Hotel King [Pilote – Corée]

Hotel King

Il était grand temps de revenir au pays du matin calme, puisque beaucoup de dramas ont été lancés en quelques semaines. Hotel King avait fait beaucoup de buzz avant sa diffusion, parce que la série réunissait l’un des duos phares de la comédie romantique Lee Da Hae et Lee Dong Wook (My Girl).

Si le côté ultra-formaté vous rebute, vous allez comme moi avoir quelques soucis, d’autant que les deux premiers épisodes ne sont pas exempts de maladresses (pour ne pas employer des termes plus désagréables).

L’histoire est très conventionnelle : un jeune garçon est recueilli par le vice-président du conseil d’administration d’une chaîne hôtelière de luxe. Jayden apprend de la bouche du patriarche qu’il a été abandonné par son père, président de cette chaîne hôtelière, et n’a qu’une envie : se venger. Désormais adulte, il devient ainsi Cha Jae Wan (Lee Dong Wook, Wild Romance), manager d’un établissement, et attend patiemment une opportunité pour détruire celui qu’il considère comme responsable de ses malheurs.

hotel king lee dong wook

Il ne fait nul doute dans l’esprit du téléspectateur que Cha Jae Wan est en fait manipulé par l’homme qui l’a recueilli. Un soir, notre héros craque, et plein de haine explique sa vengeance à son père, qui tombe des nues, mais nie être son géniteur. Il n’aura pas le temps de s’expliquer : il tombe de sa fenêtre et s’écrase dans la piscine en contrebas. Le suicide semble déguisé, mais notre héros ne vacille pas. Il tient à continuer son ascension sociale, et va essayer, avec l’aide du vice-président, d’écarter l’héritière du pouvoir (Lee Da Hae, Miss Ripley).

hotel king lee da hae

Et là les choses se dégradent. On assiste à d’effroyables scènes, sorte de patchwork indigeste montrant notre héroïne d’abord pourchassée par des malfaiteurs, et dotée d’un caractère bien trempé, en passant par une fille qui cache maladroitement son jeu, pour finir traumatisée et tremblotante à la vue d’un pigeon ensanglanté… Il va falloir choisir le prototype de votre héroïne, parce que pour l’instant ce n’est pas clair du tout.

On s’étonnera aussi d’une scène où une femme de ménage harcelée sexuellement par un client se voit défendue par sa patronne d’une manière pour le moins étrange, où l’individu même pas réprimandé est simplement mis mal à l’aise. Ce n’est pas la première fois qu’on se retrouve avec des réactions trop passives, mais là j’ai trouvé qu’on touchait le fond.

lee da hae hotel king

Malheureusement il n’y pas que l’écriture en cause. Le surjeu de Lee Da Hae est absolument horripilant. On est très loin par exemple des excentricités de l’héroïne de My Love from another star. L’effet comique passe complètement à côté de la plaque, et on en a vite ras le bol de la voir enchaîner les clichés de la gamine capricieuse bourrée de fric. Notre héroïne ne parvient pas à rendre son défaut attachant. D’abord parce qu’elle ne se ridiculise pas, ensuite parce qu’elle ne s’humanise pas, ou alors très difficilement lors de la mort de son père.

On se retrouve avec un duo qui n’arrive pas à nous émouvoir avec leurs déboires (pire, on a presque envie de leur donner des claques), et avec une histoire aussi conventionnelle et prévisible (peu de mystères restant à découvrir), on se demande très vite pourquoi rester devant son poste de télévision. Et surtout, quelle horrible scène finale, où des caresses de cheveux deviennent maladroites et irréelles…

La recette a été appliquée à la lettre, mais il ne s’en dégage aucun charme, la faute à une écriture paresseuse, parfois incohérente et quelques scènes très mal jouées. Même l’alchimie entre les acteurs en prend un coup, puisque leurs « disputes » n’ont pas ce grain de folie qui rend un couple « mignon ».

Il est bien sûr toujours un peu tôt pour évaluer ce genre de choses, mais je n’ai jamais réussi à m’investir émotionnellement pendant ces deux heures, et ça suffit pour me couper l’envie de voir la suite. Oui, je sais, c’est dur.

feu-rouge4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s