Mixology [Pilote]

Mixology

Faire une série sur les rencontres amoureuses n’est certes pas un concept très frais, mais il suffit d’une bonne approche pour faire quelque chose de très sympathique. Dans le genre, Dates était carrément détonnant, et bien plus proche de ma sensibilité, par exemple, que Hello Ladies.

Car oui, raconter des rencarts, c’est avant tout montrer comment une étincelle peut parfois jaillir, ou comment deux personnes pourtant compatibles jouent aux faux semblants et loupent leurs entrées. Malheureusement, on peut aussi verser vers le lourdingue, le type qui se prend une multitude de râteaux, ce qui finit par agacer.

Mixology prend une position à mi-chemin. Au lieu de parler un peu de destin, ou de râteaux perpétuels, cette comédie nous montre, au fond, que tout est possible. Si la séduction est un jeu, c’est aussi parfois un hasard, une suite de quiproquos. Rien ne semble organisé dans ce bar où 10 personnes vont se croiser et se découvrir le temps d’une soirée bien arrosée. On se demande d’ailleurs comment ils vont faire pour tenir jusqu’au bout, vu le nombre de cocktails avalés…

mixology tom and friends

Le concept d’une soirée racontée en une saison est donc plutôt plaisant. Comme tout est possible, on peut vite s’amuser à faire des combinaisons les plus improbables au fur et à mesure des épisodes. Certes, cela n’atteindra jamais le délire et la complexité déboussolante d’un Manhattan Love Story (la série japonaise, pas le film américain), mais on se prend vraiment à rêver, d’autant que le show a du rythme.

En effet, un peu à la manière d’un Bref, les flashbacks sur les personnages sont accélérés de leurs naissances à cette soirée. C’est plutôt drôle, et ça permet de sortir quelques secondes d’un cadre confiné. Parce que le risque, évidemment, est qu’on se lasse très vite de ce lieu. Pour compenser, il faut espérer que les personnages vont davantage croiser leurs histoires, avec quelques gags d’arrière-plan.

mixology tom and maya

C’est peut-être le point le plus négatif du show. Il aurait pu être complexe et jubilatoire, il préfère rester sur une histoire principale et quelques histoires secondaires séparées. Et si le second épisode rassure un peu sur ce point, il ne permet pas de changer fondamentalement la donne. A quand de multiples interactions avec tout le monde ?

La bonne nouvelle, c’est que les dialogues ne sont pas catastrophiques. On se sent parfois gêné par le niveau de quelques réparties, mais par rapport à ce que nous ont donné les nouvelles comédies cette saison, il y a de quoi être conciliant. On court cependant le risque d’avoir quelque chose de plat mais ça me convient d’autant mieux que j’exècre les histoires de rencontre sans finesse. La rom-com s’associe mal au trash burlesque. N’en déplaise à toute la production américaine post-2000.

mixology ron

J’ai plus de mal avec certains personnages, mais pour une fois dans une série d’ABC, tout le monde en prend pour son grade. Dragueur, alcoolique, infidèle, dominatrice, femme au foyer, ex-fiancé,… Heureusement il n’y a pas de personnages qui sort largement du reste du groupe, ce qui confirme mon impression sur l’équilibrage de la série.

Évidemment, tout n’est pas rose. On ne rit pas tout le temps, le casting est inégal, le scénario risque la répétition d’idées, mais avec de telles promesses, difficile de ne pas dire oui, surtout si comme moi on apprécie ce genre d’histoires.

feu_vert3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s