Silicon Valley [Pilote]

silicon valley

On le sait depuis un moment, les geeks et nerds sont devenus très vendeurs, et il est particulièrement amusant de se dire que les nouveaux rois du monde ont des problèmes de sociabilité. Tous ceux qui auront vu le film de Sorkin sur le créateur de Facebook l’auront compris. La silicon valley est devenu un univers à part, avec ses propres codes. L’occasion était trop belle pour HBO qui diffuse depuis quelques jours sa nouvelle comédie.

Silicon Valley nous plonge dans l’univers d’une micro start-up, Big Head, fondée par un type qui s’était fait un peu d’argent avec sa dernière création. Ce dernier n’est pas à la recherche de quelque chose de révolutionnaire, mais juste d’une bonne idée dans l’air du temps. A l’heure où fleurissent les applications « sociales » les plus farfelues, on est à peine surpris quand on nous montre le prototype d’une application destinée à repérer les femmes environnantes aux tétons qui pointent.

En effet, la série n’en tartine pas des couches, mais elle évoque tout de même l’univers fortement masculin de ces usines de programmeurs. Les jeunes femmes sont invitées à part des « fêtes » organisées par ceux qui ont réussi à faire un maximum d’argent.

C’est l’univers du fric à tout prix, des grandes déclarations de nerds qui prétendent changer le monde, et des logiciels qui échappent aux contrôles des gouvernements. Dans ce cadre-là, les auteurs ont choisi de nous présenter un type intelligent mais naïf, un génie qui ne sait pas encore qu’il a de l’or sous les doigts. Son nouvel algorithme de compression (qu’il avait créé pour une application qui n’intéresse que peu de monde) est susceptible de réellement révolutionner les échanges de musique, de vidéos, de photos… Voilà notre candide courtisé par deux boites : un géant ressemblant à Google qui veut racheter le logiciel pour plusieurs millions de dollars, et un type qui veut simplement investir et les laisser grandir. Un homme, qui soit dit en passant déteste l’université et dénigre l’éducation. La scène est presque trop démonstrative.

Les portraits sont plutôt acides, et fort heureusement l’humour est bien au rendez-vous. Pas grand chose à reprocher au rythme ou à la mise en scène. Et le générique à la Sim City est très sympathique.

La question essentielle, c’est de savoir si cet univers pourra rester intéressant passé la découverte. Et là je suis beaucoup plus sceptique. Difficile de s’attacher à ces geeks qui malgré leur côté asocial ou excentrique, peinent à devenir attachants. Mais si la série négocie bien le virage, et nous ménage quelques bons rebondissements, il y a là de quoi passer un bon moment. A surveiller de près.

feu_clignotant1

 

Publicités

Une réflexion sur “Silicon Valley [Pilote]

  1. Pingback: [Pilote] Silicon Valley | GeeKroniques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s