Pilotes de la semaine : The Missing (UK), The McCarthys

the missing

mini feu orange 2The Missing (BBC/Starz, UK/USA) Raconter une enquête sur une disparition d’enfant n’est jamais facile. Il faut arriver à faire parler l’émotion et la raison, arriver à faire cohabiter ces moments de stress, de doute, avec le sentiment de voir une intrigue policière bien rodée. Hélas, si la fiction essaye de nous dépeindre un père de famille désespéré, qui huit ans plus tard revient sur les lieux du drame, elle ne parvient pas toujours à donner un récit solide en terme d’investigation. La façon dont notre homme trouve une piste est un peu capillotractée, mais heureusement  ça colle avec l’idée de désespoir et de bouts de chandelle. De fait plusieurs flashbacks viennent nous raconter ce qui s’est passé donnant une histoire un peu décousue. Mais mon principal écueil est que l’horreur de la situation est un peu édulcorée, voire plate, la faute à une réalisation trop basique à mon goût. Et je n’ai pas pu m’empêcher de faire la comparaison avec Happy Valley. En fait , l’épisode ne prend de l’ampleur que lorsqu’on comprend exactement comment son mariage s’est terminé, et surtout quand l’enquête démarre enfin, c’est à dire dans le dernier quart d’heure. J’attendais du poignant, de l’intriguant, j’ai obtenu un récit parfois distant avec son sujet, peut-être trop pudique pour son propre bien. La force du sujet reste la résolution du mystère, et l’envie de savoir ce qu’il est advenu du petit garçon. Et heureusement sur ce plan là, on a vraiment envie de voir la suite. Je croise juste les doigts pour que la tension soit mieux amenée dans les 7 prochains épisodes, parce que le début est un peu laborieux.

THE McCARTHYS

mini feu rouge 2The McCarthys (CBS, USA) A chaque sitcom traditionnelle j’ai toujours l’espoir fou d’avoir de bons acteurs se lancer des répliques assassines, et je rêve de regarder une vraie gestuelle comique (J’avoue, le fait de regarder en ce moment John Cleese dans Fawlty Towers n’aide pas). The Mc Carthys tombe très souvent à côté de la plaque, et de fait, énerve très vite. On a droit au vilain petit canard (un gay pas du tout passsionné par le sport) qui essaye de s’extirper de sa famille, laquelle ne vit que pour le sport. Au menu : stéréotypes, et quelques références à The Closer ou The GoodWife, et la répétition de blagues qui ne font toujours pas rire la seconde fois. Bref, à éviter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s