Pilotes de la semaine : Marry Me, Cantabile Tomorrow (Corée), Greatest Marriage (Corée), Benched, The Greatest Fire (UK), Modern Farmer (Corée)

marry me

mini feu orange 2Marry Me (USA, NBC) J’en suis le premier étonné. Je pensais que cette énième comédie romantique allait nous proposer clichés sur clichés (après tout, on a déjà tout vu en matière de demandes en mariage ratées). Mais il y a du rythme, une solide écriture des dialogues (mêmes si parfois il y a un trop plein de références à la pop culture – si, si, ça existe !), et l’ensemble arrive à être à la fois drôle et attachant. J’adore le générique. Je suis moins convaincu par le casting (Ken Marino est un peu pâlichon face à une Casey Wilson dynamique, et je n’ai pas pu m’empêcher de rouler de l’œil quand est apparu un énième copain barbu – ils se sont tous donnés le mot ou bien ?). Et surtout, je me demande comment les scénaristes voient les futurs obstacles du couple…

cantabile tomorrow

mini feu vert 2Cantabile Tomorrow (Corée du Sud, KBS) Le remake du cultissime drama japonais Nodame Cantabile (vieux de 8 ans, le temps passe vite !) était une hérésie pour la majorité des fans. A ma grande surprise, cette version tient plutôt très bien la route. Les auteurs ont tellement voulu reprendre l’humour décalé et manga que j’ai eu du mal à m’y habituer. Le choc culturel est là : les coréens reprenant les tics japonais. Il m’a fallu presque un épisode entier pour accepter le surjeu de Shim Eun Kyung, et comprendre que oui, les coréens avaient vraiment l’intention d’accentuer la naïveté, l’innocence et le caractère immature de l’héroïne. La plupart des gags sont réutilisés (Nodame, pardon Nae Il, constamment repoussé par le brillant pianiste dont elle est amoureuse). Et la magie de la série originelle est recréée devant nos yeux , l’alliance entre l’humour enfantin et l’amour de la musique classique. Je regrette juste que le réalisateur n’ait pas songé à mieux filmer les touches de piano enfoncées, ça fait tâche, et ça m’a empêché de m’immerger complètement, à la différence de Secret Love Affair, (presque) parfait sur ce point. J’ai hâte de voir la suite : c’est drôle, attachant, on sent l’amour de la musique, et j’ai l’impression de rajeunir en la voyant.

Greatest Marriage

mini feu vert 2Greatest Marriage (Corée du Sud, TV Chosun) Encore une histoire de shotgun mariage (mariage suite à une grossesse) ? Oui, mais la fiction va bien plus loin que les habituels clichés. Mieux, elle met des mots sur la société néo-confucéenne, et l’attaque de front. Je vais répéter plusieurs fois ce terme dans ma critique : c’est du jamais vu. Elle, carriériste, confrontée à la société patriarcale (ce sont ses mots !) et à ses abus, a fait un long chemin pour arriver à la présentation du journal télévisé. Mais elle s’aperçoit qu’elle a aussi besoin d’une vie affective, et que c’est le désert niveau relations sexuelles. Le problème : célibataire depuis longtemps, est-elle vraiment prête à faire de la place à un homme, qui plus est, plus jeune qu’elle ? Lui, chroniqueur culinaire, pense bien sûr au sexe dans une relation, mais ne poursuit pas non plus l’objet de son désir. Malin, il sait prendre son temps, et est plutôt étonné de voir que c’est elle qui lui fait la proposition. Il faut dire qu’il a vécu dans une famille conservatrice, où la femme est soumise à l’homme. La fiction plonge avec délice dans les détails de l' »accident ». Ainsi notre héroïne choisit d’ignorer le risque de tomber enceinte, elle est parfaitement consciente : ce n’est pas une soirée trop arrosée, ficelle scénaristique utilisée quasi exclusivement jusque là dans les fictions coréennes. Notre héroïne, surtout, est une féministe dans l’âme : elle dit clairement les choses, et ne supporte pas l’hypocrisie de la société qui tolère les dérapages masculins alors que la femme est traitée avec mépris. Elle sait parfaitement l’implication du mariage coréen : fermer les yeux sur les tromperies de son mari par égard aux enfants. Lorsque son « copain » veut la présenter à sa famille, il essaye de lui imposer des habits traditionnelles stricts : elle veut rester libre et s’amène en mini-jupe. Elle défie largement les aînés, et outrepasse la règle numéro un du confucianisme : le respect au patriarche. Pas question non plus de quitter son job si elle se marie. Lorsque vient la question d’un éventuel avortement, elle dit clairement à son amant que c’est son choix à elle, et qu’il n’a rien à lui dire. Elle va aussi lui reprocher tous ses gestes maintes fois vus dans les dramas où le copain tire le bras de sa copine par la force. La liste est longue, mais au bout de deux épisodes, la série est une immense gifle. Et si le message sociétal est présent, et malgré un début assez conventionnel et peu rythmé, on arrive pourtant à rire, à trouver dans ce couple plein de charme. Je suis conquis. Park Si Yeon trouve là un rôle de femme encore plus déterminée et impressionnante que dans Coffee House. Les baisers sont de vrais baisers passionnés, on ne tourne pas autour du pot, il n’y a pas de bouderies, l’histoire avance vite. Bref, Greatest Marriage est tout simplement immanquable.

benched

mini feu vert 2Benched (USA, USANetwork) Il est amusant de voir comment Benched s’oppose à Bad Judge. Toutes les deux sont des comédies autour des tribunaux, mais Eliza Coupé est juste formidable en avocate qui pète un boulon et défend comme elle peut des coupables « ordinaires ». Bad Judge, c’est une pseudo-mauvaise juge qui cache un bon fond, sans avoir de caractère réellement affirmé. Eliza Coupé virevolte sur scène et c’est un vrai plaisir : les répliques sont mordantes, l’humour réellement présent sans s’embarrasser d’une morale dégoulinante. Bref, à suivre.

great fire

mini feu rouge 2The Great Fire (UK, ITV) Comme toute reconstitution, celle du grand incendie de Londres en 1666 mélange histoires humaines et réalité historique. Ainsi, le point de départ du feu, chez le boulanger Farriner, n’apparait que secondaire : on passe beaucoup plus de temps à étudier la famille, les filles. De même, si on comprend l’importance de montrer le Roi et sa cour pour situer le contexte, la fiction préfère nous parler de complot d’assassinat. C’est d’autant plus dommage que c’est bien la suite de l’histoire qui est réellement intéressante, et elle nous est à peine montrée avec notamment la réaction du Maire devant l’incendie, qui refuse de faire des coupe-feu, et qui fait sa fameuse tirade sur la façon de l’éteindre. Au lieu de nous parler de la confusion des londoniens qui attribuèrent les départs d’incendies aux étrangers hollandais et français, on essaye de nous donner du suspense avec l’enlèvement de la belle-fille du boulanger. Cela dit, du côté de la réalisation, les moyens sont suffisamment importants pour s’y croire, et ça fait plaisir de revoir certains acteurs dont celle qui interpréta Ygritte dans Game of Thrones. Mais la tension n’est jamais là, le récit se disperse, se perd dans des détails inutiles, et on a vraiment l’impression qu’ils ont voulu rallonger la sauce. C’est dommage, parce que du coup le pilote perd en efficacité.

Modern Farmer

mini feu rouge 2Modern Farmer (Corée du Sud, SBS) Souvent en décalage avec les comédies à rire forcé, destinées aux plus jeunes, j’espérais sans doute à tort retrouver une fiction déjantée, dynamique, et drôle. Hélas si le synopsis est alléchant, avec les aventures d’un ex-groupe de rock qui tente de se faire de l’argent en travaillant à la campagne, je me suis vite lassé des situations, où à peu près toutes les 10 lignes de dialogue, nos héros se mettent à crier, soit de peur, soit en s’engueulant. Le même effet comique est répété, avec gros plan sur leurs visages grimaçants. Je suis pourtant habitué aux comédies coréennes mais même en ayant bon esprit, difficile de cautionner une certaine fainéantise. Heureusement, nos personnages ont suffisamment de profondeur. Par exemple : l’un rêve de reconquérir sa belle, devenue star. L’autre se sait condamné par un cancer. On sait d’avance que ce groupe va devoir se serrer les coudes pour passer différentes épreuves, tout en s’adaptant à la campagne. Bref, une sorte de Vineyard Man revisité à la sauce Flower Boys. Mais je suis sans doute trop nostalgique pour réellement apprécier.

Publicités

2 réflexions sur “Pilotes de la semaine : Marry Me, Cantabile Tomorrow (Corée), Greatest Marriage (Corée), Benched, The Greatest Fire (UK), Modern Farmer (Corée)

  1. Hello:) pour les séries asiates: Entièrement d’accord pour candabile tomorrow qui a été plutôt une bonne surprise pour moi aussi car j’avais l’appréhension de la comparaison avec nodame cantabile.Et puis une série qui met en valeur la musique classique c’est toujours très agréable!
    Pour greatest marriage j’ai abandonné: pas tellement pour le thème il est vrai iconoclaste pour un kdrama mais pour le héros trop efféminé/chirurgisé ce qui m’a empêché de croire à son personnage
    En parlant d’iconoclaste comptes-tu découvrir Misaeng? très bonne description du monde du travail capitaliste où la violence des échanges en milieu tempéré comme dirait l’autre:) Un drama avec une saveur réaliste très rare je trouve dans la télé coréenne.
    Petite question: j’ai adoré la saison 1 de Rectify mais je me demandais si la saison 2 valait le coup?
    Au plaisir de te lire:)

    • Merci pour ton commentaire.
      Je n’ai pas encore eu le temps de voir le 3è épisode de Greatest Marriage, et ton avis suscite ma curiosité. On a un vrai rapport de force dans les deux premiers épisodes, et justement j’avais trouvé le personnage masculin bien écrit, en ce sens où on voit les influences qui l’ont construit, et les efforts qu’il va devoir faire. C’était ce mouvement de balancier qui m’avait plu. Hâte de voir la suite.
      Pour Misaeng, j’ai déjà vu le premier épisode, je n’ai pas pu voir le second à temps pour publier une critique cette semaine, ça sera pour mercredi prochain !
      Pour Rectify, tout dépend de ce que tu attends de la série. J’étais ravi de la première saison, parce qu’on ne cherchait pas à savoir si notre héros était coupable, on regardait simplement cet homme essayer de se reconstruire, en contemplant toute sa jeunesse perdue. Le concept était limité et n’avait pas forcément besoin d’une seconde saison. Pour la suite, les auteurs ont préféré s’engouffrer dans la nuit du meurtre et se focaliser sur une histoire d’amour. Le problème c’est qu’en racontant cela, on attend forcément une issue et ça change l’esprit de la série… 😉 Bref, j’aime les personnages, l’ambiance, mais j’ai pas retrouvé ce qui m’avait plu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s