Helix [Pilote]

helix

La nouvelle série de Ron Moore (Battlestar Galactica) était attendue au tournant. Et sans parvenir à délivrer tout ce qu’on attendait elle, la fiction arrive tout de même à convaincre.

Il faut dire que la barre est particulièrement haute lorsqu’on parle de huis-clos et d’épidémie dévastatrice dans un laboratoire en Arctique. On se souvient tous de l’excellent 8ème épisode de la première saison d’X-Files (« Ice »), et beaucoup de thrillers sur grand écran empruntent ce même schéma qui demande rigueur, cohérence, réalisme et … horreur.

Malheureusement, si les deux premiers épisodes arrivent à impressionner malgré des effets spéciaux juste corrects, ils échouent sur quelques points essentiels.

helix base

La notion même de huis clos est mise à mal, puisque la base arctique infectée est tellement mal montrée que les personnages vont et viennent sans que la notion de distance soit un facteur « stress ». On devine très vite que tout peut arriver n’importe quand, au gré de l’envie des scénaristes…

La notion même de menace biologique fera doucement rigoler les scientifiques, puisque les protocoles sont tout sauf réalistes, et que nos héros enlèvent bien trop facilement leurs protections.

helix fx

Mais, l’avantage d’avoir un scénario qui s’autorise autant de libertés, c’est qu’il permet clairement de se faire plaisir, et de multiplier les scènes énigmatiques. Des singes aux rats en passant par des hommes mutants, sans oublier un complot de l’armée et un chef de la base qui cache bien son jeu, il y a là un terrain de jeu qui ne demande qu’à se développer. Les épisodes ont le bon goût de ne pas en faire des tonnes sur les enjeux amoureux. Pour résumer : notre chef scientifique part en mission avec son ex-femme et sa protégée (qui est amoureuse de lui), afin de trouver un moyen de sauver son frère (lequel a couché avec sa femme). Malgré ce pitch à rallonge, la série porte toute son attention sur le mystère, l’horreur et l’action et c’est bien mieux ainsi. Ouf. Ça part dans tous les sens et on est beaucoup plus enclin à fermer les yeux sur les ficelles.

helix bill campbell

Notons aussi le casting sympathique avec Bill Campbell (Once and Again, The 4400) en chef d’équipe scientifique chargé d’enquêter, Hiroyuki Sanada (Ring, Lost, Revenge) comme chef de la base arctique (même s’il a clairement des difficultés pour adapter son jeu), et la bande annonce des prochains épisodes nous promet le retour de Jeri Ryan (Star Trek Voyager, Boston Public).

helix fear

Sans inspirer la terreur, la série arrive donc au moins à intriguer, à surprendre, malgré une histoire vue et revue. Bref, le genre de petit plaisir fantastique qui devrait ravir les amateurs – dont je fais partie. A condition de ne pas trop lui en demander.

feu_vert3

Publicités

Une réflexion sur “Helix [Pilote]

  1. J’ai bien accroché à ce premier double épisode. Peu d’originalité, mais un cast sympa et une réalisation accrocheuse.. Ma principale inquiétude concerne l’évolution de la série. Elle devra sortir de la base pour pouvoir continuer sur la durée.. A voir comment cela va évoluer!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s