Jennifer Falls [Pilote]

jennifer falls

Familière des sitcoms multicaméras, TVLand avait créé une jolie surprise il y a quelques mois. Kirstie réussissait le tour de force de redonner de l’éclat à leurs mécanismes. Pour cela, elle avait utilisé la même recette que d’habitude, utilisé des pointures du genre et multiplié les guests, mais Kirstie s’était rapidement détaché du lot parce qu’elle était vraiment,  indubitablement mieux écrite.

Hélas, TVLand a essayé de transposer cette recette aux comédies single-caméra, et le résultat peine à fonctionner. Jennifer Falls, dites-vous ?

A première vue, il y avait de quoi être content lorsque des stars de ce type de comédies se réunissent. En quelques secondes on assiste à  deux mini-réunions, et pas des moindres, celles d’Arrested Developpement et My Name is Earl. Imaginez un casting réunissant (même temporairement) Jeffrey Tambor et Jessica Walter, ainsi que Jaime Pressly et Ethan Suplee. Vous avez les yeux qui brillent ? Moi aussi.

Maintenant vous donnez à votre héroïne un plot suranné (une cadre richissime perd subitement tout et retourne s’installer chez sa mère, et bosser en tant que serveuse dans le bar de son frère). Déjà, là, normalement ça commence à grincer des dents. Oui, c’est typiquement le genre de pitchs vendus et revendus depuis 10 ans.

jennifer falls jaime pressly

Et ça ne va pas s’arranger. Les situations elles aussi sont vues et revues, et peinent à faire sourire. Trop réchauffé ? Un exemple : comment esquisser le moindre sourire lorsque notre héroïne parle face caméra assise sur un canapé que les déménageurs veulent enlever ? Alors bien sûr Jaime Pressly y met de sa personne (elle s’incruste sur le pare-brise d’une voiture c’est vous dire la violence et l’originalité de la scène), mais il manque aussi des réparties, des gags visuels dignes de ce nom. Enfin, pour achever tout ça, la mise en scène tente de s’inspirer de Modern Family avec des séquences complètement inutiles où notre héroïne se confie face caméra. On veut nous émouvoir avec cette femme qui tombe de haut et serre les dents ? Mais alors montrez qu’elle est vraiment affectée par ce qui lui arrive. Car à la fin du pilote, on a toujours pas ressenti la moindre empathie pour son personnage qu’on voudrait dépeindre comme colérique alors qu’elle est aimante et pleine de compassion. Un peu à l’image du pôle emploi local, où on lui dit qu’elle a de la chance d’avoir encore un toit, une famille, et déjà retrouvé un boulot. À peu près la seule scène qui visait juste.

On ne peut s’empêcher de penser au gâchis devant autant d’acteurs sympathiques qui s’épuisent à nous faire rire alors que le script est désespérément plat et ses mécanismes bien trop visibles (et simplistes). Pour un pitch qui lui ressemble, on pourrait presque retenter Playing House. Ou éteindre la télé et prier pour que de meilleures comédies nous arrivent à la rentrée.

feu-rouge4

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s