Pilotes de la semaine : Partners, Outlander

Partners

mini feu rouge 2Partners J’étais forcément très content de revoir Kelsey Grammer à la télévision, mais malheureusement il ne rencontre plus de scripts à la hauteur de son talent. Et comme toutes les tentatives de comédies succédant à Frasier, Partners n’arrive jamais à susciter l’hilarité. La fiction se repose beaucoup trop sur des gags vus et revus, et nous n’avons pas droit au miracle façon Kirstie. Il est vrai que le duo avec Martin Lawrence a aussi bien du mal à fonctionner, leurs rythmiques étant vraiment éloignées l’une de l’autre. Dommage…

outlander

mini feu orange 2Outlander J’avais de très bons a-priori. J’attendais vraiment le renouveau de la fiction romantique américaine sur le petit écran, et vu la légion de fans qui attendaient l’adaptation du best-seller, je pensais que Starz avait bien préparé son coup. Hélas, le pitch n’est déjà pas d’une originalité absolue (une infirmière de l’après-guerre se retrouve propulsée au 18è siècle en pleines échauffourées entre l’Écosse et l’Angleterre), mais il s’accompagne de 40 très longues minutes d’exposition, et de présages qui feront rouler de l’œil les plus téméraires. Heureusement, la musique de Bear Mc Creary et les paysages écossais donnent un peu de charme à cette aventure extrêmement prévisible. Mais le pire, au fond, c’est que malgré la jolie réalisation et mon désir d’avoir une épopée romanesque, jamais je n’ai ressenti la moindre émotion devant mon écran. Ce n’est pas un problème de positionnement de l’héroïne (chacun voudra y voir ce qu’il veut y voir mais ce débat sur la ‘femme forte’ commence à prendre des tournures de plus en plus ridicules, surtout qu’en matière de cliché (fantasme) masculin, la fiction n’y va pas avec le dos de la cuillère). Non, il s’agit d’alchimie, et les 3 scènes de sexe m’ont paru complètement à côté de la plaque. Enfin, il y a l’envie de savoir comment notre héroïne va se débrouiller, mais étant donnée qu’elle est infirmière, férue de botanique, mariée à un historien, et a un oncle archéologue, je pense qu’elle ne devrait pas trop avoir de problèmes. Je ne sais pas si le terme « overkill » est adapté, mais ça manque clairement de finesse. Sans sa réalisation et quelques propos passionnés d’amateurs de la saga – qui auront su aiguiser ma curiosité in extremis – je me serais arrêté là.

Le pilote de The Knick (la série médicale de Cinemax réunissant Soderbergh et Clive Owen) n’a pas pu être visionné à temps pour cet article hebdomadaire, on en reparlera donc la semaine prochaine. J’aurai aussi aimé vous parler de Black Jesus et Garfunkel and Oates, d’ailleurs !

Publicités

2 réflexions sur “Pilotes de la semaine : Partners, Outlander

  1. Lisant le cycle littéraire Outlander depuis quelques mois, je peux affirmer que la finesse n’en fait clairement pas partie et que l’émotion a parfois du mal à se frayer un chemin, la faute à une certaine artificialité et à des rebondissements poussifs. Je pense par ailleurs que cette histoire est la cliente idéale pour Starz compte tenu de sa propension à montrer ses héros au lit, presque à chaque chapitre. Il n’empêche que je suis assez curieuse de voir cette transposition à l’écran, ne serait-ce que pour profiter des paysages et de la probable magnifique musique de Bear McCreary. Je tiens toutefois à attendre un petit peu, préférant avoir bien avancé du côté des romans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s