Bilan statistique de la saison américaine 2013-2014

statistiques-tv-usa-2014

Comme chaque année, je me prête à l’exercice statistique (et sorte de notation) de ma consommation télévisuelle américaine. Pour m’aider, je fais tout simplement appel aux bilans hebdomadaires publiés sur le blog. Je recense ainsi le nombre d’épisodes marquants dans une saison (ce sont ceux qui sont illustrés par une photo).

Pour le détail : les pilotes sont comptés comme marquants s’ils ont obtenu un feu vert. J’obtiens un pourcentage de bons épisodes pour chaque série. Ce ratio va déterminer le classement…

Dans le cadre de la notation sur 20 que vous pouvez retrouver avec mes collègues blogueurs sur SmallThings , j’ai effectué les opérations suivantes : Les séries sont notées selon le pourcentage obtenu plus haut (10+le pourcentage), avec « un point de latitude » destiné à donner un peu de recul aux notes. Et puis il est injuste de noter ensemble des saisons courtes et des saisons longues (l’impact d’un bon épisode n’étant pas le même). Exemple : The Big Bang Theory a obtenu 42 % de bons épisodes sur 24 épisodes (et donc obtenu la note de 14/20) alors que Growing up Fisher n’en aura que 13. Toute série lâchée en cours de route est notée sous la moyenne. Elle se rapproche de 9/20 si elle a réussi à avoir quelques bons épisodes et si j’ai tenu assez longtemps.

A noter : Lucky 7 m’avait beaucoup séduit mais a été annulé au bout de 3 épisodes, elle ne figure pas dans les classements (son ratio le perturberait).

Combien de séries ?

chart séries 2013-2014

88 séries environ (+16%) jusqu’au 22 Mai 2014. 11 séries arrêtées en cours de route (12,5 %). 43 séries suivies jusqu’au bout (48,9%). 34 séries arrêtées au pilote. (38,6%).

Ça confirme une tendance : je me suis davantage accroché cette saison américaine, ce qui n’est pas sans conséquences sur ma consommation de séries venues d’autres pays…

 

Classement toutes séries confondues (pourcentage d’épisodes marquants)

De la dernière (Homeland) … à la première (Getting On) :

ratio séries 2013-2014

Pour autant, ces séries valaient-elles le coup ? Par exemple : cette saison, j’ai tenu bon pour un plus grand nombre de séries qui n’ont jamais réussi à me marquer (8 contre 4 la saison dernière).

Pour juger globalement la saison par rapport à la précédente, faisons un petit calcul : 42 séries vues intégralement, avec un ratio d’appréciation réparti ainsi :>60 % : 5 soit 12 % des séries ; entre 40 et 60 % : 10 soit 24 % ; entre 20 et 40 % :  16 soit 38 % ; entre 1 et 20%  : 3 soit 7 % ; 0% : 8 soit 19 %
La saison passée : 32 séries vues intégralement, avec un ratio d’appréciation réparti ainsi : >60 % : 3 soit 9 % des séries ; entre 40 et 60 % : 7 soit 22 % ; entre 20 et 40 % :  9 soit 28 % ; entre 1 et 20%  : 9 soit 28 % ; 0% : 4 soit 12,5 %

Petite comparaison de la répartition « qualitative » des saisons :

répartition séries 2013-2014

répartition séries saison 2012-2013

On voit ainsi que globalement la saison américaine 2013-2014 a été meilleure que la précédente. Ce rebond qualitatif n’est malheureusement visible que sur les séries « faibles » (dont le ration est compris entre 20 et 40 %). En effet, il y a toujours le même ratio de bonnes et excellentes séries (ce qui n’est déjà pas si mal !).

 

Classement des séries aux saisons longues (>18 épisodes)

D’habitude chaque année je fais un deuxième « tri » à partir du classement précédent. Il n’est en effet pas très raisonnable de mixer des séries qui font plus de 18 épisodes avec d’autres qui en font moins de 10, car ces dernières peuvent avoir des pourcentages qui varient beaucoup plus pour un seul épisode marquant/raté.

Néanmoins, la tendance est vraiment aux saisons courtes et elles sont largement majoritaires cette année. Sans elles, le classement serait considérablement amputé et ne contiendrait qu’une douzaine de séries (!). Mais que cela ne nous empêche pas de saluer la performance de The Good Wife, d’Arrow, Big Bang Theory et Parenthood… Tenir en haleine le téléspectateur sur des longues saisons est infiniment plus difficile !

Progression du taux entre les années (pour les séries qui sont revenues cette saison)

Evolution taux

Intéressons-nous maintenant à la progression du taux (pour les séries diffusant leur saison 2 ou plus, donc). Il ne faut pas s’étonner de la place stable d’Homeland, qui est toujours celle du cancre. Arrow a signé une fabuleuse seconde saison donnant beaucoup d’espoir pour la série (+24 %), tandis que Raising Hope était en panne d’inspiration pour sa dernière saison (-32%).

Parmi les séries en hausse, the Good Wife (+23 %) rattrape son erreur de la saison dernière qui était parasitée par des débuts soporifiques (Vous vous souvenez de Kalinda ?). Once upon a time nous avait fait très peur l’année dernière mais s’est plutôt bien repris (+14%), tandis que Game of Thrones continue lentement mais sûrement son ascension (+10%).

A l’inverse, on peut raisonnablement s’inquiéter du sort d’Elementary (-21 %), qui en plus d’avoir des arcs peu intéressants s’est pris en flagrant délit de fainéantise sur les intrigues policières. The Big Bang Theory aussi commence à s’éroder (-16%).

 

Évolution du classement des séries anciennes (place)

Evolution classement séries anciennes

Une autre façon de voir l’évolution des saisons est de regarder la place qu’occupait et qu’occupe désormais une série installée. Cela permet de relativiser l’évolution du taux par rapport aux autres séries.

Et la régularité ?

Enfin, je termine ces « amusantes » études statistiques par l’évocation de la régularité des séries (la place des épisodes marquants dans une saison). Nous avons eu des exemples-types cette saison, avec par exemple Marvel’s Agents of SHIELD  qui, mis à part le pilote ne s’est réveillé que dans le derniers tiers de la saison. Arrow est devenue nettement plus régulière en seconde saison, même si elle souffre d’un petit creux à son milieu. From Dusk Till Dawn, c’est carrément l’inverse : tous les épisodes notables sont dans le milieu de saison. Mais bien souvent, la majorité des épisodes retenus sont ceux qui se situent au milieu et en fin de saison (exemples : Once upon a time, The Walking Dead).

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout. Et je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un bilan cette fois détaillé (avec des critiques de chaque série visionnée).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s