doigts pour que ça change rapidement. Après tout le show a régulièrement changé de paradigme. 1.07-1.08 Malheureusement les auteurs continuent sur leur même lancée et ça devient très vite lourd, avec un héros désormais complètement insupportable au lieu d’être drôle. Quelle déception.

the odd couple 1e05

The Odd Couple 1.05 Wow. Wow. Wow. Voilà l’exemple parfait de ce que j’attendais de la série : des répliques parfaitement amenées, une situation qui se complique, un rythme qui ne faiblit pas. C’est évidemment très classique, mais ça montre surtout qu’avec une très bonne écriture, le genre peut faire merveille. Je suis très content de voir le show progresser à ce point. Pourvu que ça continue ainsi !

The Walking Dead 5.15 Un peu déçu par la manière dont on monte en épingle les conflits internes. Avec le lâche de service, l’homme qui bat sa femme, l’ado qui tombe amoureux… Tout cela manque vraiment de finesse et le résultat s’en ressent, on s’ennuie ferme. C’est dommage, parce que c’était l’occasion de pousser plus loin la psychologie de nos personnages « survivants » et de nouveau les scénaristes créent des conditions extérieures à un conflit au lieu de donner davantage de personnalité. 5.16 season finale L’épisode démontre une fois de plus l’incapacité des auteurs à faire venir les zombies de manière cohérente. Mais je suis plutôt content qu’ils aient réussi à mettre en danger plusieurs protagonistes sans recourir à un énième rafraichissement de casting. Le problème c’est que ça n’ouvre pas vraiment de piste intéressante pour une nouvelle saison (les « loups » ont beau être ingénieux, ils font pâle figure devant tout ce qu’a déjà traversé le groupe…)

12 monkeys 1e12

12 Monkeys 1.11 J’aime quand un épisode reprend la plupart des clés déjà développées, de la vision  rouge au fameux Témoin, à 1987, la re-création du Virus. La tension générée est assez fantastique alors que toutes les chances de sauver l’Humanité semblent foutues. Bravo. 1.12 Adoré. Non seulement le sauvetage tient la route, mais il empêche tout futur voyage dans le temps pour Cole, alors qu’en 2043 une menace se fait plus précise. Bref, c’est bien vu, on comprend mieux certains indices comme Hannah, la mère de Cole, … La série est passée de bonne surprise à futur classique de science fiction. Dommage qu’elle ne soit pas plus populaire.

A noter : j’ai finalement abandonné X Company, en partie pour des raisons de temps de visionnage, mais aussi parce que malgré toutes ses qualités, le show n’a pas pu décoller suffisamment rapidement.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s